TRADUCTEUR - TRADUCTRICE DE LIVRES ETRANGERS

Publié le 15 Février 2009

Toujours dans notre découverte du monde littéraire et des mille fourmis qui y travaillent, c'est aujourd'hui sur le métier de traducteur - traductrice de romans étrangers sur lequel nous nous penchons.
Isabelle Saint Martin, qui a récemment traduit
Si tu m'abandonnes de Nora Roberts, a gentillement accepté de témoigner par les mots suivants :


En principe, un traducteur travaille pour plusieurs maisons d'éditions mais cela n'a rien de systématique. Nous sommes des gens indépendants et chacun se sent donc un cas spécial... J'en dirais de même pour le rythme de production. Certains passent une année sur le même roman à cause de sa longueur, de sa complexité ou de mille autres choses. D'autres enchaînent titre après titre, parfois dans des domaines très différents. Certains font du technique ou pas...
En général, c'est le livre qui vient vers moi, car les éditeurs savent que je correspondrai mieux à tel ou tel auteur. C'est une question d'affinités, je pense que la chose se vérifie dans bien des métiers.
Il est certain que je ne réagis pas de la même façon avec Nora Roberts ou avec Jack London, par exemple. Il s'agit avant tout de traduire la pensée de l'auteur mais je tâche aussi de me mettre à la place du lecteur français. Par exemple, un texte en langue anglaise contient beaucoup de répétitions, de précisions qui paraîtraient redondantes chez nous. En revanche, on doit parfois expliquer des références qui vont de soi pour le lecteur anglo-saxon alors qu'en France on voit les choses différemment ou... qu'on n'a pas les mêmes émissions de télévision ; il  faut également adapter les dialogues dans une langue souvent trop crue en américain. En français ça ne "passerait" pas.
Le reste, c'est du travail, pas toujours facile mais passionnant.
Voilà, j'espère avoir répondu à votre attente et je vous félicite pour votre blog très bien fait.
Isabelle St Martin

                                
Comme le dit Isabelle Saint Martin,  "indépendants, chacun se sent un cas spécial". Je suis donc ouverte à d'autres témoignages sur le même métier, et j'en attends d'autres d'ailleurs, n'est-ce pas Laure !!!

                                                  

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0
Commenter cet article

Laure 20/02/2009 17:16

Oui, Daniel Fattore, les jeux de mots, les blagues, quel casse tête! Mais en ce qui me concerne, j'adore faire ça. C'est dans ces moments là que la créativité est la plus sollicitée : entre contrainte extrême et imagination.

Laure 20/02/2009 17:12

Chère Isel, je peux répondre à ta question: les quatrième de couverture sont écrites... Eh bien cela dépend des livres et des éditeurs: en tant que traductrice, j'en ai écrit beaucoup, que l'on m'a demandés. Mais parfois, l'assistant de l'éditeur s'en charge, quand ce n'est pas carrément le service commercial. Il arrive également que la 4ème soit demandée à l'auteur lui même, puis traduite en français... Il y a donc tous les cas de figure.

Géraldine 20/02/2009 17:25


Merci pour cette intéressante réponse. J'ai bien reçu votre mail, je le lis ce soir à tête reposée mais d'avance vous remercie. Je vous enverrai le lien de publication, comme cela, vous pourrez
mettre un lien sur votre blog s'y rapportant et témoignant ainsi de votre témoignage, si vous le voulez !!!
A toute à l'heure ou à demain


melaine 20/02/2009 09:10

C'est un métier que je connais bien et que je respecte. C'est très dur de traduire...

Daniel Fattore 17/02/2009 16:39

J'ignore les raisons des coupes dans "Pride & Prejudice" de Jane Austen - et ma seule expérience de lecteur de ses oeuvres s'est soldée par un rejet de l'ouvrage dans les profondeurs de ma bibliothèque avant même la fin... Questions de morale, peut-être? Impératifs de longueur?... mais en ce qui concerne le traducteur, celui-ci peut se muer en adaptateur parfois assez massif. Je me souviens par exemple de l'édition de "Mariage de raison", en allemand "Röstigraben" si je ne m'abuse, qui explore les relations complexes entre Romands et Alémaniques en Suisse. Le texte allemand comprenait pas mal d'exemples tirés de l'expérience alémanique, peu parlants aux Romands; l'adaptation française intégrait, quant à elle, d'autres exemples, typiquement romands. Notez aussi le jeu qu'a dû être la traduction et l'adaptation de la nomenclature d'oeuvres telles que Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux... ou le casse-tête que doit être la traduction d'un roman de Terry Pratchett, où interviennent, semble-t-il, des jeux de mots intransposables tels quels. Au traducteur d'être plus drôle, ou au moins aussi drôle que l'auteur!

keisha 17/02/2009 15:43

Encore un article qui m'apprend beaucoup ! Dur métier que celui là , parfois les lecteurs ne sont pas contents ...je viens encore de trouver une "erreur" dans un livre traduit du japonais mais là je pardonne !

