Articles avec #thrillers - polars francais tag

Publié le 17 Mai 2009

Thriller - broché - Editions Michel Lafon - 20 € - 436 pages

Résumé : Ce sont des ados. Ils ne vivent pas au même endroit et ne se connaissent pas. Leur seul point commun : une mort atroce, aux confins de la barbarie.

Pour le commissaire François Marchand, ancien psychanalyste devenu flic à la suite d’un drame personnel, ces crimes sans logique apparente ont forcément un lien. Aidé par le lieutenant Julia Drouot, il va devoir s’engouffrer dans le monde déroutant de l’adolescence pour tenter de saisir les raisons qui ont pu amener ces jeunes victimes à un destin aussi tragique.

Un voyage sans retour dans l’âme d’un psychopathe… et dans la leur.

                                   

Mon humble avis : Certes, quelques détails m'ont un peu dérangée pendant ma lecture, comme le côté assez caricatural des policiers et de leurs échanges verbaux. Mais au final, on oublie ces petits défauts tant on est scotché et horrifié par le dénouement final déconcertant. Et là, on ne peut que dire "Chapeau"!

Ce thriller jouit d'une intrigue captivante et rondement menée. L'enquête est vraiment bien construite et documentée. Les descriptifs psychologiques et psychiatriques sont passionnants. D'ailleurs, à ce propos, je préfère avertir que pour des raisons évidentes, ce livre n'est surtout pas à mettre dans les mains de personnes souffrant d'anorexie. Nous découvrons aussi un univers que l'on connaît peu : celui de l'ultra-violence "gratuite". Par moments, on ne peut qu'être terrifié par l'usage que certains font d'internet et d'un certain genre de blogs, foyers d'appel à la violence, à la mort, au crime (on se trouve alors bien peu nuisible avec nos chroniques littéraires !) Enfin, tout s'explique, les pistes qui finissent en voies sans issue, les erreurs de profilage, et même le titre...

Car l'éditeur nous annonce un voyage sans retour dans l'âme d'un psychopathe... mais le psychopathe n'a-t-il pas fait lui même un voyage dévastateur dans l'âme même du profileur ? Je vous le dis, ce thriller diabolique qui bouleverse vos certitudes ne vous laissera pas de glace alors que l'été arrive et qu'il est temps de faire le plein de thriller !

 
L'avis de
Sophie de Tahiti

Je remercie Silvana Bergonzi, Louise Leguay et les éditions Michel Lafon pour cette lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 2 Mars 2009

Résumé :  Missikami, Canada francophone. Qui est derrière les « maudits Anglais » qui ont lancé une OPA sur la scierie et les forêts locales ?
  Milwaukee, Wisconsin. Pourquoi le petit épicier est-il mort alors qu'il effectuait une étrange série de dépôts bancaires ?
  Zénaïde, québécoise, banquière et fière de l'être, a décidé de le savoir. Elle va trouver un allié imprévu en la personne de l'excentrique et richissime Fou de Bassan, Jonathan Gantry.
  A l'horizon : l'argent de la drogue, que des milliers de « fourmis » dans le monde convoient, placent, transfèrent, blanchissent en permanence, sous la surveillance des hommes de main du Cartel, dressés à tuer.

 Montages financiers, réseaux de passeurs, de tueurs et de conseillers, implacable hiérarchie : ce n'est pas seulement un fabuleux thriller que nous offre ici l'auteur de Money, Hannah, et Les Routes de Pékin. C'est aussi une enquête ultra-documentée. Et qui fait frémir.


                                 

Mon humble avis :  Je sens que je vais faire bondir de leur siège certains "puristes" littéraires. Mais après tout, je qualifie mon blog de "littéro culturel" . Et pour moi, tout ce qui porte une couverture, une quatrième de couverture et histoire et des pages à l'intérieur relève de la littérature. Ensuite, je suis d'accord pour dire qu'il y a de la bonne et de la moins bonne littérature, de la classique et aussi de celle dont on aura oublié l'existence dans quelques années.

