Articles avec #bd... tag

Publié le 22 Octobre 2010

BD – Editions Delcourt Mirages – 100 pages – 14.95 €

 

Parution en 2007

Résumé : Après sa dernière crise d’Alzheimer, Émile est placé par sa famille dans une résidence pour troisième âge. Dès lors, il affronte seul sa nouvelle vie, apprend à connaître les autres patients et le fonctionnement du centre. Il y découvre l’horrible routine, les médicaments et surtout le dernier étage – la grande peur de tous ! – où sont transférés ceux qui ne peuvent plus se suffire à eux-mêmes…

 

Tentatrice : Keisha

 Fournisseur : La bibliothèque

 

 

Mon humble avis : L’univers de la BD n’a pas fini de me surprendre. Jusqu’à maintenant, j’y cherchais et y trouvais un peu au hasard divertissement et/ou culture. Jusqu’à présent, mes sensations furent donc plus « fun » et étonnement.   

Avec Rides, c’est autre chose. De l’émotion pure. Une BD qui traite judicieusement de trois sujets difficiles : la vieillesse, les maisons de retraite et Alzheimer.

Ce n’est pas un énième reportage que l’on regarde avec une certaine distance pour ne pas se laisser atteindre. C’est une histoire, avec des personnages qui évoluent sous nos yeux, et donc dans notre tête. Tantôt leurs petites manies de vieux vous amusent, leurs attachements l’un à l’autre au travers du temps et de l’état vous touchent. Et puis, c’est leur tristesse devant leur propre état de « dépérissement » qui vous émeut. Et l’ensemble est bouleversant. Surtout le moment où le médecin annonce « froidement » à Ernest qu’il n’est pas juste distrait, mais qu’Alzeheimer est déjà bien installé et s’imposera sans retour.  Inutile de préciser que la vie en maison de retraite est extrêmement bien décrite.

On regarde souvent cette maladie comme une réalité lointaine. Cette BD nous la fait regarder en face avec beaucoup d’intelligence et de délicatesse. Belle idée que de multiplier les formats d’informations sur ce sujet et d’aller chercher les gens dans leurs loisirs : des moments choisis, ou l’on est reposé, ouvert et prêt à recevoir, où l’on est bien plus disponible et réceptif qu’entre deux autres catastrophes au JT de 20H. Rides est donc  à lire et à montrer aussi, tel un excellent moyen éducatif pour expliquer aux plus jeunes cette terrible maladie. C’est vraiment bien fait, mille fois plus efficace qu’un discours médical ampoulé. Et ça glace le sang, vraiment. Surtout dans les dernières pages.

  

Pour visualiser, c'est ICI

 

 

L'avis de keisha

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 7 Octobre 2010

 

BD - Editions Gallimard - 127 pages - 16 €

 

 

Résumé : Comment Ignace expliquera-t-il à sa femme son deuxième bureau et ses nouveaux enfants?
Qui est cette mystérieuse inconnue qu’Albert voit toutes les nuits à l’Hôtel aux mille étoiles ?
Adjoua pourra-t-elle à s’en sortir en vendant des claclos toute la journée ? Mais surtout : qui sera élue Miss Yopougon? Et Aya ! A-t-elle besoin de se mêler de toutes les histoires de Yop City ?
Les réponses à ces questions et à bien d’autres encore dans le troisième volume des aventures de Aya de Yopougon.

 

 

 

Dessins  : Clément Oubrerie

Scénario : Marguerite Abouet

 

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis : J'ai toujours fui les romans en plusieurs volumes et pourtant, je suis on ne peut plus fan de cette série. Hélas, la fin approche, puisque j'en ai lu plus de la moitié (3/5, CQFD !). Je me sens bien chez moi dans la ville ivoirienne de Yopcity !

