Articles avec #livres audio, lectures audio tag

Publié le 24 Septembre 2020

roman, littérature, la goûteuse d'Hitler, nazisme, Histoire, avis, critique, blog

Roman - Editions Audiolib - 9h36 d'écoute - 20.45 €

Parution d'origine chez Albin Michel en janvier 2019

 

L'histoire :  1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l'idée que l'on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Ce roman est son histoire, ainsi que celle de ses comparses, dans une Allemagne Nazie en guerre, puis sur le déclin.

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Ce roman a bien fait parler de lui sur la blogo lors de sa sortie, mais aussi en Italie, pays de Rosella Postorino, où il a été couronné de nombreux prix littéraires. Pour l'écrire, Rosella Postorino s'est inspirée de la vie de Margot Wölk, dernière goûteuse d'Hitler à décéder récemment, à plus de quatre-vingt-dix ans.

Cette audiolecture me laisse un peu mitigée, comme déçue... Certes, le développement du contexte historique et de la vie des goûteuses d'Hitler, une découverte pour moi, m'a vivement intéressée... Recrutées de force, ces femmes n'avaient pas d'autres choix que d'accepter et de risquer leur vie à chaque bouchée. En fait, c'est sans doute la première fois que je lis un roman qui me plonge outre-Rhin durant la Seconde Guerre Mondiale, donc du côté de l'ennemi et de plus, dans la garde rapprochée du Führer... Mais ici, nous partageons une partie du quotidien de "petites gens", bref, des personnes comme vous et moi et j'ai été surprise de constater à quel point peu d'entre elles partageaient l'idéologie nazie et vivaient dans la même peur et le même manque que les autres européens de l'époque. Je me suis donc enrichie de certaines connaissances supplémentaires sur les pratiques nazies (comme celles de récompenser les mères de familles très nombreuses qui "travaillent" donc pour la patrie).

Par contre, l'aspect romanesque de cette histoire m'a le plus souvent laissée de marbre. Les descriptions des relations (conflictuelles d'abord puis amicales) entre les goûteuses m'ont lassée, d'autant qu'à part deux d'entre elles, les autres sont difficiles à reconnaître, à distinguer des autres et donc elles ne génèrent pas d'empathie particulière. Puis vient une relation plus charnelle qu'amoureuse entre l'une d'elle et un S.S. Là aussi, le temps s'allonge. Oui, j'ai trouvé le temps long jusqu'à ce qu'une révélation sur l'une des goûteuses réveille mon intérêt. J'espérais une fin marquante mais non... Celle-ci semble nous plonger dans un imbroglio d'époques qui ne donne pas de place à l'émotion et laisse les sujets qui auraient pu être intéressants en suspend... Au point que je me suis presque dit "tout ça pour ça".

L'écriture est très belle, l'interprétation d'Audrey Sourdive impeccable. Mais rythme et force de récit sont bien trop inégaux à mes yeux. Cependant, je ne regrette pas cette lecture puisqu'elle m'a emmenée dans une autre époque et dans d'autres vies, elle a donc étoffé ma petite culture, c'est déjà pas mal ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 18 Septembre 2020

Récit - Editions Le livre qui parle - 3h03 d'écoute - 13€95

Parution d'origine en 1944

Le sujet : Stefan Zweig revient sur l'une des plus grandes erreurs historiques du monde : Le nouveau monde baptisé "Amérique", "America", Amerigo. Quand, pourquoi, comment ? Zweig démêle cette intrigue historique comme une pelote de laine, faite elle-même de plusieurs petites pelotes. 

 

Tentation :  Pourquoi pas ?!

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Ce récit de Zweig fut pour moi fascinant, passionnant et très instructif. Certes, Amerigo m'a certainement remis en mémoire quelques petites choses apprises à l'école, mais bien oubliées depuis... D'ailleurs, depuis, je ne m'étais jamais demandé pourquoi Le nouveau Continent avait été baptisé Amérique... Et suite à cette lecture, je m'interroge d'ailleurs sur l'origine des noms Europe, Asie, Afrique...

Le premier plaisir est de retrouver le style limpide et soigné de Stefan Zweig. Comme c'est agréable à l'oreille ! Son talent de conteur est indéniable, il sait captiver les foules et développer une véritable intrigue, avec ses rebondissements, ses indices autour de faits historiques. En fait, ce récit prend la forme d'un roman, avec ses protagonistes. Ce que l'époque a retenue d'eux, et ce que l'Histoire a remis à sa juste place.

