Publié le 20 Février 2019

Film Robert Rodriguez

Avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Mahershala Ali

 

Synopsis :  Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé - elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer.

 

 

Mon humble avis : Ce film est l'adaptation ciné d'un célèbre manga : Gunnm, de Yukito Kishiro. Le projet ne date pas d'hier dans la tête de James Cameron qui faute de temps, en a confié la réalisation à Robert Rodriguez.

200 millions de dollars de tournage... donc forcément, le spectacle est bien là, garanti ! Les effets spéciaux sont vertigineux et, en tant que spectatrice, tout au long du film, je n'ai pu m'empêcher de me demander : "Mais comment font-ils ?".  L'esthétique est soignée jusqu'au moindre détail et c'est juste magnifique, même si nous sommes dans une époque post-apocalyptique. C'est magique ce que l'on parvient à faire à notre époque ! Bref, tout est parfaitement maîtrisé, dans le fond comme dans la forme. Action (on n'a pas le temps de s'ennuyer, intrigue qui tient en haleine et pas mal d'émotions.  Et oui, ce n'est pas parce que nous sommes dans de la science-fiction que les sentiments devraient être absents. Non, au contraire, les sujets du film émeuvent : la filiation, l'importance de la mémoire identitaire et des racines et surtout, l'apparence. L'apparence est le principal sujet développé dans ce film sous deux aspects... Ne pas se fier aux apparences et surtout, ne pas se limiter aux apparences dans nos relations humaines. Quelque part, un message de tolérance.

Par contre, attention, le film est assez violent... Même si, le plus souvent, ce sont des cyborgs qui sont coupés en deux, donc de la ferraille (dont ne gicle pas de sang pour le coup).

Voili voilou, un chouette spectacle bien distrayant et virevoltant et musclé avec de bons acteurs. Que demander de plus ? Une suite peut-être ? La fin bien ouverte laisse entrevoir une possibilité en tous cas... Alita pourrait devenir une franchise à succès !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 18 Février 2019

Roman - Edition J'ai Lu - 250 pages - 8.00€

Parution chez J'ai Lu en mars 2018

 

L'histoire : Il est milliardaire et a racheté le vieux monastère de Saorge, qu'il a réhabilité en résidence d'écrivains. D'un courrier signé "Un Cognito", il a invité certains des plus réputés écrivains actuels à passer un week-end au monastère et à participer à une exceptionnelle conférence littéraire. Se dirigent donc vers ce lieu qu'on dit hanté Amélie Latombe, Delphine Végane, Yann Moite, Christine Légo, David Mikonos, Kathy Podcol, Frédéric Belvédère, Michel Ousbek, Jean de Moisson et Tatiana de Roseray. Dix écrivains, comme les dix petits nègres d'Agatha Christie ? Est-ce un hasard ? Les écrivains vont vite se rendre compte que rien ne se passe normalement, surtout lorsque certains d'entre eux disparaissent étrangement.

Tentation : Le billet d'Antigone

Fournisseur : Ma CB

 

 

Mon humble avis : Une idée fort sympathique que de réunir ces célèbres et rentables auteurs de notre époque dans un même lieu pour de sacrées et mystérieuses aventures. Sympathique aussi de s'appuyer sur plusieurs facettes de ces hommes et femmes réels pour les transformer en personnage : la facette connue du public, celle des rumeurs et légendes urbaines qui courent et celle, méconnue, que sont sans doute ces romanciers dans la vraie vie, loin des caméras, des salons littéraires et des journalistes. Et l'on a parfois du mal à démêler le vrai du faux !

Les premiers temps, tout commence très fort et le lecteur de peut s'empêcher de rire devant les portraits dressés de ces célébrités où, évidemment, le "yin et le yang" sont poussés à l'extrême. On sourit aussi devant l'audace, l'imagination et les trouvailles de Guillaume Cherel pour évoquer justement ces travers de personnalité ou encore, mettre en scène d'autres stars du petit écran ou autre... réseau sociaux, journalisme ou autre. Oui, vraiment, on se régale.