Il n'empêche que Cartel ne date pas d'hier (parution en 1992) et ma lecture non plus d'ailleurs. Mais quel souvenirs j'en garde ! Je me suis pressée à le terminer pour être à l'heure à un rendez vous soit disant galant.... Comme j'aurais du prendre mon temps pour finir cette histoire. Ce roman est tout bonnement passionnant et possède tous les ingrédients pour en faire un excellent divertissement. Une jolie femme, un héros un peu bourru au début mais on ne peut plus beau , fort, riche,et jamais à bout de ressource... Bref, l'homme qui nous protège dans nos rêves !
Mais surtout, il y a une course poursuite entre bons et méchants,  des magouilles financières, des rebondissements, des frémissements de peur. Nos deux héros si attachants parcourent ainsi le monde à bord d'une goélette équipée de gadgets à la James Bond, avec  les tueurs à leurs trousses. Bien entendu, ils nous emmènent avec. Et c'est avec bonheur que l'on participe à leur voyage sur toutes les mers, même les plus exotiques. Avec Cartel, vous avez un vrai roman d'aventure entre les mains ce qui parfois peut changer les idées par rapport à certaines lectures qui se complaisent dans la tristesse et la morosité, voire la vulgarité . C'est un livre que l'on ne lâche plus une fois en main. Et que ce soit Sulitzer, ou Durant ou les deux, je les remercie pour fascinant et captivant roman.

 

Maintenant, je ne suis pas dupe. Il est quasiment sûr à 100% que Paul Loup Sulitzer n'ait jamais écrit une ligne. Un écrivain décédé en 1996, Loup Durant est d'ailleurs présenté comme son nègre.

Ensuite, voici ce qu'ai trouvé sur un site internet :

"En 1987, croyant tenir un scoop susceptible de briser son élan, Bernard Pivot révèle dans son émission “Apostrophes” que Paul-Loup Sulitzer n'écrirait pas ses livres. Un écrivain, Loup Durand est d'ailleurs présenté comme son “nègre”. La réussite de Paul-Loup Sulitzer dérange les milieux littéraires qui ont vu d'un mauvais œil son fulgurant succès. Le fait est que Paul-Loup Sulitzer travaille avec des collaborateurs, une recette qui fait son succès et qui explique le caractère fouillé et documenté de ses romans et dont il expliquera à plusieurs reprises le fonctionnement. Loup Durand (1933-1996), présenté comme son “nègre”, niera d'ailleurs farouchement cette information."(Yannick Boutot)


A chacun son avis...  Mais je fais ici un appel à témoin. Si vous êtes (où avez été) le nègre d'un auteur relativement connu ou d'une célébrité qui prétendrait avoir écrit sa biographie... Si vous acceptez de témoigner sur votre métier via messagerie mail, par un texte relativement court comme l'on fait 5 autres professionnels du livre, n'hésitez pas à me contacter soir par un commentaire en remplissant bien la case "votre adresse mail" pour que je puisse vous répondre", soit par le formulaire "Contact" situé tout en bas, mais alors vraiment tout en bas et en tout petit sur ce blog. Bien entendu, si vous le souhaitez, votre anonymat sera totalement préserver. L'essentiel est que l'on sache comment se passe votre métier, qui prend contact avec qui, que doit on au nègre ou à l'auteur présumé, que ce passe t-il concernant les droits d'auteurs...
Si ce n'est pas vous, cela peut être votre voisin, votre cousine ou votre grand père. N'hésitez pas à faire passer le message.
Merci d'avance

Géraldine

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 9 Janvier 2009

Résumé : Automne 2005.
Marion doit fuir Paris dans l'urgence. Il y va de sa vie. Des hommes de la DST la déposent au Mont-Saint-Michel, où l'accueille une communauté religieuse. Très vite, Marion se sent espionnée...
Mars 1928.
Au Caire, des enfants disparaissent en pleine nuit, on retrouve leurs corps meurtris dans les nécropoles environnantes. Une rumeur se propage : le monstre des Mille et Une Nuits, la terrible Goule, serait de retour. Le détective Matheson n'y croit pas...
Deux intrigues sans rapport apparent, et pourtant liées de manière inextricable. Entre un Nom de la rose moderne et un Seven historique, un thriller envoûtant, avec un dénouement où vous vous trouverez impliqués malgré vous !

