Articles avec #livres audio, lectures audio tag

Publié le 17 Novembre 2020

Roman - Editions Audiolib -11h57 d'écoute - 21.95 €

Parution d'origine chez Belfond en 2016

L'histoire : Jende Jonga rêve de l'Amérique. Avec courage, il s'emploie activement à la réalisation de son rêve. Emigré Camerounais, il vit depuis quelque temps à New York, dans l'attente de papiers lui permettant de rester durablement et légalement dans ce pays. Il a même fait venir sa femme et son fils. Il décroche un job en or pour lui : chauffeur pour un riche homme d'affaire de Wall Street et sa famille. Le rêve est à portée de mains... Mais la crise des subprimes éclate...

 

Tentation : Le ptich

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Ah le rêve américain ! Combien s'y sont cassés les dents ? Beaucoup de candidats pour peu d'élus...

Jonga et sa famille sont donc postulants à la nationalité américaine. Nous suivons leur parcours, leur regard (qui évolue) sur l'Amérique, leurs difficultés, leur courage car franchement ils n'en manquent pas et ne comptent pas leurs heures au travail. Ils sont dévoués corps et âme à leurs patrons, à leur future patrie qu'ils admirent et vénèrent plus que tout lieu au monde. Bien sûr, il n'est pas évident de se défaire de ses us et coutumes africaines, et surtout d'une certaine façon de penser. Aussi, ils surmontent quelques malentendus et déconvenues, mais prennent cela avec bonhomie et bonne humeur, et même humour. Ce qui fait que pour le lecteur, la première partie de cette histoire se lit avec agrément et légèreté, même si ce texte est très intelligent et n'est pas là non plus pour faire rire. Evidemment, lorsque Jende commence à travailler comme chauffeur pour les richissimes Clarck, c'est parfois le choc des cultures. Cela donne lieu à des dialogues savoureux, bienveillants mais où subside toujours la distance liée aux différences sociales et pigmentaires.

La romancière Imbolo Mbue nous invite à suivre le destin de deux familles que tout oppose mais qui se retrouvent liées par le personnage centre de Djende.. D'un côté, il y a l'espérance, la naïveté, le courage, la construction, l'espoir, l'avenir. De l'autre, il y la puissance, l'argent, l'acquis, le passé, le présent, la lassitude. Et oui, les plus riches ne sont pas les plus heureux. Et puis, la crise des subprimes va bousculer ces fragiles équilibres... Je n'en dis pas plus. Il n'empêche, malgré le contraste qui sépare ces deux familles, celles-ci se respectent et une certaine affection s'installe.

Imbolo Mbue nous offre un roman puissant, addictif et extrêmement bien ficelé, qui décrit avec minutie et réalisme l'intégration difficile des noirs aux Etats-Unis. Etre plus que méritant ne suffit pas. Voici venir les rêveurs se déroule autour de 2007, avant, pendant et après la crise des subprimes. L'auteure dépeint donc l'envers du décors de l'american dream, du pays des libertés et du tout est possible, les paradoxes, les ambiguïtés, les hypocrisies (notamment du système)... où ceux qui ont tout n'ont aucune conscience de leur chance. A travers la famille Jonga, nous sommes dans le coeur, les pensées, le quotidien et l'esprit de candidats à l'immigration, de tout ce qu'ils sont prêts à faire, quitte parfois à se détruire, se déchirer, et à oublier les valeurs qui les forgent.  Il est consternant et effrayant de constater que cette famille, qui fuit "juste" un pays qui n'a pas d'avenir glorieux à lui proposer, s'est construit son idée de l'Amérique à partir des séries télé, soap opéra etc... Et que cette vision idyllique lui a suffi pour tout quitter ! Evidemment, Imbolo Mbue évoque aussi la réalité de l'exil, du mal du pays, du manque de ce qui compose nos racines. Je copie ma blogo copine AGFE en affirmant que les 50 dernières pages sont particulièrement intéressantes à lire, voire à relire, tant elles offrent de belles réflexions sur tout cela... Notamment, à la question : Où est le bonheur ? Ailleurs, où l'on est pauvre chez les riches, où chez soi, ou l'on est moins pauvre que les pauvres.

Le style est très agréable, aussi, ce roman se lit et s'écoute facilement. Je dirais qu'il peut être comparé à celui d'Alain Mabanckou. Car si j'avais écouté ce livre "à l'aveugle", j'aurais désigné Mabanckou comme auteur. Et l'interprétation proposée par cette version audio ne me contredit pas. Les personnages sont hauts en couleurs et tous attachants... parfois, malgré leurs apparences.

