L'IMMEUBLE DES FEMMES QUI ONT RENONCE AUX HOMMES, de Karine LAMBERT

Publié le 21 Octobre 2017

Roman - Editions Livre de Poche - 216 pages - 6.60 €

 

Parution d'origine en mai 2014

 

L'histoire : Dans Paris, un immeuble est occupée par 5 femmes. Leur point commun, elles ont toutes renoncé à l'Amour, aux hommes. De toute façon, ce renoncement est exigée par la propriétaire, qui habite au 5ème étage et aucun homme ne peut pénétrer dans l'antre. Carla, l'une d'entre elle, s'envole pour quelques mois en Inde et prête son appartement à Juliette. Celle-ci, en rêvant du grand amour, va bousculer cette petite communauté...

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Ma CB

 

 

 

 

Mon humble avis : Voici un roman agréable, qui se lit bien vite, idéal pour un après-midi plage ou couette, entre deux lectures plus "littéraires" va-t-on dire. Il fait partie de ce que l'on appelle les "feel good books". C'est drôle, c'est émouvant aussi, c'est rythmé mais cela surfe surtout sur la surface plutôt que de plonger vraiment sur le sujet. Aussi, je pense que ce roman est plus là pour poser des questions que d'en donner les réponses.

Bien sûr, cette histoire de femmes ayant renoncé aux hommes m'a parlé et émue, parce que je me suis retrouvée dans certaines d'entre-elles. Les raisons et les histoires de vie qui ont poussé quelques-unes à renoncer aux hommes m'ont même bouleversée. Après, ce livre n'est pas un pamphlet contre le masculin. Mais il semble démontrer une fois de plus que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus. Que les attentes en amour sont différentes, et le comportement aussi... Les unes s'enflamment au premier regard et les autres prennent peur dès que le mot "demain" ou "la semaine prochaine" ou encore "bébé" sont prononcés et prennent la poudre d'escampette.

Le personnage de Juliette, qui n'a jamais connu l'affection et l'amour de ses parents, est particulièrement touchant.

Maintenant, j'ai trouvé le caractère de la Reine (ancienne danseuse étoile) un peu trop radical et son comportement trop despotique. Puisque dans cet immeuble tout homme y est interdit de présence, qu'il soit plombier ou fils d'une des locataires.

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes est donc finalement un roman sur l'Amour. L'Amour bonheur et souffrance. L'Amour nécessaire ou optionnel. Séduire et le crainte de ne plus séduire, à cause de quelques kilos en trop ou de rides bien profondes. De la jeunesse qui s'est évanouie. 

Je pense que l'objectif de ce roman est aussi de dé stigmatiser les célibataires, et qu'il n'y a pas de recette pour le bonheur. Celui-ci peut se vivre en couple, comme seule, avec la mise en place de substituts. L'on peut être très heureux seul ou en couple, comme on peut être aussi malheureux dans ces deux situations. Rien ne garantit le bonheur qui ne dépend pas forcément d'une autre personne. Le bonheur n'a pas n'a pas d'archétype

Bref, c'est divertissant, c'est frais, c'est léger, ça ne prend pas la tête, mais le sujet et les personnages ne sont ni approfondis ni développés. Ca survole ! C'est du feel good quoi !

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 23/10/2017 19:51

Une lecture qui ne me tente pas.

A_girl_from_earth 21/10/2017 22:02

Ah oui, ça a dû te changer de Zola, haha ! Je ne suis pas contre du feel good de temps à autre (une ou deux fois par an, disons) mais bon, il faut que ça sorte un peu du lot quand même. Là le titre, je ne sais pas pourquoi, il m'énerve d'avance. Ça fait bonnes soeurs en plus.;-)