                                          

Mon humble avis :  Je ne m'étais pas glissée dans l'antre chattamiste depuis plus de deux ans, aussi, j'avais hâte de pénétrer dans le secret de ce roman, dans le mystère du sang du temps.
Curieusement, dans les premières pages, l'auteur nous donne quelques conseils de musicaux pour accompagner notre lecture. Ca surprend, juste avant que l'intrigue nous prenne au piège. La magie Chattam fonctionne une fois de plus, la lectrice que je suis,convertie au chattamisme,  a bien entendu été captivée par cette histoire.... Où Maxime va-t-il nous emmener ? Mais pas comme d'habitude. Les deux autres fois, je tournais les pages, peu m'importait l'heure qu'affichait mon réveil ou qu'un chapitre ce termine. Cette fois ci, Maxime Chattam nous transporte dans une époque différente à chaque chapitre. Une fois nous sommes au Caire en 1928, et le chapitre suivant nous ramène en 2005 sur le Mont Saint Michel. Pour moi, ce choix de l'auteur a brisé l'harmonie du livre, d'autant qu'il me semble qu'il utilise un style d'écriture différent pour chaque époque. Par moment, on parcourt même quelques trop longs paragraphes qui tombent dans une mièvrerie amoureuse déconcertante (à moins que cela ne serve la psychologie du personnage que l'on découvre à la fin). Quand aux liens qui réunissent les 2 intrigues (point d'orgue captivant de la 4ème de couv'), je les ai trouvés légers, légers. Quoi qu'il en soit, ces allers et retours dans le temps, à mon sens, ralentissent considérablement l'enquête et le rythme de lecture. Même si l'intrigue est excellente, les moments sur le Mont St Michel mystérieux et délicieux, ce livre ne m'a pas procuré la même frénésie de lecture des précédents Chattam que j'ai lus. Conclusion : un bon livre certes, mais aurait  franchement pu mieux faire !

Pascale a lu ce livre quelques jours avant moi. Son avis.
Du même auteur sur ce blog :In Ténébris et Maléfices

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 30 Décembre 2008

Résumé : En plat du jour, le boeuf-carottes peut se consommer très relevé : pimenté, avec une madone des sleepings... peu ragoûtant, sous le scalpel du légiste... indigeste, assaisonné aux pruneaux de gros calibre... saignant, cuisiné par les polices concurrentes... Mais gare aux plats du jour qui se mangent froids, comme la vengeance ! Laissons-nous entraîner dans cette traque... noire ! Orfèvre en matière d'enquêtes, l'auteur n'épargne au lecteur ni les angoisses du métier ni les risques à payer. A ce prix... élevé, les bons sentiments de la police donnent la meilleure des littératures policières.




