L'ECRIVAIN, de Yasmina KHADRA

Publié le 12 Janvier 2012

  Roman - Pocket Editions - 286 pages - 6.60 €

 

 

Parution d'origine en janvier 2001.

 

 

L'histoire : Mohammed a tout juste 9 ans quand son père le conduit à l'école des cadets, près d'Oran, en Algérie. Il devient alors le matricule 129. L'école des cadets est une école militaire, au règlement stricte, sévère... qui n'hésite pas à faire régner l'ordre dans les rangs avec des châtiments corporels... Mohammed y suivra toute sa scolarité, puis à l'adolescence, changera pour une autre école militaire pour adolescent se dirigeant vers le bac...

Tous les moyens sont bons le jeune Mohammed pour s'échapper de sa vie, de son environnement. La lecture, puis l'écriture... Mohammed sera officier supérieur de l'armée algérienne. Et surtout, quelques décennies plus tard, il deviendra Yasmina Khadra, l'auteur que nous connaissons. Ce livre est donc la genèse d'un auteur....

 

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis :Yasmina Khadra annoncé en conférence à Rennes en janvier ! Voici une bonne raison de sortir d'urgence ce livre qui repose depuis trop longtemps dans ma PAL. Et pourtant, j'avais été bouleversée comme rarement par "l'attentat", livre que j'avais acheté et fait dédicacer en même temps que celui ci.

L'écrivain, je l'ai dévoré.  Atterrée autant par ce que je lisais que hypnotisée et charmée par cette magnifique langue qui dit pourtant l'indicible. Comment ne pas être choquée par le traitement infligé à ces jeunes cadets, traitement déjà inhumains pour des adultes, alors pour des enfants de 7 ans, qui ne comprennent même pas ce qu'ils font là...

Et puis il y a aussi ce père tant adoré et admiré qui abandonne les siens, prends d'autres épouses et laisse la mère de l'auteur vivre dans des conditions déplorables.... Entre la rigueur militaire et les déceptions familiales, l'auteur grandit, et même si ce n'est pas un nénuphar qui pousse dans son coeur, ce n'est ni haine ni vengeance. Mais sagesse et pardon. L'auteur n'accuse personne et trouve même des bons côtés dans cette éducation militaire qu'il relate de moult anecdotes, tantôt touchantes, tantôt révoltantes, mais jamais neutres. Bien sûr, la violence psychologique de la première partie du livre s'atténue au fur et à mesure que les enfants grandissent, deviennent des hommes, même si beaucoup trop jeunes, mais qui supportent plus facilement et qui ont le caractère qui s'affirme, parfois au grand dam de l'équipe d'encadrement scolaire ou militaire. En plus, c'est au début de l'adolescence que les aspirations littéraires du jeune Mohammed se font de plus en plus précises, qui oscillent entre doutes et certitudes, certitudes qui paraîtraient presque par moment prétention. Mais non, c'est un rêve et une ambition. Et pour que ces choses se réalisent, elles doivent être menées avec une motivation hors du commun. Pour Khadra, c'est une vocation ! Cet apprentissage de l'écriture de l'élève Mohammed, aidé par certains professeurs et découragé, voire brimé par d'autres, et passionnant et touchant. Comme est surprenante la raison qui amène l'adolescent à choisir le français comme langue d'écriture et non l'arabe... Cela tient des fois à peu de chose.

Enfin, en toile de fond, "L'écrivain" offre un portrait de l'Algérie des années 60, de l'Algérie post coloniale. A noter que le narrateur est issu d'un milieu plutôt favorisé.

Ce livre n'aura pas le billet qu'il mérite car à l'heure où j'écris ces lignes, je l'ai terminé depuis déjà 10 jours. Si j'avais pu écrire ce billet dans la foulée de ma lecture, il aurait eu un autre ton, il aurait mieux retranscrit l'atmosphère et l'émotion qui se dégage de cette oeuvre. L'importance et l'intérêt du regard du narrateur sur son pays, sur la vie, sur la liberté, l'amitié, l'écriture.Je ne peux que vous conseiller chaleureusement de le lire. Car ce n'est pas tout les jours que l'on assiste à la naissance, pas à pas, d'un auteur. Et pas de n'importe quel auteur. Un grand. Yasmina Khadra !

 

 

".... J'aurais, jusqu'au bout, la patience titanesque de toujours laisser venir ce que je n'avais pas les moyens d'aller chercher."

 

"Mes moyens du bords étaient dérisoires. Normal, j'étais un enfant et les enfants n'ont pas assez d'espace derrière eux pour reculer. Ils sont condamnés à avancer".

 

'Tu as un grave défaut et dois t'en débarasser : tu cherches à intimider. Un écrivain n'intimide pas, il impressionne. Il ne s'impose pas, il séduit ou convainc. Sa grandeur, c'est sa générosité et son humilité, pas sa complexité

 

"L'esprit, c'est ce que l'armée considère  comme la plus grande atteinte à son équilibre et à sa longévité."

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article

Malika 18/01/2012 20:04


Ce n'est pas mon préféré de cet auteur mais il est effectivement très interressant pour mieux comprendre son parcours et notament l'origine de son pseudo .

Géraldine 21/01/2012 20:50



@ Malika : Et bien lors de la rencontre passionnante avec l'auteur cette semaine( je me mets à la rédaction de mon billet juste après d'ailleurs, j'en ai profité pour acheter et faire
dédicacer l'imposture des mots qui est, à priori et en quelques sortes, la suite de l'écrivain !


