Publié le 5 Octobre 2018

Roman -, Editions Livre de Poche - 320 pages - 7.70 €

 

Parution d'origine chez Stock en 2016

 

L'histoire : Deb et Keller sont naturalistes, étudient les manchots de l'Antarctique tout en guidant quelques touristes.... Des années qu'ils se retrouvent à chaque mission sur le Cormoran... Un amour viscéral entrecoupé qui doit surmonter le passé de Keller... Cette fois-ci, lorsque le Cormoran lève l'ancre, Keller n'est pas à bord... Et quelques jours plus tard, l'équipage du navire reçoit un signal de détresse d'un paquebot de croisière... Qui n'aurait jamais dû s'avancer autant entre les icebergs...

 

Tentation : Le pitch et la destination

Fournisseur : Ma CB

 

 

 

Mon humble avis : Cet été, j'avais tenté un premier voyage littéraire en Antarctique via "Ma vie de Pingouin" de Katarina Mazetti. Tentative plutôt manquée avec un roman fade et très peu révélateur de cette région du monde que je ne connaîtrais jamais autrement que par le regard et les témoignages des autres. Alors, en voyant "Mon dernier continent" dans les librairies, je me suis dit : retentons le Pôle Sud.

Ce roman fut pour moi rafraîchissant... Oh, pas dans le thème ou même les thèmes qui sont plutôt tragiques... avec évidemment, quelques lueurs d'espoirs. Mais j'en ai fait la lecture lors de mes récentes vacances à Corfou, au bord de la Mer Ionienne à 26 de degrés et avec un fond de l'air à 30 ! Moi en maillot de bain et les personnages sous plusieurs couches de vêtements adaptés aux températures polaires, ce décalage me plaisait bien.

Mon dernier continent... Qu'est-ce que le dernier continent ? Le plus souvent, c'est l'Antarctique... C'est là que les voyageurs qui ont déjà fait le tour du monde vont... Pour le mythe, la fierté, le pied posé.... C'est aussi là que vont ceux qui ont besoin d'oublier, de se cacher du monde et d'eux mêmes... Et pour moi, via ce bouquin, je pense aussi que "Mon dernier continent" est l'endroit "secret" de chacun, celui où l'on se trouve, où l'on se sent bien, ou l'équilibre s'atteint... Le dernier continent, c'est l'antre de chacun...Au bout du monde, au bout de la rue, ou dans un coin de l'âme. Peu importe... C'est un aimant contre lequel on ne lutte pas.

Ca, c'est pour la partie "réflexion" de cette histoire bien agréable à lire, qui met en scène des personnages profonds et approfondis, attachants même si, par moment, un peu caricaturaux. Enfin, c'est l'impression que j'ai eu car j'avoue que je n'ai jamais rencontré de naturalistes qui passent la moitié de l'année sur la glace pour étudier les manchots ! L'auteure donne vraiment la place méritée par ce continent lointain, mystérieux, convoité, exigent... et à ses habitants... Quelques humains qui s'invitent certains mois de l'année... Mais surtout, les manchots, les lions des mers, les oiseaux etc... Les descriptions et explications sur la vie là-bas, tant humaine qu'animalière, les précautions, les dangers, les us et coutumes, les différentes variétés de manchots, les fascinations sont intéressantes et accessibles. On y apprend vraiment beaucoup.

Le mode narratif m'a un peu moins plu... Puisque Midge Raymond, via des chapitres différents, alterne entre des passages du passé des protagonistes (qu'ils soient communs ou individuels), et les jours, puis les heures qui précèdent le terrible naufrage qu'on devine arriver... Puis, nous assistons instant par instant au sauvetage mis en place par l'équipage du Cormoran... Sauvetage dans une région du monde où chaque seconde compte et où la météo peut s'inverser d'une minute à l'autre. Evidemment, c'est en apnée que le lecteur lit ce sauvetage...