Le livre commence bien des siècles avant la découverte du nouveau monde par Christophe Colomb. Zweig déroule les faits et causes, qui au fil des siècles, ont mené à cette découverte. Cette introduction est déjà très instructive, qui m'a appris à qu'il fut un temps, la France n'était plus du tout terre de connaissances et de découvertes par exemple.

Puis quelques années après 1492, vint le grand malentendu constitué d'une myriade d'erreurs (depuis des fautes d'orthographes dans certaines éditions, à l'attribution erronée de textes aux mauvaises personnes, en passant par des éditeurs peu scrupuleux, les oublis, les anachronismes, les preuves conservées par certains sans aucune conscience de leur valeur)... Et l'un des quiproquos les plus déterminants dans cette histoire émana d'une petite ville de nos Vosges bien françaises. Amerigo se voit attribué le mérite de la découverte des terres outre-atlantiques, considérées un temps comme Les Indes, puis les nouvelles Indes. De son vivant, Christophe Colomb tomba dans l'oubli et le dénuement. Son contemporain, Amerigo Vespucci, n'a en fait ni conscience, ni connaissance de sa célébrité ! Bref, ce n'est que trois bons siècles plus tard que la vérité sera rétablie et que les deux hommes, que l'Histoire tenaient pour ennemis, les relia dans une amitié.

Bref, vous l'aurez bien compris, ce texte et à lire, à écouter, à relire pourquoi pas, pour se remettre en tête ce que fut l'Histoire et comprendre de nouveau que celle-ci n'est pas figée. Evidemment, Amerigo sonne aussi comme une réhabilitation de Vespucci par Stefan Zweig, une réhabilitation bien méritée, pour cet homme qui s'est vu bien sali sans avoir fait quoique ce soit pour le mérité. Une belle et passionnante révision de l'Histoire par l'auteur, et pour le lecteur !

Zweig nous offre en prime quelques sujets de réflexion sur lesquels chacun pourra s'amuser à philosopher... Par exemple... Qui est le plus important : celui qui découvre ou celui qui prend conscience du potentiel de cette découverte ? Bon bien sûr, Zweig émet cette question bien plus joliment que moi ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 31 Août 2020

Roman - Editions Sixtrid - 3h55 d'écoute - 17.95 €

Parution d'origine aux Editions Sabine Wespieser en octobre 2015

L'histoire : Dans les montagnes autrichiennes, la vie entière d'Andreas Egger. Depuis son enfance orpheline et maltraitée qui le laisse boiteux, jusqu'à son dernier souffle. C'est aussi presque tout un siècle qui défile devant nos yeux, avec la 2ème Guerre Mondiale pour le partager. Un monde qui évolue à la vitesse de l'éclaire, qui amène la ville à la campagne et des milliers de touristes sur les pentes enneigées... Dans sa sagesse et son éthique, Andréas Egger traverse tout cela...

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Des avis élogieux sur ce roman autrichien ont fleuri ces derniers temps sur la blogo, donc, me voilà à le sortir de ma PAL audio.

Me voici moins enthousiaste que mes comparses. Force est de constater que "Qu'une vie entière" n'est pas le style de roman que j'affectionne et dévore. Et puis, l'interprétation qui en est faite par Guy Moign ne m'a pas tout à fait convenu : tantôt monotone, tantôt sentencieuse. De ce fait, exceptés quelques passages où l'émotion est pénétrante, je n'ai pas été plus emportée et touchée que cela par cette audio lecture.

Néanmoins, je reconnais que l'histoire d'Andréas Egger, qui couvre une bonne partie du vingtième siècle, est intéressante. Jeune garçon de ferme maltraité, Egger fuit et retourne au village entre les montagnes. Il se fera tout seul, mènera sans se plaindre une vie de dur labeur et la vie ne sera pas tendre avec lui. On le prend pour un simplet fragile mais Egger est d'une force herculéenne, ne recule jamais devant l'effort, est possède une intelligence et un instinct de vie remarquables. Il sera l'un des premiers à travailler la tête en l'air, puis haut perché, à la construction puis à l'entretien des remontées mécaniques. Au cours de sa vie, Egger le taiseux verra auberges locales et étables se vider de leurs occupants habituels au profit des touristes, de leurs skis, de leurs vêtements de couleur, de leur inconscience face aux dangers de l'environnement montagnard, de leur bêtise aussi grande que leurs certitudes citadines.

