GUEULE D'ANGE, film de Vanessa FILHO

Publié le 1 Juin 2018

Film de Vanessa Filho

Avec Marion Cotillard, Ayline, Aksoy-Etaix, Alban Lenoir

 

Synopsis :  Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

 

Mon humble avis :  Ce film est d'une intensité rare. Puissant ça oui, bouleversant aussi. Et dérangeant, certainement. Mieux vaut être "préparé" pour le voir, et renoncer à aller au ciné si vous traversez une mauvaise période. Car on sort de là chamboulé, révolté. Bref, on se sent très mal.

Mais attention, à quelques invraisemblances mineures près, ce film est une magistrale réussite. La jeune Ayline Aksi Etaix n'est pas étrangère à ce résultat. La petite fille qui joue Ellie est archi bluffante de talent. Malgré la présence de Marion Cotillard, et bien c'est elle qui porte le film sur ses frêles épaules. Les plans de la caméra sur le visage de l'enfant sont saisissants : on voit réellement en elle tantôt l'enfant qu'elle devrait être, tantôt l'adulte qu'elle semble devenue...à 9 ans... Marion Cotillard ne surprend plus, car on sait qu'elle est capable de TOUT jouer à la perfection... Enfin si, elle épate toujours tout de même !

Le sujet de ce film est on ne peut plus dramatique... Une mère célibataire, paumée, immature, dépressive, alcoolique... qui abandonne sa fille de 9 ans, la mettant dans un taxi direction la maison pendant qu'elle même part avec l'amant du soir... Marlène ne reviendra que des jours et des jours plus tard, sa gamine livrée à elle-même. Sauf que la petite Ellie suit la même voie que sa mère... et devient alcoolique...

Alors évidemment, Gueule d'Ange est choquant. On est sidéré devant le nombre d'adultes qui croisent la vie ou un instant de vie cet enfant errant seul sans s'en préoccuper, sans même lui adresser un regard. On est en colère de la quasi absence des services de l'enfance. On est abasourdi par la déchéance de la mère et des conséquences sur sa fille.

On pourrait croire que les détails de cette histoire sont exagérés ou caricaturaux pour marquer les esprits ou faire pleurer dans les chaumières. A peine, m'a dit un de mes "co-séanciers", ancien policier qui enquêté sur des histoires de meurtres ou de maltraitances sordides. Ses mots : "tout ce qui est dans le film, je l'ai déjà vu, je l'ai déjà constaté, j'y ai déjà été confronté dans ma vie professionnelle.

Outre les sujets majeurs de la dépendance et de ces dégâts (dont les dégâts collatéraux) et de la maltraitance de l'enfant, je pense que le but de ce film est effectivement de marquer les esprits et de rappeler notre responsabilité à tous de prendre soin de ces enfants en déroute, dont les parents n'assument pas leur devoir. Même si c'est derrière les murs, même si cela semble ne pas nous concerner.

Là où je suis plus dubitative, c'est que je ne pense pas que les gens concernés par le sujets (ou qui devraient se sentir concernés) iront voir ce film... En tout cas, pas les parents tombés dans la déchéance de l'addiction au point d'en oublier leurs enfants... Et sans doute pas non plus les gens qui, dès qu'une situation les dérange (soit dans leur emploi du temps, soit dans leur état d'âme), pratiquent la politique de l'autruche qui ne veut pas d'ennui...

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0
Commenter cet article

dasola 03/06/2018 11:15

Bonjour Géraldine, comme A_girl, pas tentée du tout par ce film. Bonne journée.

A_girl_from_earth 02/06/2018 14:26

Ça ne me tente pas trop. La thématique sans doute.