Publié le 3 Août 2017

Thriller - Edition J'ai Lu - 377 pages - 7.80 €

 

Parution en octobre 2016

 

L'histoire :  Aéroport de Fort Worth, Dallas. Deux voyageurs essoufflés viennent de rater leur vol pour Paris et se le reprochent mutuellement : Enzo Meazza, un criminel en col blanc tout juste sorti de prison, et Janet Livingston-Pierce, ingénieur en déplacement professionnel. L'avion explose quelques secondes après son décollage... A peine remis du choc, ils sont pris pour cible par des hommes armés. Pourquoi en ont-ils après eux ? Leur commanditaire serait-il le mystérieux Griffon traqué par le FBI depuis des années ? Une seule certitude : Janet et Enzo n'auraient jamais dû se rencontrer...

 

 

Tentation : Pitch et auteur

Fournisseur : Ma CB lors du salon de Rennes

 

 

Mon humble avis : David Khara... Un auteur Rennais que je vois chaque année au salon du livre de Rennes depuis que nous y allons entre blogueurs de l'Ouest... Autant dire, 7 ou 8 ans... Et que je n'avais jamais lu...  Et cette année, David Khara m'a convaincue d'emporter ce livre inédit paru directement en format poche chez J'ai Lu. 

Rien de tel qu'un bon thriller en été, surtout quand on peine sur un autre ouvrage ! Comme ça m'a fait du bien de dévorer un livre, de ressentir l'impatience d'y retourner et de tourner les pages.

Et Atomes Crochus diffère franchement des thrillers que l'on s'habitue à bouquiner depuis quelques années et qui développent souvent une surenchère de l'horreur criminel... Rien de tout cela dans Atomes Crochus, pas de scène gore insupportable ni de surplus d'hémoglobine qui inquiète XXL sur la "nature" humaine. Ici, on est plus dans l'action et les courses poursuites. Et puis, ce n'est pas spoiler de dire que cela finit bien, puisque l'auteur lui-même déclare haut et fort lors de conférences qu'il aime écrire des histoires qui finissent bien.

En effet, alors qu'Enzo et Janet ont échappé miraculeusement à l'explosion criminelle d'un avion (puisqu'ils n'étaient pas dedans hein, pas non plus de raison tirée par les cheveux !), ils sont poursuivis par deux impitoyables tueurs qui travaillent à la solde de... vous verrez bien. Et puis il y a aussi le FBI qui ne traîne pas loin, persuadé qu'Enzo cache encore quelque secret.

Bref pas d'ennui dans ce roman entraînant, distrayant, purement agréable à lire. Bien sûr, après cette lecture, on ne se fait pas plus d'illusion au niveau de la probité de certains hommes politiques ou de dirigeants de multinationales. Nous plongeons aussi dans les actions de l'AIEA, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, dont le siège se situe à Vienne, et les conséquences qu'elles peuvent provoquer ou éviter. J'y ai appris aussi avec étonnement que la City de Londres est une ville et un comté à l'intérieur de la capitale britannique, administrée par la Corporation de la City de Londres, sous l'autorité du Lord-Maire. Les rois et reines ne peuvent y pénétrer sans son autorisation ni sans se débarrasser symboliquement de leurs attributs royaux. Etonnant non ? Intéressant en tout cas !

Bref, nous avons là un très bon polar, rythmé, qui mêle un peu d'humour et de romance, qui n'oublie pas les fameux rebondissements qui déroutent le lecteur et renouvellent son intérêt. Le tout dans un style fluide et agréable. Donc aucune raison de passer à côté d'Atomes Crochus. Bonne lecture les amis !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 1 Août 2017

Film de Luc Besson

Avec Dane Dehaan, Cara Delevingne, Clive Owen, Alain Chabat

 

Synopsis :  Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d'agents spatio-temporels chargés de maintenir l'ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha - une métropole en constante expansion où des espèces venues de l'univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d'Alpha, une force obscure qui menace l'existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l'avenir de l'univers.

