KAJILLIONAIRE, film de Miranda JULY

Publié le 8 Octobre 2020

cinéma, film, Kajillionaire, avis, chronique, critique

Film de Miranda July

Avec Evan Rachel Wood, Gina Rodriguez, Richard Jenkins

 

Synopsis : Theresa et Robert ont passé 26 ans à former leur fille unique, Old Dolio, à escroquer, arnaquer et voler à chaque occasion. Au cours d'un cambriolage conçu à la hâte, ils proposent à une jolie inconnue ingénue, Mélanie, de les rejoindre, bouleversant complètement la routine d'Old Dolio.

Mon humble avis : J'aime les films portant sur les arnaqueurs. Voilà pourquoi Kajillionaire me tentait. Sauf qu'ici, il s'agit de petites arnaques plutôt menées par une famille de loosers  peu dégourdis. Donc rien de glamour et pas de haut vol ! Quelque part, les personnages manquent d'envergure et d'ambition dans leur supposé "art de vivre". En fait, ils sont très incongrus, on a du mal à deviner ce qu'ils sont vraiment, et de ce fait, on éprouve assez peu d'empathie, excepté pour Old Dolio quand elle s'éveille tout doucement à ce que devrait être la vraie vie.

Kajillionaire est un film vraiment original, jusque dans la mise en scène avec cadrages, décors et lumières qui mélangent le surréalisme et le glauque. Cette famille vit vraiment hors du monde mais au milieu de celui-ci. Etrange impression.

C'est une histoire d'enfermement familial, limite d'addiction familiale : malgré la toxicité des relations, impossible de s'en passer. Mais ici, la réalisatrice va très fort : les sentiments semblent acquis par le lien du sang mais aucun des membres de cette famille ne semble les avoir interrogés, questionnés, analysés jusqu'à l'intrusion de Mélanie dans leur trio. Et c'est vrai que l'on souffre pour Old Dolio, quand elle réalise pas à pas tout ce qu'elle n'a pas reçu dans sa vie : amour, tendresse, délicatesse, protection, enfance, insouciance. Finalement, avec un peu de recul, je trouve ce personnage très touchant malgré son aspect extrêmement cinématographique. Quelques images sont même assez poignantes. C'est Old Dolio qui porte le l'histoire.

Je dirai que la bande-annonce survend (une fois de plus) tout de même le film, qui n'est pas drôle hormis les quelques passages déjà connus par la B.A. On est dans un drame où l'on espère que certains personnages vont connaitre une rédemption et d'autres l'émancipation... Mais les crapauds, dans un sacré pied de nez, ne se métamorphosent pas en princes parents charmants !

Kajillionaire mélange l'absurde, le farfelu, le grinçant et le drame souffre cependant d'une longue mise en route et d'un rythme inégal. Mais il se laisse regarder et apprécier pour son originalité. Mais un peu plus d'épices l'aurait rendu plus intéressant et accrocheur.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 10/10/2020 01:39

Bon, je passe. En ce moment, je suis plus Netflix que cinéma en plus.;)

keisha 08/10/2020 12:46

Pas trop envie, mais si tu aimes les pettis arnaqueurs bras cassés, tu as les dortmunder chez donald westlake
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Dortmunder