A PROPOS DE NICOLAS ANCION

Publié le 7 Août 2008

Un peu plus loin sur ce blog, j'ai donné mon avis sur le recueil de nouvelles de Nicolas Ancion "Nous sommes tous des Playmobiles". Un avis personnel franc et honnête, sans complaisance.
Quelques jours plus tard, à savoir ce matin, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir sur mon blog un commentaire à modérer... Un commentaire de Nicolas Ancion lui même ! Attention blogueurs et blogueuses littéraires, les auteurs de nos lectures guettent sur le net !!! Ce commentaire a été le rayon de soleil de ma journée. Même s'il ne me fait pas changer d'avis sur "Nous sommes tous des playmobiles" (je suis incorruptible !!!!), je suis ravie que Nicolas Ancion ait pris à son tour le temps de me lire et de nous écrire, puisque la raison d'un blog est d'être lu par un plus grand nombre de personne possible !
Ce fameux commentaire, que je vous livre ci-dessous,  donne accès au blog de Nicolas Ancion. Voici le lien :
link
N'hésitez pas à aller faire plus ample connaissance avec cet auteur et son oeuvre.


  • Bonjour Géraldine,
    Merci pour ta lecture, tout d'abord, ça fait plaisir de lire tes commentaires, même s'ils ne sont pas strictement enthousiastes et laudatifs. ;-) Sérieusement, ça aide à comprendre ce qui fonctionne ou pas dans un texte, mêm si ça varie largement d'une lectrice à l'autre...
    Je me permets tout de même de répondre à ton idée que les éditeurs ne liraient pas les manuscrits. Si je confirme volontiers que les éditeurs ne lisent qu'une partie des manuscrits qui ne les séduisent pas, je peux t'assurer qu'ils lisent, relisent, font lire et relire, tous les textes qu'ils publient. Dans le cas de ce recueil, c'est avec l'éditeur original que la sélection des nouvelles s'est établie, que l'ordre a été choisi, de même que le quatrième de couverture.
    A ce sujet, d'ailleurs, c'est à chacun de voir quel genre d'information il souhaite trouver dans un titre et sur la couverture d'un livre. Pour ma part, j'aime les titres évocateurs et les résumés qui ne résument pas (vas-y pour résumer dix nouvelles en une demi page, c'est un exercice impossible). Le quatrième de couverture est un complément aux nouvelles qu'on trouve dans le bouquin. Une porte d'entrée possible ou une grille de lecture, comme on voudra.
    Une de mes couvertures de bouquin préférée reste celle de l'Automne à Pékin de Boris Vian, où le texte de présentation s'achève sur cette merveilleuse invitation : "Inutile d'ajouter que rien dans cette histoire ne concerne l'automne, ni Pékin."
    Après avoir lu cette phrase, j'ai dévoré le bouquin. C'est bien à ça que sert la présentation, à donner envie de lire l'intérieur. Est-ce de la publicité mensongère? Je pense que cette expression est un pléonasme, de toute façon, toutes les pubs mentent ;-) Mais un titre de livre ne ment pas, il sert à tant de choses (donner envie de lire, mais aussi associer le livre à une étiquette pour le stocker dans la mémoire, présenter en quelques mots l'univers, prévenir le lecteur qu'il y aura de l'humour....) qu'il serait un peu réducteur de le limiter à une annonce du contenu.
    Les nouvelles sont amusantes, j'esprère, surprenantes, parfois, le titre et la présentation du livre leur ressemblent, je crois...


Et sur ce blog, une interview exclusive de Nicolas Ancion

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0
Commenter cet article

Liza 08/08/2008 06:26

Ah ben ça fait toujours plaisir !Ca m'est arrivé deux fois, mais jamais par hasard !CHouette !