Enfin, Mon dernier Continent possède évidemment une forte propension écologique. Car l'Antarctique, même s'il est le dernier continent à ne pas être habité réellement par les hommes, et bien il subit néanmoins les conséquences du réchauffement climatique : fonte des glaces, modification de la vie des animaux et de leurs sources d'alimentation. La mer qui devient une poubelle. Midge Raymond propose donc de s'interroger (enfin ou de nouveau ou autrement) sur nos façons de consommer, de voyager, de s'alimenter et de se positionner... Oui, car le drame, ici comme ailleurs, c'est que l'Homme se considère toujours comme l'espèce supérieur, comme une vie qui a plus de valeur que toute autre vie terrestre...

Comme je l'ai dit, il est question d'un naufrage... Midge Raymond en profite pour rappeler qu'au-delà des victimes humaines de ce genre de catastrophes, on s'intéresse toujours très peu à ce que l'on appelle "les victimes collatérales" (quand on y pense seulement), qui sont aux premières loges et qui subiront les dégâts et leurs conséquences sur des générations d'individus : Les animaux marins ou terrestres qui n'ont rien demandé d'autre que de vivre tranquillement sur leur banquise... qui fond, qui fond, qui fond.

NB ; une réflexion qui m'a bien plu... Il fut une époque où les aventuriers voulaient être les premiers à fouler un sol... maintenant, ils voudraient être les derniers... Pourquoi ? Pour marquer l'Histoire... et pour protéger un lieu d'un assaut qui serait destructeur.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Film de Benoît Delepine et Gustave Kerven

Avec Jean Dujardin, Yolande Moreau, Joseph Dahan, Lou Castel

 

Synopsis :  Monique dirige une communauté Emmaüs près de Pau. Après plusieurs années d’absence, elle voit débarquer son frère, Jacques, un bon à rien qui n’a qu’une obsession : trouver l’idée qui le rendra riche. Plus que des retrouvailles familiales, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent.

 

Mon humble avis : J'ai mis un peu de temps à entrer dans le film et à l'apprécier, et finalement, je réalise qu'il m'en faut aussi pour en sortir... I feel good n'est pas loin de la pépite, malgré ses apparences légères, quelques longueurs, une bande annonce qui réunit les moments les plus comiques du film, sans montrer ni même laisser deviner ce qu'ils cachent derrière leur apparences.

Certes, Jean Dujardin m'a un peu saoulé et son personnage m'a d'abord paru exagéré et ubuesque... Et puis, j'ai compris... I feel good traite, entre autre et discrètement, de la bipolarité. Et dans le film, Jacques est en phase maniaque XXL. Un personnage qui peut donc paraître comme une pure création cinématographique comique ne l'est pas tant que cela.

Mais la maladie psychique de l'anti-héros n'est pas le seul sujet du film, qui a pris naissance et se déroule dans le village Emmaüs près de Pau... Les deux réalisateurs nous proposent ainsi de faire connaissance avec les cabossés de la vie qui retrouvent dignité, activité et vie sociale au sein de la communauté. Dans cette atmosphère bienveillante, il est autant question de vie et d'intérêt communautaire que de la prise en compte de l'histoire, de la nature et des compétences de chacun. Et le message politique et sociétal du film est clair : il n'y a que dans ces conditions que nos sociétés actuelles s'en sortiront...

Et bien sûr, l'environnement "récup" et recyclage d'Emmaüs, de ses compagnons heureux d'avoir retrouvé une place et de jouir de l'essentiel, donne le contre-pied au personnage de Jacques pour qui, point de bonheur sans millions et belles voitures.

I feel good montre parfaitement qu'il n'ait pas utile de rêver loin et grand pour mener une vie tant suffisante qu'épanouissante, stable, rassurante.