Voici venir les rêveurs est donc un très bon récit, qui donne à réfléchir, qui émeut, qui touche, qui révolte. Son sujet est hélas toujours autant d'actualité Mon seul bémol est que je l'ai trouvé un peu trop long.

 

Le billet d'AGFE, celui de Sylire

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 11 Novembre 2020

Paule constant, roman, des chauves-souris des singes et des hommes, avis, chronique, afrique, ébola

Roman - Editions Ecoutez Lire - 3h56 d'écoute - 15.99 €

Parution d'origine chez Gallimard en 2016

L'histoire : Dans un village reculé d'Afrique, une petite fille recueille une chauve souris. Des garçons sont fiers de rapporté le corps d'un grand singe au dos argenté. Pas très loin, une médecin française arrive au dispensaire pour effectuer une campagne de vaccination. Et elle affrontera ce qu'elle n'avait jamais imaginé, car un mal pernicieux se propage sur le village et ses alentours.

 

Tentation : Pitch et couv'

Fournisseur : Bib N°2

 

Mon humble avis : Je suis triste, je pensais aimer tellement ce roman... Oh, au début, sa magie m'a belle et bien envoutée. J'ai senti la touffeur, la chaleur, l'atmosphère, les saveurs, les odeurs, les crépuscules de l'Afrique. 

Et puis, j'ignore ce qui s'est passé, ma concentration s'est délitée un peu plus à chaque chapitre, au point que je ne suis plus parvenue à suivre vraiment ni l'histoire, ni le destin et le rôle de certains protagonistes. Le roman est-il confus ? Le support audio (en voiture sur de courts trajets) ne m'a sans doute pas aidée.

Pourtant, le style est magnifique, proche du conte, et l'interprétation de Marie-Christine Barrault est douce et agréable.

J'ai tout de même saisi en grande partie ce que Paule Constant souhaite souligner et dénoncer dans ces pages... Les méthodes médicales françaises en Afrique de l'époque coloniale... Les méthodes actuelles qui souffrent encore de tant de faiblesses et d'inappropriations par rapport à la géographie et le climat des lieux, mais aussi par rapport aux coutumes et croyances locales. Exemple frappant : Agrippine, la médecin française, constate en effet que si les vaccins sont envoyés en nombre suffisant, ils ne sont accompagnés que d'une seule seringue... Une jeune mère subit une césarienne, l'enfant décède et est enterré par les soeurs du dispensaire. La vie de la mère est sauvée certes, mais cette jeune femme n'a plus aucun avenir ni respect dans son village, d'autant qu'elle y est revenue sans le corps du nourrisson.

Toute cette histoire se déroule au Congo, le long du fleuve Ebola... Inutile donc de préciser la nature du mal pernicieux et alors inconnu qui s'abat sur ses riverains...

Voilà ce que j'ai pu retenir de cet ouvrage, qui je pense, régalera certainement les amateurs des très belles littératures, si celles-ci usent des conditions adéquates de calme et de disponibilité pour l'apprécier à sa juste valeur. Mais rendez-vous manqué pour moi. Dommage.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 20 Octobre 2020

Grégoire Delacourt, Danser au bord de l'abîme, roman, littérature, critique, avis, chronique

Roman - Editions Audiolib - 6h54 d'écoute - 19.45 €

Parution d'origine chez JC Lattès en décembre 2016

L'histoire : Emma vit à Bondues, travaille à Lille. Mère de trois enfants, elle dépasse juste la quarantaine. Lors d'un déjeuner dans une brasserie, elle croise le regard d'un homme. Aussitôt, elle sait. Elle sait qu'elle irait pour lui au bout du monde, au bout d'un monde, même s'il n'est pas très loin.

 

 

 

Tentation : Pourquoi pas

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Il est plus subjectif que jamais ! Car je reconnais qu'il y a là une véritable oeuvre, formidablement écrite et l'antagonisme et la force dévastatrice des sentiments très bien analysés. Mais voilà, je ne suis pas (ou plus) faite pour ce genre de roman, à moins que ce soit ce genre de roman qui ne soit plus fait pour moi... Ce qui revient au même résultat.

