DHEEPAN, film de Jacques AUDIARD

Publié le 3 Septembre 2015

Dheepan : Affiche

Film de Jacques Audiard,

Avec 

  , ,

 

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 

Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Audiard, la Palme d'Or à Cannes, ma carte Pass... J'y vais.

Bon, veuillez m'excusez, je ne nommerais pas les acteurs par leurs noms et pour cause, ce sont des noms Sri Lankais... C'est d'ailleurs pour cela que sous l'affiche, je me suis contentée d'un "copier/coller" !

Alors le film ? Bon évidemment. Mais vraiment pas gai. Moi, cela m'a plutôt donné le cafard sur l'état d'une partie de la société Française : celles de certaines banlieues très chaudes, où j'ai la chance de ne pas vivre. D'ailleurs, j'ai trouvé dommage que le sujet principal - une "fausse" famille de migrants Sri Lankais tente de s'intégrer et de devenir une vraie famille - devienne secondaire devant cette violence urbaine qui occupe bientôt tout l'écran. Pour vraiment affronter son sujet, Audiard avait-il besoin de confronter ces migrants dans un contexte aussi extrême ? La situation dramatique des 3 migrants était suffisante, pas besoin d'y ajouter cette violence environnementale.

Même si la fin n'est pas vraiment surprenante (ben faudrait pas un suicide collectif à la sortie des salles), je ne serai pas aussi dithyrambique que certains magazine pour qui Dheepan est "un hymne à l'espérance". Ce n'est pas ce que j'ai vu. Ou alors de l'espérance peut-être, mais pour 3 personnes sur combien ?

Bien sûr, la mise en scène est parfaite, bien sûr, les comédiens sont excellents, surtout pour des non professionnels. C'est le cas de l'acteur qui joue Dheepan. D'ailleurs, il est très touchant dans son rôle. Le choc des cultures est flagrant, l'envie de s'intégrer aussi. Le courage et les conditions de vie de cette fausse famille ne laissent pas insensible, loin de là. 

La fausse mère n'a pas réussi à m'émouvoir, d'ailleurs, les émotions du début disparaissent derrière la guerre urbaine qui se déclenche. On a plus l'impression d'assister à un grand gâchis (pas cinématographique hein !), mais un grand gâchis sociétal.

Qui plus est, il m'a manqué des éléments de "la vie d'avant" de ces personnages Sri Lankais pour vraiment saisir leur nature, leur fuite, leur urgence.

En fait, je pense vraiment que j'aurais adoré l'histoire de ces 3 migrants dans un cadre différent.  Car ce cadre amène du spectaculaire là où le sujet méritait de la simplicité, de la sobriété pour être apprécié pleinement. Là, j'ai l'impression qu'Audiard a voulu traiter 2 sujets et que de ce fait, aucun des deux n'est approfondi. Dommage.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0
Commenter cet article

Tiphanie 07/09/2015 14:00

Bon et bien je l'ai vu et je partage ton avis, la mise en scène, les acteurs c'est vraiment très réussi, mais à partir du moment où Deephan pète un peu un cable... J'ai un peu décroché, j'ai trouvé ça un peu facile de tomber dans l'extrême violence...

Valérie 06/09/2015 20:24

J'hésitais mais tu fais pencher la balance en faveur d'une abstention.

Tiphanie 05/09/2015 22:07

Je devais aller le voir ce soir mais la fatigue aura eu raison de nous, l'homme ronfle devant le rugby et moi je lis mon retard sur les blogs...Demain peut-être!

A_girl_from_earth 05/09/2015 12:48

Bon, dans mon retard films, je m'étais posée la question de rajouter ce film à ma sélection mais tu viens de m'en dissuader... Pas incontournable visiblement. Dommage car le sujet avait l'air vraiment bien.

Alex-Mot-à-Mots 03/09/2015 14:06

Dommage, en effet. Il me tentait pourtant.

Odile 03/09/2015 10:15

J'ai trouvé que la situation de la banlieue décrite est bien exagérée. Et on se pose la question "mais que fait la police ?"je sais qu'il existe des zones de non droit, mais pas à ce point .
Et je n'ai pas aimé la description idyllique de la fin, c'est tellement mieux en Angleterre ? je n'en suis pas sûre....