Toujours le même plaisir de lecture, voire un plaisir cresendo tant je m'attache aux personnages, à leurs qualités et à leurs travers. Et habituée que je suis maintenant aux dessins etc, je ris encore plus des situations, des bons mots et des proverbes hilarants qui pululent presque dans chaque bulle. C'est drôle et fin à la fois, le tout, bien sûr à la sauce africaine. Les couleurs sont toujours chaude et évoque bien la chaleur tropicale. Toujours sur le ton de l'humour (souvent le meilleur pour atteindre la cible !) cette fois ci, ce sont les sujets de la polygamie, de la lenteur administrative ou de l'homosexualité sont évoqués, dans cette afrique qui vit avec son temps mais que freinent les traditions. Aya est de plus en plus présente dans le rôle de "l'avocate de tout le monde". Oui, Aya est comme cela, elle défend le pauvre, l'opprimer et l'orphelin, elle se bat pour la justice et contre la domination des hommes. Une véritable crème cette fille, mais elle sait ce qu'elle veut et elle est doté d'un sacré caractère ! D'ailleurs, ses "tanties" ne se laissent pas faire non plus. Cette BD est aussi construite comme un roman à suspens. Chaque double page mets en scène des personnages et au moment crucial, au moment ou vous vous dites, "Il va se passer cela", ou "que va-t-il lui arriver"... et bien vous tourner la pages et retrouvez d'autres héros... Vous voilà obligés de poursuivre votre lecture jusqu'au bout du tome et à la fin de celui ci, vous n'avez qu'une envie, connaître la suite et vous procurer le tome 4 !

Comme d'habitude, un bonus clôture cette BD, avec lexique, recette locale et cette fois ci un texte expliquant pourquoi il n'y a pas ou peu de psychiatre en Afrique, via la propre histoire de l'auteure ! 

 

 

Voici un trailer qui vous donnera un bon aperçu de l'atmosphère de cette BD !

Un film n'animation serait en création pour le cinéma, sortie prévue en 2011 !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Septembre 2010

BD - Editions Dupuis - 46 pages - 10.40 €

 

 

 

Résumé : Surtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

 

 

Textes : Philippe Tome

Dessins ; Luc Warnant

Couleurs : Stéphane De Becker

 

 

 

 

 

Mon humble avis : 2ème épisode, tout aussi hilarant que le premier, voire plus, car maintenant, j'ai mes marques. Je me suis encore une fois surprise à rire réellement et non à "juste sourire", même  si le graphisme ne me séduit toujours pas.

Ici, le temps d'un trajet en voiture avec son collègue policier, Soda raconte pourquoi il est entré dans la police, pourquoi il fait le même cauchemard toutes les nuits. Tome donc surtout en flash back, où Soda devient écrivain à ses dépends, pendant qu'un dangereux criminel est recherché.

On en apprend donc beaucoup sur le passé de notre flic/pasteur préféré qui à l'époque possédait encore tous ses doigts.... Et oui, car habituellement, Soda porte un gant à la main gauche.... L'explication à ceci viendra certainement dans les tomes suivants.

Les dessins sont réalistes et nous mènent dans des endroits de New York où il ne vaut mieux pas traîner... L'ambience est sombre. Heureusement, les dialogues sont à nouveau très percutants, drôles à souhait pour certains. Impossible d'en écrire un exemple... Sans les images, l'effet n'est pas le même. Alors, si vous voulez vous en rendre compte, découvrez les aventures de Soda... 14 tomes me semble-t-il.... je n'ai pas fini, mais je compte bien n'en faire qu'une bouchée !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 13 Septembre 2010

BD - Emmanuel Proust Editions - 46 pages - 12,60 €

 

 

Texte et scénario : Dominique ROBET

Dessins et couleurs : Alain ROBET

 

Parution en 2005

 

 

Histoire : Début du XIXe siècle, sur les côtes de la Manche, une jeune femme corsaire de la République, Gabrielle Baubriand, tente de déjouer le dernier complot royaliste mené par Cadoudal. Or, elle ne se doute pas que son armateur n'est autres que l'assassin de son père mais aussi le traître qui soutient le camp adverse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fournisseur : Les étagères fournies pour mes neveux de chez ma mère

Tentateur : Ma curiosité.

 

 

Mon humble avis :Novembre 1793... Louis XVI a été exécuté depuis quelques mois et les Chouans sont aux portes de Granville dans le Cotentin. Durant ce siège, le célèbre Corsaire Baudriand est, assassiné. En une nuit, Gabrielle perd ainsi père et mère. Dix ans plus tard, elle, est devenue une redoutable corsaire elle aussi. Elle n'a de cesse que de découvrir la vérité sur le meurtre de son père, et de le venger.