Les histoires d'amours passionnelles ne m'émeuvent plus, pire, elles m'agacent... Surtout quand tout y est si délicat, si subtile, si contemplatif, si minimaliste dans les échanges, si implicite, si intérieur... et si maniéré dans les descriptions qui en sont données. Les lèvres à peine effleurer une fois décident de tout quitter : travail, enfants, mari. Personnellement, je trouve cela très romanesque... mais je n'y crois pas trop, où je ne comprends pas (plus), cette confiance aveugle et ce don total de soi. Ceci représente la première partie du roman, première partie qui n'est pas épargnée par les drames présents ou passés.

La deuxième partie n'est pas plus joyeuse et je l'ai vraiment subie, puisqu'elle m'a "obligée" à revivre une expérience douloureuse : une longue agonie suite à un cancer. Dans le livre, celui d'Olivier, le mari d'Emma. Dans ma vie, celle de mon père, il y a vingt-cinq ans... Que je n'ai pas su vivre correctement à l'époque (si toute fois il y a une façon correcte d'affronter ce genre de situation) et que je n'ai pas envie de revivre, même en littérature. Grégoire Delacourt ne lésine pas sur les détails de cet déchéance (in)humaine et pourtant, parvient à mettre de la poésie là où pour moi il n'y en a pas. Et que c'est long ! A croire que Grégoire Delacourt aime se regarder écrire. D'ailleurs, je n'ai pas apprécié le style de narration choisi par l'auteur... Un décompte numéraire qui annonce chaque petit chapitre, puis ensuite, un compte progressif jusqu'à la fin... Je n'en n'ai pas compris l'utilité, sauf que cela alourdit l'ensemble. Reste le parallèle avec l'histoire de la chèvre de Monsieur Seguin qui ne profite qu'une journée de sa liberté. Assez sympa.

Bref, je n'ai ressenti aucune empathie pour Emma, qui au contraire m'a agacée au plus haut point. Les personnages secondaires (surtout ceux de "L'hôtel de plein air) sont caricaturaux. Je n'ai pas adhéré à ce roman sur l'adultère, l'envie de liberté, la passion, le désir mais surtout la maladie et m'y suis ennuyée. Pas pour moi donc, trop irréaliste et trop de pathos. Pas d'émotion ni d'instruction à travers cette lecture pour moi. Dommage. J'avais tant aimé la fraîcheur "La liste de mes envies", je n'ai jamais retrouvé un tel plaisir de lecture avec les autres romans de Grégoire Delacourt qui j'ai pu lire depuis.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres audio, lectures audio, #Littérature française

Repost0

Publié le 14 Octobre 2020

2084 la fin du monde, roman, avis, chronique, religion, critique, islam radical, Boualem Sansal, dictature

Roman - Editions Ecoutez lire - 7h56 d'écoute - 18.99 €

Parution d'origine chez Gallimard en 2015

L'histoire : L'Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, "délégué" de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l'amnésie et la soumission au dieu unique. Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l'existence d'un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la Religion...

Tentation : La blogo à l'époque

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Il y a dans ce titre une référence évidente à 1984, de George Orwell... Que je n'ai toujours pas lu, donc je ne ferai aucun autre parallèle entre ces deux oeuvres dans ce billet.

Difficile de chroniquer un tel roman, quelque part trop cérébral et alambiqué par rapport à ce que je suis. La narration, assez nébuleuse n'est d'ailleurs pas évidente à suivre. Elle nécessite une grande concentration, notamment pour repérer chaque personnage et les situer dans la "hiérarchie" de l'Abistan. Dans ce cas, la lecture audio, qui empêche les retours faciles aux pages précédentes, n'est sans doute pas idéale. Pour être honnête, j'ai fini par renoncer à suivre les tenants et les aboutissants de l'histoire, les pérégrinations d'Ati et de son compagnon, et leurs multiples rencontres. Bref, je serais bien incapable de raconter ce livre si l'on me le demandait.

Et pourtant, j'ai pris un plaisir immense à cette lecture ! Etrange non ?! C'est que le sujet de fond me passionnait, et que j'étais admirative du talent de l'auteur pour mettre en mots, en humour, en puissance, en absurde, en glace, en sagesse, en rage, tous les faits qu'il évoque et dénonce. Chaque paragraphe énonçant et expliquant un nouvel aspect des dictatures, avant tout religieuses ici (mais cela peut aussi fonctionner sans dieu (la preuve en Corée du Nord), me lançait comme des décharges inspirantes et invitantes à la réflexion, au développement. En quelques sortes, j'ai eu l'impression d'un flash back dans mes années philo du lycée. Si je n'avais écouté ce livre en me baladant, j'aurais répondu aux démangeaisons de mon cerveau qui turbinait, qui s'éclatait dans toutes ses réflexions et de mes doigts : j'aurais ressorti des copies doubles, un stylo plume, et je me serais éclatée à disserter des heures sur ces sujets.

