Articles avec #bd... tag

Publié le 8 Décembre 2017

BD - Editions Ici Même - 160 pages - 24 €

 

Parution en Novembre 2014


L'histoire :  1975. Peter Bunjevac, Serbe nationaliste exilé au Canada, vit à Toronto avec sa femme et leurs trois enfants. Il appartient à une organisation anti-communiste qui milite pour l'indépendance de la Serbie. Sa femme, soupçonnant la nature de ses activités militantes et craignant pour la sécurité des enfants, le persuade de la laisser partir passer des vacances avec les enfants chez ses parents, en Yougoslavie. Peter accepte mais, méfiant quant aux intentions réelles de sa compagne, exige que leur fils aîné, Petey, alors âgé de 7 ans, reste avec lui au Canada. Terrible ''choix de Sophie'' auquel se trouve alors confrontée la mère: abandonner l' un de ses enfants pour mettre les deux autres en sécurité, ou bien risquer la vie des trois. Elle décide de partir avec ses filles. Ce qui devait être un voyage de quinze jours deviendra un séjour de quinze ans, la famille demeurera séparée à jamais.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : La bib'

Mon humble avis : Fatherland, témoignage autobiographique, est bien évidemment une BD intéressante à lire, mais absolument pas distrayante ni reposante pour l'esprit ! Vous voilà prévenus !

Le graphisme, austère, en noir est blanc, est presque uniquement fait de hachures et pointillés, donnant un aspect assez froid et presque statique à l'ensemble. Alors que je lisais les premières pages, il m'a semblé difficile de reconnaître les personnages féminins, surtout que le récit passé est entrecoupé de petits bons dans le présent. Puis, je me suis habituée.

La 4ème de couv insiste sur le terrible choix terrible qu'a dû faire la mère de la narratrice, à un moment de sa vie. A savoir, emmener ses deux filles sans sa Yougoslavie natale pour les protéger, mais laisser son fils au Canada, aux soins du père. Père anti-communiste, très engagé et militant actif... donc, surveillé. Hélas, ce "choix" qui m'a fait emprunter cet album à la Médiathèque n'est que survolé et paraît vite "bouclé". 

De ce fait, l'histoire familiale semble rester au second plan pour laisser place au destin familial dans la grande Histoire. De ce fait, l'album s'éloigne de l'intime et du ressenti que je recherchais quelque part.

Il n'empêche, la chronique familiale (sur 4 générations) au fil des années et des événements géopolitiques reste très instructive (cartes à l'appui...) même si je l'ai dit plus haut, pas évidente à suivre. Elle nécessite une bonne concentration et sans doute quelques connaissances historiques de bases. Car sous nos yeux, se déroule toute l'Histoire de de l'ex Yougoslavie, avec des raccourcis et des sauts dans le temps bien sûr, sinon, cette BD aurait pu compter une dizaine de tomes ! Il n'empêche, cela permet de comprendre les origines et l'évolution du conflit "serbo-croate-bosniaque" et les influences et conséquences internationales, passées ou présentes, humaines ou politiques, de cette discorde ethnique. Dans tous les noms cités, j'en ai tout de même reconnu un : Tito, qui m'a ramenée dans le programme d'Histoire qui avait cours lorsque j'ai passé le bac !

Pour conclure : un album pour s'instruire et non pour se distraire !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 4 Décembre 2017

BD - Editions Dargaud - 56 pages - 11.99 €

 

Parution le 10 novembre 2017

L'histoire :  Sus à la Magicienne ! Les Vieux Fourneaux reviennent plus jeunes que jamais ! Après une tournée d'été du théâtre du 'Loup en slip', Sophie et Antoine rentrent au bercail pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d'extension de l'entreprise Garan-Servier, qui relancerait l'économie de la région, est menacé par une mystérieuse 'magicienne dentelée' occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c'est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié. Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père. Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l'identité du père de sa fille, Juliette ?

 

 

 

Mon humble avis : Vendredi dernier, séance ciné annulée... Hop, un petit tour à la bibliothèque et me voilà munie d'un trésor : le tome 4 des vieux fourneaux ! Ma soirée est assurée !