Une vie entière, c'est l'histoire d'un "petit" homme dans la multitude, une fourmi dans la fourmilière... Qui avance courageusement dans une vie simple et âpre. Le temps passe mais Egger reste placide. L'histoire aussi d'un petit coin reculé qui se transforme autant que le monde, au fil des décennies. Ce récit est assez sobre et dépouillé, ne va pas par quatre chemins, mais ne manque pas de poésie et de philosophie de vie. Aucun doute sur le fait que ce roman couronné outre Rhin plaise aux adeptes du genre !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 25 Août 2020

Roman - Editions Audiolib - 5h58 d'écoute - 19.35€

Parution d'origine chez Grasset en 2014

L'histoire :  En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, vingt et un ans, rencontre Oona O'Neill, quinze ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l'été suivant... quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood. Ils ne se marièrent jamais et n'eurent aucun enfant.

 

 

Tentation : "Salinger"

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Commençons par la cerise sur le gâteau, est pas des moindres, ce texte est interprété par Edouard Baer... Sans commentaire, on savoure !

Poursuivons par le début, il y a plusieurs décennies... Lycéenne... je me suis réfugiée (comme presque tout le monde) dans "L'attrape coeur" de Salinger, ce mystérieux écrivain retranché dans sa cabane, qui n'a pas accordé une interview depuis une éternité. Je l'ai relu il y a quelques années, la magie a moins opérée. Et si je le relisais, éclairée par le texte de Beigbeder, je pense que mon approche serait différente, plus avertie, à l'affût de détails qui disent tant sur l'auteur.

Soyons honnête, il m'a fallu un peu de temps pour entrer dans "Oona et Salinger"... La première partie, qui évoque la rencontre puis la relation capricieuse entre Oona et J.D Salinger ne m'a pas passionnée. Cependant, elle est intéressante pour son arrière-plan : l'époque et le lieu. 1940, les Etats-Unis ne sont pas encore en guerre, et à New York, c'est la belle vie pour une certaine jeunesse plus ou moins dorée dans les club à la mode... On y croise, des auteurs en herbe, d'autres confirmés, ou il est question d'eux... Truman Capote, Scott Fitzgerald, Eugène O'Neill etc...

Puis Salinger s'engage dans l'armée (dans la branche des renseignements) et se retrouvera sur le front quelque temps plus tard, toujours envoûté par Oona, lui envoyant des lettres... Pendant ce temps, Oona rencontre Charlie Chaplin, qu'elle épouse malgré (ou à cause de) leur 38 ans d'écart. Ils auront ensemble huit enfants. A partir de là, le roman de Beigbeder est passionnant et surtout, très enrichissant culturellement. C'est clair, Beigbeder est très bien documenté et n'est pas avare d'anecdotes majeures ou mineures. Il s'appuie sur des faits historiques, et quand l'Histoire est silencieuse, il imagine... Ce qui est le cas pour les échanges épistolaires entre Oona et Salinger, qui sont propriété de la famille Chaplin et que celle-ci ne souhaite pas publier... Et il le fait bien. J'ai énormément appris sur Chaplin, et sur Hemingway, que Salinger rencontre à Paris... Il est évidemment souvent question de littérature, de ce qu'elle devrait être et à quoi elle devrait servir, et de la légitimité des propos des auteurs.

Mais en fait, l'histoire entre Oona et Salinger est presque un prétexte car avant tout ce texte est un roman sur la Guerre 39-45. Celle-ci prend beaucoup de place et donne les plus belles pages de l'oeuvre, des pages bouleversantes. Le cauchemar vécu sur le front par Salinger alors qu'en Californie, Oona et son entourage coulent une vie douce. Salinger qui sera marqué à jamais par les horreurs qu'il a vues et vécues, qui reviendra du front en état de stress post-traumatique... Ce qui signera le début de sa solitude et de réclusion.

Tout cela fait que cette audiolecture est vraiment positive. Je constate une fois de plus que lorsqu'elle sert des propos constructifs qui ne dégénèrent pas dans l'alcool et vacuité vulgaire de certains des personnages de l'oeuvre de Beigbeder, sa plume est vraiment délicieuse, faussement légère, vivante et extrêmement lucide. L'analyse des faits et de l'époque est finement rendue.