                                 
Mon humble avis : Traditionnellement depuis 20 ans, Le Prix du Quai des Orfèvres clôture mes lectures de l'année écoulée ou au contraire, entame ma nouvelle année livresque. Comme nous sommes le 30/12, cette année, c'est la clôture. Et c'est certainement aussi le dernier billet 2008 de ce blog !
Mais parlons du livre... Le cru 2009 du Quai des Orfèvres est excellent.  On ne peut pas dire grand chose sans dévoiler le coeur de ce polar. Cela devient assez rare pour en faire la remarque,  le titre de ce roman de trompe pas sur la marchandise. On court, on fuit, on se cache, on essaie de doubler, d'arriver avant, de ne pas arriver trop tard. Un seul petit reproche, l'acharnement du commissaire de l'IGS sur un seul suspect me paraît pas très crédible. Mais bon, je ne suis pas flic après tout ! L'intrigue est très originale, surprenante, forcément "rebondissante" et l'enquête très bien ficelée. Quand au style de l'écriture et bien... on ne le remarque pas trop. C'est certainement parce qu'il est bon, qu'il glisse tout seul et ne se perd pas dans des détails futiles. Mieux qu'un bon cru, "Chasses à l'Homme" est LE millésime 2009 ! Et comme c'est un roman, ça peut se lire sans modération !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 26 Décembre 2008

Résumé : Marc et Marah. Ils s’étaient rencontrés à Vienne, près du tombeau des archiducs. Il l’avait entraînée jusqu’en Afrique où tout avait flambé avec le retour de Toramba, le dictateur déchu. L’Afrique où les destins s’entrecroisaient dans la folie des guerres, ceux des enfants assassins, des trafiquants, de Van Oben, de Kerando le sculpteur d’ébène, de Raynart le casque bleu, des foules entassées dans les camps, tous écrivant l’histoire la plus tragique de cette fin de siècle. Et au-dessus de ce brasier, la silhouette d’une fillette, Sowana, la Reine du monde.





                                            
Mon humble avis : Les librairres classent se livre dans les thrillers.... Soit. Ils en donnent cette quatrième de couv'... Soit encore... Il font de Sowana le personnage centrale du roman... Là, je ne suis plus d'accord
Dieu sait comme j'apprécie et respect Patrick Cauvin, pour cette oeuvre également. Mais attention, ce n'est pas un Cauvin habituel : on est ni dans le pur thriller, ni dans l'histoire fleur bleue. On est en fait dans l'histoire parallèle de 2 hommes. Des histoires de vengeances après la tristesse d'avoir tout perdu, quand vengeance et folie se frôlent. Mais on est surtout dans l'Histoire. L'histoire de ces coups d'états qui forge l'histoire d'un continent (ici l'Afrique), mais ma petite culture me fait dire que cela pourrait être en Amérique du Sud ou au Moyen Orient. Dans cette terrible aventure, Patrick Cauvin a le courage de dénoncer ce que l'on connaît déjà (les enfants soldats et la corruption) mais surtout, ce que l'on ne sait pas, ou ce que l'on préfère ignorer... A savoir, qui tire les ficelles de ces coups d'Etats, dans quels buts, d'où viennent les armes et les dollars. Et qui choisit, presque au hasard, dans un bureau parisien, qui seront les victimes collatérales inévitables, ou simplement, les 2 petites victimes nécessaires pour mettre le feu aux poudre, mine de rien, sans éveiller les soupçons internationaux. Que la faute soit une fois de plus sur ces tribus incapables de cohabiter.C'est un roman parfois difficile à suivre dans la diversité et la fonction des personnages. Il manque parfois un peu de rythme, mais ce livre est terrifiant de réalisme, et il dérange forcément. A moins qu'il ne s'agisse de réalité ?



Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 9 Décembre 2008

Résumé : Un matin, la cantatrice Sophia Siméonidis découvre, dans son jardin, un arbre qu'elle ne connaît pas. Un hêtre. Qui l'a planté là ? Pourquoi ? Pierre, son mari, n'en a que faire. Mais la cantatrice, elle, s'inquiète, en perd le sommeil, finit par demander à ses voisins, trois jeunes types un peu déjantés, de creuser sous l'arbre, pour voir si... Quelques semaines plus tard, Sophia disparaît tandis qu'on découvre un cadavre calciné. Est-ce le sien ? La police enquête. Les voisins aussi. Sophia, ils l'aimaient bien. L'étrange apparition du hêtre n'en devient que plus énigmatique...