 

 

Mon humble avis... commence par Valérian et la cité des mille planètes en chiffres ! 

  • 197 471 676 euros de budget
  • Plus de 6 000 dessins pour le storyboard
  • 3 350 propositions de costumes reçues dans le cadre du concours
  • 2 547 plans avec effets visuels
  • 2 206 personnes impliquées sur le tournage (dont 115 acteurs et 552 figurants)
  • 1 371 personnes impliquées sur la post-production (dont 1 266 sur les effets visuels)
  • 600 costumes créés
  • 500 kilos de confettis lâchés le dernier jour de tournage
  • 420 personnes sur le tournage
  • 200 espèces d’aliens et de créatures créées pour le film
  • 100 jours de tournage
  • 96 musiciens et un chœur de 40 chanteurs pour la bande originale
  • Jusqu'à 80 caméras pour la performance-capture chez WETA
  • 65 décors
  • 50 ans entre la parution du premier album et la sortie du film
  • 7 plateaux occupés à la Cité du Cinéma

 

Valerian est donc le film français de toute la démesure et forcément, on obtient un résultat de diiinnnnngue !

Ce film est inspiré d'un album de la BD Valerian, qui paraissait dans les années 70. BD que je n'ai pas lue ! Nous avons donc une histoire qui allie à la perfection aventure et science-fiction, le tout mêlé à l'univers de Luc Besson. C'est donc un pur régal visuel !

On a l'impression d'être un spectateur "au pays des merveilles" ! Notre regard est sans cesse sollicité dans chaque centimètre carré de l'écran, c'est peu dire ! L'univers visuel est si riche qu'il est impossible de tout voir, de tout déceler,  de tout remarquer en une seule séance. Pour preuve, j'ai découvert en rentrant chez moi que Matthieu Kassovitz faisait quelques apparitions... je ne l'ai ni vu ni reconnu... Car tout va très vite !

Je suis archi fan et archi admiratrice de toute cette créativité et imagination nécessaires pour réaliser un tel film. Vraiment chapeau ! Bien sûr, les clins d'oeil à la filmographie de Luc Besson ne manquent pas, notamment la dernière scène qui n'est pas sans rappeler celle du Cinquième Elément ! Car bien sûr, toujours aux yeux de Besson, l'essentiel est l'AMOUR... Sans amour, rien de possible !

Pas une minute d'ennui en voyant ce film, surtout pour le plaisir des yeux, le scénario étant quant à lui assez classique. Mais le spectacle est vraiment on ne peut plus grandiose, lumineux, onirique ! Pour atteindre les paradis artificiels, nul besoin de drogues, juste un bon Besson, et voilà on plane, on semble avoir des hallucinations, des créatures aux formes étranges apparaissent à l'écran ! Le trip total !

Et puis, il y a aussi l'actualité, à qui se film colle parfaitement même s'il se déroule au 28ème siècle...

Les quelques peuples encore isolés, qui vivent en harmonie et en respect de la nature, en lui rendant ce qu'elle leur donne.

Et cette fameuse cité des mille planètes, peuplée d'habitants venus de tout l'univers, avec leurs richesses, leurs us et coutumes, leurs différences et leurs connaissances, et qui coexistent dans l'intelligence et le partage. Comme une petite leçon de bien vivre ensemble, en mode SF !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 30 Juillet 2017

Bonjour à tous !

C'était il y a deux semaines, par un splendide dimanche de juillet, je participais à une randonnée de 15 kilomètres dans une région que je ne connaissais pas du tout, malgré sa relative proximité géographique de Rennes : Le golfe du Morbihan.

Certes, il y a une dizaine d'années, j'avais passé une journée sur Vannes, avec le grand projet, depuis, de retourner dans ce coin et de l'approfondir.