Je viens de lire l'éuation africaine, génial, et me souviendrai toute ma vie je pense de l'attentat !



sylire 15/01/2012 10:59


Je l'ai vu en conférence et j'ai beaucoup beaucoup apprécié. Il a un grand charisme. On boit ses paroles. Je n'ai pas lu celui-ci (pourquoi ?). je note donc !

Géraldine 19/01/2012 01:12



@ Sylire : Je reviens de ma conférence qui fut délicieuse et l'occasion de réapprovisionner ma PAL de 2 livres, comme si elle en avait besoin !!


Je vais donc vous préparer un petit rapport pour un de ses 4 !



gambadou 13/01/2012 18:40


un très bon livre en effet, qui reste en mémoire. Tu viens le voir la semaine prochaine à Rennes ?

Géraldine 15/01/2012 20:37



@ Gambadou : Oui, bien sûr que j'y vais ! Et toi ? Va-t-on s'y voir ???



A_girl_from_earth 12/01/2012 22:42


Oh la la il faut absolument que je lise cet auteur cette année. Ça fait un moment que j'ai L'attentat dans ma PAL, il serait temps que je saute le pas! Trouverais-je le temps? Là est la
question...

Géraldine 13/01/2012 17:56



@ AGFE : Tu n'as pas lu l'attentat !!!??? Sitôt ton pavé de comte terminé, jette toi sur l'attentat et attends toi à
être accaparée et remuée !!!



lasardine 12/01/2012 22:17


j'ai été bouleversée par "L'attentat" et "Les hirondelles de Kaboul" et j'ai beaucoup aimé "L'olympe des infortunes"!


je lirai d'autres de ses titres, c'est sûr!

Géraldine 13/01/2012 17:57



@ Lasardine : Ah l'attentat, quel livre !


Là, je termine l'équation africaine et ... Whaou, whaou...



Midola 12/01/2012 18:34


Je suis contente que tu aies aimé ce livre (en même temps, comment aurait-il pu en être autrement ?!). Dommage que je ne puisse plus assister à la rencontre... Tant pis, tu me raconteras.

Géraldine 13/01/2012 17:58



@ Midola : Et figure toi que j'ai même adoré l'équation africaine que j'ai terminé hier soir !


Quant à ton baby sitter, il assure pas !!! Tu en as parlé aux syndicats ???



keisha 12/01/2012 16:15


Bonne rencontre avec l'auteur! Son dernier roman a eu des critiques moins bonnes.

Géraldine 13/01/2012 17:59



 Keisha : Plus que quelques jours...


Je sors de son dernier roman justement. Et ... Wahou.... Quel auteur !!!



Alex-Mot-à-Mots 12/01/2012 15:48


Un auteur que j'apprécie également.

Géraldine 13/01/2012 18:04



@ Alex : Je pense qu'il peut difficilement en être autrement avec un tel auteur, même si comme tout auteur, il peut être irrégulier en fonction des livres et des sujets que ne nous touchent pas
forcément de la même manière.



Yv 12/01/2012 15:40


J'aime ce que j'ai lu de cet auteur, notamment le formidable L'attentat. Parfois décrié, je trouve que je devrais en lire d'autres de lui

Géraldine 13/01/2012 18:05



@Yv : Ah l'attentat !!! Rarement un livre ne m'a aussi remuée. Et là, je sors de l'équation africaine... ravie de ma lecture. Plus de détail dans un futur billet qu'il faut que je rédige
d'ailleurs !



Christine 12/01/2012 13:57


Même si tu as fini le livre depuis 10 jours ton billet est une véritable tentation

Géraldine 13/01/2012 18:06



@ Christine : Merci et tant mieux s'il te tente, car ce livre est un "classique" incontournable !



viviane 12/01/2012 13:36


J'ai aussi beaucoup aimé ce roman. Quel style ! Tu as parfaitement résumé son histoire. A noté qu'il a fait une "suite" avec "l'imposture des mots" dans lequel il raconte l'accueil de
"l'écrivain" et de la révélation de celui qui se chachait derrière "Yasmina Khadra"- un officier de l'armée algérienne- au moment où sortaient des accusations qu'il réfute énergiquement sur
des exactions commises par l'armée pour certains, par les GIS pour lui. Le récit qu'il fait de certaines réactions, notamment celles de Florence Aubenas qui l'interviewait pour Libé et d'une
écrivaine dont il tait le nom, les coups bas, laissent incrédule. Il raconte aussi le chemin de Yasmina Khadra-écrivain pour accepter et assumer Mohammed Moulssehoul-le militaire. Avec ce
dialogue de fin entre les deux (oui je sais ça ne se fait pas de donner la fin) : "- Tu es sûr que c'est ce que tu veux ? me demande-t-il encore ?   - Aussi sûr que toi et moi ne
faisons qu'un."

Géraldine 13/01/2012 18:07



@ Viviane : Et bien tu m'en apprends une belle. J'ignorais que ce livre avait une suite. Et du coup, je suis encore plus dans l'indécision.... Quel livre vais-je acheter et faire dédicacer la
semaine prochaine ???



Anne 12/01/2012 11:57


Je le note et le renote, car j'ai déjà lu plusieurs livres de Y. Khadra, et ça m'intéresse de connaître son histoire. Tu as de la chance d'aller l'écouter en direct ! Je te conseille aussi le
très beau "Ce que le jour doità la nuit".

Géraldine 13/01/2012 18:09



@ Anne : Je ne sais pas si tu as vu, mais un autre commentaire dit que "l'imposture des mots" est la suite de l'écrivain.


Non, pas lu ce que le jour doit à la nuit. Par contre, je viens de finir l'équation africaine. Et je dois prendre une décision : quel livre acheter et faire dédicacer lors de la rencontre la
semaine prochaine ??? Pas mal de tentation !