LES CHOIX SECRETS, d'Hervé BEL

Publié le 12 Décembre 2012

http://www.actualitte.com/images/actualites/les_choix_secrets_herve_bel.jpgRoman - Editions JC. Lattès - 360 pages - 18.50 €

 

 

Parution en août 2012

 

Rentrée Littéraire sept 2012

 

 

L'histoire : La vie, au présent et au passé, de Marie. Les petits détails et les grands événements qui ont jalonné la vie de cette jeune fille qui, dans les années 30, vivait en indochine avec ses parents... Mais aimait déjà en France. Le quotidien de cette octogénaire, qui vit presque seule, isolée, autant respectée que détestée.... Le portrait d'une vie, d'une femme pas comme les autres...

 

 

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Abeline Majorel et les Chroniques de la Rentrée littéraire, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

 Mon humble avis : "Oh Marie, si vous saviez, tout le mal"... que vous avez fait, que je pense de vous...Vous êtes une femme monstrueuse, égoïste, jalouse, égocentrique, méchante, prétentieuse, capricieuse, odieuse et manipulatrice. Une vraie marâtre. Les gens qui ont partagé votre vie devraient être sanctifiés. Vos circonstances atténuantes ? Votre mère ? Vous étiez déjà ignoble. Vous vous plaignez toute votre vie durant de celle que vous n'avez pas eu... Et pourtant, vous l'avez choisi cette vie, j'en suis sûre, vous avez choisi l'homme qui avait le moins de caractère et qui vous laisserait exprimer le vôtre, si mauvais. Je ne vous ai jamais aimée, sauf dans votre prime jeunesse, celle où vous guettiez l'amour chaque jour au bout du chemin, avec la fraîcheur et la naïveté de la virginité de l'époque, les années 30.

Et puis Hervé Bel, votre créateur, nous conduit dans votre triste cuisine plus de 60 ans plus tard. Que vous est il arrivé pour que l'on vous retrouve ainsi si aigrie, si agacée par celui qui partage tristement votre vie, si avare, d'une avarice telle qu'elle vous coupe du monde et de vous même ? Est avare celui qui se prive de tout pour ne manquer de rien. Depuis votre jeunesse, vous ne pensez qu'à l'argent, que vous amassez et cachez au risque de vivre comme une pauvrette que le monde entier fuit... S'il n'était votre avarice, j'aurais alors eu quelque sentiment pour vous. De la pitié, le pire de tous. Celui que j'éprouve pour les personnes surpris par la vieillesse, la maladie, et qui n'en finissent pas de mourir. Cette même pitié qui m'étouffe lorsque j'écoute Les vieux de Brel et qui me fait avancer jusqu'à là chanson suivante.

Même votre père de papier se méfie de vous, à moins que vous ayez eu sur lui l'ascendant qui vous qualifie tout au long de votre histoire. Vous vous sentez supérieure. Alors est-ce l'auteur qui vous laisse la parole presque au beau milieu d'une phrase ou vous qui vous en saisissez pour être sûre d'établir votre vérité, celle qui vous fera passer pour une malheureuse, je l'ignore. Toute votre vie, vous avez rêvé d'être au milieu de la scène, la star qui brille, oh pardon, la Dame...

Vous avez de la chance, Hervé Bel vous a offert cette scène dans ce roman et vous a servi une prose magistrale.... Je vous connais, de là où vous êtes, vous devez penser qu'Hervé Bel n'a pas usé de sa plus belle plume pour vous faire plaisir, mais pour vous faire de l'ombre. Car le délice de ce roman est bien la plume de votre créateur, ajoutée à une construction romanesque judicieuse, originale et très adaptée au sujet. Désolée de vous décevoir Marie, mais je pense bien qu'Hervé Bel s'est servi de vous pour dresser le portrait d'une femme de votre époque et explorer dans les moindres détails les dégâts de la vieillesse, de l'usure du couple, d'une prédominence despotique dans une famille. Mais surtout, à travers vous, il fait de la jalousie le sujet principal de cette histoire. Une jalousie dévorante, dirigée vers tout et tout le monde, même ceux qui vous étiez sensé aimer, si ce mot a une signification pour vous.

Une chose m'étonne.... Devant une telle paranoïa pathologique, je ne comprends pas que l'on ne vous ait pas enfermée. Car votre malheur vient de là, vous l'avez construit toute seule, vous vous êtes laissée rongée par votre jalousie maladive.

Marie, vous avez peut-être gagné ce que vous cherchiez. Même si vous êtes le plus détestable personnage de roman rencontré depuis longtemps (même une certaine Tatie Danielle pourrait devenir une bonne copine à côté de vous) même si votre ignominie n'a d'égal, même si vous représentez l'idéal de l'antihéroïne,  vous êtes un spendide et formidable personnage romanesque ! Hervé Bel a réussi un tour de force. Nous scotcher à votre histoire, sans nous attacher à vous !