Puis, les présentations faites, l'auteur entre dans le vif du sujet : ce fameux week-end dans le monastère de Saorge, suite à l'invitation du milliardaire Un Cognito. Les situations d'abord incongrues, puis loufoques et enfin ubuesques, commencent et se poursuivent. Au début, le lecteur s'en amuse bien fort et puis finit par se lasser et par être déçu en constatant que tout cela ne mène à rien. Ce roman s'achève comme on dit en "eau de boudin" Rien ne s'explique, le dénouement n'en n'est pas vraiment un et la "morale" de l'histoire est bien floue.

L'auteur ne cache pas le fait qu'il surfe sur l'ambiance des Dix petits nègres d'Agatha Christie... mais le problème à mes yeux est que justement, il ne fait que surfer et que rien n'est approfondi... Tout comme l'analyse du milieu et de la production littéraire actuelle qui est bien faible, en s'appuyant essentiellement sur les égos des uns et les névroses des autres, ou de chacun.

Ce roman reste distrayant entre deux lectures plus sérieuses, mais il n'atteint pas les espoirs que l'on y met en lisant la quatrième de couv' ! Car même si l'on est dans une farce de type "qui aime bien châtie" bien, je trouve que l'ensemble aurait pu être plus abouti.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 16 Février 2019

Film de Philippe de Chauveron

Avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Ary Abittan, Frédérique Bel...

 

Synopsis :  Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet !
Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise.
Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger.
Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir.
De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises… 

 

 

Mon humble avis : Comme souvent, lorsqu'un film rencontre un succès phénoménal et qu'un N° 2 sort... Et bien la surprise n'est plus là, et l'originalité n'est plus inédite. Aussi, même si l'on prend plaisir à retrouver cette famille hors du commun mais tout à fait contemporaine, la mayonnaise met plus de temps à prendre. Les rires sont là, mais plus discrets et moins collectifs dans la salle.

Le but du film est comme pour le premier, se moquer des à priori raciaux et communautaires en appuyant encore plus sur les clichés pour mieux les démonter. Après les regards suspicieux de Mr Verneuil envers ses gendres multi raciaux dans le premier opus, ici, l'objectif est de montrer que, malgré les tensions, l'herbe n'est pas moins verte en France qu'ailleurs et que l'on peut tous trouver sa place et vivre ensemble.

L'humour est bien là, les dialogues aussi savoureux que piquants fusent de partout, on se régale de la présence toujours un peu décalée et lunaire de Chantal Lauby et les rebondissements relancent toujours le rythme qui, une fois lancé, ne faiblit pas. Mais bon, la surprise n'est plus là et mon bémol irait envers Christian Clavier, qui fait du Christian Clavier, ou du Jacquouille la Frippouille.

Un bon moment de détente tout de même, et ça fait du bien parce qu'au final, l'essentiel est de s'aimer non ?!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 14 Février 2019

Roman - Edition le livre qui parle - 5h43 d'écoute - 13.00 €

 

Parution d'origine en 1897

L'histoire : Un homme bien étrange arrive dans une auberge d'un village anglais. Il parle peu, se montre fuyant et cache son visage sous des bandelettes et ses mains sous des gants. Devant cet étrange personnages, les langues se délient déjà...Puis quelques temps après, le village découvre, incrédule, que cet homme est en fait invisible sitôt qu'il se dévêt... La panique, la peur et les théories les plus folles envahissent le village.

Tentation : la renommée de l'histoire

Fournisseur : Bib N°2

 

Ah ah ah ! Un titre parfait en ce jour de la Saint Valentin !

Mon humble avis : Nous l'apprendrons au fil de l'histoire, cet homme invisible est un savant nommé Griffin. Il a trouvé la formule pour rendre invisible les choses...et les gens. Après un test sur un chat, il a appliqué la formule sur lui-même... et il est effectivement devenu invisible...

C'est donc un roman de science-fiction, même si bien ancien maintenant. Et comme nombre d'ouvrage de cette catégorie, il est la porte ouverte à nombre de constatations et de réflexions comportementales, sociétales et surtout spirituelles et philosophiques.