Quelle bonheur de retrouver nos 3 septuagénaires, même si Mimile est presque relégué ici à un rôle secondaire. Peu importe, la fin de ce tome annonce clairement un cinquième et l'on ne doute pas que Mimile sera bien présent.

Pour mémoire, ma chronique sur les 3 premiers tomes de cette série hilarante qu'est "Les vieux fourneaux" se trouve ICI

Alors, quid de cette "magicienne"... Cette sauterelle unique et protégée, qui se reproduirait par clonage, et qui aurait envahi les terres promises à l'agrandissement de l'entreprise "Garan-Servier" ?

Et bien elle donne l'occasion aux auteurs d'évoquer moult sujets on ne peut plus d'actualité. Et ainsi, de bien croquer les Français que nous sommes, avec nos contradictions, nos protestations, notre égoïsme par convenance personnelle ou lié à un certain abois. Mais le tout dans la bonne humeur, la moquerie, qui gentille, n'en n'est pas moins diablement efficace.

Ainsi, au fil des pages, les auteurs dénoncent les pensées et comportements extrêmes, souvent proche du ridicule,  qui émanent de la théorie du genre, des migrants (ben oui, cette sauterelle n'était pas là avant, elle est donc une migrante), les délocalisations avec au passage, une réduction drastique du personnel, des ZAD (Zones à Défendre) et leurs défenseurs pas toujours honnêtes et parfois "illuminés", la désertification médicale de certaines régions et l'arrivée de médecins roumains, "le serment de l'artisan" (hahaha !!!), j'en passe et des meilleurs !

Et bien sûr, ce tome est aussi l'occasion de révéler quelques secrets (qui justifient évidemment un tome 5) et de distiller une bonne dose d'amour, d'amitié et d'espoir, le tout dans l'humour et la tendresse absolus pour ce combat contre les préjugés ! Vivement le prochain tome ! 

Mais si ça se trouve, c'est au ciné que l'on retrouvera nos 3 héros le plus tôt, car ô joie, ô bonheur, est film est en cours de tournage avec Pierre Richard, Eddy Mitchel, et Roland Giraud ! Ca promet !

-"Bande d'égoïstes ! Les champignons, la Chope ! C'est bien la France ça ! Vous passez votre temps à râler que rien ne change, et quand ça change, vous gueulez que ce ne sera plus comme avant !"
- "Et ben quoi ? On veut le changement dans la continuité. C'est notre droit."

Les vieux fourneaux, tome 4

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 24 Novembre 2017

BD -Editions Delcourt - 136 pages - 16.95 €

 

Parution en février 2014

 

L'histoire :  Venise 1510. Giorgione est sur le point de mourir de la peste. Il jette ce qui lui reste de force dans un ultime tableau, hommage à sa première émotion picturale. Le récit plonge dans les méandres du passé de Venise en quête de cette référence disparue. Mais comment faire surgir sur une surface plane le mystère bouleversant d'une présence ?

 

Tentation : Pitch et dessins

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : En empruntant cette BD à ma Bib', j'espérais aimer mais ne m'attendais pas à être conquise à ce point par cette histoire, qui est aussi l'Histoire. Une véritable pépite que cet album.

Déjà, la situation géographique et les planches qui en découlent... Venise entre les années 1475 et 1510... Les canaux, les maisons et palais vénitiens, les costumes d'alors. Un régal ! L'immersion (sans mauvais jeu de mots) est totale.

Ensuite, le sujet... Nous évoluons dans le milieu des peintres de l'époque. Certains ont déjà bâti leur renommée, d'autres sont alors méconnus, mais pas pour longtemps. Nous rencontrons du beau linge et assistons à la "naissance" de noms réputés. Certains m'étaient familiers (sans que je sache forcément situer leur époque etc...) et j'en ai découvert d'autres : Tiziano Vecellio, qui deviendra "Le Titien", Giorgio de Castelfranco (Giorgione), son père "illégitime" Antonello de Messine, Giovanni Bellini ainsi que l'aristocratie du Venise d'alors.