L'héroïne est charmante, et démontre un caractère bien trempé. Tantôt femme presque fatale, tantôt sauvageonne et garçon manqué, sa chevelure rousse ne laissera personne indifférent.

L'arrière plan historique de cette bande dessinée est passionnant, et l'on ne doute pas qu'il est le résultat d'un long travail de documentation.( Rares sont les oeuvres qui traitent de la période du Consulat(. Il revient sur la fin de la chouanerie début 19ème siècle en Normandie. Les personnages sont très bédégéniques et vous embarquent dans cette histoire mêlant espionnage, trahison, vengeance. Dommage qu'il soit parfois difficiles de les distinguer les un des autres. Cela installe un petit brouillard ambiant qui sans doute se lèvera au fil des tomes. L'intrigue même de ce tome ci ne déborde d'ailleurs pas d'intérêt. Je pense que celui ci est plus une mise en place  de l'ensemble et une présentation de cette fameuse Gabrielle (qui me donne envie de chanter "Zora la rousse"...) Les auteurs tiennent là un sacré fer qui agrippe le lecteur. Car oui, nous voulons savoir ce qu'il va advenir de cette femme corsaire.

L'album en lui même est magnifique et donne l'impression de tenir entre les mains un livre précieux. La matière de la couverture et des pages est d'une douceur très agréable au toucher. Le papier est glacé. Les dessins sont précis, détaillés, et les couleurs très "atmosphériques". Du beau travail !

Les textes mériteraient un peu plus de réalisme par moment. Certaines bulles sonnent faux. Exemple, lorsque Gabrielle dit son ami Hugues, à propos de l'assassin de son père : "C'est trop bête ! Je n'ai toujours aucune indication sur son identité". Mouais....!

Enfin, les dernières pages vous proposent une interview des auteurs et une bio des personnages.

Je verrais donc ce que me réserve le prochain tome pour me positionnner clairement face à cette série. A suivre donc ! En attendant, n'hésitez pas à la lire pour la qualité du graphisme et pour me donner votre avis !

 

 

                          

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 9 Septembre 2010

BD - Editions Gallimard - 106 pages - 15.50 €

 

 

Résumé : La suite des aventures de Aya et de ses 2 copines Bintou et Adjoua, 3 jeunes filles vivant à Yopougon, un quartier d'Abijan, en Côte d'Ivoire, à la fin des années 70.

 

Dessinateur : Clément Oubrerie

Scénariste : Marguerite Abouet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis :   Quel plaisir de retrouver ces 3 jeunes filles, même si Aya, la gentille et sérieuse est un peu reléguée au second plan, au profit de Bintou et Adjoua, ses copines plutôt coureuses, intéressées et très naïves.

Adjoua a mis son enfant au monde. Problème, celui-ci ne ressemble pas du tout au père supposé et épousé !

Cette fois ci, j'ai mis moins de temps à entrer dans cette BD qui pourtant me captive. Je suis maintenant habituée au parlé Africain et à ses expressions. Et, j'ai enfin réussi à différencier les trois héroïnes... par leurs coiffures, qui m'avaient échappée dans le premier tome.

Bien sûr, dans le 2ème tome, l'effet de surprise et de nouveauté de son prédécesseur n'est plus, mais le plaisir grandit encore. On retrouve tout les membres de ce quartier, dont on a peu à peu l'impression de faire partie. Certains personnages sont attachants, comme Hervé, le courageux mais analphabète cousin de Bintou. D'autres sont horripilants mais tellement drôles, comme Moussa, aussi glandeur et bête que son père n'est intelligent, travailleur et richissime. Ici les jeunes filles rêvent de s'affranchir de leur  condition et de la surveillance et de l'autorité paternelle ancestrale... Comment échapper à un mariage avec ce bon à rien de Moussa ? Et puis il y a bien sûr l'adultère, qui porte aussi le nom de polygamie...

