A PROPOS DE BORIS VIAN

Publié le 10 Avril 2009

  Qui n'a pas eu sa "période Boris Vian". Je pense ne pas me tromper beaucoup en affirmant que toute personne aimant la lecture et ayant eu une époque un peu rebelle s'est retrouvée avec au moins un livre, voire plusieurs, de Boris Vian entre les mains.

Moi même, j'en ai lu un certain nombre lorsque j'étais au lycée. Rien de tel pour m'attirer que des titres comme "J'irai cracher sur vos tombes", "Les morts ont tous la même peau" pour attirer mon âme contestataire de lycéenne un peu paumée, qui cherchait à se démarquer et un échos à sa rébellion. C'était il y a 20 ans... Donc bien sûr, je ne garde qu'un souvenir vague de ses livres, qui figurent donc dans mon programme de "relecture  un jour quand j'aurais le temps".
Mais Boris Vian a assez marqué mon parcours de femme et de lectrice pour lui consacré un billet et lui tailler un petit portrait non exhaustif hélas !



Boris Vian naît en 1920. De santé cardiaque, il est néanmoins bon élève. Tellement brillant même qu'il obtient le baccalauréat latin grec à 15 ans, et un bac philosophie maths (tiens, le même que moi !) à 17 ans ! Un génie complet en somme... Il intègre l'Ecole Centrale à 19 ans et recontre Michèle Léglise lors d'une surprise partie. Leurs points communs artistiques sont flagrants, qu'il s'agisse de cinéma, de Jazz, de littérature. Ils se marient. Nous sommes en 1941 et Boris Vian commence à écrire cent sonnets.

Un an plus tard, le couple a un fils, et Boris est diplomé ingénieur de l'Ecole Centrale.
En 1944, Vian est logiquement très remué par l'assassinat de son père, dans des circonstances curieuses. Mais il continue à écrire. C'est en 1945 que Vian signe chez Gallimard pour Vercoquin et le plancton.Parallèlement, Boris Vian joue de la trompette Jazz dans un orchestre qui triomphe et il collabore avec le magazine Jazz Hot.


1946, c'est l'année où Vian écrit "L'Ecume des jours" (publié en 1947) et là vous vous dites, "Ah oui, ça y'est, ça me parle." C'est aussi "J'irais cracher sur vos tombes" publié sous le pseudonyme de Vernon Sullivan (ce roman sera suivi d'une plainte et d'une condamnation). A cette époque, Boris Vian fréquente Quene au et Jean Paul Sartre. Vian se consacre désormais uniquement aux arts multiples qu'il maîtrise si bien.

En 1948, naît sa fille pendant qu'il commence l'écriture de "L'herbe rouge". Il divorce d'avec Michèle en 1952 pour épouser Ursula Kübler en 1954. Entre temps, il est entré au collège de Pataphysique et a écrit "L'arrache coeur". Boris Vian se voit attribué le poste de directeur artistique chez Philips en 1955. Trois ans plus tard, il devient un plume du Canard Enchaîné.

En 1959, il devient acteur et tourne "Les liaisons dangereuses" de Vadim, passe directeur artistique chez Barclay... et décède le 23 juin durant la projection du film "J'irais cracher sur vos tombes". L'homme aux multiples talents est mort à, l'âge de 39 ans. Il a vécu vécu dans l'ombre et la discretion. Car son oeuvre ne devient un succès que 3 ans après son décès.

Comme le note Michel Rybalka qui publia sur lui un essai en 1969, le succès de Vian excède le cas de la littérature pour acquérir une dimension sociologique. Par son esprit de révolte, son refus de la morale, ses tribunes au vitriol, Boris Vian incarne à jamais l'esprit libre ayant fait fi des contraintes pour prôner la libération de l'esprit. D'où son succès énorme je pense auprès des lycéens.

On doit aussi à Boris Vian cette fameuse et sulfureuse chanson "Le déserteur".


Boris Vian - Le Déserteur -



Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0
Commenter cet article

gabriel 22/04/2009 11:11

tres bien cet articleje vous signale aussi qu'arte prépare une magnifique soirée autour de Boris Vianle 18 juin prochain, avec une fiction musicla enmenée par Antoine de Caunes et un documentaire inédit

Géraldine 25/04/2009 11:43


@ Gabriel ! Merci pour l'info, je note pour le 18 juin, en espérant être dispo et surtout, de ne pas oublier !


