UNE SOEUR, de Bastien VIVES

Publié le 18 Avril 2018

BD - Editions Casterman - 212 pages - 20 €

 

Parution en mai 2017

4ème de couv'  Après Polina, le nouveau roman graphique de Bastien Vivès !« – Y a beau avoir plein de monde, j'ai toujours l'impression d'être toute seule.
– Même quand t'es avec nous ?
– Non, avec vous c'est chouette. »

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

 

Mon humble avis : Il y a 5 ans (et oui, le temps passe vite !), j'avais lu Polina, album de Bastien Vivès et était restée sur une impression mitigée... "Une soeur", trouvé à la bib, était donc l'occasion de clarifier mon ressenti envers cet auteur. Hélas, le bilan n'est pas terrible, je pense que ce bédéiste ne me convient pas. Il ne me touche pas, ou en tous cas pour cette lecture, pas dans le bon sens. Et ses dessins me laissent toujours une sensation de manque... Bien souvent, les personnages n'ont pas d'yeux, les traits étant réduits à leur plus simple expression. Et bien pour moi, un visage sans yeux, c'est comme un aquarium sans poisson, ou une maison sans chat, il manque une âme !

Quant à l'histoire, elle m'a plutôt mise mal à l'aise, même si j'étais à l'origine enchantée de passer quelque temps de vacances estivales sur une île Bretonne avec Antoine et Titi, l'ado de 13 ans et son jeune frère, héros de ce roman graphique.

Ils passent donc les deux mois d'été avec leurs parents dans leur résidence secondaire. Mais cette année, une amie de leur mère, qui vient de subir une fausse couche, vient passer quelques jours chez eux, avec Hélène, sa fille de 16 ans.

Ce qui m'a choqué déjà, c'est que les parents installent Hélène, jeune fille on ne peut plus pubère, dans la chambre de leurs fils, dont Antoine, pré-pubère. Si j'étais mère, c'est une situation que j'éviterai absolument.

Il va évidemment se passer que la belle Hélène va dévergonder l'innocent Antoine qui jouait encore au Pokémon en début de vacances.

Nous assistons donc aux premiers émois d'un ado et à un amour de vacances... Sauf que très peu de sentiments transparaissent... Il y a l'alcool, le shit, la bande de copains peu recommandables. Et le sexe. Cru. On assiste aux débuts d'ébats d'Hélène et Antoine : Masturbation, fellation etc... Avec parfois, le petit frère qui dort à côté. De plus, la fameuse Hélène passe pour une sacrée allumeuse et frise la caricature de la provocation.

Bref, j'ai trouvé cela très précoce pour un ado de 13 ans, plutôt brutal et pas plaisant à lire, d'autant qu'il faut parfois se concentrer pour distinguer clairement de quel personnage émanent les bulles, ce qui enlève encore de la fluidité à un récit qui assez plat et qui met mal à l'aise.

Seule la toute fin est surprenante et bouleversante. Mais c'est trop peu pour être enthousiaste.

Bref, je n'ai pas accroché et si message il y a dans ce roman graphique (on peut bien en imaginer quelques-uns), je les trouve maladroits.

Une histoire d'enfants qui grandissent à l'insu de leurs parents... Mais pour adultes !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 20/04/2018 22:13

J'aime bien le style graphique de Vivès. Après, je le préfère dans ses formats poche avec anecdotes autour de thématiques précises (jeu vidéo, blog...).