                                                     

Mon humble avis :Ouf ! Débarassée ! Enfin terminé.... Tout ça pour ça... Mouais...

Je m'explique : Presque 3 semaines, c'est le temps qu'il m'a fallu pour me dépêtrer de ce livre. 3 semaines pour un polar d'à peine 300 pages ! Face à mon énorme déception, je note là une anomalie et matière à ouvrir une enquête ! Devant l'engouement général (ou en tout cas médiatique) pour l'auteure, j'ai ouvert ce livre pleine d'espoir et d'impatience de découvrir enfin l'univers Vargas. Donc à priori, j'étais pleine de bonnes intentions. Aucun indice ne pouvait présager ce qui allait suivre. Et pourtant, très vite, j'ai trouvé l'histoire très longue ! Je me suis engluée dans ses pages et l'interminable mise en place des personnages, des décors et de l'action. Action, vous avez dit action ??. En fait, l'intrigue ne m'a jamais captivée et de ce fait, je me suis montrée infidèle. Je suis coupable d'adultère envers ma lecture. Certains soirs, je lui ai préférée la rediffusion d'épisodes de série TV. Aie ! Pas bon signe tout ça... Même si les 4 personnages principaux se montrent loufoques, voire fantaisistes, leurs descriptions et réparties se font trop redondantes, fatiguantes, lassantes et pire encore, même pas drôles. Bref, lourdingues les héros... Une fois ça va, deux f...J'ai lu plus rapidement les cinquante dernières pages. Par intérêt pour leur contenu ? Par l'énergie du désespoir pour me sortir de ce livre ? J'espérais une écriture et une intrigue super pêchue de la part de Vargas. En fait, j''accuse ce livre de porter un titre présomptueux. Car loin de réveiller les morts, ce polar risque plus de tuer d'ennui  les vivants !
Pour moi, rencontre ratée avec" Vargas, son univers imptoyaable... " (à chanter sur l'air d'une célèbre série Américaine ! lol ) A moins que des initiés me démontrent que je n'ai pas choisi  le meilleur Vargas, je pense que je ne renouvellerai pas l'expérience.

                                                                

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 5 Novembre 2008

Résumé : Ancien champion de plongée en apnée, Jacques Reverdi est arrêté en Malaisie. Convaincu de meurtres sadiques - il saigne à mort ses victimes, des jeunes femmes -, il risque la pendaison.
A Paris, Marc Dupeyrat, ancien paparazzireconverti dans le fait divers sanglant, se prend de fascination pour lui. Afin d’obtenir ses confidences, il va inventer une femme, dont le criminel tombera amoureux du fond de sa prison, et à laquelle il prêtera les traits de Khadidja, le mannequin en herbe que déjà se disputent publicitaires et photographes.
Commence alors, de Paris à l’Extrême-Orient, une longue odyssée au cœur de la violence et du mal, qui mènera le journaliste bien au-delà de ce qu’il pouvait imaginer ? Et un suspense qui, après Les Rivières poupres et L’Empire des loups, confirme Jean-Christophe Grangé comme un maître du thriller.


                                