Nous pénétrons au coeur des ateliers des maîtres et assistons à la création de chefs d'oeuvre, signés de la main des maitres mais oublieux des élèves qui participent largement au travail ! Parmi les élèves de Bellini, on trouve le Titien, qui fut aussi élève de Gorgione. Nombre de ces chefs d'oeuvre sont reproduits ici, bien qu'adaptés aux format et couleurs BD, que ce soit des toiles ou des tableaux d'autel immenses. Bref, cette BD rend parfaitement la vie des artistes vénitiens, entre les commandes de portraits et de tableaux d'autel qui garniraient ensuite les églises italiennes... puis les musées du monde entier.

Et puis il y a cette concurrence entre Bellini et Antonello, le mystère et l'envie autour de l'art de de la technique lumineuse d'Antonello. 

Mais bien sûr, le sujet principal de cet album est l'obsession des peintres d'alors : renforcer le lien entre l'espace de l'image et la réalité, l'effet de présence, de relation intime, faire apparaître l'intensité du vivant dans les oeuvres pour que "la vision fugitive" d'une toile devienne "une sensation durable, à chaque instant renouvelée."

Bref, La vision de Bacchus n'est pas un album que l'on dévore, mais que l'on déguste. Il est si passionnant, si instructif et pourtant aussi très distrayant. Une pépite je vous dis !

 

Retable de San Giobbe (Giovanni Bellini)

 

Retable de San Giobbe (par Jean Dytar dans "La vision de Bacchus"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 18 Novembre 2017

BD - Editions Rue de Sèvres - 128 pages - 18 €

 

Parution en mars 2016

L'histoire :  Franck n’est pas un type bien. Des hommes, il en a descendus des dizaines, proprement, sans histoires, un vrai pro. Lui qui n’a jamais cru à Noël, il aurait pu se douter que cette affaire payée le double était louche… Mais le réveil est bien plus rude que tout ce qu’il pouvait imaginer : si son âme est toujours homme, son corps, lui, est devenu femme. Une vengeance pour un crime passé… Sa vengeance à lui commence, et elle ne laissera personne indemne.Le parcours passionnant d’un homme qui doit renouer avec son identité. Au-delà du divertissement, un questionnement sur l’identité et le genre.

 

 

 

Mon humble avis : Corps et âme est assez éloigné de ce que je lis en BD habituellement. Ceci, dans le sens où c'est un album purement distrayant, où l'on ne s'instruit pas, même s'il permet une bonne réflexion sur l'identité, le genre et le transgenre. De même, il se penche sur un sujet qui est devenu à "la mode" ces dernières semaine, le harcèlement sexuel de rues et de bars subi par les femmes.

D'après mon ami Google, de façon presque simultanée à l'écriture de cet album, un film en a été adapté. Puisque à l'origine de cette histoire il y avait un scénario. Ce film est sorti en mars 2017 en France, sous le tire de "Revenger" avec Michelle Rodriguez et Sigourney Weaver. Pas vu.

Au début, j'ai eu un peu de mal avec les visages des personnages, que je trouvais relativement androgynes, peu définissables et se ressemblant un peu les uns les autres. Bien sûr, tout s'explique bien vite et je me suis bien installée dans l'histoire. Autre petit bémol, la couverture ne vend pas au mieux le contenu de l'album. Mais bon, cela ne m'a pas empêché de m'y plonger, puisque je me suis fiée à la 4ème de couv'

On est ici dans une ambiance polar noir, sombre, violent, limite glauque. Hôtel miteux, rues sombres et leurs occupants encore plus sombres.

En fait, on devine assez vite ce qui est arrivé à Franck, sauf que l'on n'ose y croire ! Et pourtant, une première partie flash back prouve la justesse de notre intuition : Après avoir été enlevé, le tueur à gages Franck se réveille couvert de bandages dans un hôtel pourri.... Et découvre qu'il a été opéré à son insu... Et qu'il est devenu femme.

Après quelque temps de dépression, de beuverie et d'adaptation à sa nouvelle physionomie, vient pour Franck le temps de la vengeance. Enquête puis règlements de compte à la pelle, Franck nettoie son ancien environnement professionnel afin de parvenir à la source : le docteur qui l'a opéré.