 

 

 Lu dans le cadre de 07_chronique_de_la_rentree_litteraire

 

 

 

 

 

                                                                                                   8/7                                                                                          

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article

Philippe D 17/12/2012 21:45


Eh bien dis donc! tu l'aimes cette femme! 

Géraldine 19/12/2012 14:47



@ Philippe : Ca se voit tant que ça ?



Hervé BEL 13/12/2012 22:28


Merci pour cette critique étonnante et si bien troussée.

Géraldine 14/12/2012 23:39



@ Hervé Bel : Merci pour vos compliments et merci à vous de me l'avoir inspirée. certains romans inspirent des chroniques d'une banalité affligeante et d'autres m'embarquent dans un délire qui
m'amuse bien et je pense, ne trahit pas le roman. Je vais me permettre de vous écrire sur votre adresse mail.



Alex-Mot-à-Mots 13/12/2012 10:39


Pire que Tatie Daniel ? Je demande à voir...

Géraldine 14/12/2012 23:38



@ Alex : Disons plus subtile et plus vicieuse, sournoise...



Didi 12/12/2012 21:50


Excellent billet ! Les personnages mêmes les plus excécrables arrivent à construire notre imaginaire livresque !


Tu m'as fait rire en disant qu'à côté de cette mauvaise femme Tatie Daniele pourrait être une amie :-)


Bisous Géraldine et bonne soirée

Géraldine 14/12/2012 23:37



@ Didi : Merci ! Oui, surtout qu'en plus, le personnage de Marie est subtile et sournoise, là ou il me semble, dans mes souvenirs, que la tatie Danielle était exécrable sans s'en cacher et se
rejouissait d'emmerder le monde !



Theoma 12/12/2012 18:14


un auteur que j'aimerais découvrir.

Géraldine 14/12/2012 23:34



@ Théoma : Et bien n'hésite pas à te procurer ce livre, c'est vraiment de la belle littérature. moi, c'est un auteur que j'espère avoir l'occasion et le temps de suivre !



akialam 12/12/2012 17:18


J'ai quand même eu un peu pitié d'elle... et pourtant elle n'a que ce qu'elle mérite.

Géraldine 14/12/2012 23:33



@ Akialam : Oui, j'ai eu un tout petit peu de pitié au début, puis celle ci s'est transformée en dégoût au fur et à mesure que nous découvrions qui était vraiment Marie.



L'Irrégulière 12/12/2012 16:57


Et bien, que voilà un personnage antipathique !

Géraldine 14/12/2012 23:32



@ L'irrégulière : antipathique certes, mais pas banal dans la littérature et diablement romanesque ! Je suis sûre que ce livre te plairait !



sylire 12/12/2012 13:18


Je partage ton enthousiasme. Voilà un livre dont on a pas assez parlé.

Géraldine 14/12/2012 23:28



@ Sylire : C'est clair et totalement injuste, quand je vois un livre de merde que j'ai lu dans la cadre du match priceminister... Ce livre aurait grandement mérité d'être dans cette sélection, et
dans celle de bien d'autres prix !



mary 12/12/2012 12:53


Waouh !!! elle me fiche la trouille cette femme là ! c'est vrai que ce n'est pas facile de détester le personnage principal d'un livre et d'aimer pourtant le livre ! Chapeau à l'auteur ! et
j'adore ton billet quel style quel panache !!! bravo !

Géraldine 14/12/2012 23:26



@ Mary : Le personnage est surtout très sournois et très dans les apparences, donc encore plus dangereux. Mais attention, nous ne sommes pas du tout dans un thriller, mais dans le roman de la vie
d'une femme qui se gâche la vie à être jalouse. Bon, je résume là, mais c'est un roman de très bonne qualité, une excellente surprise, même si, au premier abord, le sujet m'a dépité. Je n'aime
pas lire, écouter ou voir des films sur la vieillesse. Mais heureusement, il y a eu ces "je va je viens", entre le passé et le présent.



clara 12/12/2012 11:50


Ton billet est superbe ! J'ai beaucoup aimé ce livre !

Géraldine 14/12/2012 23:23



@ Clara : Merci, effectivement, je suis contente de mon inspiration. Il faut dire que le personnage de Marie m'a bien aidée pour le coup ! Et le roman est vraiment de qualité !



Anne Sophie 12/12/2012 11:09


tu donnes vraiment envie de lire ce livre, pour découvrir cet horrible personnage 

Géraldine 14/12/2012 23:21



@ Anne Sophie ; Effectivement, livre à lire, et personnage que je ne suis pas là d'oublier, sans doute pour tout faire pour ne pas lui ressembler. Car mine de rien, je crois que personne
n'est à l'abri d'avoir quelques points communs avec cette Marie !