L'occasion m'en fut donc donnée ! Et quel ravissement ! Direction Port Crouesty, sur la commune d'Arzon. Là où les plages de la commune étaient bien peuplées de vacanciers tout juste arrivés, le chemin côtier que nous avons emprunté, allant de criques en plages, étaient quasiment désert ! Nature, soleil, ciel aussi bleu que la mer... bref, zénitude absolue !

Et puis, petite nouveauté dans ma vie, un nouvel Iphone. Le précédent, un 5 C de 8 machins trucs de mémoire, expirait devant les efforts que je lui demandais... Stockage plein malgré mes moult destockages. Bref, direction la boutique ! Pas assez riche pour m'offrir l'Iphone 6 et encore moins le 7, je me suis rabattue sur le SE...  32 machins trucs de mémoire et des fonctionnalités qui me conviennent parfaitement et que je découvre avec bonheur !

Aussi, c'est avec joie que je vous présente mes photos du Golfe du Morbihan... en film ! Mon premier film réalisé si facilement avec mon nouveau joujou qui me promet encore bien du plaisir à venir !

Et sinon, comme il n'est pas interdit de rêver, je vous présente la maison de mes rêves !

Certes, elle n'a pas vue sur mer, mais assure une chouette tranquillité et un havre de paix pour mes chats. Ben oui, quand on a des chats, on cherche la maison de ses rêves en fonction d'eux... Jardinet, pas de route passante à proximité etc. Mais bon, on est là dans le fantasme absolu, car même si ma maisonnette n'a rien d'un palace, vu sa situation, elle coûte une fortune !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 28 Juillet 2017

BD - Editions Futuropolis - 125 pages - 20 €

 

Parution en 2010

L'histoire :  Un gamin africain se cache dans la soute d'un avion pour Paris. Il veut devenir footballeur, le voici travailleur clandestin, jusqu'à ce qu'il croise d'anciens gangsters prêts à sortir de leur retraite...

 

Tentation : Les premières pages

Fournisseur : La bib'

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Les premières pages feuilletées à la bibliothèque m'ont induise en erreur... Elles se déroulaient en Afrique, et le graphisme me plaisait, ce qui était suffisant pour mener à mon emprunt. Sauf qu'au-delà des premières pages, nous ne sommes plus du tout sous des latitudes exotiques mais dans un coin français où aucune voiture ne possède le même numéro de département sur sa plaque d'immatriculation.

Bon, cette BD a reçu le grand prix de la ville d'Angoulême en 2010. Donc je crois que pas mal de chose ont dû m'échapper, car franchement, cette lecture ne m'a pas conduite à l'extase, loin de là.

Un jeune clandestin africain, venu pour devenir footballeur, se retrouve à son insu mêlé à une histoire de braquage d'un fourgon blindé qui part en vrille. Lui-même mené par des sexagénaires soit disant rangé des voitures, mais qui, pour le fun, on remit le couvert ! Mais aussi par d'autres personnes et là, méli-mélo. Qui est qui ? Pourquoi ? Bref, beaucoup trop d'ellipses tant textuelles que graphiques pour suivre posément et apprécier cette histoire. Certes, quelques passages prêtent à rire dans des réparties qu'Audiard n'aurait peut-être pas renié et qui pourraient rappeler une certaine ambiance "tontons flingueurs".  Mais trop souvent, j'ai été amené à ne pas reconnaître les protagonistes au premier coup d'oeil, à ne plus savoir si l'action se déroulait de jour ou de nuit (un peu comme dans "Les experts", vous avez remarqué qu'ils découvrent souvent un cadavre en pleine nuit et que la scène suivante figure déjà un beau soleil).

J'aurais préféré que l'histoire se concentre sur Slimane, ce jeune footballeur africain que certaines sirènes ont fait venir en France.