En effet, au cours du roman, Wells démontrent parfaitement grandeurs et décadences humaines. Tout autant que les dangers de la science, des pouvoirs que celle-ci peut donner et du péril du "toujours plus". Wells décortique le comportement autant individuels que collectif face à l'étranger (la méfiance, le début du racisme), face à l'étrange (la curiosité souvent malsaine et les ragots qui en découlent), puis face à l'étrangeté, l'impensable, l'inexplicable : la peur, la concupiscence, le rejet, la haine. Et face à tout cela, l'étranger  sans danger devient alors le pire ennemis et capable de tout pour échapper à cette haine. Le message de Wells et son observation de la société sont donc on ne peut plus avérés et limpides, mais surtout, toujours d'actualité. Wells met aussi le doigt sur le risque des "super pouvoirs" et des abus qui peuvent en être fait par ceux qui les détiennent. Tout ce qui est "super" porte son risque de mégalomanie. Et un super pouvoir n'est pas que fictionnel évidemment... Il peut être politique par exemple...voire même spirituel.

L'écriture comme la lecture qui en est fait sur cette version audio sont très alertes et agréables. La première partie m'a captivée. Ensuite, les explications scientifiques de Griffin m'ont un peu perdu et les personnages secondaires, nombreux, cités tantôt par leur nom, tantôt par leur rôle, grade ou métier, ont eu aussi raison de ma concentration à bien des moments. Et puis j'espérais un héros plus sympathique pour m'accrocher. Il n'empêche, ce classique de la science-fiction, visionnaire une fois de plus, est un incontournable. Visionnaire, je le dis parce qu'à notre époque, le danger est là mais invisible mais potentiellement partout... ne pas céder à la paranoïa.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 12 Février 2019

Film d'Antoine Raimbault

Avec Marina Foïs, Olivier Gourmet, Laurent Lucas

 

Synopsis :  Depuis que Nora a assisté au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de sa femme, elle est persuadée de son innocence. Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau de le défendre pour son second procès, en appel. Ensemble, ils vont mener un combat acharné contre l'injustice. Mais alors que l’étau se resserre autour de celui que tous accusent, la quête de vérité de Nora vire à l’obsession.

 

 

Mon humble avis : Un film judiciaire français, il y avait longtemps, et cela change de ce type de film américain que nous voyons bien plus souvent et dont nous connaissons les codes presque par coeur.

Oui, ici, nous sommes dans les arcanes de la justice française, au coeur d'un procès retentissant, dans une cours d'assise, là où les caméras de télévision ne pénètrent pas et où nous citoyens, nous contentons des dessins des dessinateurs judiciaires pour imaginer ce qui se passe à l'intérieur de notre justice...

Notre justice... oui, car c'est bien de celle des Hommes dont il est question ici. Un homme est accusé de meurtre... sans preuve irréfutable et encore moins de cadavre... Tout se joue sur l'intime conviction, et c'est là qu'est le danger. Oui, c'est glaçant quand on entend l'avocat général demander aux jurés d'avoir de l'imagination ! L'avenir, la vie d'un homme et d'une famille aux mains de l'imagination d'une poignée d'hommes et de femmes. Oui, en fait, ça fait peur, ça questionne beaucoup sur un certain fonctionnement d'une certaine justice et ses manquements parfois ubuesques où la vie d'un homme est déjà jouée par la rumeur, les médias etc...

Une intime conviction est inspirée d'une histoire vraie, seul le personnage de Nora (la grande Marina Foïs, toujours surprenante et juste) est partiellement inventé. Olivier Gourmet qui joue le célèbre avocat Dupont Moretti est presque plus vrai que nature, donc forcément fascinant, captivant, qui rend bien compte de ce qu'est être avocat dans ce type d'affaire.

Ce film est parfaitement réalisé (à part quelques moments où l'articulation des personnages est limite et m'a amenée à ne pas saisir toutes les phrases), sans effets, sauf ceux d'un naturel et d'un réalisme appréciable. L'ensemble est captivant, la tension est palpable et réelle. Un thriller judiciaire ou un film judiciaire en mode thriller, à vous de choisir, mais à voir. Une bonne leçon sur le doute et cette fameuse présomption d'innocence si souvent oubliée, que ce soit dans la justice ou dans notre petite vie quotidienne et des événements plus anodins. Fascinant et implacable et efficace, vraiment.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Février 2019

A quelques encablures (une bonne heure de bateau) au sud de Corfou, se trouve l'île de Paxos. Ile parmi les principales îles Ioniennes, Paxos est longue d'une dizaine de kilomètres et ne dépasse pas souvent 2 kilomètres de larges. 25 km² pour 2500 habitants à l'année, dont la plupart vivent à Gaios, petit port de pêche que je vous ferai visiter bientôt. En attendant, de l'autre côté de Paxos... Des falaises magistrales et des cavités étonnantes, curieuses et fascinantes. Une nature magnifique !

