UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 2/2

Publié le 8 Mars 2020

Ce billet, est la suite de mon précédent billet (logique) concernant ma visite de Soweto en septembre 2019. Soweto, plus grand town ship d'Afrique du Sud. A 15 km au sud ouest de Johannesburg, Soweto est intégré à la municipalité de cette ville. On estime la population de Soweto à environ 2 millions d'âmes. Rappelons que les townships furent construit en périphérie des grandes villes afin d'y "entasser" une main d'oeuvre (noire) à proximité du bassin d'emploi, mais à une distance de sécurité bien "séparante" du centre ville blanc.

Soweto, qui s'étend sur plus de 100 km²,  est un symbole majeur de la résistance anti Apartheid. En 1976, y eurent lieu les tristement célèbres "émeutes de Soweto.

Les émeutes de Soweto regroupent une série de manifestations qui ont commencé le matin du  et étaient menées par des élèves noirs de l'enseignement public secondaire en Afrique du Sud soutenus par le mouvement de la Conscience noire. Le but de ces manifestations était de protester dans les rues de Soweto contre l'introduction de l'afrikaans (la langue des blancs) comme langue officielle d'enseignement à égalité avec l'anglais dans les écoles locales. Pour disperser la foule, la police tire à balles réelles, causant au moins 23 morts. On estime que 20 000 élèves ont participé à ces manifestations et entre 176 et 700 personnes ont été tuées au total lors de la répression menée par les forces de police. Le 16 juin est devenu en 1994 un jour férié en tant que fête de la jeunesse.

Il y a plusieurs types d'habitat à Soweto :

- Les matchboxes houses : ou maisons boites d'allumettes (les plus courantes). Standardisées, souvent 4 pièces dans 40 m² sur une parcelle de 250 m². En voici une photo empruntée sur internet, car je n'ai pas eu l'occasion d'en prendre avec du recul : 

Sur ce qu'il reste de parcelle, il est souvent ajouté une pièce ou deux, ce qui explique de plus en plus l'aspect ultra concentré et de plus en plus diversifié de ce type d'habitat. Les  gouvernements d'alors ayant volontairement limité en nombre ses matchboxes, se dont alors développés les ...

- Quartiers informels, ce que nous appelons bidonvilles, avec les "Shacks" (cabanes précaires). Dans des no man's land, à la périphérie, des occupations illégales de terrains, aux constructions plus que précaires, en insuffisance ou absence d'équipements et de services élémentaires.

- Le "lit appelé maison" ou encore logement en Hostels : structure d'habitat collectif, lieu d'habitation des travailleurs migrants. Souvent célibataires, ces hommes vivent dans des conditions difficiles, de surpeuplement, de manque d'hygiène et de mauvais équipements collectifs. Avant 1994, il y régnait une grande violence. Depuis, ils ont été pacifiés et les habitants se sont diversifiés (femmes, enfants, personnes âgées...)

- Les Bervely Hills de Soweto : lieu d'habitation de la fraction aisée de la population noire, qui ne correspond plus aux codes de solidarité et de convivialité des Townships. Cette population admet souvent vivre comme les blancs, retranchés dans leurs propriétés. Cette upper class africaine est évidemment un modèle qui se diffuse vers le bas

 

Sur les murs, l'avant et l'après apartheid, en quelques chiffres marquants et frappants. Mais il reste encore beaucoup à faire...

Sur les murs, l'avant et l'après apartheid, en quelques chiffres marquants et frappants. Mais il reste encore beaucoup à faire...

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 2/2
UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 2/2
Lors des manifestations pacifistes de juin 1976,  L'un des premiers manifestants à être abattu est Hector Pieterson (sans doute tué par le colonnel Kleingeld lui-même), devenant plus tard l’icône du soulèvement. La photo, prise par Sam Nzima, sur laquelle il est porté par un camarade de classe, Mbuyisa Makhubo, fit plus tard le tour du monde et joua un rôle clé dans la dénonciation du régime de l'apartheid par l'opinion internationale. Sur les 23 morts répertoriés ce jour du 16 juin, 21 sont des Noirs. Deux membres blancs du conseil d'administration des townships ont été tués, victimes de la foule en colère. Ce mémorial en hommage à Hector Pieterson fut érigé sous la présidence de Mandela, ainsi qu'un musée, juste à côté. Les émeutes se sont propagées et ont fait 575 morts

Lors des manifestations pacifistes de juin 1976, L'un des premiers manifestants à être abattu est Hector Pieterson (sans doute tué par le colonnel Kleingeld lui-même), devenant plus tard l’icône du soulèvement. La photo, prise par Sam Nzima, sur laquelle il est porté par un camarade de classe, Mbuyisa Makhubo, fit plus tard le tour du monde et joua un rôle clé dans la dénonciation du régime de l'apartheid par l'opinion internationale. Sur les 23 morts répertoriés ce jour du 16 juin, 21 sont des Noirs. Deux membres blancs du conseil d'administration des townships ont été tués, victimes de la foule en colère. Ce mémorial en hommage à Hector Pieterson fut érigé sous la présidence de Mandela, ainsi qu'un musée, juste à côté. Les émeutes se sont propagées et ont fait 575 morts

Le June 16 Memorial Acre est construit en face de l'une des écoles d'où partirent les jeunes manifestants le 16 juin 1976. Il témoigne de la répression sanglante de la manifestation qui précéda les émeutes de Soweto. Les policiers blancs commencèrent par lâcher les chiens (c'est ce qui représenté sur cette sculpture impossible à photographier !) puis tirèrent à balles réelles et souvent, à bout portant.