Dans ce roman d'anticipation, conte philosophique moderne, Boualem Sansal invente un Etat théocratique. A travers l'histoire, le quotidien et les réflexions de ses personnages, Sansal dénonce ces dictatures religieuses, et surtout, l'extrémisme religieux sous toutes ses formes et toutes ses conséquences. Certes, on comprend très vite que c'est l'Islamisme qui est pointé du doigts - puisqu'hélas, des actes rappellent ceux de Daesh - mais les critiques de l'auteur s'adaptent à toute religion monothéiste, donc aussi au catholicisme. Pour détailler la mise en place et le fonctionnement de ses dictatures, Boualem Sansal développe de nouveau sujet telle que le pouvoir, la soumission, pensée unique, l'ignorance, la mécréance, la croyance, la foi, la peur, la domination, pensée, contre-pensée, la délation, liberté, aveuglement, répression, révolte, confort de la méconnaissance, manipulation, frontière, guerre, mensonge, j'en passe et des meilleurs. Ca commence en 2084, mais bien des réalités sont actuelles, ou s'adaptent hélas déjà très bien à notre époque.

2084. La fin du monde... Un étrange roman aussi riche que confus où il est difficile d'y voir clair et où, pourtant, le message est d'une limpidité lumineuse et brillante. Pas impossible que je me l'achète en version papier, pour m'y replonger à des endroits précis, et laisser mon cerveau s'éclater, à se faire des noeuds, à sursauter de clairvoyance, à développer les évidences pour son propre plaisir !

« ... nous avons inventé un monde si absurde qu’il nous faut nous-mêmes l’être chaque jour un peu plus pour seulement retrouver notre place de la veille » 

« Les plus dangereux sont ceux qui ne rêvent pas, ils ont l'âme glacée… »

"La religion fait peut-être aimer Dieu mais rien n'est plus fort qu'elle pour faire détester l'homme et haïr l'humanité."

"La patience est l'autre nom de la foi, elle est le chemin et le but, tel était l'enseignement premier, au même titre que l'obéissance et la soumission, qui faisaient le bon croyant."

"Mécroire, c'est refuser une croyance dans laquelle on est inscrit d'office"

"Croire que l'avenir nous appartient parce qu'on sait est une erreur courante."

"La soumission engendre la révolte et la révolte engendre la soumission : il faut cela, ce couple indissoluble, pour que la conscience de soi existe."

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres audio, lectures audio, #Littérature française

Repost0

Publié le 24 Septembre 2020

roman, littérature, la goûteuse d'Hitler, nazisme, Histoire, avis, critique, blog

Roman - Editions Audiolib - 9h36 d'écoute - 20.45 €

Parution d'origine chez Albin Michel en janvier 2019

 

L'histoire :  1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l'idée que l'on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Ce roman est son histoire, ainsi que celle de ses comparses, dans une Allemagne Nazie en guerre, puis sur le déclin.

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Ce roman a bien fait parler de lui sur la blogo lors de sa sortie, mais aussi en Italie, pays de Rosella Postorino, où il a été couronné de nombreux prix littéraires. Pour l'écrire, Rosella Postorino s'est inspirée de la vie de Margot Wölk, dernière goûteuse d'Hitler à décéder récemment, à plus de quatre-vingt-dix ans.

Cette audiolecture me laisse un peu mitigée, comme déçue... Certes, le développement du contexte historique et de la vie des goûteuses d'Hitler, une découverte pour moi, m'a vivement intéressée... Recrutées de force, ces femmes n'avaient pas d'autres choix que d'accepter et de risquer leur vie à chaque bouchée. En fait, c'est sans doute la première fois que je lis un roman qui me plonge outre-Rhin durant la Seconde Guerre Mondiale, donc du côté de l'ennemi et de plus, dans la garde rapprochée du Führer... Mais ici, nous partageons une partie du quotidien de "petites gens", bref, des personnes comme vous et moi et j'ai été surprise de constater à quel point peu d'entre elles partageaient l'idéologie nazie et vivaient dans la même peur et le même manque que les autres européens de l'époque. Je me suis donc enrichie de certaines connaissances supplémentaires sur les pratiques nazies (comme celles de récompenser les mères de familles très nombreuses qui "travaillent" donc pour la patrie).