Tous ces sujets sont parfaitement maîtrisés par les deux réalisateurs, qui nous offrent par-dessus les marchés des dialogues savoureux et qui font mouche qu'ils tiennent du registre comique ou de celui l'émotion. Mais, la délicieuse cerise sur le gâteau, c'est évidemment la prestation de Yolande Moreau, encore une fois bouleversante sans en faire des tonnes, en toute discrétion et intelligence. Sublime Yolande Moreau !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

BD - Editions Grand Angle - 64 pages - 15.90 €

 

Parution le 10 janvier 2018

 

L'histoire :  Troumesnil, Côte d’Albâtre, Normandie. La falaise, grignotée par la mer et le vent, recule inexorablement de plus d’un mètre chaque année, emportant avec elle les habitations côtières. Le maire du village parvient pourtant, tant bien que mal, à en protéger les habitants les plus menacés. Tous sauf une, qui résiste encore et toujours à l’autorité municipale. Madeleine, 95 ans, refuse de voir le danger. Et pour cause. Madeleine est aveugle de naissance.

 

Tentation : La couv of course, y'a un chat !

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Enorme coup de coeur pour cette BD ! Pépite à lire d'urgence ! 

C'est bien simple, tout m'a plu dans ces pages. Grâce aux joyeux, colorés et significatif dessins, nous savons dès la première page où l'auteur nous emmène... Sur la côte normande... où la côte, justement, recule dangereusement.

On ne l'imagine pas tout de suite, mais le sujet de cette histoire est particulièrement grave... puisqu'il s'agit du choix de la fin de vie. Et pourtant, tout au long de la lecture, on sourit, on est ému, on rit, on s'attache sacrément à cette toute aussi sacrée Madeleine et à son compagnon de matou. Madeleine est vraiment une mamie qui a la patate, du caractère et de l'humour

Autour de Madeleine, on rencontre d'autres personnages de la commune, personnages qui s'inquiètent et /ou s'énervent devant l'entêtement de Madeleine à ne pas quitter sa maison en haut de la falaise rognée un peu plus chaque jour par les éléments. Tout ce petit monde met cette obstination sur le compte de la cécité de la vieille dame... Qui dans une confidence touchante et bouleversante, révélera à l'un d'eux la raison qui la vrille à sa maison.

Le génie de Bruno Duhamel tient dans le fait que "jamais", qui traite du deuil et de la fin de vie, est en fait une BD très divertissante, rafraîchissante, pleine d'humour, de tendresse et de délicatesse... même si elle n'empêche pas la réflexion et l'émotion... Tout y est justesse !

Je ne pense pas que beaucoup de réalisateurs de cinéma lisent sur mon blog, mais si l'un d'eux avait la charmante idée de porter "Jamais" à l'écran, je me ruerai dans mon cinéma préféré pour passer un bon moment avec cette fantaisiste et grande gueule Madeleine. Je passe le message au cas où !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Septembre 2018

Roman - Editions Gallimard - 5h50 d'écoute - 17.99 €

 

Parution d'origine en août 2016

 

L'histoire : Myriam, épouse et jeune mère au foyer de deux enfants, décide de reprendre son activité professionnelle. Avec Paul, son mari, ils se lancent dans le recrutement d'une nounou, avec des critères très strictes. Leur choix est sans appel. Ce sera Louise. Louise qui se révèle très vite extraordinaire, au delà des espérances. Louise qui devient indispensable, qui prend de plus en plus de place au sein de la famille. Au point d'en faire partie, c'est du moins ce que Louise ressent...

 

Tentation : La renommée du roman

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Prix Goncourt 2016... Forcément, cela attire regards, curiosité et conduit à la lecture de dizaines d'avis sur la blogosphère... Alors, je m'attendais à du waouh...

Et ce waouh presque général se traduit chez moi par un : Ouais, pas mal mais...