Et puis, maintenant, j'ai la réponse à la fameuse question : "Mais où vont donc les canards de Central Park en hiver, lorsque le lac est gelé" !

 

PS Post it pour moi :  Beigbeder dit un truc du genre : "le temps et l'âge rétrécissent le passé"... Et c'est vrai, plus on veillit, plus on regarde le monde autrement, plus on lit, plus on s'informe... et la 2ème Guerre Mondiale nous paraît beaucoup moins lointaine que lorsque l'on a 15 ans et qu'elle n'était terminé que depuis à peine 30 ans et qu'elle était hier en fait.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 5 Août 2020

roman Fleur de Tonnerre, Jean Teulé, Hélène Jégado, histoire bretonne, bretagne, meutrière, empoisonneuse, avis lecture, blog, chronique

Roman - Editions Audiolib - 6h30 d'écoute - 20.90 €

Parution d'origine aux Editions Julliard en 2013

L'histoire : Celle d'Hélène Jégado, dans la première moitié du 19ème siècle. Celle qui se faisait appeler Fleur de Tonnerre était cuisinière dans le Morbihan puis sur Rennes. Au fil des foyers ou des cures où elle officia depuis son plus jeune âge, ce sont plus de 37 cadavres (connus qu'elle laissa derrière elle), de femmes, d'enfants, de nourrissons, de vieillards etc. Fleur de Tonnerre, fut la plus terrifiante empoisonneuse de tous les temps.

 

Tentation : Pourquoi pas ?!

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Une audiolecture intéressante mais que j'ai écouté avec une forme de distance. Distance due à la forme narrative très factuelle choisie par Jean Teulé dans ce roman biographique romancé. Donc à part l'effroi devant les actes d'Hélène Jégado, point d'émotion. En même temps, c'est assez logique puisque cette Fleur de Tonnerre en semble complètement démunie... Donc de l'effroi distancié, c'est déjà pas mal comme sentiment ! La Jégado finira par expliquer "sa folie" qu'elle ne reconnait pas comme telle bien sûr, par sa peur de la peur inculquée par ses parents. Aussi, est-elle devenue la peur pour ne pas la subir, et elle s'est transformée en l'être maléfique des croyances bretonnes : elle est devenue l'Ankou et semait la mort partout où elle passait. A part cela, la psychologie de Fleur de Tonnerre n'est pas du tout abordée, et cela est à mes yeux un peu dommage. Mais peut-être les archives ne l'ont pas permis.

Jean Teulé nous offre une plongée profonde dans une autre époque : la première moitié du 19ème siècle, dans une basse Bretagne. Cette fresque historique montre la pauvreté d'alors, l'ignorance, l'influence de traditions ancestrales qui aboutissent ici à une incroyable crédulité des habitants, crédulité aveuglante, d'autant qu'à l'époque, la médecine n'était pas non plus celle d'aujourd'hui. Voilà pourquoi la Jégado a pu mener son oeuvre quarante années durant sans être inquiétée.  C'est cet aspect-là qui m'a intéressée. Pour le reste, au fil des quelques heures, je me suis un peu lassée de la répétition des situations et des mots similaires usités par l'auteur pour les décrire. J'ai eu comme l'impression que j'écoutais un listing de meurtres, en sachant d'avance comment ceux-ci adviendraient, donc peu de surprise... Même si, l'on est d'accord, les tueurs en série suivent souvent le même procédé. Il n'empêche, j'ai trouvé cela un peu lassant.

Mais je suis contente de connaître désormais l'histoire d'Hélène Jégado, qui fait partie de celle de ma Bretagne d'adoption !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 3 Août 2020

Thriller, roman, Radgoll, enquête, Daniel Cole, avis, chronique, lecture, blog

Thriller - Editions Audiolib - 12h24 d'écoute - 21.05 €

Parution d'origine chez Robert Laffont en 2017

L'histoire : Un cadavre... mais 6 victimes... La police Londonienne découvre un corps cousu composé de membres et parties de corps de 6 personnes... Très vite, la presse nomme ce corps "Ragdoll". Pour la Metropolitan Police de Londres et l'inspecteur "Wolf", le temps presse... Il faut retrouver les propriétaires des membres de Ragdoll, et surtout, protéger 10 personnes dont le tueurs à dresser la liste... 10 personnes qui mourrons à des dates et heures précises... En fin de liste, l'inspecteur "Wolf" lui-même.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Que les lecteurs au coeur sensibles se rassurent : même si le crime principal de cette affaire est peu ragoûtant, et que les meurtres se multiplient dans cette histoire, Daniel Cole ne prend pas un malin plaisir dans des descriptions glauques interminables. Non, celles-ci sont réduites au minimum pour avoir tout de même un minimum d'effet.