Géraldine 17/02/2009 16:00


Et oui, c'est là qu'on se rend compte que tout n'est pas si simple, qu'il faut se faire comprendre des puristes comme des non initiés. Effectivement, dur métier semble t-il !


midola 17/02/2009 10:48

Témoignage très intéressant ! Merci !

Géraldine 17/02/2009 11:08


Mais de rien très cher. Ce n'est pas moi qui fait ces témoignages, je ne vais que les chercher ! Après, ils dépendent de la gentillesse de personnes volontaires et compréhensives !


Laetitia la liseuse 16/02/2009 18:57

Encore un métier fascinant que tu nous fais découvrir. Pas facile de coller le plus près au style de l'auteur. c'est là que le talent du traducteur réside !

Géraldine 16/02/2009 23:12


Oui, déjà, quand on a la chance de parler un peu anglais, on s'en rend parfois compte quand on voit des films en VOSTF...


lael 16/02/2009 09:52

waouh mais à force de faire des interviews tu vas être une blogeuse mondialement connue!! c'est génial!! dis tu pourrais faire une interview de quelqun qui rédige les quatrièmes de couverture! J'ai toujours voulu savoir qui écrivait les résumés et si un métier s'y rattache!!!

Géraldine 16/02/2009 10:16


Si tu connais quelqu'un qui fait ce métier, je m'en occupe avec plaisir !
Honnêtement, ce serait avec plaisir et je m'emploie à tout ça. Mais sache que pour une réponse sympa d'un pro de la pro, je ne te dis pas le nombre de mail envoyés restés sans réponse... Il faut
donc s'accrocher !!!


valy christine 15/02/2009 23:45

Merci, chère Géraldine, je te souhaite aussi une bonne semaine.

valy christine 15/02/2009 23:27

Je veux bien y répondre mais je ne comprends pas très bien la question de Schlabaya : ...des coupes claires dans certains romans. Les coupes claires veut dire les coupes claires des phrases ? Pourquoi on coupe parfois les phrases ?

Géraldine 15/02/2009 23:41


je suppose, le plus simple est que tu vois directement avec elle via son blog !
bonne toute fin de WE !

bises


Schlabaya 15/02/2009 16:03

Intéressant, ce témoignage ! Je n'avais pas pensé qu'un traducteur doive modifier le niveau de langage des dialogues... Par contre, j'aimerais qu'un traducteur nous explique pourquoi on fait parfois des coupes claires dans certains romans. Il a fallu que je lise "Pride and Prejudice" (Orgueil et Préjugés) en anglais pour réaliser que de nombreux passages avaient été occutés ans les raductions françaises, quelle hérésie !

Géraldine 15/02/2009 17:11


Comme j'attends et j'espère d'autre témoignages de traducteurs, peut être la réponse arrivera-t-elle toute seule. Pas évident effectivement de résumé dans un billet sur un métier si vaste !


A_girl_from_earth 15/02/2009 14:52

Ouiiiii! Ou même plus proche, italien, portugais, danois... Aaah! J'aimerais pouvoir lire un manga en VO un jour!!! Je dis manga parce que roman je crois que je n'aurai pas la patience, vu mon faible niveau en japonais!!

canelle56 15/02/2009 13:17

bon dimanche ensoleillée , bises geraldine

Géraldine 15/02/2009 13:21


Ah oui, il fait soleil... et j'ai pourtant choisi le repos à l'inrérieur ! Bon dimanche à toi aussi. Bises


A_girl_from_earth 15/02/2009 13:13

Aaah c'est dur traducteur! Moi je serais incapable de traduire, j'ai toujours un sentiment d'éternelle insatisfaction face à mes phrases. J'ai beaucoup d'admiration pour les traducteurs, en particulier ceux qui me donnent accès aux romans que je ne pourrais pas lire en VO... et il y en a une tonne!!!:)

Géraldine 15/02/2009 13:22


Comme les romans japonnais par exemple ??!!! Comment, tu n'est pas bilingue en japonnais et en Mandarin
??


Aifelle 15/02/2009 12:11

Moi qui ne connais aucune langue étrangère, je trouve ce métier fascinant.

Mary 15/02/2009 11:06

J'aime beaucoup ta rubrique sur les métiers du livre .Un dimanche qui commence bien en somme !Passe une bonne journée Géraldine . Bisous

Géraldine 15/02/2009 12:13


Merci, j'espère réussir à compléter cette rubrique de mieux possible. mais ce n'est pas évident, car bcp de mes demandes restent lettres mortes !
Bon dimanche à toi aussi,
Bises