J'ai franchement bien aimé cet album, qui se lit donc bien sûr d'une traite. Le scénario est méritoire, les rebondissements surprennent, le suspense est haletant. Le tout parfaitement mis en page, dessins, couleurs et bulles compris. Une histoire de vengeance, de recherche d'identité, avec actions, amours, réactions, coups de théâtre et un peu d'hémoglobine. Bref, parfait si l'on veut se lire un polar bien noir en une heure !

Et qui sait, une fin assez ouverte pour envisager une suite ? J'aimerais bien. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 4 Novembre 2017

BD - Editions Bamboo/Angle - 110 pages - 18.90 €

 

Parution en septembre 2015

L'histoire :  La Première Guerre mondiale vide une petite île bretonne de ses hommes. Il ne reste plus que les enfants, les vieux et les femmes... et Maël. Malgré ses envies de défendre la patrie, il n'est pas mobilisé, car il a un pied-bot. Il devient le seul homme, jeune et vigoureux, de l'île... A sa façon, il participe à l'effort de guerre en distribuant le courrier aux habitants, des femmes essentiellement... Celui que toutes ignoraient découvre ainsi tous leurs secrets...

 

Tentation : Le fond "Bretonnant" de l'album

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Quel album magnifique, enrichissant, bien pensé !

Quel bonheur d'évoluer dans cette île bretonne imaginaire, mais sise en Finister. En effet, dans ces dessins, l'auteur a réuni plusieurs coins de Bretagne pour créer sa propre île, et c'est délicieux.

Chaque planche paysagère semble être une aquarelle de toute beauté. Les couleurs sont vives et rendent ainsi cet album très attirant, et très expressif, comme le sont d'ailleurs les visages des protagonistes.

Facteur pour femmes nous ramènent en 1914, alors que la première Guerre Mondiale est tout juste déclarée et va, en quelques jours, priver l'île de tous ses hommes vaillants... Alors que sur cette île, le continent, l'Histoire et la guerre sont si loin que l'on n'y croit à peine. Même le curé est appelé sous les drapeaux. En qualité de lecteur, nous restons donc avec ces femmes qui apprennent la solitude, l'attente d'une lettre du front, le travail aux champs et à la pêche pour remplacer les hommes. Leurs maris, promis, fiancés qui reviendront pour certains quatre ans plus tard, différents, traumatisés et pour quelques-uns, la gueule cassée. Seront-ils toujours aimables, au sens littéral du terme, pour leur épouse ?

Pendant ces quatre ans de conflit, Maël, le nigaud, le simplet, le pied-bot, l'ignoré ou le moqué de l'île devient alors le facteur. Il fait alors sa tournée à vélo, et délivre le courrier de toutes ces femmes aux quatre coins de l'île. Chacune d'elle va le découvrir peu à peu et le "nigaud" sera vite déniaisé et perçu tout autrement. Car effectivement, Maël comprend bien vite qu'il occupe désormais une place de choix, lui permettant de jouer un nouveau rôle et surtout, de tenir enfin sa vengeance d'homme persiflé. Il mettra donc en oeuvre une stratégie manipulatrice qui trompera bien tout ce petit monde.

Oui mais... Même si le comportement de Maël peut sembler méprisant aux yeux du lecteur, les deux auteurs ont le génie de nous faire douter de lui, le rendant autant aimable qu'odieux. Et mieux encore, cet album démontre que l'infamie de certains peut tout de même faire le bonheur des victimes finalement assez consentantes, et pour cause. Il n'empêche, cette situation fait naître un étrange sentiment chez le lecteur.

Et, surprise ! Alors que le lecteur pourrait s'attendre à cet album s'achève avec la fin de la Grande Guerre, il n'en n'ait rien. Un petit bon d'une quarantaine dans le temps, nous voici dans les années 50. Un personnage débarque sur l'île et sera l'occasion de certaines révélations, donnant à cette histoire un véritable aspect romanesque !