Bref, après quelques recherches sur la toile, il semble que je sois bien seule à ne pas avoir apprécié cet album, donc à vous de voir ! D'autant plus que Baru (que je ne connaissais pas jusqu'alors) semble faire partie des sommités du milieu BD

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 26 Juillet 2017

Roman - Editions Thélème - 6h00 d'écoute- 19 €

Parution d'origine en août 2012

 

L'histoire :  Enterré au cimetière de Bobigny, Van monologue depuis son cercueil. Il a laissé derrière lui les trois femmes de sa vie. Lou, son épouse un peu banale, trop jalouse, qui l’a renversé en voiture. Laure, sa rebelle de fille qui sèche les cours et fume des joints. Ulma, sa fascinante demi-soeur avec qui il a entretenu une relation incestueuse. Tour à tour, les membres de ce quatuor bien cabossé font leur examen de conscience : des récits portés par l’amour, qu’il soit familial, conjugal ou passionnel.

 

Lu par Louis Arène

Tentation : Pourquoi pas ?

Fournisseur : Sylire, merci pour le prêt !

 

 

Mon humble avis : Définition d'une lame de fond :  déferlement d'une ou plusieurs vagues d'une taille considérablement plus grande que les autres, susceptible de provoquer des noyades et des destructions sur le rivage sur lesquelles elles s'abattent.

Quel titre bien trouvé pour ce roman ! Cette lame de fond, on connaît dès le début de l'histoire ses funestes conséquences. La mort de Van, le principal narrateur de ce texte. Cette lame de fond, ce sont tous les non-dits, les exaspérations, les aigreurs, les rancoeurs qui gonflent au coeur d'une famille, au fil des années. Même l'amour et l'admiration ne sont pas vraiment avoués. En fait, dans ce livre, Linda Lê propose, au fil des pages, de remonter aux origines de cette lame de fond. Pour cela, Linda Lê donne la parole à quatre protagonistes. Dans ce roman choral, chacun exprime sa vision de sa relation avec les autres, ses regrets, son désespoir, sa culpabilité.

J'ai aimé écouter ce roman vraiment bien construit et originale dans sa narration : c'est Van, qui du fond de son cercueil, s'élance en premier dans ce récit... Il sera ensuite rejoint par Laure, sa fille, Lou son épouse, et Ulma, sa demi-soeur et finalement âme-soeur et amante, découverte quelques mois avant la mort de Van. La petite enfance de Van, au Vietnam permet une révision géopolitique des heures sombres de ce pays. Puis son exil seul en France, voulu par sa mère. Et dès qu'une lecture m'enrichit à ce niveau-là, elle marque déjà un bon point !

La psychologie de chaque personnage est vraiment bien creusé, la tension s'installe, même si l'on connait l'issue, elle entre néanmoins en nous au fur et à mesure que le verni apparemment lisse et brillant se craquelle de partout. Mais, oui il y a un mais... Chaque personnage s'exprime à sa propre manière, ce qui quelque part, perturbe dans l'irrégularité de style obtenu, même si l'écriture est très ciselée et belle.

Et puis dans le texte, revient trop souvent le personnage pourtant secondaire de la mère d'Ulma, dont la vie dépravée à la recherche vaine d'une certaine panacée m'a quelque peu perdue et lassée. D'autant que cette Lily nous éloigne des personnages principaux de façon assez inutile à mes yeux.

Bref, au final, un livre globalement plaisant, intéressant et qui raviront les fans de très belle écriture soignée. Mais pour moi, rien de plus ou plutôt... sans plus majeur !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 24 Juillet 2017

Film de James Pondsoldt

Avec Emma Watson, Tom Hanks, Karen Gillan

 

Synopsis :  Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c'est une opportunité en or ! Tandis qu'elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l'entreprise, Eamon Bailey, l'encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l'éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l'avenir de ses amis, de ses proches et de l'humanité tout entière…

 

 

Mon humble avis : The circle est présenté comme un thriller... Si vous espérez un film au rythme trépidant et à l'action terrifiante et expansive, vous risquez d'être déçus. La tension met un bon moment à s'installer et à mis à part lors quelques minutes, n'est jamais franche. Disons qu'elle est plutôt sous-entendue, en fonction de votre perception de l'histoire. Quant au suspense, on se le façonne soi-même puisque nous pensons être devant un thriller. Mais il n'est pas flagrant, et ne vous provoque ni suée ni arrêt cardiaque !