Le June 16 Memorial Acre est construit en face de l'une des écoles d'où partirent les jeunes manifestants le 16 juin 1976. Il témoigne de la répression sanglante de la manifestation qui précéda les émeutes de Soweto. Les policiers blancs commencèrent par lâcher les chiens (c'est ce qui représenté sur cette sculpture impossible à photographier !) puis tirèrent à balles réelles et souvent, à bout portant.

Nous voici sur Vilakazi Streeet, la seule rue au monde où vécurent deux Prix Nobel de la Paix : Nelson Mandela et Desmond Tutu. Cette rue est devenue le centre d'attraction, d'ambiance et de distraction de la ville. Voici l'ancienne maison où Mandela vécut avec ses deux premières épouse : Evelyn puis Winnie., transformée depuis en musée Mandela (que nous n'avons pas visité) Outre les touristes internationaux présent, force est de constater que cette adresse si réputée est comme un lieu de pèlerinage our le sud africains noirs.,,

Nous voici sur Vilakazi Streeet, la seule rue au monde où vécurent deux Prix Nobel de la Paix : Nelson Mandela et Desmond Tutu. Cette rue est devenue le centre d'attraction, d'ambiance et de distraction de la ville. Voici l'ancienne maison où Mandela vécut avec ses deux premières épouse : Evelyn puis Winnie., transformée depuis en musée Mandela (que nous n'avons pas visité) Outre les touristes internationaux présent, force est de constater que cette adresse si réputée est comme un lieu de pèlerinage our le sud africains noirs.,,

A la périphérie, Soweto est fait d'énormes bidonvilles, appelés quartiers informels. Il y règne grande pauvreté, précarité, manque d'hygiène. Nous y sommes passés en minibus pour aller d'un point A à un point B, mais je pense qu'il n'y a pas d'intérêt réel, en tant que touristes de passage, à s'y arrêter. Ce serait pour moi du voyeurisme et de l'indescense. Si j'étais journaliste et prête à y passer plusieurs jours ou semaine et à vraiment rencontrer les gens pour témoigner et  dénoncer les conditions de vie.

A la périphérie, Soweto est fait d'énormes bidonvilles, appelés quartiers informels. Il y règne grande pauvreté, précarité, manque d'hygiène. Nous y sommes passés en minibus pour aller d'un point A à un point B, mais je pense qu'il n'y a pas d'intérêt réel, en tant que touristes de passage, à s'y arrêter. Ce serait pour moi du voyeurisme et de l'indescense. Si j'étais journaliste et prête à y passer plusieurs jours ou semaine et à vraiment rencontrer les gens pour témoigner et dénoncer les conditions de vie.

Quartiers informels (bidonvilles), à proximité des Orlando's Towers

Quartiers informels (bidonvilles), à proximité des Orlando's Towers

Quartiers informels....

Quartiers informels....

Les Orlando Towers, parce qu'elle se situe dans le quartier d'Orlando ! Si le "coeur" vous en dit, vous pouvez effectuer un sot à l'élastique depuis la passerelle entre les deux tours. Ces deux tours furent à l'origine bâties pour la centrale électrique du district d'Orlando.

Les Orlando Towers, parce qu'elle se situe dans le quartier d'Orlando ! Si le "coeur" vous en dit, vous pouvez effectuer un sot à l'élastique depuis la passerelle entre les deux tours. Ces deux tours furent à l'origine bâties pour la centrale électrique du district d'Orlando.

A gauche, les logements "Hostels" , "lit comme maison".

A gauche, les logements "Hostels" , "lit comme maison".

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 2/2
"Les Bervely Hills" de Soweto

"Les Bervely Hills" de Soweto

Ces maisons jamais terminées, et depuis pillées et saccagées, font partie des maisons RDP (Programme de Reconstruction et de Développpement) post Apartheid. Ces maisons étaient destinées aux populations les plus pauvres, et ce gratuitement. Hélas, corruption et guerres de promoteurs donnent parfois ce résultat par endroit.

Ces maisons jamais terminées, et depuis pillées et saccagées, font partie des maisons RDP (Programme de Reconstruction et de Développpement) post Apartheid. Ces maisons étaient destinées aux populations les plus pauvres, et ce gratuitement. Hélas, corruption et guerres de promoteurs donnent parfois ce résultat par endroit.

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 2/2
Et votre humble guide pour cette visite de Soweto !

Et votre humble guide pour cette visite de Soweto !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0
Commenter cet article

keisha 09/03/2020 08:08

Merci de la visite!!! (il y avait ce genre d'habitats en Namibie - qui 'appartenait' à l'afrique du sud à une époque)