TAIS TOI ET MEURS, d'Alain MABANCKOU

Publié le 21 Septembre 2012

Polar littéraire - Editions La branche - 221 pages  15 €

 

  

Parution le jeudi 13 septembre 2012

Rentrée littéraire 2012

 

 

L'histoire : Julien Mabancko et José Montfort ne font qu'un. L'un, congolais, est arrivé en France sous l'identité du premier, soit disant né  Fort de France.

José s'intègre très vite dans la tribus, formée de compatriotes. Il devient même le bras droit de Pedro, le leader. Jusqu'à ce vendredi 13 où, sur le trottoir  de la rue du Canada, José voit une femme s'écraser devant lui. Elle vient du 5ème étage..

 

 

 

Tentation : Gilles Paris et envie de découvrir l'auteur

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

Mon humble avis : Si j'occulte le fait que je m'attendais de ce roman un profil plus policier selon ma définition...

Et bien en fait, nous avons ici un roman noir. Noir parce qu'écrit par un Congolais, noir parce l'histoire se déroule dans la communauté noire de Paris... Et noir dans son style, malgré l'humour fin et discret dont ne manque pas Alain Mabanckou, qui profite d'ailleurs de l'occasion de railler le pur thriller à l'américaine.

Julien/José est dans sa cellule de prison, pour un séjour qui semble s'éterniser. Alors, il prend la plume et dans un journal, confie ce qui l'a mené là, depuis sa petite ville du Congo. (je suppose que toute ressemblance avec mon roman en court depuis 20 ans n'est que pure coïncidence ). La force de ce roman noir est qu'il est très coloré, coloré par cette communauté africaine que l'on découvre de l'intérieur, avec ses codes, ses traditions, ses dictons, ses restaurants, ses adresses, ses expressions. C'est une véritable immersion dans le quartier parisien de Chateau rouge que Mabanckou nous propose ici, avec ses leaders, ses vieux sages même si pas si sages, ses trafics de cartes de séjour, de chéquiers, les matronnes derrière leur comptoir de restaurant, les rivalités quand il le faut entre les Congolais Brazza et les Congolais Kinshasa qui redeviennent frères quand nécessaire. Il y a aussi l'aspect chic de certains africains pour qui revêtir les plus beaux vêtements de Paris pose leur position et pour qui, être reconnus comme l'un des plus grands "sappeur" de Paris est un honneur. J'ai vraiment aimé toute cette découverte d'un milieu qui m'est inconnu. Surtout que celle ci est parsemée de quelques moments jubilatoires... Tel le face à face entre José/Julien et un contrôleur RATP martiniquais. C'est cocasse et tragique à la fois. L'entraide, l'envoi de l'argent au pays, la débrouille.... José/Julien se débrouille plutôt bien jusqu'à ce qu'il soit embarqué dans une histoire bien plus grande que lui... Et si cette histoire était prévue depuis le début ? Si l'entraide avait été pure manipulation ? L'auteur laisse planer l'idée qui nous surprend tout à coup et puis fait plus ou moins son chemin en nous.

Le style est adapté au sujet : Julien s'exprime à la première personne, on sait qu'il a son baccalauréat et qu'il s'applique. Bien sûr, l'écrivain lui tient la main, mais l'écriture est agréable, fluide. Le personnage, dans son innocence et son isolement est attachant. Hélas, les situations se répètent et les lenteurs s'installent. Et puis j'attendais encore une fois un polar, des flics, une enquête. Notre Julien n'enquête pas, il est juste dépassés par une situation dont il saisit l'ampleur et les conséquences au fil de son récit. Il aurait du porter plus d'attention à la date. Pour lui, le vendredi 13 est une date maudite où son destin a basculé. En fait, j'avais besoin d'un peu plus de grandiloquence punchie alors que je tenais dans les mains un roman simplement sincère, sans grands effets, un roman d'un certain quotidien, certes à l'opposé du miens, mais...

C'est plus le portrait de cette communauté africaine que l'intrigue que je retiendrais, même si celle ci est savamment construite, sans doute, parce que ce n'est pas ce que j'attendais.

 

A savoir que ce roman a été écrit dans le cadre d'une collection instiguée par l'éditeur : réunir 13 auteurs de renom et leur demander de broder 13 romans musclés autour de cette date fétiche. 13 récits d'action, contemporains, où le héros, l'héroïne, met sa vie en jeu pour : un paquet de fric, l'amour, sa liberté, la gloire, la révolution, une utopie... à chaque auteur de choisir.