Cette histoire justement est sensée se dérouler dans un futur proche, donc être de l'anticipation. Mais ce futur est vraiment proche, il pourrait être la semaine prochaine ou demain, à moins qu'il ne soit déjà, dans certaines mesures, déjà actuel.

Mais j'ai aimé ce film qui, niveau cinématographique, n'a rien d'exceptionnel mais qui, dans l'absolu, pose de vraies, intelligentes et contemporaines questions. Le sujet du film est centré sur les réseaux sociaux, la transparence, la collecte d'informations, l'ultra-connection, la vidéo surveillance et l'aspect sectaire des grandes sociétés du web. Bref, en résumé : Big Brother is watching you !

Là où le film est intéressant, c'est qu'il développe tour à tour les avantages et les inconvénients, voire les dangers de cette hyper-connection. Et, en tant que spectatrice, je me suis retrouvée bien souvent convaincue par ces bénéfices, avant d'en percevoir la menace. J'oscillais sans cesse entre sensation de prodige et de péril. Est-ce utile, voire nécessaire de tout savoir, de tout voir ? Je n'ai pas encore mon idée précise là-dessus. Car savoir permet de comprendre, de relativiser et pourquoi pas d'aider à la solution. Mais ensuite, il y a l'empathie qui détruit.

Car oui, l'ultra-connection et la transparence pourrait améliorer le monde, par le partage des connaissances (médicales ou autre), la prévention du crime, la diminution des rapts d'enfants etc... mais à quel prix au niveau de la liberté personnelle et de l'intimité.

Personnellement, je me considère comme connectée, mais dans des dimensions raisonnables. Je ne raconte pas mon quotidien, ni  mes moindres faits et gestes et ne vis pas à travers mon écran ni à travers la vie des autres. Je ne mêle jamais famille et proches à mes publications. Je n'ai rien à cacher, mais l'intime et le personnel reste dans le rayon qui leur incombe. Mais nombre de gens agissent sur les réseaux à mon inverse.

Bref, un film intéressant faute d'être original, qui posent les bonnes questions et qui offre le plaisir de voir la talentueuse et charmante Emma Watson, qui a bien grandi depuis son rôle d'Hermione. Et puis, évidemment, il y a Tom Hanks et ça, ce n'est jamais négligeable !

Allez, quittez un peu vos écrans et allez au ciné !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 22 Juillet 2017

Roman - Editions Pocket - 254 pages - 6.95 €

 

Parution d'origine en sept 2015 et chez Pocket en juin 2017

 

L'histoire :  - " Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë. 
- Une quoi ? " 

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce et repart à la conquête de ses rêves... 

 

 

Tentation : Le titre, et envie d'une lecture légère pour les vacances

Fournisseur : Ma CB à Orly Ouest !

 

 

 

Mon humble avis : Bon, c'est clair, je me suis trompée dans mon achat, pensant trouver dans ce titre une histoire plutôt drôle et légère. Et le titre me correspondait on ne peut plus, vu que la veille de mon achat, j'avais déposé ma démission auprès du Mc Do... Ayant effectivement réalisé que je n'avais qu'une vie et que celle que je menais ne me conduirait nulle part !

En fait, ce roman est à mi-chemin entre le "feelgood book" et le livre de développement personnel. Et pour être franche, à la base, je ne suis pas fan du tout de ce dernier type, avec leçon de bien vivre, bien être, la solution est en toi. Blablabla... Et finalement, c'est l'aspect développement personnel qui m'a le plus plu, l'histoire étant en elle même assez simple...

Mais au fil des pages, j'ai remarqué que ma lecture m'amenait à certaines réflexions, introspections etc, sans m'agacer ni me déprimer. J'ai même constaté quelques changements dans mon comportement, dans ma façon d'apprécier de façon XXL des petits événements qui pourraient être anodins.