 

"Aucune île n'est à l'abri des continents imbéciles" (Facteur pour femmes)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 31 Octobre 2017

BD - Editions Dargaud - 136 pages - 19.99 €

 

Parution en avril 2016

 

Le sujet :  Dessinatrice à Charlie Hebdo depuis plus de dix ans, Catherine Meurisse a vécu le 7 janvier 2015 comme une tragédie personnelle, dans laquelle elle a perdu des amis, des mentors, le goût de dessiner, la légèreté.
Après la violence des faits, une nécessité lui est apparue : s'extirper du chaos et de l'aridité intellectuelle et esthétique qui ont suivi en cherchant leur opposé – la beauté.
Afin de trouver l'apaisement, elle consigne les moments d'émotion vécus après l'attentat sur le chemin de l'océan, du Louvre ou de la Villa Médicis, à Rome, entre autres lieux de renaissance.

 

Tentation : Pourquoi pas ?

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Catherine Meurisse était à toute proximité de Charly Hebdo lors de l'attentat du 15 janvier 2015. En fait, ce jour-là, elle était en retard de quelques minutes. Elle aurait pu être parmi les victimes du carnage, mais non, le sort en a décidé autrement. Dans cette BD, elle retrace son long chemin de reconstruction personnelle après ce drame. Car évidemment, au-delà de la tristesse, il y a le choc, l'effroi, le traumatisme, l'amnésie, le stress post traumatique avec dissociation, et l'impossibilité de rependre un crayon, de redessiner, de poursuivre la vie. A côté de cela, Catherine Meurisse nous montre aussi le poids de la protection policière, le pistage d'une autre presse, et comme une célébrité soudaine... 

Alors que la France entière scande "Je suis Charly", Catherine Meurisse ne sait plus qui elle est. Alors, elle se perd et se recherche auprès des siens, de son psychiatre, dans le calme d'un bord de mer ou d'un paysage d'enfance, dans quelques sorties parisiennes. Mais rien n'y fait, jusqu'à la révélation : Après l'horreur, ce n'est qu'auprès de la beauté de l'art que Catherine pourra se retrouver, retrouver son goût de vivre, de rire et de dessiner.

Aussi, elle parcourt les Musées et s'envole même jusqu'à Rome et la Villa de Médicis espérant être elle aussi, heureuse victime du syndrome de Stendhal, puisque "c'est la beauté qui sauvera le monde" (Dostoïevski)

Tout ceci est écrit et dessiné avec beaucoup d'émotions, de profondeur, de questionnement sur la nature humaine et notre monde actuel, sans aucun apitoiement ni pathos, même si c'est la tristesse logique qui émane de cet album. .Et évidemment, univers Charly "oblige", beaucoup d'humour, même si parfois assez noir.

J'ai été quelque fois un peu égarée par les planches flash-back et/ou rêves ou illusions. Mais quoiqu'il en soit, cet album de reconstruction est magnifique, nécessaire, intense. Un bel hommage aux défunts de Charly Hebdo et surtout, un cri d'amour et de nécessité pour l'art et la beauté, celle qui bouleverse, qui fait que l'on se retrouve et qu'on existe. La culture salvatrice...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 11 Octobre 2017

BD - Editions Dargaud - 432 pages - 27.50 €

 

Parution en septembre 2016

 

Le sujet :  En 1997, alors qu'il est responsable d'une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l'a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité – un enfer qui a duré 111 jours. Que peut-il se passer dans la tête d'un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ? Un ouvrage déchirant, par l'auteur de "Pyongyang", de "Shenzhen", de "Chroniques birmanes" et de "Chroniques de Jérusalem".

 

Tentation : La blogo qui m'a informé par un billet que cette BD existait !

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Quel plaisir de retrouver l'univers de Guy Delisle, même si c'est à propos d'un sujet aussi grave et oppressant qu'une prise d'otage.

Même si l'introduction au récit nous rassure sur son issue, puisqu'il s'agit d'une BD inspirée des rencontres de Guy Delisle avec Christophe André, les pages se tournent avec une sensation de suffocation tant l'on ressent les sentiments de l'otage, entre désarroi et terreur.

L'enfermement et le temps qui passe sont admirablement bien retranscrits par Guy Delisle par des dessins (comme d'habitude) très épurés. Le vide de la pièce où Christophe est enfermé avec pour "seule distraction visuelle", une pauvre ampoule dénudée qui pend au plafond. Le temps qui passe, c'est un petit rai de lumière qui passe à travers les planches qui occultent la fenêtre, et e petit rai qui se déplace sur le mur au fil des heures.