Mon humble avis :Rien ne me rend plus heureuse qu'une quatrième de couv' qui ne soit pas menteuse ! En même temps, Grangé n'a pas besoin de cette compagne publicitaire et il s'en passe le plus souvent d'ailleurs. Même si ses thrillers sont de qualité inégale, ils n'oscillent qu'entre la mention "excellent" et "bon". Il n'y a pas de mauvais à mon goût chez Grangé. On achète ces livres en aveugle tout en se préparant à de grands frissons.
 Et cette Ligne Noire est fidèle à la réputation de son auteur, on y passerait des nuits blanches si le devoir ne nous appelait pas à nous lever de bon matin. L'art du suspens, que Grangé maîtrise tel un virtuose, est à chaque page une fois de plus ! Ainsi, Grangé  un des seuls français "page turner" rivalisant avec les auteurs américains. Mon seul bémol dans le style Grangé serait cette espèce de complaisance parfois inutile dans la description des sévices subis par les victimes. Ici, les nouveaux héros de Grangé sèment la terreur à travers la planète, depuis Paris, en passant par la jungle sud asiatique, jusqu'à votre chambre...Leur folie dépasse l'entendement.  D'un seul coup, vous n'avez plus qu'une crainte, mourir étouffé, ouvrir la fenêtre !
Et moi, pendant ma lecture, j'ai failli mourir brûlée vive. Imaginez la scène : coupure d'électricité en Guadeloupe. On allume des bougies pour s'éclairer sur la terrasse. Puis on se dit, mettons une lampe à gaz. La bonbonne est vide il faut la changer. La nouvelle bonbonne fuit un quart de seconde, il y a la bougie... La bonbonne explose, tout part en flamme. Mes bras sont épilés, une mèche de cheveux se ratatine, la flamme monte sur 2 mètres. Mes amis sont sains et sauf aussi. Dieu soit loué, les seules pertes s'avèrent être la nappe et la couverture et les premières pages de La ligne Noire ! Quand je vous le dis, méfiez vous, avec Granger, le danger est partout !



                                           
                                Les restes de "La Ligne Noire" après l'explosion !



    

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008

Résumé : Partie de Montparnasse, une série de meurtres se répand comme une traînée de poudre vers le Pays de Rance. Personne n'est épargné, pas même les vieillards. De Saint-Malo à Saint-Suliac, on tremble au seul nom d'Apollon, l'auteur de ces tueries. N'annonce-t-il pas en effet le Crépuscule des Vieux ? Bientôt Apollon obsède toutes les polices de France. Qui se cache derrière cette appellation non contrôlée ? Une secte ? Un groupe terroriste ? Un désaxé ? La commissaire Marie-Jo Beaussange &endash; ex-professeur des collèges devenue flic &endash; prend les rênes d'une enquête difficile. La Miss doit composer avec une bande de retraités retors, une troupe de comédiens libertaires, une croisière en goguette et le démarrage de la saison touristique dans la cité corsaire. Les intuitions fulgurantes de la commissaire, son look de mannequin et son énergie suffiront-ils à démasquer les assassins dissimulés derrière la divine signature ? Réponse dans ce récit haletant où Patrick Bent met à nu la génération de soixante-huit et son héritage. Un ouvrage déconseillé aux grands cardiaques.



                                                    

Mon humble avis: Ce livre est une première dans ma bibliothèque... Un polar sans enquête ! Certes les crimes se multiplient de façon exponentielle. Mais Mademoiselle la commissaire est bien plus occupée à se remaquiller, à s'empiffrer de fruits de mer et à assouvir sa libido qu'à enquêter. J'entends par là que sur 268 pages, seules une trentaine sont dédiées aux investigations proprement dites. Le reste n'est que remplissage, blabla gnangnan, descriptifs interminables et inutiles, à en faire pâlir Balzac et son père Goriot ! Au début il y eut les meurtres. A la fin, il y eut le coup de filet. Au milieu, il y a la vie par le moindre détail d'un sexagénaire narrateur d'un côté, et celle d'une improbable commissaire de 35 ans sexy en diable de l'autre... Mais le plaisir du lecteur de polar, c'est à dire suivre une enquête pas à pas, est inexistant dans ce roman. Dommage, j'attendais beaucoup de cette aventure malouine (mon coin !). Et, contrairement au résumé du livre, je précise que les grands cardiaques ne risquent pas grand chose à la lecture de ce livre, si ce n'est de mourir d'ennui !

