CONFERENCE AVEC LOUISE ERDRICH

Publié le 5 Octobre 2012

SAM_0992.JPG

 

 Dans le cadre des Rencontres de la rentrée littéraire, la romancière américaine est venue à Rennes, aux Champs Libres, pour une conférence.

Le sujet de celle ci était plus tourné sur l'identité (Louise Erdrich est en effet amérindienne par sa mère). Son dernier roman, le jeu des ombres, a tout juste été évoqué mais cela n'a pas empêché cette conférence d'être très enrichissante !

 

 

 Le jeu des ombres

 

 

 

 

 

 

   

La mère de Louise Erdrich est une Ojibwa (famille des Chippewa), donc amérindienne, et son père est germano-américain. Louise Erdrich grandit dans le Dakota du Nord, où ses parents travaillaient au Bureau des Affaires Indiennes. Elle vit désormais dans le Minnesota avec ses filles et est la propriétaire d'une petite librairie indépendante appelée Birchbark Books, "birchbark" signifiant "écorce de bouleau" en anglais.

L'objectif de cette conférence était de distinguer comment la notion d'identité traverse son oeuvre sans réduire celle ci à cette seule notion.

 

 

Intervenante : Louise Erdrich, quelle a été votre vie, quel parcours avez vous suivi ?

L.E : Voulez vous que je commence à l'époque où j'étais bébé ?! C'est une longue histoire. Mais d'abord, merci à tous ceux qui sont venus ce soir. Ma mère est Obijwa et mon père est allemand. J'ai grandi entre une réserve et l'Allemagne. J'ai donc reçu 2 héritages. C'est douloureux mais aussi extrêmement enrichissant. Ma vie a vraiment été une culture mixte car jai aussi vécu dans une communauté germanophone.

 

 

Intervenante : Où se trouvent les Ojibwés ?

L.E : Les Ojibwés ont rencontré les Français au début de la colonisation, à l'époque où l'Homme commence d'Est en Ouest une longue migration. Puis la communauté s'est divisée entre le Canada et le Dakota du Nord, là où vit ma famille qui a des origines bien plus au Nord, au Canada. Les deux langues se sont rapprochées. Ma famille sont des gens qui ont fait du commerce avec des voyageurs français. A l'époque, souvent, pour progresser dans les affaires, pour des raisons de commerces, des Français épousaient des Amérindiennes, plus que l'inverse.

 

 

 SAM_0971.JPG

 Intervenante : Comment avez vous intégré l'idée que vous étiez d'origine amérindienne ?

L.E : J'ai eu une mère très forte qui m'a appris les valeurs de la nation Ojibwé : bonté, générosité, mais surtout, se tenir debout. Elle était mon modèle. Mais j'étais aussi autodestructrice.

 

 

Intervenante : On dit souvent que la femme amérindienne est une femme forte, créative, matriarcale.... Est-ce un cliché ou y a-t-il un courage qu'ont mieux assumé les femmes ?

L.E : Le dicton dit : " Un peuple n'est jamais brisé tant que l'on a pas brisé le coeur de ses femmes". Je ne peux pas dire que les femmes soient plus fortes, car il y a aussi tant d'hommes forts. Mon grand-père a combattu de toutes ses forces aux Congrès de Washington DC pour qu'un traité qui reconnaissait certains droits aux Améridiens soit respecté par les deux parties. J'ai des exemples de sacrifices des deux côtés.

 

 

Intervenante : Avec l'éducation, est que le regard sur notre société change en consultant les anciens et en créant des oeuvres ? Quelles sont les valeurs de votre communauté que vous voudriez nous montrer ?

L.E : Vous voulez dire par rapport à la société blanche ? Comme vous le dites, l'une de nos plus grande valeur est la bonté. Chez nous, personne n'est jamais abandonné sur le bas côté de la route. Mais cela va plus loin dans un sens plus universel... Si l'on regarde loin derrière, les gens qui vivaient près de cet esprit dépendaient de la nature et ne la détruisaient pas. Il faudrait que le monde entier retrouve cette valeur avant que tout soit détruit. Notre place sur terre devrait être très humble. Même notre communauté a perdu cette valeur. Un dicton dit que la septième génération sera contrainte de revenir à cette valeur sinon la race humaine de disparaître. La terre se débarassera de nous.

 

 

  

 

SAM_0986.JPG

Intervenante :  La dépossession des biens et des terres amérindiens a été facilité par le nomadisme, puisqu'un peuple nomade n'a pas de titre de propriété, d'où la lutte territoriale. Votre travail d'écrivain est il traversé par un sentiment d'amertume ?

L.E : Pas d'amertume, mais de profonde injustice oui. Mon oeuvre témoigne aussi de mon énergie pour que ma communauté comprenne l'injustice qu'elle a subi. Mon objectif est de mettre la réalité humaine comme une langue universelle pour que nous puissions tous partager les erreurs.

Mon écriture est aussi un couteau sans lame et sans manche pour combattre le désespoir. Mais il y a aussi beaucoup d'humour ! Si je vous racontais nos réunions de famille ! C'est plein de rire et d'autodérision. C'est un rire culturel de liberté. On est loin de l'image de l'indien stoïque. Quand vous pouvez rire, il y a une culture de la liberté.

 

 

Intervenante : L'humour est il un outil littéraire ?

