VINGT QUATRE HEURES DE LA VIE D'UNE FEMME, de Stefan ZWEIG

Publié le 16 Janvier 2013

http://image4.archambault.ca/2/E/D/8/ACH003070118.1333374812.580x580.jpgRoman - Edition Audiolib - 2h41 d'écoute - 15.30 €

 

 

Parution d'origine en 1927... En audiolib en 2012

 

 

Lu par Marie Christine Barrault

 

 

 

L'histoire : Dans une pension sur la côte méditerranéenne Française, les clients sont en émois. Madame Henriette, femme mariée, mère de famille bien comme il faut a disparu... Elle est partie avec le Français, rencontrée la veille. Entre les pensionnaires, un débat s'installe... Certains vilipendent, d'autres défendent l'absente, trouvant quelques raisons à ce comportement subit... Parmi eux, la narrateur et une veille dame Anglaise, Mme C... Celle ci invite le narrateur et lui raconte comment, il y a 26 ans, elle a, elle aussi, succombé à une passion dévastatrice et mis en péril son honneur, sa vie. Comment, en 24 heure, elle a perdu tout retenue due à son rang, son éducation, sa situation et ses certitudes...

 

 

  Tentation ; Le nom de l'auteur

Fournisseur, Chloé d'Audiolib, merci pour l'envoi ! 

 

 

 

 

étoile3etdemi 

Mon humble avis : De Zweig, j'ai déjà écouté Lettre d'une inconnue et La peur. Deux textes qui m'ont subjuguée, fascinée et qui m'entraînaient dans une littérature inconnue de moi, celle du célèbre Autrichien.

Aussi, quand Chloé d'Audiolib me laissa choisir un "cadeau de Noël" dans le catalogue, c'est vers ce titre que je me suis immédiatement dirigée.

Vingt quatre heure de la vie d'une femme... Où il est question du coup de foudre, de ce que la passion peut vous conduire à étonner autant vous même que votre entourage, à ne plus vous reconnaître. La passion qui prend possession de votre être, de vos faits et gestes. Le tourbillon intérieur, souvent dévastateur quand le vent s'éloigne.

 La première demi heure fut pour moi un bonheur exaltant. La pension, l'arrivée du Français, la disparition de Mme Henriette avec lui le lendemain, et les discussions à bâtons rompus qui s'en suivent. Un débat, entre personne de la bonne bourgeoisie, sur comment il est bon de traiter une femme faisant preuve d'autant de faiblesse, de frivolité... Et le narrateur qui vient au secours de cette pauvre Mme Henriette. La passion, le coup de folie. Le tout avec les mots, les phrases, les sentences propres à l'auteur viennois et admirablement servis par la voix de Marie Christine Barrault, on savoure, vraiment. La douceur de la voix, qui se module en fonction du personnage interprété, est hypnotisante. Elle captive et berce à la fois. On est vraiment à l'écoute et au fil du récit, la détresse de Mme C nous pénètre par tous les pores de la peau. Le rythme de lecture est tout a fait fluide et adapté aux moments forts, aux émotions.  La voix ralentit, devient plus grave ou bien murmure.... La voix se tait même parfois pour vous laisser le temps de digérer, déguster, se remémorer, ressentir encore plus fort.

Néanmoins, mon intérêt ou mon attention se sont un peu altérés lors du passage ou Mme C décrit son entrée dans le casino et s'arrête sur chaque joueur, chaque paire de mains autour de la table de jeux. D'autres lecteur ont été fascinée par ce passage, moi, il m'a ennuyée. Mais, comme il ne dure pas 3 heures, je suis vite revenue au coeur de l'histoire, et même dans l'âme tourmentée même de Mme C alors qu'elle prend sous son aile, qu'elle sauve un jeune homme possédé par le jeu... et ruiné. On retrouve toute la splendeur de Zweig pour décrit les duels intérieurs, les affrontement entre raison et instincts des personnages découvrant qu'ils ne se maîtrisent plus, qu'ils sortent de leur rang, de leurs habitudes, de leur promesse... Et, le pire, la découverte de l'ivresse que cela procure. Sortir de soi.... L'écriture de l'auteur est toujours aussi forte et précise, jamais agressive,  mais sophistiquée et accessible.  Zweig est impitoyable de réalisme lorsqu'il décrit les méfaits et les conséquences de l'addiction aux jeux de hasard. Cette histoire a 80 ans, mais elle semble si contemporaine à la fois. Heureusement, il y a les petits détails qui nous font voyager dans le temps.... un temps ou une voiture était un fiacre menée par un cheval, où les femme se déplaçaient avec des malles...

Inutile de poursuivre, vous comprenez bien que je suis toujours conquise par l'univers de Zweig et le format de lecture. Toutes les voix de tous les livres audio que j'ai pu lire jusqu'à maintenant m'ont conquise, séduite, charmée, au point que j'en suis venue à tenir une liste des interprètes pour rechercher d'autres audiolivres lus par ces comédiens. Une voix qui rentre chez moi et en moi, qui me conte une histoire, c'est un délice.

Mais pourquoi pas 4 étoiles... Et bien juste parce que l'histoire de Mme C m'a un peu moins bouleversée et émue que celles des autres personnages Zweigiens que j'ai déjà rencontrés !

 

 

 

 

                                                             Chez Val

free-road-trip-games-audio-book

 

pett bac 2013

 

                                                                 Chez Enna,   Catégorie Nombre, chiffre

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0
Commenter cet article

fersenette 27/01/2013 23:15


La voix d'Edouard BAER pour "le joueur d'échec" c'est quelque chose !