Bon, après, avec ce genre de littérature, c'est toujours pareil... il faut que l'effet perdure au-delà de la lecture. Ca, c'est à suivre.

Une deuxième vie... De mon côté, j'ai l'impression d'être un chat, tant j'en ai vécu des vies... Et effectivement, j'en recommence une énième.

La routine... Au sens large, j'ai l'impression de la chercher. Et le plus souvent, sitôt trouvée cette routine, et bien je l'atomise ! Et pourtant, j'apprécie et ai besoin de mes petites habitudes au quotidien, mais dans l'absolu, aussitôt un objectif atteint, je me projette dans le suivant ! Et cela est fatiguant !

Il n'empêche, j'ai tout de même bien apprécié cette histoire, menée par des personnages sympathiques et enrichissants. Les conseils que donnent Claude à Camille pour égayer le quotidien ne sont pas restés sans écho en moi (après, comme je dis, il faut que cet écho perdure dans le temps !).

Quelques petits exemples  qui m'ont bien plu :

- Faire le chat (là, j'ai des modèles à la maison), soit se contenter "d'être" sans céder à la pression "du faire"

- Remplacer l'empathie mouillée (où l'on absorbe tout), par l'empathie "sèche", donc distancée.

- L'art de ma modélisation : se trouver des modèles célèbres à qui l'on aimerait ressembler et penser qu'on leur ressemble, tenter de copier leur façon d'être. Bon, là, j'ai 2 problèmes. Je ne suis pas sûre que copier quelqu'un soit une bonne idée. Et de l'autre, je ne trouve pas de modèle à qui je voudrais ressembler ! Je voudrais juste être comme ces gens qui s'expriment parfaitement, clairement, posément en public, en faisant preuve d'une mémoire et d'une culture extraordinaire.

Bref, les conseils du routinologue sont disséminés dans l'histoire, mais bonne nouvelle, ils sont listés, résumés et réexpliqués en toute fin du livre.

Et puis, sans spoiler, le peux dire que j'ai vivement apprécié cette notion de transmission... Cette transmission et cette entraide qui à elles seules, ont peut-être une chance un jour, de sauver le monde !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Juillet 2017

Film de Jon Watts

Avec Tom Holland, Mickael Keaton, Robert Downey Jr

 

Synopsis :  Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui...

 

 

Mon humble avis : J'ai vu ce film lundi dernier, juste après Moi, moche et méchant. C'était ma journée zéro neurone !

L'écurie Marvel donne un sacré coup de jeunesse à l'un de ses héros phares !

La presse est plutôt dithyrambique sur ce nouvel opus des aventures de Spider-Man, je le serai un peu moins, même si la séance reste agréable, divertissante et répond globalement aux attentes qui nous conduisent au ciné pour y voir ce genre de film.

Les effets spéciaux etc sont parfaitement réussis. Mais j'ai trouvé certaines longueurs. Disons que j'ai trouvé ce Homecoming beaucoup plus léger que les précédentes sagas consacrées à ce super héros. Quand je dis "léger", c'est parce qu'il est plus dirigé vers l'humour et les fragilités et maladresses, la fougue, du jeune héros, du très jeune héros, encore en rodage. Et oui, à chaque saga, le héro et son interprète rajeunissent de quelques années. La première saga nous donnait un Peter Parker étudiant, la deuxième un lycéen, et nous voici avec un collégien de 15 ans... Alors peut-être que le jeune public appréciera et "s'identifiera" un peu plus. Moi, je regrette les deux précédents interprètes, même si Tom Holland s'en sort très bien... mais il n'est pas encore sorti de son époque juvénile donc de mon côté... bof. Les enjeux semblent bien moins dramatiques que lors des autres films. 

La première partie est assez longue à s'installer et mise vraiment sur l'aspect comique Teenager. La deuxième partie reste plus fidèle au personnage mis en place par les précédentes sagas. Et cerise sur le gâteau tout de même, Spider-Man Homecoming nous offre la présence non négligeable de Michael Keaton, en méchant à l'insu de son plein gré, quelque part !