L'avantage de ce Goncourt est qu'il se lit facilement, accessible et compréhensible par tous. Point de noeuds à se faire au cerveau pour suivre l'intrigue et la saisir, en tout cas dans ce qu'elle a de plus apparent... Car bien sûr, au-dessous de cette histoire somme toute assez classique, Leila Slimani a glissé une bonne donne de finesse dans le portrait de ses personnages, et surtout celui de Louise, qui restera une inconnue aux yeux de Myriam et Paul...

Comme quoi, lorsque les apparences conviennent, on ne cherche pas à creuser derrière, on ne prend même pas le temps d'imaginer qu'il peut y avoir derrière une histoire, une autre réalité, une douleur. Je pense que c'est cela le véritable sujet du roman... Quand les apparences conviennent et arrangent, on efface le doute et l'on ne s'intéresse pas à l'autre face, par manque de temps, d'intérêt, d'imagination, de sensibilité peut-être... ou simplement d'altruisme, même si l'on se vente d'en déborder... même si l'on se trouve aveugle devant une solitude béante.

Alors, certes on a froid dans le dos car le début du roman s'ouvre sur l'issue de celui-ci... Donc forcément, on sait vers quoi l'on se dirige... Et pourtant, je m'attendais néanmoins à plus de suspens, à plus d'effroi et de tension. J'espérais un "page turner".  A mes yeux, c'est comme s'il manquait des étapes alors que certaines se répètent. Quant à la fin... Et bien sans spoiler, je peux dire que... Ayant écouté la version audio empruntée à la bibliothèque et copiée sur mon disque dur... J'ai vraiment cru qu'il me manquait un chapitre, au point que sur Facebook, j'ai fait appel à mes amies pour savoir si "ma dernière phrase" était bien "la dernière phrase". Donc une toute fin qui laisse sur la faim, avec une sensation d'inachevé.... ou de commencement interrompu...

Je pense que sans le tapage littéraire et médiatique autour de Chanson douce, j'en aurais attendu moins et sans doute plus apprécié la lecture qui reste néanmoins de bonne facture et agréable !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 27 Septembre 2018

Témoignage - City Editions - 256 pages - 10.00 €

 

Parution en 2014

Le sujet : Louise Booth est la mère de Fraser petit enfant autiste. Elle raconte son quotidien et son combat pour que son fils évolue. Et ces progrès tant attendus deviennent notoire quand la famille adopte un chat nommé Billy. La relation entre Fraser et Billy amènera détentes, rires et complicité dans la famille. Et étonnement, comme s'il avait,un 6ème sens, Billy sera toujours présent lorsque Fraser en aura besoin, quand une crise s'annoncera etc...

 

 

 

 

Tentation : Les deux sujets... Autisme et chat !

Fournisseur : CB + PAL !

 

Mon humble avis : Ce témoignage s'adresse à tous...Ceux qui aiment les chats et ceux que les félins indiffèrent, ceux qui ne se "sentent" pas concernés par l'autisme, ceux qui n'y connaissent rien ou au contraire, ceux qui côtoient une personne autiste de près ou de loin.

Mon amour et ma fascination pour les chats n'a ici plus de secret pour personne. Et je suis persuadée du bénéfice de leur présence dans la vie de quiconque comme dans la mienne. La présence de trois boules de poils chez moi m'a aidé de façon conséquente à diminuer les symptômes de ma pathologie psychiatrique et parfois à les maîtriser : la bipolarité. Certes, je n'irais pas jusqu'à donner un pouvoir de guérison aux chats, mais je suis sûre du bienfait qu'ils m'apportent, d'une relative sérénité, des rituels quotidiens qui me donnent des repères etc...Mais quelque part, je suis persuadée que mes chats m'ont, d'une certaine manière, sauvé la vie.