Dès le début, nous sommes prévenus, ce crime est en rapport avec d'autres commis il y a des années et sur lesquels Wolf et son équipe avait enquêté en pur perte... puisque le procès avait reconnu le "Tueur crématiste" de 27 victimes non coupable... Cette histoire avait plongé Wolf près de la folie et conduit à son internement...

Quatre ans plus tard, Wolf a réintégré son poste lorsqu'arrive Ragdoll (poupée de chiffon en français, et race de chats aussi !)... La police découvre très vite que l'une des parties du corps appartient au Tueur Crématiste. Qui sont les autres, et quel lien avec la liste des  10 futures cibles du psychopathe ?

Une enquête qui tient en haleine, avec différentes ramifications, de vraies et de fausses pistes, les vraies étant plutôt méprisées par la police tant elles semblent incroyables, inconcevables. Heureusement, il y a Edmunds , un bleu qui vient de la brigade financière après une formation en "profilage". Il va remuer un peu une équipe embouée dans ses certitudes.

Dommage cependant que les indices comptant réellement dans l'enquête soient si peu développés et expliqués aux lecteurs pour que ceux-ci aient le temps de s'installer dans leur esprit et de gagner en clarté... Car cela rendrait peut-être la fin un peu moins grandiloquente et abracadabrantesque... Donc un peu décevante même si très surprenante.

Dans ce roman, Daniel Cole s'attache à dénoncer les usages et débordements de la presse lors d'affaires policières de cette ampleur... Les médias répondent-ils à l'attente du public ou créent-ils cette attente, cette fascination pour le morbide ? Quoiqu'il en soit, les meurtres deviennent des produits marketing...

Quant aux personnages policiers, ils ont des comportements qui paraissent assez improbables. Mais bon, nous sommes dans un roman, donc pourquoi pas, on tourne les pages pour se distraire et parce que l'on est pris par cette histoire.

Je déconseille la version audio... Certains personnages sont interprétés avec des voix insupportables et/ou caricaturales.

Bref, un thriller imparfait mais qui fait tout de même bien le job !

PS : Pour les volontaires, je viens d'apprendre qu'il y a une suite sous les titres de "l'appât"et de "Les loups".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 22 Juillet 2020

roman "Au petit bonheur la chance' Aurélie Valognes, Littérature, avis, blog, chronique

Roman - Editions Audiolib - 7h40 d'écoute - 19.90 €

Parution d'origine aux éditions Fayard/Mazarine en mars 2019.

L'histoire : Eté 1968, à Grandville. Marie confie son fils Jean à sa mère "Mémé Lucette", pour quelques semaines, le temps de trouver un appartement parisien pour eux deux. Les semaines vont devenir mois puis années. Il semble que Marie ait oublié Jean. Mémé Lucette et Jean s'apprivoise dans une société en plein bouleversement.

 

Tentation : Curiosité

Fournisseur : bib N°3

 

Mon humble avis : Depuis quelques années que les couvertures colorées des romans d'Aurélie Valognes fleurissent sur les étals des libraires sans que le succès ne se démente. Alors, je me suis dit : "voyons de quoi il retourne !"

L'histoire en elle-même est mignonne (trop ?), les bons sentiments sont là (trop ?), la voix du lecteur est mielleuse (trop ?), les dialogues sont parfois caricaturaux et trop gnangnans pour moi. Certes, on s'attache aux personnages, le scénario tient la route, mais tout cela ne suffit pas à me rassasier. En même temps, Aurélie Valognes souhaite écrire des romans qui détendent et qui soient accessibles à tous, sans prétention. Je ne lui reproche pas, bien au contraire, je suis "pour" la pluralité et la diversité littéraire (n'en déplaise à certains). Mais il semble que je sois "tombée" sur son roman le plus sombre, donc l'aspect "feel good" ne m'a pas sauté aux yeux, enfin aux oreilles.