Mais bon, comme je le disais, le moment reste sympa et assez prenant, tout en prônant également de belles valeurs pour la jeunesse, le public visé. C'est déjà pas mal !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 18 Juillet 2017

Film de Pierre Coffin, Kyle Balda, Eric Guillon

Avec les voix d'Audrey Lamy, Gad Elmaleh, Arié Elmaleh

 

Synopsis :  Gru apprend par sa mère qu'il a un jumeau prénommé Dru. Accompagné de ses filles, de Lucy et des Minions, il finit par faire la connaissance de ce frère inattendu. Alors qu'il a abandonné ses activités de «méchant» et que sa carrière de redresseur de torts est au point mort, Gru est surpris par la proposition de Dru. Son frère aimerait qu'ils reprennent ensemble les affaires illégales de la famille. S'il refuse dans un premier temps, Gru se laisse finalement convaincre devant tout le matériel (voitures, gadgets) dont dispose ce grand enfant très exubérant...

 

 

Mon humble avis : J'avais boudé les 2 précédents opus au cinéma, les bandes annonces vues ne m'inspirant pas... J'imaginais, des films un peu ras des pâquerettes. Et lors de leurs passages télé, je leur ai donné une chance ! Bien m'en a pris, car je suis vraiment tombée sous le charme de ce Gru, de ses 3 fillettes adorables et de ces dizaines de Minions... si mignons !

Donc direction une salle obscure et fraîche pour ce troisième volet ! Et je me suis régalée !

De l'humour XXL mais pas graveleux, ni vulgaire ni too much, de l'action, du suspens, de la "mignonitude" garantie, de belles valeurs défendues (comme le rêve, la tendresse, la fraternité, le courage, j'en passe et des meilleurs). Le rythme est effréné, tant dans les gags que dans l'action et le scénario). Bref, petits et grands ne s'ennuient pas une seconde. Les grands se régalent en plus de quelques bons clins d'oeil cinématographique et d'une bande son super pêchue, excellente, et tellement raccord avec le film... Souvenirs souvenirs... Années 80 -90. Ca donne envie de chanter et de danser.

Chanter et danser... Ca se sont les Minions qui s'en chargent pour le plus grand bonheur de tous. Leurs chorégraphies et les paroles de leurs chansons (celles que l'on comprend en tous cas) sont hilarantes et savoureuses !

Si vous ajoutez un graphisme et des animations parfaitement réussie et bien vous avez une séance de ciné pour zéro neurone dépensé mais la banane garanti. Et ça, ça fait du bien pour les enfants de 6 à 99 ans ! Et c'est même très rafraîchissant en ces temps caniculaires !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 16 Juillet 2017

Alors qu'aujourd'hui je parcours le Morbihan en touriste, j'ai laissé mes 3 coeurs à la maison avec tout ce qu'il faut pour survivre à une journée qui s'annonce caniculaire !

Rien de bien nouveau depuis la dernière fois, sauf que je suis partie loin d'eux pendant une semaine lors de mon séjour aux Canaries. Loin des yeux mais pas loin du coeur...

Mais j'ai de la chance, j'ai une Nounou d'enfer qui s'occupe de mes loulous pendant les vacances. Ma voisine du 1er, qui monte 3 fois par jour ! Si ce n'est pas du luxe ça !

 

Allez place aux photos de mes 3 coeurs !

Aya !

Aya !

Praslin !

Praslin !

Tsingy !

Tsingy !

Aya !

Aya !

Praslin !

Praslin !

Tsingy !

Tsingy !

Aya !

Aya !

Praslin !

Praslin !

Tsingy !

Tsingy !

Aya !

Aya !

Praslin !

Praslin !

Tsingy !

Tsingy !

4 photos, 3 chats, 4 coeurs !

4 photos, 3 chats, 4 coeurs !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0