Un commentaire sur Amazon me choque. Le voici :  "Le livre est pourri!!!! Les jours s'enchainent, on lit 100 fois les mêmes pages. Super déçue, c'est d'un ennui..."

Et bien c'est que cette lectrice n'a rien saisi du sujet qu'elle lisait. Car évidemment, chaque nouvelle journée d'un otage ressemble à la précédente. C'est cela qui est démontré dans cette ouvrage : l'ennui, l'inactivité des otages laissant libre cours à toutes sortes d'imaginations scénaristiques sur leur avenir et parfois, un petit détail qui fait que la journée est différente. Le petit détail peut prendre la forme d'une simple gousse d'ail et le plaisir de la déguster.

Mais dans ce néant et cet ennui de l'otage, reste l'espoir d'être libéré, l'angoisse que peut-être personne ne le cherche et l'effort pour rester en contact avec une certaine réalité : surtout bien compter les jours, surtout connaitre la date du jour, ne pas se tromper.

Bref, cet album de Guy Delisle est une fois de plus diablement efficace, réaliste puisqu'on ne peut plus vécu, un coup de poing à l'estomac marquant et inoubliable.  A lire évidemment !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Septembre 2017

BD - Editions Casterman - 104 pages - 15 €

 

Parution en mars 2010

 

Le sujet :  C'est lors d'un premier voyage en Palestine, en 2008, que Maximilien Le Roy rencontre Mahmoud Abu Stout, dans le cadre d'ateliers de dessins qu'anime le centre culturel du camp de réfugiés d'Aïda. Ils se lient d'amitié et l'auteur y retournera un an plus tard. De cette rencontre est né Faire le Mur, récit dessiné de la vie du jeune palestinien.

 

Tentation : Le sujet

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : De Maximilien Le Roy, j'avais été passionnée et instruite par ces BD : Vaincus mais vivants (qui nous conduisait au Chili de Pinochet) et Dans la nuit, la liberté nous écoute (qui nous emmenait en Indochine, au coeur du Vietminh.)

Alors, lorsque je suis tombée sur "Faire le mur" (de la honte, à Jérusalem), l'évidence s'est faite.

Dans le fond, le coeur et l'âme, j'ai bien sûr aimé cet album qui m'a, plus d'une fois, serré les tripes. Les faits vécus narrés sont révoltants, douloureux et même parfois à vomir. Qu'ils me semblent injustes et inhumains de là où je vis et dans mon esprit de "citoyenne du monde".

Faire le mur est une fois de plus, (mais toujours nécessaire) l'occasion de méditer sur les notions de liberté, d'occupation, de colonisation. L'oeuvre revient sur de grands évènements ou dates historiques Palestiens / Israéliens où même d'ailleurs (comme le Vietnam par exemple), pour amener le lecteur à comparer des situations imposées par l'oppresseur, mais non jugées par l'ONU alors que récriées par l'opinion publique.  D'autres situations considérées comme inacceptables par l'ONU sont aussi citées... Toujours en comparaison avec le contexte Palestinien intolérable mais tellement toléré par la communauté internationale... Bref, l'Histoire n'est pas nouvelle, n'est pas simple non plus. Mais l'auteur évoque la solution (utopique ou non) du bien vivre ensemble.

Le sujet principal de cette BD reste le "terrorisme" et Maximilien Le Roy invite le lecteur à réfléchir sur l'utilisation de ce terme. J'entoure volontairement ce mot de guillemets. Car aux yeux des israéliens, les ripostes, attaques ou attentats suicides palestiniens sont considérés comme "terroriste" au même titre que Jean Moulin ou la résistance Française l'étaient par les Allemands. Maximilien Le Roy réfute donc ce terme lorsque les exactions sont perpétrées par l'occupés, l'envahi.