Géraldine 31/01/2013 16:27



@ Fersenette : je veux bien te croire surtout que j'adore cet acteur. mais, il y a un mais, j'ai acheté ce livre en format papier !



Manu 23/01/2013 17:01


Moi aussi ! Et je suis sûre qu'on s'entendra malgré cette différence hihi

Géraldine 27/01/2013 14:48



@ Manu : Oui, et puis cela nous donne au moins un sujet sur lequel convaincre l'autre



Manu 22/01/2013 10:50


Tiens moi c'est l'inverse, je me suis un peu ennuyée au début de ce texte avant d'être emportée quand elle commence à fréquenter le monde des casinos ! Mais je ne suis pas conquise par Zweig
comme l'ensemble de la blogo (sans doute parce que je préfère les pavés )

Géraldine 23/01/2013 16:14



@ Manu : Rho ben ça alors, il semblerait que nous ne sommes pas fait pour nous entendre ! je n'aime pas les pavés ! mais si un jour je remonte à Lille, j'aimerais que l'on se rencontre lors d'une
journée blogueuse nord/ belgique !



sylire 20/01/2013 21:09


Merci beaucoup Géraldine mais comme je connais déjà l'histoire je suis moins tentée. Il m'en reste encore deux de l'an dernier (en ce moment je lis les Oliviers du Négus).

Géraldine 23/01/2013 16:21



@ Sylire : Ok, par contre, n'hésite pas à me ramener ta clé à nouveau



Philippe D 18/01/2013 21:37


Je me demande vraiment si je serais capable d'écouter un livre. Je pense que mes pensées s'éloigneraient très vite du récit.


Passe un bon weekend. 

Géraldine 19/01/2013 23:37



@ Philippe : tes pensées ne s'éloignent pas plus qu'avec un livre papier, par contre, tu ne peux pas remonter 3 phrases en arrière. Je ne pense pas qu'il faille faire 36 choses en même temps. Les
livres audio, pour moi, c'est dans mon lit ou en marchant, histoire de me bouger un peu !



sylire 18/01/2013 21:21


Lu il y a longtemps et beaucoup aimé !

Géraldine 19/01/2013 23:38



@ Sylire ; Si tu me ramènes ta clé USB à Rennes je pourrais te le mettre, si tu veux redécouvrir ce texte sous un autre angle !



Heide 17/01/2013 19:36


J'adore Stefan Zweig et je découvre le livre audio grâce au challenge de Val. Alors merci du partage car "Vingt-quatre heures de la vie d'une femme" est un texte magnifique que j'ai lu plusieurs
fois et que j'aimerais bien écouter.

Géraldine 19/01/2013 23:45



@ Heide : Et bien je te souhaite une bonne écoute, sûre qu'elle sera délicieuses car  ce texte y est magnifiquement lu... Et l'avantage, c'est qu'il est court !



Mademoisellechristelle 17/01/2013 14:59


Je parle de celui-là : https://www.youtube.com/watch?v=jBnOGnhSr3c

Géraldine 19/01/2013 23:58



@ Mademoisellechristelle : Ah non, je ne le connaissais pas, je te remercie pour le lien, je vais essayer de me procurer ce film. Avec Agnès Jaoui en plus !!!



kikine 16/01/2013 23:30


Loin d'être mon préféré de Zweig mais j'ai bien aimé 

Géraldine 19/01/2013 23:55



@ Kikine : Pareil, c'est mon 3ème Sweig, mais je lui préfère lettre d'une inconnue



Mademoisellechristelle 16/01/2013 22:46


As-tu vu le film avec Agnès Jaoui ?

Géraldine 17/01/2013 10:44



@ Mademoiselle Christelle : Euh, de quel film parles-tu ?



Violettte 16/01/2013 22:08


j'avais beaucoup aimé le livre et j'ai déjà hésité quant à le redécouvrir en livre audio... dis-moi, comment fais-tu pour avoir des cadeaux d'Audiolib??? j'en rêve!!!

Géraldine 17/01/2013 10:41



@ Violette : J'ai participé à quelques partenariats, en rendant mes copies "billets" dans un délais respectueux, et me voici dans leur listing...



A_girl_from_earth 16/01/2013 21:49


Tiens une bonne idée pour moi pour tester les livres audio !

Géraldine 17/01/2013 10:40



@ AGFE : Ben oui, qu'est-ce que tu attends !!!



Tiphanie 16/01/2013 18:34


Coucou Géraldine, je reviens vers toi concernant une LC d'Alice Ferney, est-ce que fin juin ça te conviendrait? disons le 20?

Géraldine 17/01/2013 10:39



@ Tiphanie : Impecccable, c'est noté !



Yv 16/01/2013 13:33


Très bon audiolib, et effectivement, le passage qui m'a bluffé (même si je l'avais lu avant) c'est cette entrée dans le casion et le jeu des mains.

Géraldine 17/01/2013 10:39



@ Yv: Et oui, c'est à toi que je pensais en citant ce passage, puisque je venais de lire ton billet !



Valérie 16/01/2013 09:42


Je pense quand-même découvrir ce texte en version audio. Merci pour ta participation!

Géraldine 17/01/2013 10:38



@ Valérie : Je trouve que les textes assez courts s'adaptent partiulièrement au format audio !



clara 16/01/2013 08:26


J'ai lu ce livre : superbe ! 

Géraldine 17/01/2013 10:36



@ Clara ; Oui, superbe, mais j'ai préféré lettre d'une inconnue.