Par contre, l'aspect romanesque de cette histoire m'a le plus souvent laissée de marbre. Les descriptions des relations (conflictuelles d'abord puis amicales) entre les goûteuses m'ont lassée, d'autant qu'à part deux d'entre elles, les autres sont difficiles à reconnaître, à distinguer des autres et donc elles ne génèrent pas d'empathie particulière. Puis vient une relation plus charnelle qu'amoureuse entre l'une d'elle et un S.S. Là aussi, le temps s'allonge. Oui, j'ai trouvé le temps long jusqu'à ce qu'une révélation sur l'une des goûteuses réveille mon intérêt. J'espérais une fin marquante mais non... Celle-ci semble nous plonger dans un imbroglio d'époques qui ne donne pas de place à l'émotion et laisse les sujets qui auraient pu être intéressants en suspend... Au point que je me suis presque dit "tout ça pour ça".

L'écriture est très belle, l'interprétation d'Audrey Sourdive impeccable. Mais rythme et force de récit sont bien trop inégaux à mes yeux. Cependant, je ne regrette pas cette lecture puisqu'elle m'a emmenée dans une autre époque et dans d'autres vies, elle a donc étoffé ma petite culture, c'est déjà pas mal ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 18 Septembre 2020

Récit - Editions Le livre qui parle - 3h03 d'écoute - 13€95

Parution d'origine en 1944

Le sujet : Stefan Zweig revient sur l'une des plus grandes erreurs historiques du monde : Le nouveau monde baptisé "Amérique", "America", Amerigo. Quand, pourquoi, comment ? Zweig démêle cette intrigue historique comme une pelote de laine, faite elle-même de plusieurs petites pelotes. 

 

Tentation :  Pourquoi pas ?!

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Ce récit de Zweig fut pour moi fascinant, passionnant et très instructif. Certes, Amerigo m'a certainement remis en mémoire quelques petites choses apprises à l'école, mais bien oubliées depuis... D'ailleurs, depuis, je ne m'étais jamais demandé pourquoi Le nouveau Continent avait été baptisé Amérique... Et suite à cette lecture, je m'interroge d'ailleurs sur l'origine des noms Europe, Asie, Afrique...

Le premier plaisir est de retrouver le style limpide et soigné de Stefan Zweig. Comme c'est agréable à l'oreille ! Son talent de conteur est indéniable, il sait captiver les foules et développer une véritable intrigue, avec ses rebondissements, ses indices autour de faits historiques. En fait, ce récit prend la forme d'un roman, avec ses protagonistes. Ce que l'époque a retenue d'eux, et ce que l'Histoire a remis à sa juste place.

Le livre commence bien des siècles avant la découverte du nouveau monde par Christophe Colomb. Zweig déroule les faits et causes, qui au fil des siècles, ont mené à cette découverte. Cette introduction est déjà très instructive, qui m'a appris à qu'il fut un temps, la France n'était plus du tout terre de connaissances et de découvertes par exemple.

Puis quelques années après 1492, vint le grand malentendu constitué d'une myriade d'erreurs (depuis des fautes d'orthographes dans certaines éditions, à l'attribution erronée de textes aux mauvaises personnes, en passant par des éditeurs peu scrupuleux, les oublis, les anachronismes, les preuves conservées par certains sans aucune conscience de leur valeur)... Et l'un des quiproquos les plus déterminants dans cette histoire émana d'une petite ville de nos Vosges bien françaises. Amerigo se voit attribué le mérite de la découverte des terres outre-atlantiques, considérées un temps comme Les Indes, puis les nouvelles Indes. De son vivant, Christophe Colomb tomba dans l'oubli et le dénuement. Son contemporain, Amerigo Vespucci, n'a en fait ni conscience, ni connaissance de sa célébrité ! Bref, ce n'est que trois bons siècles plus tard que la vérité sera rétablie et que les deux hommes, que l'Histoire tenaient pour ennemis, les relia dans une amitié.

Bref, vous l'aurez bien compris, ce texte et à lire, à écouter, à relire pourquoi pas, pour se remettre en tête ce que fut l'Histoire et comprendre de nouveau que celle-ci n'est pas figée. Evidemment, Amerigo sonne aussi comme une réhabilitation de Vespucci par Stefan Zweig, une réhabilitation bien méritée, pour cet homme qui s'est vu bien sali sans avoir fait quoique ce soit pour le mérité. Une belle et passionnante révision de l'Histoire par l'auteur, et pour le lecteur !