Pour écrire la vie de Jean, la romancière s'est inspirée de celle de son père. Et ce que j'ai vraiment apprécié dans cette lecture, c'est la reconstitution de la fin des années 60 et le début des années 70, celles qui m'ont vue naître... Et donc les changements décisifs ne m'ont pas frappée, puisque je suis née juste après, et que j'ai toujours tenue certaines choses comme ayant toujours existé, puisque toujours connus de moi... Comme les progrès ménagers (le luxe du frigidaire, du vide ordure dans un appartement (!!!)) mais aussi sociales, comme la mixité scolaire. A l'école, les gauchers étaient encore contrariés et considérés comme anormaux. Quant à l'éducation et la protection/considération des enfants, elles n'étaient pas celles d'aujourd'hui. C'est surtout une société en pleine mutation que décrit Aurélie Valognes, en se penchant particulièrement sur la condition féminine : le droit à l'avortement n'est pas encore voté, aussi les femmes n'ont d'autres choix que d'être "des poules pondeuses" ou des "poules" tout court. Avec l'émancipation vient la double charge : être mère et travailler, voire dans bien des cas, subvenir seules aux besoins de leur progéniture... Ce qui n'était guère facile à l'époque, et qui ne l'est d'ailleurs toujours pas. Et c'est ainsi qu'alors, de nombreuses grand-mères devaient élever certains de leurs petits-enfants, après avoir été elles-mêmes mères de famille nombreuse. Point de répits, pas de gros moyens, mais des valeurs et de l'amour. Aurélie Valognes rend ainsi un bel hommage aux femmes dans un roman au contexte historico-sociétal intéressant, dans un texte vraiment accessible à tous. Mais pour ce qui est de l'histoire a l'état pure, celle-ci ne m'a vraiment pas rassasiée et l'écriture frôlant parfois la mièvrerie (comme c'est parfois le cas dans des histoires relationnelles avec de jeunes enfants m'a agacée par moment.

Je tenterai un autre roman de la romancière (que j'ai en réserve) pour lire d'elle un livre moins sombre et voir si oui ou non son objectif "feel good" fonctionne sur moi ou pas !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 14 Juillet 2020

roman, Eric Vuillard, littérature, 14 juillet 1789, révolution, prise de la Bastille, avis, blog, chronique de lecture

Roman - Editions Le livre qui parle - 4h23 d'écoute -14.95 €

Parution d'origine chez Acte Sud en 2016

L'histoire :  23 Avril 1789 : Une phrase de Jean Baptiste Réveillon propriétaire de la Manufacture Royale de papiers peints va mettre le feu aux poudre : « Les ouvriers peuvent bien vivre avec quinze sols par jour au lieu de vingt, certains ont déjà la montre dans le gousset et seront bientôt plus riches que lui. » Le feu est mis au poudre, suit une insurrection qui fera 300 morts...et qui, trois mois plus tard, mènera à la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. La Révolution Française !

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Un titre de livre qui tombe à point nommé pour aujourd'hui, jour de fête nationale française. Dans son roman, Eric Vuillard nous conte ce qui a conduit à cette prise de la Bastille. On pense connaître l'histoire et l'Histoire. Oui, celle que les livres scolaires et les cours nous ont inculqués, et que pour beaucoup, nous avons oublié au fils dans années et des décennies qui passent. 

C'est donc une autre version que nous propose l'auteur... La révolution vue par le peuple, vécue par le peuple, au coeur du peuple et de l'action. Vuillard plonge la main dans le bac des inconnus, des sans nom, des petits métiers, des petites gens, des parisiens qui subissent la famine quand on se roule dans l'or à Versailles, et même des étrangers qui parlent d'étranges dialectes, comme le bourguignon etc, mais qui se joignent au mouvement. Eric Vuillard évoquent ceux qui ont fait la prise de la Bastille, qui ont par une action qui ne dure parfois que quelques secondes, ont changé le cours de l'Histoire... Mais qui ensuite se sont enfuis pour éviter la corde, ce qui les a en même temps privés de la postérité dans les livres d'Histoire. 