 

UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS
UN DIMANCHE A CORFOU... AUTOUR DE PAXOS

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages dans les iles

Repost0

Publié le 8 Février 2019

Thriller - Editions Pocket - 279 pages - 6.95 €

Parution d'origine chez Fleuve Noir en 2007

L'histoire : Benoit est flic... Au retour d'un stage à Dijon, il s'arrête sur la route pour secourir une femme en panne de voiture. Une très jolie femme... Ce qui n'est pas pour déplaire à Benoit, dont la réputation de Don Juan n'est plus un secret pour personne. Evidemment, il la reconduit chez elle et accepte un "dernier verre", qui lui sera peut-être fatal. En effet, le lendemain, il se réveille endolori enfermé dans une cage, dans une cave. Sa géôlière est prête à tout pour le faire avouer. Avouer quoi ? Benoit devine vite le moindre aveu signera son arrêt de mort. Avouer, nier ? Combien de temps résistera-t-il aux persécutions, sévices et

tortures de la belle rousse ?

Tentation : Envie d'un bon thriller

Fournisseur : Ma PAL !

Mon humble avis : Quatre pattes de chat et non cinq, juste parce que je n'ai pas aimé la fin... Ce qui est secondaire et très subjectif, en fonction des sensibilités personnelles.

Parfois, je me demande si je ne vis pas sur une autre planète. Ce thriller n'est pas récent, et n'est pas le premier de Karine Giebel... Certes, je sais depuis un moment que cette auteure existe, mais c'est la première fois que je me plonge  dans une de ces histoires. Erreur, j'aurais dû le faire depuis bien longtemps...Même si, j'avoue, je ne lirais pas Giebel tous les jours pour deux raisons : trop addictif (on ne veut rien faire d'autre temps que l'on n'est pas à la dernière page) et puis son terrain de prédilection malmène sacrément les âmes sensibles. Pour ce genre de littérature, ce roman est assez court, et c'est parfait pour moi : la psychologie des personnages est très bien travaillée et étant donné la nature des tortures infligées à Benoît, je n'aurais pas supporté des centaines de pages de plus qui n'aurait qu'ajouter de la longueur à un récit qui n'en n'a pas besoin. C'est concis, concentré et terriblement efficace ainsi !

Ce thriller est diabolique et son intrigue on ne peut plus machiavélique. Nous sommes presque dans un huit clos, dans cette cave, avec un Benoit de plus en plus mal en point (à tous les niveaux) et cette belle rousse de Lydia à l'imagination de plus en plus débordante et toujours plus décidée. De temps à autre, Karine Giebel nous sort de là, comme pour nous permettre de reprendre un peu notre respiration, pour nous laisser accompagner les copains flics de Benoit, qui évidemment, le recherchent. C'est un peu la différence avec Misery de King. Le lecteur sort de temps en temps de l'antre cauchemardesque.

Tout au long du roman, le lecteur se questionne : Coupable le Benoit ou innocent. Pourtant, dès le début, l'auteure donne un indice qui oriente bien vers une machination. Après, les indices ne mènent pas toujours dans la bonne direction et de toutes façon, Karine Gielbel maîtrise manifestement l'art de balader son lecteur, tout en le tenant prisonnier !

Karine Giebel nous montre ici qu'un bourreau peut facilement devenir victime et une victime devenir bourreau. Victime de quoi ? Coupable de quoi ?

Vous le découvrirez en lisant ce thriller, qui après un suspense insoutenable et tenace, offre un dénouement inimaginable et génialement imaginé !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 6 Février 2019

BD - Editions Delacourt - 64 pages - 15.50 €

Parution en septembre 2018

 

L'histoire :  Deux ans que Poussière et les habitants de la planète Alta combattent les Cyclopes. Deux ans que les Augures ramènent ces derniers à la vie après chaque bataille. Quand l équilibre d un écosystème repose sur une force qui le menace, quelle solution reste-t-il à l humanité ?