Zweig nous offre en prime quelques sujets de réflexion sur lesquels chacun pourra s'amuser à philosopher... Par exemple... Qui est le plus important : celui qui découvre ou celui qui prend conscience du potentiel de cette découverte ? Bon bien sûr, Zweig émet cette question bien plus joliment que moi ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 31 Août 2020

Roman - Editions Sixtrid - 3h55 d'écoute - 17.95 €

Parution d'origine aux Editions Sabine Wespieser en octobre 2015

L'histoire : Dans les montagnes autrichiennes, la vie entière d'Andreas Egger. Depuis son enfance orpheline et maltraitée qui le laisse boiteux, jusqu'à son dernier souffle. C'est aussi presque tout un siècle qui défile devant nos yeux, avec la 2ème Guerre Mondiale pour le partager. Un monde qui évolue à la vitesse de l'éclaire, qui amène la ville à la campagne et des milliers de touristes sur les pentes enneigées... Dans sa sagesse et son éthique, Andréas Egger traverse tout cela...

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Des avis élogieux sur ce roman autrichien ont fleuri ces derniers temps sur la blogo, donc, me voilà à le sortir de ma PAL audio.

Me voici moins enthousiaste que mes comparses. Force est de constater que "Qu'une vie entière" n'est pas le style de roman que j'affectionne et dévore. Et puis, l'interprétation qui en est faite par Guy Moign ne m'a pas tout à fait convenu : tantôt monotone, tantôt sentencieuse. De ce fait, exceptés quelques passages où l'émotion est pénétrante, je n'ai pas été plus emportée et touchée que cela par cette audio lecture.

Néanmoins, je reconnais que l'histoire d'Andréas Egger, qui couvre une bonne partie du vingtième siècle, est intéressante. Jeune garçon de ferme maltraité, Egger fuit et retourne au village entre les montagnes. Il se fera tout seul, mènera sans se plaindre une vie de dur labeur et la vie ne sera pas tendre avec lui. On le prend pour un simplet fragile mais Egger est d'une force herculéenne, ne recule jamais devant l'effort, est possède une intelligence et un instinct de vie remarquables. Il sera l'un des premiers à travailler la tête en l'air, puis haut perché, à la construction puis à l'entretien des remontées mécaniques. Au cours de sa vie, Egger le taiseux verra auberges locales et étables se vider de leurs occupants habituels au profit des touristes, de leurs skis, de leurs vêtements de couleur, de leur inconscience face aux dangers de l'environnement montagnard, de leur bêtise aussi grande que leurs certitudes citadines.

Une vie entière, c'est l'histoire d'un "petit" homme dans la multitude, une fourmi dans la fourmilière... Qui avance courageusement dans une vie simple et âpre. Le temps passe mais Egger reste placide. L'histoire aussi d'un petit coin reculé qui se transforme autant que le monde, au fil des décennies. Ce récit est assez sobre et dépouillé, ne va pas par quatre chemins, mais ne manque pas de poésie et de philosophie de vie. Aucun doute sur le fait que ce roman couronné outre Rhin plaise aux adeptes du genre !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 25 Août 2020

Roman - Editions Audiolib - 5h58 d'écoute - 19.35€

Parution d'origine chez Grasset en 2014

L'histoire :  En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, vingt et un ans, rencontre Oona O'Neill, quinze ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l'été suivant... quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood. Ils ne se marièrent jamais et n'eurent aucun enfant.

 

 

Tentation : "Salinger"

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Commençons par la cerise sur le gâteau, est pas des moindres, ce texte est interprété par Edouard Baer... Sans commentaire, on savoure !

Poursuivons par le début, il y a plusieurs décennies... Lycéenne... je me suis réfugiée (comme presque tout le monde) dans "L'attrape coeur" de Salinger, ce mystérieux écrivain retranché dans sa cabane, qui n'a pas accordé une interview depuis une éternité. Je l'ai relu il y a quelques années, la magie a moins opérée. Et si je le relisais, éclairée par le texte de Beigbeder, je pense que mon approche serait différente, plus avertie, à l'affût de détails qui disent tant sur l'auteur.

Soyons honnête, il m'a fallu un peu de temps pour entrer dans "Oona et Salinger"... La première partie, qui évoque la rencontre puis la relation capricieuse entre Oona et J.D Salinger ne m'a pas passionnée. Cependant, elle est intéressante pour son arrière-plan : l'époque et le lieu. 1940, les Etats-Unis ne sont pas encore en guerre, et à New York, c'est la belle vie pour une certaine jeunesse plus ou moins dorée dans les club à la mode... On y croise, des auteurs en herbe, d'autres confirmés, ou il est question d'eux... Truman Capote, Scott Fitzgerald, Eugène O'Neill etc...