Ici, nous suivons sur cinq années le quotidien de Louise et Chris, ainsi que de leur fils Fraser, atteint d'importants troubles du spectre autistique. Au cours du témoignage, nous revenons sur sa naissance, ses premiers mois, le désespoir des parents, la difficulté de poser un diagnostic et le poids des regards accusateurs ou méprisants des autres. Cette famille s'agrandit ensuite par la naissance de Pippa... Malgré l'aide de leur entourage, de certains professionnels, la bienveillance de l'employeur de Chris (en gros la Reine d'Angleterre, puisque Chris travaille dans le domaine d'un château de la famille royale en Ecosse), les progrès de Fraser sont très lents et les régressions très fréquentes. Le texte de Louise Booth permet vraiment de se rendre compte des difficultés parfois insurmontables à vivre avec enfant autiste... Entre les stéréotypies, les crises de colère, les angoisses, l'hypotonie de Fraser qui l'empêche de se mouvoir normalement... Bref, on réalise à quel point chaque petit détail de la vie est compliqué, nécessite moult préparations, attentions, prévisions, contournements, adaptations, j'en passe et des meilleurs... Donc rien que pour cela, ce livre est à lire car très instructifs pour ceux qui n'ont jamais été confrontés à cette pathologie, comme pour ceux qui la connaisse de trop près, car il peut sans doute apporter quelques pistes et solutions pour améliorer le quotidien d'une famille.

Ensuite, Billy le chat surgit dans la famille et devient le pilier de Fraser, et son meilleur copain. Ce chat, manifestement doué de bien plus des 6 sens félins, accompagnera, stimulera et encouragera toujours Fraser dans son apprentissage, dans les grandes étapes de la vie du garçonnet... Tout en menant sa vie de chat. Il fait partie de ses animaux qui savent détecter une maladie, une crise etc... Là aussi, ce témoignage est important.

Vous vous demanderez sans doute pourquoi je ne couronne ce livre "que" de 3 pattes de chats... Et bien parce que le style, même s'il lit facilement, est le plus souvent assez basique et comporte quelques coquilles. Certes, on ne se dirige pas vers ce type d'écrit pour y lire de la grande littérature, mais là, je ne sais pas, ça m'a gênée par moment. Problème de style, de traduction, de relecture ? 

Ensuite, même si l'on vit le quotidien d'une famille, quotidien forcément très répétitif... puisque quotidien... vous me suivez ?... Bref, l'autisme ajoute forcément des habitudes, repères et rituels réglés comme du papier à musique et qui reviennent aussi... quotidiennement... Toujours est- il que j'ai tout de même trouvé cette lecture très répétitive dans son écriture, parfois désordonnée, et de ce fait, un peu longuette. Certaines coupes auraient donnés un peu plus de peps à ce récit sans en perdre l'âme ni l'objectif.

Nous quittons Fraser et sa famille quand le petit garçon atteint l'âge de 5 ans, et qu'il entre et s'épanouit dans une classe et une école normales, alors que tous les pronostics prédisaient le contraire. Comme quoi, même si la montagne à gravir est énorme, il ne faut pas baisser les bras et surtout... bien s'entourer... Même s'il s'agit d'un "banal" chat de gouttière.

Et, pour toutes les raisons citées ci-dessus, je ne peux que vous inciter à lire "Grâce à l'amour d'un chat".

 

PS : L'an dernier, bénévolement, je me suis occupée d'une petite fille autiste de 8 ans, non verbale, une matinée par semaine. Mais manquant de formation, me sentant trop désarmée et étant trop "éponge", j'ai cessé cette action bénévole au bout d'un trimestre.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres autres - divers, #Un monde de chat

Repost0

Publié le 18 Septembre 2018

Enfin ! Plus de 10 mois après avoir réservé mon voyage annuel hors de nos frontières, je décolle cet après-midi !