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°2

 

Mon humble avis : Malgré un pitch bien tentant, mauvaise pioche pour moi ! Non pas que cet album soit de mauvaise qualité ou autre, non non. C'est juste que ce n'est pas ma came et que même sous prétexte de curiosité culturelle, il y a des genres qui ne sont pas fait pour me plaire. Dont celui-ci. Un peu SF, avec des créatures étranges et des personnages principaux qui le sont tout autant. Poussière aura une suite, ce qui peut-être pourra rendre ce tome plus limpide mais bon, je n'ai pas accroché et n'irai pas plus loin.

Pourtant, les dessins sont agréables, vifs, colorés. Pourtant, j'ai tout de même saisi la symbolique principale et la puissance de l'imaginaire de l'auteur de cette BD... qui est évidemment très proche des préoccupations écologiques terriennes actuelles.  Nous sommes nos propres destructeurs. Geoffroy Monde pointe aussi du doigt l'art des Etats à détourner l'attention des concitoyens avec des rumeurs... ou de la paranoïa sociale avec la théorie du complot. Il est aussi question de hiérarchie sociale dans un monde pas loin du post apocalyptique.

Les fans des BD SF se régaleront certainement du premier tome et des suivants de cette série Poussière, mais pour ma part, je n'ai pas accroché, ayant même eu du mal à repérer les personnages secondaires et leurs rôles. Bref, je ne suis pas faite pour ce genre de BD, ma curiosité ira donc vers d'autres horizons !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 4 Février 2019

Film de Philippe Godeau

Avec Omar Sy, Lionel Louis Basse, Fatoumata Diawara, Germaine Acogny

 

Synopsis :  Depuis son village au nord du Sénégal, Yao est un jeune garçon de 13 ans prêt à tout pour rencontrer son héros : Seydou Tall, un célèbre acteur français. Invité à Dakar pour promouvoir son nouveau livre, ce dernier se rend dans son pays d’origine pour la première fois. Pour réaliser son rêve, le jeune Yao organise sa fugue et brave 387 kilomètres en solitaire jusqu’à la capitale. Touché par cet enfant, l’acteur décide de fuir ses obligations et de le raccompagner chez lui. Mais sur les routes poussiéreuses et incertaines du Sénégal, Seydou comprend qu’en roulant vers le village de l’enfant, il roule aussi vers ses racines.

 

 

Mon humble avis : Tiens, un troisième road-movie d'affilé, après La mule et Green Book. Et encore un très beau film... Cette rentrée ciné 2019 nous gâte bien !

Cette fois-ci, ce sont les routes (ou les pistes) du Sénégal que nous parcourront ! Sous un soleil de plomb et pourtant, grâce au personnage de Yao, cette histoire est fraîche autant que son sourire est grand avec ses dents bien blanches.

J'aime que le point de départ de ce film soit la lecture d'un livre par Yao, même si c'est le livre d'un acteur français d'origine Sénégalaise, Omar Sy. Comme quoi, la lecture ouvre au monde et donne des ailes.

Aucun pathos dans ce film qui montre le Sénégal tel qu'il est, entre modernité et traditions, avec de superbes arrêts sur images... Comme lorsque le taxi se retrouve "prisonnier" en pleine rue par tout un peuple en prière. Ou encore lorsqu'au bord du fleuve, Omar Sy assiste à la prière dansée (et ô combien pleine de grâce) de Germaine Acogny.

Yao est un film sur la fidélité, la famille, les racines, les croyances, l'attachement, les énormes différences culturelles entre les Sénégalais et les français d'origine Sénégalaise, les Bounty (noir à l'extérieur, blanc dedans)... Et pourtant, tout le monde se rejoint dans les émotions.

Mais le sujet principal reste le rapport au temps qui diffère évidemment entre les cultures. L'européen qui court après les temps... Le sénégalais qui laisse le temps au temps. Il reviendra bientôt... pour l'européen, c'est dans la demi-heure... pour le Sénégalais, c'est juste à un moment...

Yao est un film qui fait du bien, sur une belle complicité naissante qui deviendra un lien indéfectible; nourri par des dialogues délicieux avec un enfant autant naïf que très intelligent, toujours naturel, et un adulte qui découvre un autre monde, celui dont il vient !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Février 2019

Témoignage - Editions Livre de Poche - 192 pages - 6.70 €.

