LA VIE DEVANT SOI, de Romain GARY

Publié le 4 Mars 2020

La vie devant soi, Romain Gary, Roman, Avis, chronique, blog, Goncourt 1975

Roman - Edition Folio - 274 pages - 9.50 €

Parution d'origine aux Editions Mercure de France en 1975.

L'histoire : Celle de Momo (diminutif de Mohammed), le narrateur,  un garçon d'une dizaine d'années qui se dit algérien musulman. Momo est orphelin et vit chez Madame Rosa, dans une pension clandestine pour enfants de prostituées, au sixième étage (sans ascenseur) d'un immeuble Parisien. La vieille dame est une juive rescapée des camps de concentration nazis d'Auschwitz. Malade, elle refuse d'aller à l'hôpital et, sous des airs un peu brutaux, s'occupent des enfants avec une affection particulière pour Momo, qui lui rend bien. La vie devant soi est l'histoire d'amour indissoluble entre Momo et Madame Rosa

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : Enfin, enfin, j'ai lu ce roman, prix Goncourt 1975, paru la même année sous le pseudonyme Emile Ajar et devenu depuis un classique incontournable... sur lequel tout a été dit !

Quelle est donc mon ressenti subjectif de ce livre ? Pour être honnête j'ai éprouvé quelques difficultés à rentrer dedans, tant le style m'a prise au dépourvu. Le style, c'est celui de Momo, un gamin parisien qui a 10 ou 14 ans, et qui mène une vie dure d'orphelin clandestin. C'est un môme qui voit tout, qui voit trop pour son âge, qui entend tout, qui entend trop pour son âge, qui se forme et s'instruit comme il peut dans la rue au fil de ses rencontres, et avec ce que Madame Rosa lui apprend de la vie. C'est donc le style d'un gamin, avec des erreurs de mot, des phrases pas toujours dans le bon sens etc... Bref, au début, il faut suivre, s'adapter.

Puis, je me suis habituée à cette narration et cette écriture qui est sont si parfaites pour donner vie et réalisme à cette histoire qui n'était pas racontable autrement ! Alors, la grandeur de l'oeuvre m'a sauté aux yeux, j'ai souri à la lecture des expressions bien à lui de Momo, l'émotion m'a prise à la gorge et les pages se sont tournées toutes seules. La vie de Momo et de Madame Rosa est terrible, leur soleil est l'affection sans borne qu'ils se vouent, jusqu'au dévouement le plus extrême.

Mille et un thèmes sont abordés dans ce roman, donc impossible de les évoquer tous ici. Mais parmi eux, sont particulièrement développés les suivants : le traumatisme des rescapés de la guerre, et notamment celui des juifs, puisque Mme Rosa est juive, encore persuadée "qu'on va venir" la chercher. Le sort des enfants de prostituées dans les années 70, et des prostituées elles-mêmes, qui pour éviter que leurs enfants 'illégitime et non déclarés" soient "absorbés" par l'assistance publique, les confient quelque temps à des pensions clandestines, comme celle de Madame Rosa. Le thème "du droit des peuples à disposer d'eux même", c'est ainsi qu'il est nommé dans la bouche de Momo, et qui est en fait le droit à mourir dignement, donc l'euthanasie, est très développé. Et puis, évidemment, il y a le thème de l'enfance bafouée, clandestine et particulièrement pour Momo la vie et le sort des orphelins, sans parents, sans réelles origines. Et puis l'époque aussi.

Alors oui, j'ai adoré ce que Momo m'a raconté et sa manière de le faire, même si derrière ses réflexions amusantes se cachent bien d'autres choses. Quel que soit son âge, Momo est un garçon qui la vie a obligé à grandir trop vite. Momo est autant ingénu que clairvoyant sur la vie et la société, ses dysfonctionnements, ses hypocrisies, il est tellement timide et en même temps spontané et réfléchi, tellement digne dans un monde où plus grand-chose ne l'est qu'il ne peut que provoquer admiration et affection XXL. Momo et Madame Rosa sont des personnages hors du communs, qui je pense laissent une trace au fer rouge dans l'esprit du lecteur et l'accompagnent pour la vie qu'il a encore devant soi !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article

Nathalie 31/03/2020 09:20

Un livre qui est dans ma PAL depuis bien longtemps ! Ton billet me donne envie de le mettre sur le haut de la pile.

MistiCat 10/03/2020 15:41

Ce livre faisait partie des livres à lire quand j'étais en 3ème ; pourtant je lui ai préféré d'autres romans qui figuraient sur cette liste ... Mais La Vie Devant Soi est avant tout pour moi lié au souvenir très émouvant de Simone Signoret recevant le césar de la meilleure actrice pour son interprétation de Madame Rosa dans l'adaptation cinématographique de ce roman : https://www.ina.fr/video/I00009352

A_girl_from_earth 07/03/2020 01:10

C'est LE roman qui m'a révélé Romain Gary comme auteur chouchou, et je l'ai lu sur le tard aussi, pas eu la chance de le découvrir ado. Ça fait plaisir de lire ton enthousiasme sur ce roman en particulier. Ça a été un vrai coup de coeur pour moi ! Tiens, d'ailleurs tu me donnes envie de me replonger dans du Gary !

Stephie 05/03/2020 08:33

J'avais détesté : tous les goûts sont dans la nature :)

Auroreinparis 04/03/2020 13:07

Bonjour. Quel beau roman que celui-ci. Je l'ai lu il y a peut être 10 ans, et j'avais eu envie d'écrire une galerie de portraits suite à cela. Ce fut finalement un autre roman que j'ai écris, mais Gary m'a donné l’inspiration !

keisha 04/03/2020 08:42

Purée je l'ai lu... dans les années 70! Un grand moment!