QUI NE SE PLANTE PAS NE POUSSE JAMAIS, de Sophie TAL MEN

Publié le 16 Octobre 2020

Roman, Sophie Tal Men, Avis, chronique, critique, Qui ne se plante pas ne pousse jamais, bretagne, cap fréhel

Roman - Editions Livre de Poche -285 pages - 7.70 €

 

Parution d'origine chez Albin Michel en 2019

L'histoire : Avant que la maladie ne l'emporte, Jacqueline voudrait s'assurer que Margaux sa petite fille et Alexandre, son petit fils d'adoption, soient heureux, biens dans leur tête et dans leur vie, sur le bon chemin. Il y a un peu de travail, Jacqueline s'y emploie donc !

Tentation : Pourquoi pas, une si joyeuse couverture !

Fournisseur : Les étagères d'Armelle, merci pour le prêt !

 

 

 

 

Mon humble avis : Un roman où il est tant question de chocolat ne peut pas faire de mal ! Le chocolat, mon pêché mignon, noir à 72% et en carrés ! Bon, le chocolat de Margaux est un peu plus élaboré puisqu'elle est commerciale internationale pour son maître chocolatier de père. Il n'empêche, ce roman gourmand excite les papilles gustatives et nous offre, en bonus de fin, quelques recettes à expérimenter !

Quid de l'histoire en elle-même ? Je ne suis pas déçue, je n'attendais pas autre chose que ce que j'ai trouvé dans ces pages. Une lecture tranquillou, reposante, bon enfant, avec de belles valeurs morales, divertissantes, bref, agréable à lire... Mais qui ne révolutionne pas la littérature, d'ailleurs ce n'est pas son ambition. Le scénario de base est du style "déjà lu" et le développement relativement attendu et la fin... logique ! Mais peu importe... Toutes les littératures ont quelque chose à offrir ou à apporter. En l'occurrence, j'ai regardé ma vie à travers le prisme des mots de Sophie Tal Men et de ses personnages. Le titre déjà, peut être considérer comme étant à double sens... Oui, sans erreur, on n'apprend rien, on n'évolue pas... Et également, difficile de se déployer si l'on ne plante pas un minimum de racine. Et puis il y a le célèbre leitmotiv du roman : "La vie, c'est comme une boite de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber". Sophie Tal Men décline en différentes versions la deuxième partie de la phrase... Et chacun est libre d'en faire autant... Et ma vie, depuis le déconfinement, est comme une boite de chocolat : pleine de possibilités, de saveurs, d'inconnu, de choses et de lieux à découvrir... Et ceci, presque sur mes genoux. En tout cas, dans un rayon de 150 kilomètres de chez moi, et j'avoue, je profite un max et découvre enfin correctement ma région, parce que j'en prends le temps de profiter et d'apprécier ce que j'ai près de chez moi, que je me plante un peu, je m'éparpille moins ! Bref, je pioche dans ma région comme dans une boite de chocolats ! Et je mets plein de petits extras dans mon ordinaire, comme conseillé par Jacqueline dans le roman. D'ailleurs, une bonne partie de cette histoire se déroule dans les environs du Cap Fréhel en Bretagne où je suis retournée il y a quelques jours... Donc visualisation totale des lieux pour moi !

Je ne vais pas ergoter dans un sens ou dans l'autre : une lecture sympathique entre deux romans plus conséquents.

 

La fameuse fauconnerie du Cap Fréhel... Désertée de ses occupants en cette saison !

La fameuse fauconnerie du Cap Fréhel... Désertée de ses occupants en cette saison !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article

Philippe D 18/10/2020 21:09

J'en ai lu un ou deux de cette auteure, mais pas celui-ci.
Ce sont des lectures détente, je pense.

A_girl_from_earth 17/10/2020 23:27

J'ai trop à lire, même dans le genre purement sympathique, pour ne pas être tentée mais j'aime bien le lien que tu fais entre le leitmotiv du roman et ta vie depuis le confinement.

keisha 16/10/2020 11:03

Tu as raison, pour les balades locales, hier encore j'ai découvert des coins de sologne!