 

Parution d'origine au Diable Vauvert en septembre 2015

Le sujet : Révolution, éruption volcanique, tremblement de terre, tsunami dans la vie de mon écrivain / journaliste / voyageur préféré ! Sa compagne (LA femme) est enceinte ! Que va-t-il se passer dans les 9 mois à venir ? Et même dans les 20 ans d'après ? Est-on prêt, après avoir visiter la planète dans toute sa rondeur, à patienter, à se préparer et à assumer ce qui se cache dans un petit ventre rond ?

 

Tentation : Mon écrivain voyageur préféré

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Qui me connait doit s’étonner que j’aille vers ce livre. Je n’ai pas été mère, ne le suis pas et par conséquent, ne le serai jamais. Aussi, les écrits (ou les conversations) qui tournent autour de la maternité me font fuir. Sauf quand c’est écrit et conté par mon écrivain voyageur chouchou et que l’on se penche plus sur la paternité (après tout, les hommes aussi attendent 9 mois pour savoir à quoi le rejeton va ressembler). Alors là, je fonce, j’ouvre le livre et tourne les pages de façon frénétique… Et mes abdos (où ce qui y ressemble) se contractent sous le rire.

Oui, déjà, parce que je sais qu’avec Julien Blanc-Gras, sans désacraliser le sujet ni renier son importance, on trouvera de l’humour à quasi toute les pages de ce journal de grossesse, du mois 1 au jour J !

Ensuite, je sais parfaitement que son bouquin ne va pas tourner qu’autour de son nombril, ni de celui LA femme. Par ce qu’il pense loin, et large mon Julien. Il réfléchit aux conséquences de ses actes autant dans sa petite vie, qui va s’en trouver bien chamboulée, qu’à l’échelle planétaire. Donner la vie… Quel acte essentiel qui engage pour plusieurs vies. La sienne, celle de la Femme, celle de l’enfant… Et celle de la planète. Un enfant à notre époque ? Oui ? Non ? Pourquoi pas ? Evidemment ! Même si l’enfant n’est pas encore né, il est déjà temps de réfléchir à son avenir et à l’éducation qu’on espère lui donner.

Enfin, même si les 9 mois de grossesse se déroulent à Paris, durant ces 9 mois, notre globe-trotter continue à trottiner, faute de galoper, à droite à gauche et se penche sur les façons dont sont vécues grossesses et paternités depuis le Japon jusqu’au Niger.

Loin du ton conventionnel, Julien Blanc-Gras rend le sujet tout aussi marquant et poignant et souvent drôle (faut bien camoufler les angoisses non, et quoi de mieux pour cela que la dérision et l’autodérision ?) et facétieux. Et surtout, profondément humaniste. Il s’adresse autant aux futurs papas paniqués, qu’aux futures mamans qui se demandent bien ce que pense l’Homme mais aussi à tout lecteur (parents ou pas) qui aiment passer un bon moment de lecture sans être lobotomisés ! Et le génie de cet homme et que lors qu’il regarde le nombril de sa femme, il parvient tout de même à nous faire voyager ! Génial non ?

 

« On reproche souvent aux écrivains français de se focaliser sur leur propre nombril. Je vais me concentrer sur celui de la Femme. »

« Le monde ne devient pas plus dangereux quand on devient père, mais notre rapport au danger se modifie. L'enfant ignore les menaces qui l'entourent. Il se jette sous les roues des voitures en buvant de l'ammoniaque avant d'aller accepter les bonbons du vieux monsieur bizarre avec son imperméable et son van. Je viens de comprendre pourquoi on tend à devenir conservateur en vieillissant ». 

"Cette année, la famille revient au centre des enjeux de société. Des hordes manifestent pendant des mois en répétant "un papa, une maman". Le France est déchirée entre ceux qui veulent accorder l'égalité aux homosexuels et les autoriser à adopter, et ceux qui, peu ou prou, considèrent les pédés et les gouines comme des sous-citoyens. C'est une bataille de l'enfant qui se joue dans les rues. 
Des marmots sont enrôlés par leur famille pour scander des slogans homophobes. Statistiquement, une partie d'entre eux se découvrira homosexuelle à l'adolescence. Ils se rendront alors compte qu'ils sont ce qu'on leur a appris à détester. Drôle de conception de la protection de l'enfance. Bonne chance, mes petits gars. "

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres autres - divers

Repost0