THALASSA, ESCALE EN MARTINIQUE

Publié le 21 Décembre 2008

Thalassa continue son chemin sur les sentiers du littoral et s’arrête aujourd’hui en Martinique. La France de l’Outre-mer offre des paysages grandioses et les rivages de la Martinique d’Ouest en Est allient la douceur de la Caraïbe à l’âpreté de l’Atlantique. Comme les ouragans récurrents dans cette zone, le volcan est un risque toujours présent, comme partout dans l’arc Caraïbe ; c’est pourquoi beaucoup de scientifiques sont au chevet de ces cônes en fureur. Sous l’eau, leur moindre frémissement donne l’alerte.

Au-delà de la carte postale inhérente à l’île aux fleurs, Thalassa se penche sur un dossier noir au parfum de scandale : l’usage d’un insecticide qui a pollué de façon définitive 20% des terres de Martinique.

C’est l’écrivain emblématique Patrick Chamoiseau, Prix Goncourt, qui nous entraîne sur ses chemins préférés où l’on croise l’histoire d’un pays et de son peuple.




(Crédit Photo : Géraldine BUSSON)

 

Mon humble avis :Cela faisait une éternité que je n'avais pas regardé Thalassa à la télévision. Il faut dire qu'en général, le vendredi soir, soit je travaille, soit je suis de sortie. Cette semaine, ma santé en a décidé autrement et le programme annoncé par l'émission m'a bien alléchée. La Martinique ! Dieu sait que j'adore cette région du monde, les Antilles. Avec une petite préférence pour la Guadeloupe où j'ai vécu presque 3ans. Mais revenons  à l'émission sur la Martinique. Elle était vraiment de qualité. Un tour complet et intérieur de l'île magnifique. Car les Antilles ne valent pas que pour leurs plages. Leur forêt tropicale, leurs traces, les cascades font de l'intérieur de ses îles une véritable boite au trésor !
J'ai apprécié les interventions de Patrick Chamoiseau, prix Goncourt avec Texaco. L'émission a également bien insisté sur la différence de toutes ces îles. Effectivement, j'ai eu la chance de visiter presque (donc pas toutes !) toutes les îles de l'arc des petites antilles et je peux vous dire qu'aucune ne se ressemble. Leurs points communs bien détaillés dans l'émission : leur origine volcanique, leurs volcans sous haute surveillance et leur fragilité face aux cyclones. En effet, le paradis peut se transformer en enfer et ça, l'homme ne peut rien y faire.
Par contre, là où l'homme tient son entière responsabilité, c'est dans le scandale qui entoure la culture de la bananes tant en Martinique qu'en Guadeloupe. Les médias semble découvrir horrible les dégâts horribles du chlordécone ! En 1976, la fabrication du chlordécone, insecticide, est interdite aux Etats-Unis, du fait de sa dangerosité tant au niveau humain qu’environnemental. Malgré cela, elle sera encore autorisée spécifiquement et uniquement dans les DOM.   
Après de longues années d'analyse et de recherches, il a été établit que le sol des antilles françaises est complètement pollué par les pesticides utilisés depuis trop longtemps dans les plantations de banane. Cette pollution ne s'arrêterait pas uniquement aux bananes, mais s'étendrait à l'eau et aux produits alimentaires des îles. Une catastrophe sanitaire que déplorent évidemment les békés, propriétaires puissants de l'économie des îles.
Déjà, on déplore un pourcentage inégalé de cancers de la prostate, de stérilité chez le femmes.

Un petit résumé :

Définition de Chlordecone :
Pesticide organochloré utilisé entre 1981 et 1993 employé pour le traitement des bananiers pour lutter contre le charançon. Appartient à la même famille que le DDT, le lindane, le mirex.
Le chlordecone est un polluant organique persistant, extrêmement rémanent dans l'environnement qui peut s'avérer très toxique.
A été classé comme cancérogène possible chez l'homme dès 1979 mais n'a été interdit qu'en 1993 et utilisé notamment aux Antilles. On savait, on a rien fait. Comme pour le sang contaminé sans doute, responsable mais pas coupable ???
Ce produit est à l'origine d'une pollution importante en Guadeloupe et en Martinique découverte en 1999. À certains endroits l'eau souterraine contient des taux de chlordecone 100 fois supérieurs à la norme.
Plus d'infos
Il semble que les pouvoirs publiques et sanitaires ne commencent vraiment à saisir l'ampleur de la catastrophe et à chercher des solutions.
Voilà, sans être une spécialiste du sujet, je voulais insister sur ce fait, une fois de plus, dans ces coins de paradis, le poison vient de l'homme. Et comme partout ailleurs, l'homme s'empoisonne lui même et ses propres enfants.


Loin de moi l'idée de vouloir plomber l'ambiance. L'émission Thalassa était très bien construite, la Martinique est une île magnifique et la banane est un fruit délicieux qui donne la banane !!!
            
                                                              
 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0
Commenter cet article

Sylvie 16/01/2009 21:35

J'avais déjà entendu parler à la radio de cette pollution!. Je suis heureuse que Thalassa en ai fait une émission.... Dommage que je ne l'ai pas vue.

Géraldine 16/01/2009 22:22


Peut-être est il possible de voir une rediffusion ou sur le site de France 3 Thalassa ??


mary 04/01/2009 10:18

Ce reportage m'a également interpellée ! Quel scandale un de plus, tout ça pour le profit de grandes sociétés et bien sûr l'état ferme les yeux !!Une île si belle, polluée pour des années  et une population bafouée , ça me révolte.

Géraldine 04/01/2009 19:00


Et oui, et n'oublions pas ma chère Guadeloupe qui est dans le même cas !


Une Ville Un Poème 22/12/2008 18:51

Joli voyage ! Coloré et ensoleillé !

Géraldine 22/12/2008 22:45


Merci pour votre passage chez moi. J'en ai fait un très poétique chez vous. Bravo pour autant de lettres, autant de recherches, autant d'invitation  à l'ailleurs !


virginie 22/12/2008 09:26

Eh oui, encore une fois, on découvre soit disant trop tard les méfaits de l'homme. On va encore nous dire "désolé, on savait pas..." Messieurs et mesdames des gouvernements, arrêtez de nous prendre pour des imbéciles!!!

keisha 21/12/2008 18:32

Oui Thalassa est une belle émission. Tu as aussi bien fait de parler de ce produit interdit mais quand même utilisé, avec des conséquences sur la nature et les habitants.