Bon, assez parlé du fond. La forme maintenant, et c'est cette forme qui me fait octroyer si peu de pattes félines à cette album. Il est dit que Faire le mur résulte d'un dialogue entre l'auteur Maximilien Le Roy et Mahmoud, le personnage principal. Ce dialogue, on ne le ressent pas du tout. Ce n'est pas dit, mais on a l'impression que ces deux personnes se sont partager les crayons pour les dessins, qui varient entre classiques et sombres et d'autres très colorés, limite enfantins s'ils ne paraissaient aussi torturés et violent. J'ai aussi trouvé ce récit assez décousu, tant dans la chronologie aléatoire que dans les "petites" histoires qui rentrent dans la Grande.

Bref, au final, une BD intéressante mais qui ne fut pas, pour moi, plaisante à lire.

"Le tout, c'est de savoir ce qu'on fait devant un mur : est-ce qu'on passe à côté, est-ce qu'on saute par dessus, ou est-ce qu'on le défonce ? Moi... j'ai envie de prendre une pioche..." Jacques Brel

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 11 Septembre 2017

BD - Editions Futuropolis - 120 pages - 17 €

 

Parution en novembre 2007

 

L'histoire :  Mali, de nos jours. Mancha est un jeune peintre, rescapé des massacres du Rwanda, qui semble surtout vivre d'amour, d'eau fraîche et de cigarettes «home made». Une vie qui lui convient, malgré les reproches de son ami Sancho et de sa fiancée Mah, qui le trouvent un peu trop lymphatique.
Sa vie tranquille se voit perturbée par la rapide apparition d'une toubab, Alonza Loren, Dulcinéa pour ses amis parisiens, aperçue à l'arrière d'une automobile et dont il tombe immédiatement amoureux. Voilà, c'est trouvé, il va pouvoir devenir chevalier servantManque de bol, quand Mancha décide de déclarer sa flamme à la gazelle, elle est déjà retournée à Paris. Rapidement, Mancha enfourche sa moto, accompagné de son ami Sancho...

 

Tentation : Titre, couv' et premières pages !

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Un super coup de coeur pour cette BD, qui devrait ravir, soit dit en passant, 2 blogo copines qui s'étaient lancées, il y a quelque temps, dans une LC (Lecture commune) du célèbre roman de Cervantès. La hyène hilare devrait sortir de ce corps !

Désolée pour cette PV (Private Joke) ! J'en viens au sujet !

Bien entendu que cette BD est inspirée de Don Quichotte ! Mais pas que ! En effet, CMAX l'écrit clairement en fin d'ouvrage, il s'est aussi inspiré de "L'homme de la Mancha", alias Jacques Brel. Mais aussi, de personnages cinématographiques connus, tels Jack Sparrow (Pirates des Caraïbes) ou encore, de Tyler Durden (Fight Club). Aussi, inutile de dire que le personnage de Mancha est ici haut en couleurs et jubilatoire pour le lecteur !

La première partie est autant onirique qu'hilarante. Nous sommes au Mali (l'occasion de superbes planches avec paysages et vie locale). Mancha, qui trouve l'essence de sa vie dans rêve, la peinture et les substances hallucinogènes, tombe en amour pour une belle toubab, l'inaccessible étoile ! Il change partiellement d'essence et trouve le sens de sa vie. Retrouver la toubab et défendre l'opprimé (ce qui finit toujours mal pour lui). Les dialogues sont un pur et source d'éclats de rire ! En effet, nombre d'entre eux sont tirés de paroles de chansons célèbres ou peut-être moins célèbres et dans ce cas, je ne les ai pas remarquées ! En vrac, des vers de Brel, de Gainsbourg, d'Ellie Médeiros, de Noir Désir. Mais aussi, Mancha emprunte on ne peut plus aisément et librement des citations, notamment de Montaigne et des répliques célèbres de film. Bref, délicieusement drôle et philosophique.

Dans la deuxième partie, même si Mancha ne se départit pas de sa verve exquise et de son grand coeur, le récit prend un ton nettement plus grave pour se pencher sur les délicats sujets des émigrants africains et leurs trop souvent funestes destins pour suivre un rêve via les îles Canaries et, à travers ces émigrants, sur les rapports Nord/Sud. L'on apprend alors que Mancha est un Tutsi Rwandais, qui a vu sa famille se faire découper par les Hutus, ce qui explique ces nombreux cauchemars. Puis, toujours dans la quête de la toubab, nous arrivons avec Mancha et Sancho à Paris. Et là, bien sûr CMAX évoque la vie des immigrés, des préjugés dont ils sont victimes et des différences culturelles.