Le tout est traîté avec humour et vivement mené, alors, pourquoi se privé d'une telle lecture ? Toujours aussi distrayante et instructive avec un bonus final qui cette fois ci, vous initie à mettre vos enfants au dos, comme le veut la coutume africaine. Encore un sympatique voyage en Afrique, sans oublier l'étape incontournable sous l'arbre à palabre !

 

 

"... On va le chercher dans le quartier"

"Et Aya, c'est comme chercher une machette dans un champ de manioc"

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 15 Août 2010

BD - Gallimard - 105 pages - 15 €

 

Résumé : Aya aimerait devenir médecin, alors elle fait bien ses devoirs. Ses copines, plus adolescentes écervelées qu'elle, ne pensent qu'à draguer au "Ca va chauffer". Pour elles, la réussite consiste à trouver un gars qui a de l'argent...

 

Le tout, dans une afrique plus vraie que nature, la Côte d'Ivoire des années 70.

 

 

Auteur : Marguerite Abouet

Dessinateur : Clément Oubrerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

Mon humble avis : Une nouvelle héroïne est entrée dans ma vie : Aya ! Et quel dépaysement ! Voici tout à fait le style d'ouvrage qui pourrait me convertir pleinement au genre BD. Aya est une fille aux préoccupations "universelles", (comme poursuivre ses études etc), qui vit et nous montre une Afrique réelle, loin des clichés déprimants ou des photos en papier glacé des magazines et brochures de voyages. Avec elle, nous évoluons dans un quartier d'Abidjan en Côte d'Ivoire. Nous en découvrons l'environnement, les habitants, leurs us et coutumes, leur langue... Pour être déjà passée par quelques villes africaines, je peux vous dire qu'on yretrouve franchement l'ambiance. Jeux de mots et situations cocasses rendent cette BD aussi distrayante qu'instructive. D'ailleurs, dans les dernières pages, un lexique, des recettes de cuisine, les manières de nouer son pagne complètent votre culture.

Certes, il m'a fallu du temps pour "entrer" dedans et que tout se mette en place dans mon petit cerveau. Par exemple, j'ai parfois eu du mal à distinguer Aya de ses deux copines. Il n'empêche, il me tarde de découvrir la suite des aventures de cette jeune africaine. Le tome 2 est en cours de lecture, et le 3 déjà emprunté à la bibliothèque.

 

 

 

L'avis de Saxaoul, de Florinette

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 7 Août 2010

Bande Dessinée parue en 1987.

 

Texte : Philippe Tome

Dessins : Luc Warnant

Couleurs : Stephane De Becker

 

 

Le sujet de la série : Ne dites pas à la maman de Soda que son fils est flic dans la police de New York, elle croit qu'il mène une petite vie rangée de pasteur... D'ailleurs, ne rentre-t-il pas sagement tous les soirs en tenue dans leur petit appartement  ? S'il n'enterre pas les morts, il lui "arrive d'en fabriquer"!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je dédie ce billet à ma copine AGFE, à qui je promettais depuis une éternité de me mettre à la BD !

 

 

Mon humble avis :  Ma toute première BD, prise, au hasard, à la bibliothèque. Bon, j'avoue, pas tout à fait au hasard tout de même : magnétisée par la couverture, je fus convaincue par la quatrième.

Ici Soda est chargé de retrouver Larcey, une jeune et pulpeuse fugitive, qui saurait pas mal de choses sur un trafic d'organes. Course poursuite, quelques morts et pas mal de dégâts ponctuent cette aventure.

Mes premiers pas furent difficiles. Au début, pas de texte, des images criardes dont le sens ne m'était pas si limpide. Comme quoi, lire en regardant juste des imagines n'est pas si évident que cela !

Et puis, je  me suis habituée, et prise au jeu et à l'intrigue, j'ai dévoré cette BD. Désormais attachée à ce personnage peut conventionnel, je suis prête à le suivre dans d'autres aventures entraînantes.

Le plus : les dialogues percutants et l'humour présent de bulles en bulles. Je me suis presque surprise à rire !

Le moins : Le graphisme que j'ai trouvé agressif pour les yeux, pas très agréable à regarder, voire à déchiffrer.

Total : une lecture bien agréable et distrayante. Première incartade dans le monde de la BD réussie. A suivre donc !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0