L.E : Je dois écrire du drôle sous peine de m'effondrer, même si c'est difficile. Sans le rire, la vérité ne serait pas là puisqu'il y a tant d'humour dans notre culture. J'en ai besoin et serais très triste si je ne faisais pas rire.

 

 

Intervenante : La vanité est elle très malvenue dans les communautés amérindiennes ?

L.E : Effectivement, les vaniteux sont les gens qui, à leur insu, deviennent les plus drôles, tout le monde se moque d'eux. Mais chez nous, cela remonte à loin, même dans nos contes ancestraux. Chez nous, le trickster (le corbeau, le renard...) est le "Nadabaju" (orthographe très incertaine, phonétique...) et il prend plein de formes différentes : une vache, un coyote, un corbeau, ou même une condition climatique comme le vent. Il est trop grand pour être contenu dans une seule forme car les gens qui se vantent puis qui s'effondrent regroupent toute la nature humaine. C'est aussi un grand éducateur et un soigneur qui apportent différents remèdes aux maux des hommes.

 

Intervenante : Vous retrouvez vous dans le label littéraire "realist magic" ?

L.E : Je n'en avais pas conscience quand j'ai commencé à écrire. J'écrivais juste la vérité. Au fil du temps, je me suis rendue compte que l'on me mettait cette étiquette qui remonte pour moi à Faulkner. La vérité que je pensais incroyable est l'Histoire qui s'est vraiment passée... même si parfois, la vérité est aussi magique.

Parfois j'écris, et par moment j'ai l'impression de traduire quelqu'un, le personnage en fait.

 

 

Intervenante : A l'époque où l'on est immergés sous les images, la littérature et la langue ne sont elles pas les moyens les plus vrais pour communiquer et échanger ?

L.E : Tout le monde dit que les romans sont mourants et pourtant, ils rejoingnent toujours les gens. La littérature me touche dans mon être. Ce sont l'écriture et la littérature qui sont venues me chercher. Un roman est un concentré d'énergie qui n'en nécessite pas. Nul besoin d'électricité ou autre... Un roman s'écrit et se lit partout...où l'on veut !

 

 

 

 

  Et je reprends ma collection de photos d'effets de mains !

 

 

 

SAM_0981.JPG

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Auteurs : rencontres et conférences

Repost0
Commenter cet article

clara 09/10/2012 07:58


Merci Géraldine! Qu'est ce qu'elle est belle!

Géraldine 11/10/2012 16:12



@ Clara : De rien ! Et dans quelques jours, comme sur un plateau, c'est Olivier Adam que je t'offrirai !



Alex-Mot-à-Mots 08/10/2012 13:07


Merci pour cet interveiw d'une grande femme et écrivain.

Géraldine 11/10/2012 13:09



@ Alex : De rien, il serait tout de  même temps que je la lise !



sylire 06/10/2012 22:11


J'aurais bien aimé participer. Cette romancière me fascine... As-tu acheté son dernier livre ?

Géraldine 09/10/2012 23:45



@ Sylire : Et non, je n'ai pas acheté son dernier livre, car j'essaie vraiment de me raisonner. Et puis j'ai un autre livre d'elle dans la PAL depuis 3 ans....



Anne 05/10/2012 23:08


Oh merci pour cette interview !! Elle est belle, sympa, discrète, heureuse d'être là, elle écrit de baux romans, (elle parle avec les mains)... que demander de plus ! ;-)

Géraldine 10/10/2012 00:02



@ Anne : Oui, moi, les auteurs qui ne parlent pas avec les mains ne m'intéressent plus  Bon, depuis, j'ai été gâtée
avec Olivier Adam et ce soir, Tahar Ben Jalloun !



Valérie 05/10/2012 19:30


J'ai beaucoup aimé l'entendre au Festival America. Elle est très classe cette dame, et pas seulement dans son apparence physique.

Géraldine 10/10/2012 00:00



@ Valérie : je confirme, classe autant dans l'âme, que dans la façon de s'exprimer et de se comporter. Admirable !



keisha 05/10/2012 13:12


Mieux que le festival america (où je l'ai juste vue en signature) , hier elle était chez f Busnel, à la radio (FI)

Géraldine 10/10/2012 00:00



@ Keisha ; Et oui, je me dis de plus en plus que les petits événements culturels en province sont bien plus chaleureux et intéressant que les grands rassemblements parisiens !



mary 05/10/2012 10:01


Superbe rencontre !


Merci du partage j'aime beaucoup les réflexions de cette auteure !


Quelle belle leçon de vie, respect de la nature et de l'humain et humilité.


Des valeurs à méditer.

Géraldine 09/10/2012 23:59



@ Mary : Ah oui, c'était un grand moment. Et je les multiplie. Samedi, c'était Olivier Adam, ce soir, Tahar Ben Jelloun, vendredi, ce sera Isabelle Autissier....



Midola 25/09/2012 08:44


Merci pour ton compte-rendu. Encore une fois, je rgrette vraiment de ne pas avoir pu y assister. Il faut absolument que je pense à réserver ma place pour Olivier Adam !

Géraldine 26/09/2012 00:06



@ Midola : Et demain c'est Agnès desarthe ! par contre, pour Olivier Adam, presse toi car déjà la semaine dernière les champs libres disaient que les places partaient comme du petit pain !