Schlabaya 14/04/2009 20:29

Je fais ma curieuse : quel concours as-tu gagné ? J'en suis heureuse pour toi, en tout cas !

Géraldine 17/04/2009 15:07


@ Schlabaya : un concours ? Où ai je parlé d'un concours ? Pas le temps de rechercher... Le seul concourt que j'ai gagné est celui qu'avait lancer Sébastien pour célébrer les 5 ans de son blog. Un
concours de critiques littéraires entre autre, qui m'a vu remporter et recevoir un exemplaire d"un chateau en Suède", de Françoise Sagan ! Curiosité satisfaite ??


Ys 12/04/2009 19:28

Oui, certainement, même en Maison de la Presse à mon avis

A_girl_from_earth 12/04/2009 13:20

J'ai vu aussi sur le côté que tu allais lire La taverne du doge Loredan. Ca fait partie des sélections Livre de Poche? On me l'a chaleureusement recommandé il n'y a pas longtemps aussi je vais le faire passer au sommet de ma PAL d'ici quelques jours. Ca se trouve on va le lire en même temps! Bon film (c'est quoi cette fois au fait?) et amuse-toi bien today!

Géraldine 14/04/2009 15:33


@AGFE : la taverne du doge loridan. hum Hum.... ca y'est, je l'ai fini. mon billet doit paraitre demain. Lis le et tu me diras où tu places le bouquin sur ta PAL au final !


Midola 11/04/2009 11:06

Qui n'a pas Boris Vian dans sa pile "à relire"

Géraldine 12/04/2009 10:46


@ Midola : Oui, à relire certes, mais certainement aussi juste à lire


A_girl_from_earth 10/04/2009 14:44

J'ai eu ma période Boris Vian aussi ado mais je ne sais plus par quoi elle avait été induite, juste curiosité probablement au départ et j'avais eu une révélation avec L'écume des jours. Il m'en reste un souvenir plus que vague aujourd'hui et comme toi il est dans mon programme "relecture un jour".

Géraldine 12/04/2009 10:53


@ AGFE : Tu vois, même^en étant hospitalisée et en arrêt depuis plusieurs moi, ça ne suffit pas à faire baisser toutes ces piles. Là, j'ai obtenu mon dimanche de 10h à 18h. Donc vite retour chez
moi pour connexion, programmation de billets, puis mac do et ciné avec une copine. Et dans ma boite, m'attendaient 2 bouquins : un du concours de Sébastien que j'ai gagné (yes !) et l'autre, un
gros pavé des éditions michel lafon qui m'aiment beaucoup !


jean-marie 10/04/2009 11:34

Bonjour et merci pour cet articlepour un écrivain, un artiste, un homme exceptionnelamicalementjean-marie

Géraldine 12/04/2009 10:55


@ Jean Marie ; De rien, je prends plaisir aussi à écrire ces court articles qui permettent toujours d'en connaitre un peu plus sur nos grands auteurs, voire se remettre des choses en tête
!


Ys 10/04/2009 10:38

Arthur H vient d'enregistrer L'écume des jours sur livre audio : ça doit valoir le coup.

Géraldine 12/04/2009 10:56


@ Ys : Ah oui, cela peut valoir le coup. Ce serait ma première expérience de livre audio. Tu penses que ça se trouve genre chez Virgin ou Fnac ??


Schlabaya 10/04/2009 10:17

Un auteur-culte, en effet, et qui correspond également à mes années-lycée (soit dit en passant, j'ai eu le même bac que toi) et fac... En première année de fac (de philo), je me passionnais pour Vian, Sartre, Beauvoir, et toute cette période de l'après-guerre.Pour sa mort précoce, il savait qu'en jouant de la trompette il s'exposait à ce que son coeur lâche, et sa passion a été plus forte. Il disait d'ailleurs qu'il n'atteindrait pas quarante ans...Un auteur inclassable, aux textes parfois énigmatiques, et aux multiples talents : parolier, chanteur, musicien de jazz, pataphysicien... et même peintre !

Géraldine 12/04/2009 10:57


@ Schlabaya : Oui, un personnage fascinant par tant de talent. je ne suis pas sûre que l'on en ait encore à notre époque des artistes aussi polyvalent !