On a tous un Don Quichotte en soi, c'est ce que montre cette BD. Un rêve, une quête, une inaccessible étoile, une envie de fuir le réel. Le tout, dans une adaptation très contemporaine d'un classique, dont les sujets sont autant évidemment qu'hélas, atemporels !

Mancha, Chevalier Errant, est donc une BD autant divertissante, qu'émouvante et très profonde  et d'une richesse de réflexions sans fond ! A lire bien sûr !

 

"Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul" (Montaigne)

"Ma mère m'a donné la vie non ? Pourquoi diable perdrais-je mon temps à gagner ma vie ?" (Mancha, Mancha Chevalier errant, de CMAX)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 7 Septembre 2017

Bd - Editions Glénat - 128 pages - 25 €

 

Parution en août 2016

L'histoire :  Fin des années 1970. Dans les rues de Rabat au Maroc, Liam, un petit garçon, est attaqué par un chat errant. Transporté d'urgence à l'hôpital, le diagnostic est sans appel : il a attrapé la rage. Gravement contaminé mais soigné à temps, Liam a frôlé la mort, mais sa vie s'en retrouvera changée à jamais. Hanté par le fantôme de ce chat, le jeune garçon va développer des capacités hors-norme, et une sauvagerie quasi animale...

 

Tentation : La couv et les premières pages

Fournisseur : La bib'

 

 

 

Mon humble avis : Encore une fois, je me suis fait "avoir" par les premières pages. Imaginez, de superbes planches avec, pour décors de fond, le vieux Rabat des années 70 (Mais ça ne dure pas, on se retrouve bien vite en France). Et puis il était question d'un chat ! Alors...

Déjà, le choix de la couverture m'étonne. Elle ne représente en rien le contenu de la BD : ni un personnage, ni une scène, ni l'atmosphère du roman. Alors pourquoi ? Mystère !

Les chats ne sont pas vraiment à la fête dans cette histoire qui s'ouvre sur la morsure de Liam par un petit chat au Maroc. Chat porteur de la rage. Soigné à temps pour éviter la mort, Liam conservera toute sa vie des traces de cette morsure, jusque dans son comportement, à jamais lié au félin meurtrier, à jamais lié à la rage.

L'histoire est relativement intéressante, puisque l'on suit Liam dans ses affres sur presque une trentaine d'années. Liam sera toujours un garçon, un ado puis un adulte différent, jusqu'à ce que... vous verrez à la fin, plutôt convenue et attendue, dommage.

Dans ses crises rageuses, Liam développe une violence extrême, adopte des attitudes félines. Lui-même pense recouvrir l'apparence d'un chat : il se voit des griffes, une queue, puis des moustaches... Sa transformation se poursuit au fur et à mesure que le démon s'étend et remporte une victoire après l'autre...

Le récit de Liam est entrecoupé d'interventions d'un neurobiologiste. Au début, celles-ci sont enrichissantes, qui rappellent l'historique du virus de la rage et de ses traitements. Puis ses explications deviennent trop scientifiques et vraiment indigestes et l'on s'interroge sur leur nécessité. Le neurobiologiste tente d'expliquer un phénomène qui  ne s'explique pas ! Certes, il peut y avoir un parallèle entre les accès de rage de Liam et les symptômes d'une adolescence colérique. Mais à ce niveau-là, je n'ai pas su s'il fallait lire au premier degré ou au deuxième.

Certaines pages et dessins sont poignantes même si violentes, qui décrivent parfaitement la dualité dont souffre Liam. Mais bon ce n'est pas suffisant pour en faire un incontournable. J'ai apprécié cette lecture, mais sans plus. Je garde ma dose d'enthousiasme pour d'autres futures découvertes (j'ai 3 BD très prometteuses qui m'attendent sur ma table de chevet !)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0