 

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire organisé par Hérisson et Mimipinson 

                                                                                                   3/7                                      

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 23/09/2012 18:26


Une colelction qu'il faut que je découvre, depuis le temps que je me le dis....

Géraldine 26/09/2012 00:03



@ Alex : Et bien ce livre te tends les bras, tu ne le vois pas ?!



clara 22/09/2012 07:49


cette collection contient de  belle surprises !

Géraldine 24/09/2012 14:24



@ Clara : Oui, c'est une bonne idée de réunir comme cela des auteurs d'horizons différents. Dommage que cette collection n'ait pas encore fait appel à Amélie Nothomb !



A_girl_from_earth 21/09/2012 23:48


Queeeee 3 étoiles pour mon Alain Mabanckou ?? Aaargh ! Je ne l'ai pas lu celui-là mais ce que tu en dis me laisse penser qu'il me plairait énormément.

Géraldine 24/09/2012 14:22



@ AGFE : Pas taper  Ben oui, j'ai bien aimé mais je n'ai pas été transportée non plus. Disons que ce n'est pas un
livre que j'ai dévoré avidement !



Héléna 21/09/2012 22:40


J'avais vu cet auteur lors d'une conférence au salon Grands voyageurs (et oui, l'autre année avec toi !), je n'ai pas encore lu ses livres, mais je vais le faire rapidement, pour retrouver la
communauté noire parisienne que je connais un peu !

Géraldine 24/09/2012 14:21



@ Héléna : Ah bon, on a vu une conférence de Mabanckou ensemble à st Malo ?



denis 21/09/2012 21:23


un auteur que j'ai rencontré lors d'un salon et qui est vraiement très intéressant

Géraldine 24/09/2012 14:17



@ Denis : Et très sympathique



gambadou 21/09/2012 21:07


C'est interessant de voir comment cet auteur est capable de changer de style, mais je crois que je vais passer celui là ...

Géraldine 24/09/2012 14:16



@ Gambadou : Je ne peux pas vraiment te dire, puisque c'est le premier que je lis de l'auteur, donc je ne peux comparer ni dire si ce genre lui va bien ou pas



constance 21/09/2012 16:13


pour le portrait de la communauté noire parisienne, il faut lire Black Bazar ! c'est un roman réjouissant, rempli de l'humour d'Alain Mabanckou, ironique envers ses personnages et surtout envers
lui-même. je te le conseille vraiment, même si tu y verras sans doute des correspondances avec celui-ci (que je n'ai pas encore lu), sans les regrets ;)


et puis, il y a son revers, Verre Cassé, qui se passe au Congo, dans le même cadre : un bar dans lequel nous faisons la connaissance des piliers de comptoir, dont le narrateur. Un à Paris, un au
Congo : tout change et pourtant c'est la même chose. deux romans sympathiques très bien écrits, avec des enjeux différents et des ressemblances frappante mais pas redondantes. (bref, tu l'auras
compris : j'aime les romans de Mabanckou, surtout ceux-là !)

Géraldine 24/09/2012 14:14



@ Constance : Effectivement, on sent la fan en toi. J'ai bien l'intention de lire d'autres livres de Mabanckou, d'ailleurs, j'ai le sanglot de l'homme noir dans ma PAL !



keisha 21/09/2012 13:41


Et l'autre (celui de Chanceaux) tu vas le présenter?!

Géraldine 22/09/2012 14:17



@ keisha : Oui, mais un jour, plus tard, quand je l'aurais lu... Comme ce n'est pas un livre de la rentrée, il est moins prioritaire dans mes lectures !



Lystig 21/09/2012 12:19


quand je pense que je n'ai toujours pas lu un seul titre de cette collection !

Géraldine 23/09/2012 21:01



@ Lystig : Il y en a encore deux qui vont sortir prochainement... Tu peux peut-être bondir dessus !!!



luocine 21/09/2012 10:28


j avais beaucoup aimé "Black Bazar"de cet auteur moins les autres romans


Luocine

Géraldine 22/09/2012 14:16



@ Luocine : J'ai le chagrin de l'homme noir dans ma PAL, l'as tu lu ?



Yv 21/09/2012 10:12


La collection n'est pas que du polar, ce sont des romans de toutes sortes d'près la définition de celui qui l'a lancée. J'ai beaucoup aimé celui-ci, mais j'aime bien Alain Mabanckou en général.

Géraldine 23/09/2012 21:00



@ Yv : J'avoue que j'ai parfois du mal à me situer dans des livres dit polar et qui pour moi, n'en sont pas vraiment. Pas d'enquête, mais plus une atmosphère...



mimi 15/09/2012 10:43


Billet ajouté.


Merci !