Puis Salinger s'engage dans l'armée (dans la branche des renseignements) et se retrouvera sur le front quelque temps plus tard, toujours envoûté par Oona, lui envoyant des lettres... Pendant ce temps, Oona rencontre Charlie Chaplin, qu'elle épouse malgré (ou à cause de) leur 38 ans d'écart. Ils auront ensemble huit enfants. A partir de là, le roman de Beigbeder est passionnant et surtout, très enrichissant culturellement. C'est clair, Beigbeder est très bien documenté et n'est pas avare d'anecdotes majeures ou mineures. Il s'appuie sur des faits historiques, et quand l'Histoire est silencieuse, il imagine... Ce qui est le cas pour les échanges épistolaires entre Oona et Salinger, qui sont propriété de la famille Chaplin et que celle-ci ne souhaite pas publier... Et il le fait bien. J'ai énormément appris sur Chaplin, et sur Hemingway, que Salinger rencontre à Paris... Il est évidemment souvent question de littérature, de ce qu'elle devrait être et à quoi elle devrait servir, et de la légitimité des propos des auteurs.

Mais en fait, l'histoire entre Oona et Salinger est presque un prétexte car avant tout ce texte est un roman sur la Guerre 39-45. Celle-ci prend beaucoup de place et donne les plus belles pages de l'oeuvre, des pages bouleversantes. Le cauchemar vécu sur le front par Salinger alors qu'en Californie, Oona et son entourage coulent une vie douce. Salinger qui sera marqué à jamais par les horreurs qu'il a vues et vécues, qui reviendra du front en état de stress post-traumatique... Ce qui signera le début de sa solitude et de réclusion.

Tout cela fait que cette audiolecture est vraiment positive. Je constate une fois de plus que lorsqu'elle sert des propos constructifs qui ne dégénèrent pas dans l'alcool et vacuité vulgaire de certains des personnages de l'oeuvre de Beigbeder, sa plume est vraiment délicieuse, faussement légère, vivante et extrêmement lucide. L'analyse des faits et de l'époque est finement rendue.

Et puis, maintenant, j'ai la réponse à la fameuse question : "Mais où vont donc les canards de Central Park en hiver, lorsque le lac est gelé" !

 

PS Post it pour moi :  Beigbeder dit un truc du genre : "le temps et l'âge rétrécissent le passé"... Et c'est vrai, plus on veillit, plus on regarde le monde autrement, plus on lit, plus on s'informe... et la 2ème Guerre Mondiale nous paraît beaucoup moins lointaine que lorsque l'on a 15 ans et qu'elle n'était terminé que depuis à peine 30 ans et qu'elle était hier en fait.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 5 Août 2020

roman Fleur de Tonnerre, Jean Teulé, Hélène Jégado, histoire bretonne, bretagne, meutrière, empoisonneuse, avis lecture, blog, chronique

Roman - Editions Audiolib - 6h30 d'écoute - 20.90 €

Parution d'origine aux Editions Julliard en 2013

L'histoire : Celle d'Hélène Jégado, dans la première moitié du 19ème siècle. Celle qui se faisait appeler Fleur de Tonnerre était cuisinière dans le Morbihan puis sur Rennes. Au fil des foyers ou des cures où elle officia depuis son plus jeune âge, ce sont plus de 37 cadavres (connus qu'elle laissa derrière elle), de femmes, d'enfants, de nourrissons, de vieillards etc. Fleur de Tonnerre, fut la plus terrifiante empoisonneuse de tous les temps.

 

Tentation : Pourquoi pas ?!

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Une audiolecture intéressante mais que j'ai écouté avec une forme de distance. Distance due à la forme narrative très factuelle choisie par Jean Teulé dans ce roman biographique romancé. Donc à part l'effroi devant les actes d'Hélène Jégado, point d'émotion. En même temps, c'est assez logique puisque cette Fleur de Tonnerre en semble complètement démunie... Donc de l'effroi distancié, c'est déjà pas mal comme sentiment ! La Jégado finira par expliquer "sa folie" qu'elle ne reconnait pas comme telle bien sûr, par sa peur de la peur inculquée par ses parents. Aussi, est-elle devenue la peur pour ne pas la subir, et elle s'est transformée en l'être maléfique des croyances bretonnes : elle est devenue l'Ankou et semait la mort partout où elle passait. A part cela, la psychologie de Fleur de Tonnerre n'est pas du tout abordée, et cela est à mes yeux un peu dommage. Mais peut-être les archives ne l'ont pas permis.

