LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEURS, d'Olivia RUIZ

Publié le 19 Décembre 2020

roman, Olivia Ruiz, la commode aux tiroirs de couleurs, avis, critique, chronique, exil, transmission, mémoire

Roman - Editions JC Lattès - 200 pages - 19.90 €

Parution le 3 juin 2020

L'histoire : À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

Tentation : Médias, interview de l'auteure et blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

Mon humble avis : Sans être fan, j'apprécie énormément Olivia Ruiz, en tant que femme, chanteuse et auteure/compositrice. Elle a son monde, son originalité. Elle a des choses intéressantes à dire. Déjà, j'admire son don de raconter des histoires dans ses chansons... Et la voilà qui passe au format du roman, avec le même talent ! Ce premier ouvrage est vraiment une pépite qui se déguste tant pour 'histoire qu'il nous conte que  pour le style si vivant, si gracieux et sincère, si éloquent et en même temps, fluide, malicieux et profondément chaleureux... Très très agréable. Il n'y a pas de doute, Olivia Ruiz est une alchimiste. Ce roman, je le chéris très fort, autant que chacun de ses personnages, qui quelque part ont certainement existé. En tout cas, Olivia Ruiz leur donne vie. Sans doute a-t-elle pioché des événements et des portraits dans son propre passé familial, puisque ces origines espagnoles sont connues de tous et l'inspiraient déjà.

Ici, Olivia Ruiz nous narre l'histoire d'une lignée de femmes sur quatre générations. Une lignée qui s'est construite sur l'exil, l'absence, la différence, le rejet, l'intégration, la vie communautaire, le souvenir, la douleur, le courage, la persévérance, le travail, les rêves, les idéaux et les racines qui coulent dans les veines depuis toujours, et qui forgent une personnalité. Mais aussi, tout au long de ces décennies et génération, il y a toujours eu un mur de silence et de secrets de famille.

Au fil des tiroirs de la commode aux tiroirs en couleurs qu'elle ouvre, la jeune femme découvre ainsi la vie et le passé de ses aïeules... C'est l'Abuela (alias Rita), sa grand-mère décédée récemment, qui lui a rédigé un long texte à ton intention, un texte accompagné de quelques objets symboliques. Alors que ses parents luttaient contre El Caudillo, Rita, 10 ans, a dû fuir l'Espagne avec ses deux soeurs, traverser à pieds les Pyrénées pour atterrir dans un camp... Avant d'être recueillie avec ses soeurs dans un immeuble communautaires peuplés d'émigrés espagnols hauts en couleurs. Aussi, malgré la rudesse de cette vie, le ton n'est jamais dans le pathos. Au contraire, on y partage la chaleur humaine, la solidarité, respect, la force et la rage de vivre, malgré les multiples terribles épreuves qui émaillent la vie de L'Abuela. Et surtout, une énorme envie de LIBERTE !

De cet écrin littéraire, Olivia Ruiz nous offre une formidable histoire sur l'exil, la transmission, la mémoire, et la fidélité à nos racines. C'est un livre bouleversant et qui pourtant fait beaucoup de bien. Et mine de rien, il revient sur une époque et des faits historiques plutôt négligés dans les manuels scolaires : celui de la guerre civile espagnole et ses horreurs qui a vu des centaines de milliers d'espagnols s'expatrier, et parfois, sans pour autant renoncer au combat pour la liberté.

A lire, à offrir sans hésiter !

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article

Anne 20/12/2020 20:17

Plus je lis des avis sur ce roman, plus j'ai envie de le lire. Il finira bien par paraître en poche.

krol 20/12/2020 09:50

J'essaierai de l'emprunter à la bibliothèque.

keisha 20/12/2020 08:34

A tenter gra^ce à la bibli...

A_girl_from_earth 19/12/2020 22:08

C'est fou, j'étais convaincue que tu l'avais déjà lu et chroniqué avec ce même enthousiasme ! Intriguant d'ailleurs tous ces avis très positifs. Je le lirai peut-être par curiosité un jour.

Géraldine 20/12/2020 10:50

Tu as peut-être des dons de médium littéraire ! Je devrais peut-être te consulter avant de commencer un livre... Tu pourrais alors deviner le ton de ma future chronique... Et si ton moyen nul, je pourrai alors renoncer à ces lectures !!!

Philippe D 19/12/2020 20:36

C'est un livre que j'ai vu beaucoup passer. Je le lirai, mais j'attends sa sortie en poche.
Pour un premier roman, c'est un gros succès !
Bon dimanche.

Eve-Yeshé 19/12/2020 14:11

il est dans ma PAL... je l'ai acheté car NetGalley m'avait snobée...
au début, "je trainais des pieds" car même si je la trouve originale, et talentueuse dans ses textes, je craignais le phénomène "encore une artiste qui se met à écrire des romans...)
les a priori ont parfois la vie dure...

Géraldine 19/12/2020 17:44

Disons que si c'était Jenifer qui s'était mise au roman, j'aurais eu aussi des à priori. Mais avec Olivia Ruiz, si j'en avais, il était positifs !