Bref, Eric Vuillard nous emmène au coeur de la foule en colère, et loin, très loin de touts ces "grands hommes connus" dans cette époque révolutionnaire. Point question ici de Robespierre ou autre. Ce récit est passionnant qui débute par le premier événement qui mit le feu aux poudres jusqu'à la prise de la Bastille... Un grand industriel propose de travailler autant pour gagner moins... Une bonne partie du roman se déroule donc sur la journée du 14 juillet 1789. Certes, il y a quelques longueurs narrative dans la description des actes des uns et des autres, ou la liste des patronymes de ces "inconnus" mais si peu, comparé à l'importance du jour et le fait que le livre est bien court. Et ce roman nous propose une remémoration inédite de notre Histoire vraiment passionnante... Une fois de plus, on ne peut que constater que l'Histoire est un éternel recommencement.... Certes, les formes changent, les lois s'améliorent, la liberté et la démocratie semblent acquises (pourvu que cela dure, nul n'est à l'abri de rien) mais le fond reste le même : les pauvres, le peuple, contre les riches et le pouvoir, les inégalités etc. Et déjà, la mondialisation sévissait et ruinait certains commerces français...

Ce roman historique très bien documenté est donc passionnant, dommage qu'il soit interprété par une voix aussi morne. L'audiolecture aurait gagné en dynamisme avec une interprétation plus vivante, qui ressemble moins à un commentaire d'un reportage télévisé.

 

Les avis de Gambadou, Luocine et de Keisha qui sont bien complémentaires !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 10 Juillet 2020

Roman , Rose, littérature, tatiana de rosnay, Napoléon III, Haussmann, avis, blog, chronique

Roman - Editions Audiolib - 4h55 d'écoute - 21.90 €

Parution d'origine aux éditions Héloise d'Ormesson en 2011

L'histoire : Rose Bazelet, 59 ans, veuve, mène une vie paisible dans sa maison parisienne de la rue Childebert... Jusqu'au jour où elle reçoit une lettre qui a l'effet d'un couperet.... Sa maison, sa rue et bien d'autres vont être démolies au profit des grands boulevard Haussmaniens. Mais Rose n'a pas l'intention de se laisser faire.... Elle écrit alors de longue lettres à son défunt époux où elle lui narre son combat, et d'autres choses aussi... jusqu'aux secrets jamais avoués.

 

Tentation : La blogo lors de la sortie du roman (il y a donc 9 ans !)

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Je n'ai absolument rien à reprocher à ce roman. S'il ne m'a pas transportée, c'est juste parce que ce genre d'histoire n'a pas ma préférence.

Il s'agit d'un roman épistolaire. C'est Rose qui s'exprime le plus, mais l'on n'y trouve aussi des lettres de sa fille, de certaines de ses relations, et même un pli que son mari lui avait décrit dans leur jeunesse. Le style de Tatiana de Rosnay est très soigné, précis, agréable et correspond bien aux us et coutumes linguistiques d'alors.

Cette audiolecture fut tout de même agréable et intéressante... En effet, je savais bien qu'à une époque, Paris avait été transformée, modernisée pour ressembler au Paris que nous connaissons... Ceci, sous les ordres de l'empereur Napoléon III et du préfet de l'époque, le Baron Haussmann... D'où l'appellation "grands boulevards Haussmanniens". Mais je n'avais jamais approfondit le sujet. Dans mon esprit, Paris était passé de l'ile de Cité représentée dans Les misérables ou Notre Dame de Paris de Victor Hugo, bref, le Paris Médiéval, au Paris moderne comme par un claquement de doigt. Ce fut en fait plus de quinze année de travaux et des milliers de personnes dépossédées de leur bien, leur maison, leur histoire, leurs racines. Bref, je n'avais jamais réfléchi à toutes ces expropriations et leurs conséquences. Tatiana de Rosnay m'en a joliment donné l'occasion ici, en enrubannant la grande Histoire dans une très belle histoire d'amour, celle de Rose et de son mari, amour qui se prolonge post mortem.