Vers ce genre de paysages :

 

 

 

Et ce genre de moments :

 

Donc bien sûr, blog en pause pour une dizaine de jours !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 17 Septembre 2018

Roman - Editions Gallimard - 11h24 d'écoute - 19.80 €

 

Parution d'origine chez Gallimard en octobre 2014

 

L'histoire : L'histoire s'ouvre sur une disparition inexpliquée, celle de Lila. Elena, son amie d'enfance, plonge dans ces souvenirs et narre leur particulière amitié qui naquit dès leur plus jeune âge, dans un quartier défavorisé de Naples. Ce premier tome couvre donc l'enfance et l'adolescence de ces deux jeunes filles, avec leurs différences, leur complicité etc...

 

Tentation : La réputation de cette saga

Fournisseur : Bib N°2

 

 

Mon humble avis : J'ai enfin lu le premier tome de la saga dont le monde entier parle et ne tarit pas d'éloges depuis bientôt 4 ans... Mon audio lecture s'est achevée en début d'été... Et ce n'est que maintenant que je trouve le courage de m'atteler à l'écriture de mon billet... Qui sera donc, je pense assez succinct. Bon, en même temps, je pense que tout a déjà été dit sur ce roman, et ce, dans toutes les langues écrites que porte notre bonne vieille terre.

Je m'interroge franchement sur ce succès international presque inédit de la saga (le tome 4 est paru cette année). Tout le monde sait que personne ne sait qui est réellement l'auteur, le nom d'Elena Ferrante étant un pseudonyme cachant une identité qui ne veut être connue... Et bien je soupçonne que le buzz autour de cette auteure inconnue soit pour beaucoup à ce succès.

Franchement, j'ai subi cette audiolecture, malgré un style, une plume, une écriture remarquables et agréables.

En lecture papier, j'aurais abandonné à la moitié je pense. En audio dans ma voiture, ça passait un peu mieux, le paysage changeant était là pour me divertir. Certains passages peuvent se révéler intéressants, mais ils sont tellement noyés dans une masse de détails, de répétitions,  d'explications,  et d'anecdotes qui prennent des pages qu'on les oublie... Tout ça pour pas grand-chose. Les rentrées scolaires rythment le récit. J'ai eu l'impression, même si le premier tome s'achève à la fin de l'adolescence de Lila et Eléna, que les deux fillettes atteignaient déjà la trentaine. Bref, les années sont longues et paraissent doublées, voire triplées !

De plus, cette amitié "à la vie à la mort" m'a paru franchement  malsaine, entre la domination de l'une et la soumission de l'autre, tant sur des sujets importants et durables que sur des pacotilles. Et puis il y a en fait tant de compétition entre les deux gamines que je me demande bien où est la réelle amitié dans cela. Pourtant, la vie de l'une et de l'autre, les évolutions de chacune n'est pas sans intérêt. L'une est surdouée mais doit arrêter l'école très jeune. L'autre étudie beaucoup pour rejoindre le niveau intellectuel et culturel de Lila et peut poursuivre l'école. Le tout se situe le contexte géopolitique de l'Italie du Sud dans les années 50 puis 60. Mais voilà, trop de détails, trop de longueurs, trop de répétitions, trop de superflu pour qu'il y ait de l'émotion et que les personnages me touchent. Non, ils m'ont plutôt agacée, en tout cas pour ceux que j'ai réussi à repérer. Car les personnages, sont pléthores et pour la plus part, n'apportent rien au fond du récit.... Plus de onze heures d'écoute très linéaire alors qu'en 6 heures, le texte et l'histoire auraient fortement gagné en intensité et densité. Et là, sûrement qu'ils m'auraient beaucoup plu.

Inutile de dire qu'ayant frôlé l'overdose, je n'ai pas l'intention de me coltiner les 3 tomes suivants !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 15 Septembre 2018

Roman - Editions Thélème - 2h36 d'écoute - 20.95 €

 

Parution d'origine chez Julliard en 1961

L'histoire : Sur une île de Key Largo en Floride, Josée, jeune française, coule des jours très- trop tranquilles auprès d'Alan, son américain de mari. Lassée de cette vie et de la jalousie de son époux, Josée s'envole pour la France où elle espère retrouver sa chère liberté.

