MANCHA, Chevalier errant, BD de CMAX

Publié le 11 Septembre 2017

BD - Editions Futuropolis - 120 pages - 17 €

 

Parution en novembre 2007

 

L'histoire :  Mali, de nos jours. Mancha est un jeune peintre, rescapé des massacres du Rwanda, qui semble surtout vivre d'amour, d'eau fraîche et de cigarettes «home made». Une vie qui lui convient, malgré les reproches de son ami Sancho et de sa fiancée Mah, qui le trouvent un peu trop lymphatique.
Sa vie tranquille se voit perturbée par la rapide apparition d'une toubab, Alonza Loren, Dulcinéa pour ses amis parisiens, aperçue à l'arrière d'une automobile et dont il tombe immédiatement amoureux. Voilà, c'est trouvé, il va pouvoir devenir chevalier servantManque de bol, quand Mancha décide de déclarer sa flamme à la gazelle, elle est déjà retournée à Paris. Rapidement, Mancha enfourche sa moto, accompagné de son ami Sancho...

 

Tentation : Titre, couv' et premières pages !

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Un super coup de coeur pour cette BD, qui devrait ravir, soit dit en passant, 2 blogo copines qui s'étaient lancées, il y a quelque temps, dans une LC (Lecture commune) du célèbre roman de Cervantès. La hyène hilare devrait sortir de ce corps !

Désolée pour cette PV (Private Joke) ! J'en viens au sujet !

Bien entendu que cette BD est inspirée de Don Quichotte ! Mais pas que ! En effet, CMAX l'écrit clairement en fin d'ouvrage, il s'est aussi inspiré de "L'homme de la Mancha", alias Jacques Brel. Mais aussi, de personnages cinématographiques connus, tels Jack Sparrow (Pirates des Caraïbes) ou encore, de Tyler Durden (Fight Club). Aussi, inutile de dire que le personnage de Mancha est ici haut en couleurs et jubilatoire pour le lecteur !

La première partie est autant onirique qu'hilarante. Nous sommes au Mali (l'occasion de superbes planches avec paysages et vie locale). Mancha, qui trouve l'essence de sa vie dans rêve, la peinture et les substances hallucinogènes, tombe en amour pour une belle toubab, l'inaccessible étoile ! Il change partiellement d'essence et trouve le sens de sa vie. Retrouver la toubab et défendre l'opprimé (ce qui finit toujours mal pour lui). Les dialogues sont un pur et source d'éclats de rire ! En effet, nombre d'entre eux sont tirés de paroles de chansons célèbres ou peut-être moins célèbres et dans ce cas, je ne les ai pas remarquées ! En vrac, des vers de Brel, de Gainsbourg, d'Ellie Médeiros, de Noir Désir. Mais aussi, Mancha emprunte on ne peut plus aisément et librement des citations, notamment de Montaigne et des répliques célèbres de film. Bref, délicieusement drôle et philosophique.

Dans la deuxième partie, même si Mancha ne se départit pas de sa verve exquise et de son grand coeur, le récit prend un ton nettement plus grave pour se pencher sur les délicats sujets des émigrants africains et leurs trop souvent funestes destins pour suivre un rêve via les îles Canaries et, à travers ces émigrants, sur les rapports Nord/Sud. L'on apprend alors que Mancha est un Tutsi Rwandais, qui a vu sa famille se faire découper par les Hutus, ce qui explique ces nombreux cauchemars. Puis, toujours dans la quête de la toubab, nous arrivons avec Mancha et Sancho à Paris. Et là, bien sûr CMAX évoque la vie des immigrés, des préjugés dont ils sont victimes et des différences culturelles.

On a tous un Don Quichotte en soi, c'est ce que montre cette BD. Un rêve, une quête, une inaccessible étoile, une envie de fuir le réel. Le tout, dans une adaptation très contemporaine d'un classique, dont les sujets sont autant évidemment qu'hélas, atemporels !

Mancha, Chevalier Errant, est donc une BD autant divertissante, qu'émouvante et très profonde  et d'une richesse de réflexions sans fond ! A lire bien sûr !

 

"Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul" (Montaigne)

"Ma mère m'a donné la vie non ? Pourquoi diable perdrais-je mon temps à gagner ma vie ?" (Mancha, Mancha Chevalier errant, de CMAX)

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0
Commenter cet article

keisha 13/09/2017 08:56

Bon lors, Don qui, tu le lis quand? (en deux fois, ça passe!)

Géraldine 13/09/2017 10:59

Une fois, un psy auprès de qui je me plaignais de mes problèmes de sommeil, m'a dit, la meilleur solution, c'est de lire Don Qui !

Géraldine 13/09/2017 10:58

Oh là là ! Patience ma bonne amie ! Pour l'instant, je me mets à Zola, puis projette Balzac, Flaubert et pourquoi pas Hugo ! Et puis aussi, je compte ensuite aller faire un petit tour du côté des classiques russes ! Tout cela bien sûr, sur une période à durée indéterminée !

A_girl_from_earth 11/09/2017 20:57

Ohlala pépite en vue ! Merci pour cette découverte que je m'empresse de noter. Dès que j'ai lu le résumé de l'histoire, j'ai su que cette histoire devait me plaire au vu du clin d'oeil à Don Qui (héhé), mais bon, ça pouvait être aussi une adaptation ratée alors j'ai tremblée en continuant à lire à ton billet, et quand j'ai vu tes 5 pattes, j'étais soulagée ! Et ton avis donne encore plus envie ! Aaah j'ai hâte de le lire !