MISSIE VANDISANDI, BD d'HERMANN

Publié le 16 Mars 2018

BD - Editions Dupuis - 56 pages - 15 €

 

Parution en 1991 !

L'histoire :  Karl Vandesande, ingénieur agronome à la retraite, vit tranquillement à Bruxelles. Passionné d'art africain, il a même commis un livre sur le sujet. Et voilà qu'un mécène lui propose de retourner au Congo, maintenant état indépendant, pour pouvoir écrire la suite. Karl Vandesande n'hésite pas : retourner là-bas, n'est-ce pas retrouver l'Afrique, ses amis, sa jeunesse ? Pourtant, depuis quinze ans, bien des choses ont changé. Les trafics louches, la corruption, la dictature battent maintenant leur plein. Et "Missié Vandisandi" découvre bientôt qu'il est mêlé à des histoires qui le dépassent. Et, dès lors, un sentiment diffus de peur l'étreint...

 

Tentation : Le palmier de la couverture (oui, il m'en faut parfois très peu !)

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Pour être vite honnête, je n'ai pas apprécié la trame de l'histoire qui aurait pu être intéressante si elle avait été moins elliptique ! Une préface annonce ces ellipses et explique les choix de l'auteur. J'étais donc prévenue... Mais à ce point-là, pas vraiment. On passe vraiment d'une situation à l'autre sans pont

Hermann laisse la possibilité au lecteur de "boucher" les trous par son imagination pour comprendre l'histoire, car il ne souhaite pas un lectorat mou et démobilisé. Bref, il attend de celui qui tourne les pages qu'il fasse preuve d'intelligence. La démarche ne me plait pas plus que ça, car elle peut se révéler méprisante pour celles et ceux qui cherchent de la lecture détente et distrayante.

En fait, dans cette BD, les trois quarts du scénario reposent sur des non-dits et des sous-entendus. Etant donné que le format BD classique n'est pas idéal pour se plonger longuement dans une histoire et faire ses propres déductions (comme cela peut l'être à la lecture d'un thriller de plusieurs centaines de pages par exemple)... et bien je suis sortie de cet album avec une sensation de faim, de noeuds non dénoués et plus de suppositions que de clarté.

Certes, on devine des histoires louches de trafics, de corruption de haut niveau mais quoi précisément ? Aucune idée ! Qui tire les ficelles et pourquoi, les dernières pages ne nous le disent pas.

Cependant, les dessins sont agréables, certains personnages hauts en couleurs, les paysages sublimes (qui nous conduisent même jusqu'aux Seychelles), et l'ambiance africaine semble bien retranscrite et la lecture n'est pas ennuyeuse. Mais ce n'est pas suffisant pour apprécier cette BD !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 16/03/2018 23:28

Dommage, ça aurait visiblement pu être un très bon album. Ah, ce titre, moi j'aurais pris cette BD rien que pour ça.