 

 

Tentation : Mon goût pour les écrits de Françoise Sagan

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Tous les livres que j'ai lu de Françoise Sagan m'ont conduite au septième ciel. Il en est tout autre pour ce roman ci. Je n'ai même pas atteint ces merveilleux nuages. Pour tout dire, je suis restée sur le plancher des vaches. Donc déception totale, heureusement, cette audiolecture est très courte, ce qui ne laisse pas vraiment le temps de parvenir à l'agacement... mais presque.

Certes, le plaisir d'entendre la plume, voire la voix de Françoise Sagan reste agréable. On retrouve bien sûr ici son ton inimitable, fait de désinvolture et de cynisme, surtout envers ces personnages, dont elle se moque bien. Les dialogues sont, comme d'habitude, assez caustiques, ce qui n'est pas fait pour me déplaire. Donc dans la forme, ce roman n'est pas désagréable à écouter, d'autant que l'interprétation qui en est faite est juste parfaite (on pourrait même imaginer que c'est Sagan elle-même qui nous lit son oeuvre). Il ne faut pas oublié non plus que ce roman évoque une période on ne peut plus révolue.

Mais dans le fond, je n'ai adhéré à... rien. Les personnages ne sont que mondains. Ils se noient autant dans l'alcool que dans une oisiveté qui les rend très superficiels, assez inintéressants, et franchement ni aimables ni touchants. Ils sont capricieux. Ils s'ennuient donc forcement sont ennuyeux. Même la fluctuation des sentiments amoureux m'a plus semblé prendre racine dans l'inconstance que dans l'âme ou le coeur. A moins que ces affections (notamment la passion exclusive, la jalousie, la manipulation amoureuse) ne soient pas assez creusées pour captiver la lectrice que je suis.

Bref, c'est une sensation d'insignifiance que je garde de ma lecture, que j'oublierai sans doute très vite. Si vous n'avez jamais lu Françoise Sagan (ce qui est un horrible tort auquel il faut remédier au plus vite), ne commencez pas par ces soi-disant "Merveilleux nuages" !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 13 Septembre 2018

Roman - Editions J'ai Lu - 510 pages - 8.40 €

 

Parution d'origine chez J.C Lattès en 2011

 

L'histoire : Un an après l'assassinat de sa petite amie Merrin, pour lequel il a été suspect puis acquitté, Ig se prend un sacrée cuite sur le lieu même du massacre de Merrin. Le lendemain, le réveil est douloureux, surtout quand Ig découvre que deux cornes lui sont poussées sur la tête. Ig découvre très vite que ces deux cornes lui permettent de faire avouer l'inavouable à toute personne qu'il croise sur son chemin ? Don ou damnation ? Que faire de ce pouvoir ? Retrouver le véritable assassin de Merrin ?

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Joe Hill est un pseudonyme... Derrière, se cache le fils du King. Pas Elvis hein ! Ni Michael ! Non, Stefen !!

Donc nous ne sommes évidemment pas dans de la littérature "classique", le fils suivant plus ou moins le chemin du père. Ici, c'est du fantastique et un peu de paranormal que Joe Hill met dans sa sauce pour agrémenter sa recette, enfin, son intrigue.

Le roman démarre sur des chapeaux de roue, dans le sens où nous sommes très vite dans le sujet ! Ig découvre ses tempes garnies de cornes et très vite, il remarque les pouvoirs que ces cornes lui amènent. Faire dire aux gens ce qu'ils ne veulent pas dire, tant c'est inavouable... Pour oublier juste après leurs aveux.  Les pages se tournent donc toutes seules et ce début est vraiment de bon augure pour la suite.

Hélas, je me suis vite lassée, l'auteur laissant beaucoup trop de place aux passés et aux souvenirs des protagonistes, souvenirs qui nous sont servis à plusieurs reprises, avec la versions de chacun des concernés. 