Rose raconte donc la vie des petits contre les grands, de la vie face aux inéluctables évolutions et les dégâts intimes et personnels qu'ils provoquent. Une fois de plus, la littérature prouve qu'elle est atemporelle, car ce sujet est encore bien souvent d'actualité. Et je me dis alors que finalement, le Monde change peut-être dans la forme, mais dans le fond, les faits se répètent... Un roman que je vous conseille car intéressant, au delà de mes propres préférences.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 22 Juin 2020

Roman "Dans la forêt" de Jean Hegland, littérature américaine, nature writting, avis, blog, chronique, écologie

Roman - Editions Audiolib - 10h02 d'écoute - 23.90 €

Parution d'origine aux Editions Gallmeister en 2017

L'histoire :  Rien n'est plus comme avant : le monde tel qu'on le connaît semble avoir vacillé, plus d'électricité ni d'essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au coeur de la forêt. Quand la civilisation s'effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre.

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Tout arrive sur ce blog, même de la "nature writing" qui, à priori, n'est pas ma tasse de thé... Sauf que les feuilles de "dans la forêt" ont délicieusement bruissé sur la blogo et qu'un doux vent a conduit ce roman jusqu'à moi, dans sa version audio, très réussie. Le texte ne pouvait espérer meilleure interprète. 

Lors de sa sortie outre-Atlantique en 1996, ce roman a été perçu comme un choc littéraire. Vingt-quatre ans plus tard, je confirme, il est de ces livres magistralement écrits, narrés et d'une puissance telle qu'il est inoubliable. Si symbolique, si actuel, mais sans leçon de morale. Juste le destin de deux jeunes soeurs, dans le monde tel qu'il va, tel qu'il s'en va.

Curieusement, j'ai entamé cette audiolecture en début de déconfinement.... Et l'histoire fait une fois de plus écho à ce que nous venons de vivre, et que nous revivrons sans doute... Et même, que nous vivons un peu plus chaque jour sans nous en rendre vraiment compte, sans y prêter plus d'attention que ça pour la plus part d'entre nous.

De nos jours, le monde vacille. Plus d'électricité, plus d'essence, beaucoup de morts (on parle d'une étrange grippe), les villes se vident, et une migration se fait vers la côte Est qui semble se remettre plus vite. Une ruée vers l'origine en quelque sorte, une ruée en contre sens, quand on a tout usé de l'autre côté.

C'est Nell, l'aînée, qui raconte l'histoire, dans son dernier cahier... En ville, la vie n'est plus, ou presque plus. De la survie. Depuis toujours, Nell et Eva vivent dans une maison en pleine forêt. Avant que le monde ne vacille, Nell se préparait à intégrer Harvard et Eva, une grande école de danse. Leurs parents décèdent, elles ne sont plus que deux, l'une de 18 ans et l'autre de 17, en pleine forêt... Elles vont organiser leur survie, leur vie, avec les moyens du bord. S'aimer, se déchirer, se disputer, s'entraider, se sauver l'une et l'autre en faisant face aux imprévus. Ce roman est l'histoire de leur survie, sans pathos. Du quotidien, des petites choses qui deviennent grandes, des épreuves terribles qui grandissent et qui finalement, créent un avenir. Nell et Eva vont apprendre la forêt, qui est leur unique source de vie. Elles vont l'étudier, l'exploiter, la soigner, la comprendre, la vénérer, la respecter, l'utiliser à bon escient en pensant à l'avenir : il faut tenir, il faut durer. La forêt va devenir leur alliée et l'Homme le potentiel danger qui rode et peut toujours revenir. Oui, l'Homme est plus dangereux que la nature, même pour lui-même. Et tant que ma lecture a duré, j'ai été transportée, sans une minute d'ennui. Dans la forêt ressemble à un conte à l'ancienne, mais est pourtant tellement contemporain par les messages qu'il distille sans lourdeur, avec une finesse magnifique. Cependant, la tension ne manque pas, donc quelques coups de stress pour le lecteur entre des moments lumineux.

Dans la forêt est un roman très sensoriel... Tous nos sens sont en exergue, sollicités, aux aguets et nous apprennent à vivre avec le minimum, avec l'essentiel. Du courage, et la nature. Après tout, Eva conclut en disant : "Nous nous avons nous, la forêt et peut-être encore un peu de temps".  N'est-ce pas notre situation collective et planétaire ? Un peu de temps, si l'on réagit et que l'on sait prendre les bonnes décisions, utiliser nos meilleures ressources intérieures. Un retour aux sources, un retour à l'essentiel, un retour aux origines. Une lecture incontournable, qui, je crois laisse une empreinte indélébile.

L'avis de Sylire, de Gambadou

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0