Jean Teulé nous offre une plongée profonde dans une autre époque : la première moitié du 19ème siècle, dans une basse Bretagne. Cette fresque historique montre la pauvreté d'alors, l'ignorance, l'influence de traditions ancestrales qui aboutissent ici à une incroyable crédulité des habitants, crédulité aveuglante, d'autant qu'à l'époque, la médecine n'était pas non plus celle d'aujourd'hui. Voilà pourquoi la Jégado a pu mener son oeuvre quarante années durant sans être inquiétée.  C'est cet aspect-là qui m'a intéressée. Pour le reste, au fil des quelques heures, je me suis un peu lassée de la répétition des situations et des mots similaires usités par l'auteur pour les décrire. J'ai eu comme l'impression que j'écoutais un listing de meurtres, en sachant d'avance comment ceux-ci adviendraient, donc peu de surprise... Même si, l'on est d'accord, les tueurs en série suivent souvent le même procédé. Il n'empêche, j'ai trouvé cela un peu lassant.

Mais je suis contente de connaître désormais l'histoire d'Hélène Jégado, qui fait partie de celle de ma Bretagne d'adoption !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 3 Août 2020

Thriller, roman, Radgoll, enquête, Daniel Cole, avis, chronique, lecture, blog

Thriller - Editions Audiolib - 12h24 d'écoute - 21.05 €

Parution d'origine chez Robert Laffont en 2017

L'histoire : Un cadavre... mais 6 victimes... La police Londonienne découvre un corps cousu composé de membres et parties de corps de 6 personnes... Très vite, la presse nomme ce corps "Ragdoll". Pour la Metropolitan Police de Londres et l'inspecteur "Wolf", le temps presse... Il faut retrouver les propriétaires des membres de Ragdoll, et surtout, protéger 10 personnes dont le tueurs à dresser la liste... 10 personnes qui mourrons à des dates et heures précises... En fin de liste, l'inspecteur "Wolf" lui-même.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Que les lecteurs au coeur sensibles se rassurent : même si le crime principal de cette affaire est peu ragoûtant, et que les meurtres se multiplient dans cette histoire, Daniel Cole ne prend pas un malin plaisir dans des descriptions glauques interminables. Non, celles-ci sont réduites au minimum pour avoir tout de même un minimum d'effet.

Dès le début, nous sommes prévenus, ce crime est en rapport avec d'autres commis il y a des années et sur lesquels Wolf et son équipe avait enquêté en pur perte... puisque le procès avait reconnu le "Tueur crématiste" de 27 victimes non coupable... Cette histoire avait plongé Wolf près de la folie et conduit à son internement...

Quatre ans plus tard, Wolf a réintégré son poste lorsqu'arrive Ragdoll (poupée de chiffon en français, et race de chats aussi !)... La police découvre très vite que l'une des parties du corps appartient au Tueur Crématiste. Qui sont les autres, et quel lien avec la liste des  10 futures cibles du psychopathe ?

Une enquête qui tient en haleine, avec différentes ramifications, de vraies et de fausses pistes, les vraies étant plutôt méprisées par la police tant elles semblent incroyables, inconcevables. Heureusement, il y a Edmunds , un bleu qui vient de la brigade financière après une formation en "profilage". Il va remuer un peu une équipe embouée dans ses certitudes.

Dommage cependant que les indices comptant réellement dans l'enquête soient si peu développés et expliqués aux lecteurs pour que ceux-ci aient le temps de s'installer dans leur esprit et de gagner en clarté... Car cela rendrait peut-être la fin un peu moins grandiloquente et abracadabrantesque... Donc un peu décevante même si très surprenante.

Dans ce roman, Daniel Cole s'attache à dénoncer les usages et débordements de la presse lors d'affaires policières de cette ampleur... Les médias répondent-ils à l'attente du public ou créent-ils cette attente, cette fascination pour le morbide ? Quoiqu'il en soit, les meurtres deviennent des produits marketing...

Quant aux personnages policiers, ils ont des comportements qui paraissent assez improbables. Mais bon, nous sommes dans un roman, donc pourquoi pas, on tourne les pages pour se distraire et parce que l'on est pris par cette histoire.

Je déconseille la version audio... Certains personnages sont interprétés avec des voix insupportables et/ou caricaturales.

Bref, un thriller imparfait mais qui fait tout de même bien le job !

PS : Pour les volontaires, je viens d'apprendre qu'il y a une suite sous les titres de "l'appât"et de "Les loups".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0