De ce fait, la véritable action et le sujet des cornes et leurs conséquences n'occupent qu'un tiers du roman, d'après ce qu'il m'a semblé. Dommage, car en cas contraire, le roman aurait pu me plaire. Mais non, c'est plutôt une sensation de désordre et de mélange de genres peu aboutit qu'il m'a laissée. Même si certaines révélations sur le personnage de feu Merrin surprennent et émeuvent. On se demande si l'auteur a voulu saupoudrer une histoire romanesque assez classique avec du fantastique qui frôle (juste frôler hein !) ou le contraire. Le très long dénouement démoniaque et fantastique s'inscrit enfin dans un genre. Mais pour moi, la sauce n'a pas pris. Le petit aspect polar (vu qu'il y a tout de même eu un meurtre non élucidé) n'a rien d'extraordinaire, le suspense n'est pas impitoyable et franchement, même pas peur ! Quant au style et/ou la traduction, rien d'extraordinaire non plus.

Il y a déjà quelques années, ce roman a été adapté au cinéma sous le titre de Horns, avec Daniel Radcliffe (alias Harry Potter) dans le rôle d'IG. Je n'ai pas vu ce film et ne compte pas le voir... Dans le roman, il est très souvent question de serpents en masse, donc ce genre de scène au ciné aurait tout pour me dégoûter !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 11 Septembre 2018

Film de Cécilia Rouaud

Avec Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Delalonchamps, Jean-Pierre Bacri, Chantal Lauby

 

Synopsis :  Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. Surtout pas.
La première est « statue » pour touristes, au grand dam de son fils ado. Elsa, elle, est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse. 
Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille.
Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? »

 

 

Mon humble avis : Un formidable coup de coeur pour ce film qui mêle subtilement émotions (certains peuvent préparer les mouchoirs) et des dialogues qui claquent, truffés d'humour... parfois noir, mais qui passent parfaitement et qui arrivent toujours au bon moment, pour détendre une atmosphère pesante, des moments intenses et décisifs dans la vie des personnages.

C'est une comédie dramatique chorale, qui valse d'un protagoniste à l'autre... mais nous connaissons dès le début le lien qui unit tout ce petit monde. La famille, même si c'est une famille éclatée, avec des caractères bien différents, et une enfance qui a des conséquences différentes chez chacun des personnages.

La pseudo légèreté du film n'amenuise pas pour autant la profondeur du film et la gravité de ses sujets... Et quelque part, il y a un sujet par personnage, autour de celui central de "Mamie" qui ne peut plus rester seule pour cause d'Alzheimer. ... Certains membres de la famille se renvoient la patate chaude, d'autres s'investissent corps et âme dans le "cas de mamie" mais réalisent qu'ils ne parviennent pas à gérer leur vie et la présence de Mamie. Mais finalement, au film du film, on remarquera que chacun participe comme il peut en fonction de qui il est et de pourquoi... La fragilité des uns et les névroses des autres... Ou encore, la maladresse.

Les sujets donc : Le deuil, la famille, la diversité, la monoparentalité, la fantaisie, la difficulté à procréer, le couple, la fraternité et ses difficultés, l'accompagnement de fin de vie et bien sûr, le sujet central : placer ou ne pas placer une personne dépendante dans un établissement adapté.

Le tout est servi par des comédiens magistraux ! Tous ! Pas l'un qui brille moins que l'autre, pas l'autre qui fait de l'ombre à l'un.

Ces personnages m'ont tous bouleversée, vraiment. Et finalement, c'est un film qui fait du bien, beaucoup même. Il fait dire que d'un grand malheur collectif ou que d'une petite phrase anodine peut émerger une certaine forme de bonheur... Et que toute fratrie, aussi éparpillée soit elle, peut un jour mettre à jour ces liens invisibles et sans doute ignorés. Une famille brisée qui se répare en fait.

Un film magnifique, aussi tendre que délicat à voir absolument !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0