L'OEIL DE CAINE, de Patrick BAUWEN

Publié le 2 Septembre 2020

Thriller, L'oeil de Caine, Patrick Bauwen, téléréalité, avis, lecture, blog, littérature

Thriller - Editions Livre de Poche - 476 pages - 8.10 €

Parution d'origine chez Albin Michel en 2007

L'histoire : Ils sont dix candidats, d'origines diverses, a attendre de prendre le bus qui les mènera au Palace le Mirage de Las Vegas pour participer à "L'oeil de Caine", le reality show qui passionne l'Amérique. Lors de ce programme, chacun dévoilera son secret. 

Lors de trajet en bus... l'histoire vire au cauchemar. Un intrus violent, l'incendie d'une station service... Puis le trou noir... Le lendemain, nos dix candidats se réveillent hébétés, en plein déserts, dans un lieu sinistre... à mourir. Une ancienne mine abandonnée. Paula une candidate, est retrouvée morte, puis c'est autour de Nina... Manifestement un psychopathe rode... avec des plans machiavéliques en tête. 

 

Tentation : Ma PAL (depuis 7 ans !)

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : L'Oeil de Caine est le premier roman de Patrick Bauwen, qui depuis, est devenu bien prolifique et qui présente un nouveau titre en cette rentrée littéraire : "L'heure du diable". 

Revenons à nos moutons : L'Oeil de Caine se lit tout seul, de plus en plus frénétiquement, comme le veut le genre littéraire. Mission remplie donc et divertissement assuré. Même si, en cours de lecture, on tique un peu, on pense déceler des imperfections, peut-être des invraisemblances... Mais pas évidentes à distinguer quand il y a un taré fini dans l'histoire ! Et puis n'est-ce pas too much par moment ? Peut-être mais est-ce grave, puisque nous sommes dans un roman, dans de la littérature !  

Et puis, soudain, coup de théâtre ! Patrick Bauwen nous a complètement menés par le bout du nez, il nous a bien eu. Chapeau ! Tout s'explique. Son roman est une véritable oeuvre en trompe l'oeil... de Caine ! Et l'intrigue se révèle dans toute son ingéniosité diabolique, et finement ficelée. Un beau coup de bluff !

Il règne dans ce thriller une ambiance à la "dix petits nègres" oups, pardon, maintenant, il faut dire "ils étaient dix". Ici aussi ils sont dix au départ, combien en restera-t-il au final... Un cauchemar tant pour les personnages que le lecteur... Suspens... Surprise.

Evidemment dans cette troupe de dix candidats, enfin, très vite neuf... Tout le monde peut-être coupable aux yeux des autres, surtout que chacun a un secret qu'il ne souhaite peut-être pas voir dévoiler... Donc un climat suspicieux s'installe très vite. Et pourtant, nous lecteur, nous savons "qui" depuis le début. Le "comment" paraît bien mystérieux et le "pourquoi" encore plus, qui serait la clé de l'énigme.

Bien évidemment, ce livre est une critique à peine cachée de notre époque de communication, de la télé réalité qui ne connait plus de limite pour faire le buzz, et amasser les dollars. Au passage, l'auteur dénonce aussi la contrefaçon de médicaments et de vaccins, ceux-ci souvent destinés aux pays Africain, et les conséquences meurtrières.

L'Oeil de Caine finit tout de même sur une belle moralité, certes un peu simpliste, mais nous ne lisons pas un traité de philosophie. Nous ne sommes pas que nos erreurs, aussi graves soient-elles... Et tout le monde a droit à une seconde chance pour montrer son vrai visage, ce qu'il est vraiment.

Bref, un chouette thriller original et audacieux, que je verrais bien en film ! Et qui me fait dire que c'est avec plaisir que je lirai d'autres titres de Patrick Bauwen !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0
Commenter cet article

eimelle 30/09/2020 10:25

Une tentation de plus!

Antigone 19/09/2020 14:28

L'histoire ne me tentait pas spécialement, mais tu sembles drôlement séduite...

A_girl_from_earth 05/09/2020 23:37

Le pitch me dit bien et je résiste assez mal aux ambiances "dix petits nègres". Je me laisserais bien tenter. Tu as raison, c'est vraiment propre au thriller, ce côté "se lit tout seul et de plus en plus frénétiquement", je viens d'en faire l'expérience avec Octobre de Soren Sveistrup, et j'en redemanderais presque - mais bon, il faut un peu varier les plaisirs.:)