                                                                          

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 1 Octobre 2008

Résumé : Valérie Enencourt, jeune et belle cardiologue originaire de Guadeloupe, est retrouvée égorgée dans son cabinet médical de Grande Terre. Pour éviter tout scandale, la gendarmerie conclut en hâte à un crime de représailles, la vengeance d’une vieille femme, sorcière à ses heures, et crainte de la population. Ludovic Hébert, ancien chirurgien reconverti dans les enquêtes médico-policières, débarque de Paris. Valérie a été son élève. Il connaît sa générosité et son dévouement. Il ne croit pas à cette histoire de sorcellerie. Ses recherches vont le conduire dans l’immense bidonville de Morn’voie, en lisière de Pointe-à-Pitre, où se concentrent tous les trafics de la pègre locale, et où Valérie soignait les indigents. Une superbe métisse, un enfant au cœur malade, un culturiste inquiétant entourent notre justicier. Guets-apens et chasse à l’homme pimentent ce roman à suspense qui se déroule dans le décor tropical d’une île enchanteresse et… vénéneuse.

                                   


Mon humble avis : Le résumé annonce bien les atouts de cet excellent thriller. Mais nombre d'entre eux ne sont pas encore tombés. Pour cela, il faut embarquer pour la Guadeloupe (il y a plus dure dans la vie non ?) et suivre Ludovic, le héros, pas à pas. J'ai acheté ce livre car en lisant la quatrième de couv', le mot "Guadeloupe" m'a sauté aux yeux. J'ai un attachement tout particulier pour cette île sur laquelle j'ai vécu presque 3 ans. Alors tout est bon "pour me transporter" dans une ambiance tropicale et sur "mon" île. Au fil des pages, on visite une Guadeloupe carte postale et une autre "Porte d'enfer". Bien sûr "Morn'voie " est un nom d'emprunt ! Je pense que l'auteur situe en fait son sujet à "Boissard". La construction de l'intrigue et la personnalité du héros Ludovic (chirurgien reconvertir en enquêteur) me font penser à un autre grand auteur de polar... Harlan Coben et son personnage fêtiche... Myron Bolitar ! Oui, il y a autant de talent dans ce livre de Gilbert Schlogel que chez le "monstre" américain. Schlogel, le Coben français ? A vous de juger ! Mais mon avis est le suivant :


                                                        



    

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 21 Août 2008

Résumé : New Hampshire. Hiver 2007. 24 corps sont découverts dans le sable enneigé d'un chantier d'autoroute. 24 cadavres. Tués d'une balle en plein coeur, sans aucune trace de lutte.
Sacrifice de secte ? Suicide assisté ? Gigantesque règlement de comptes ?
Plus incroyable encore : personne ne les réclame. Pas un mari inquiet, pas une mère affolée, pas un collègue de bureau ne prend contact avec la police.
Le même soir, Frank Franklin, 29 ans, jeune professeur de littérature, arrive pour son nouveau poste dans une université qui jouxte le chantier des 24. Très vite, quelque chose l'inquiète sur le campus. Bientôt, il va comprendre qu'il a été entraîné dans un terrifiant jeu de dupes...


                                     

Mon humble avis : Et bien il est partagé !!! Je ne dirais pas que ce roman est mauvais, loin de là. Comme pour tout Thriller qui se respecte, l'histoire nous accroche des les premières pages et ne nous lâche qu'à la dernière.
L'écriture est agréable et l'intrigue assez originale. Mais...
Les personnages ne sortent pas de leur caricature. Pourquoi les flics sont ils toujours décrits comme bourrus, bourrés, barrés, solitaires, désabusés, avec une vie de famille qui part en vrille ? Pourquoi les auteurs français situent -ils presque systématiquement leur histoire aux Etats-Unis ? La même intrigue dans notre bonne vieille France et sa Sorbone aurait été tout aussi frissonnante, voire plus puisque plus concrète et plus proche pour nous lecteurs hexagonaux. Pourquoi cette impression de concours de l'ultime rebondissement qui n'est en fait pas ultime ? Pourquoi cette fin prolongée mais bâclée, qui ne s'explique pas (à moins que tout me soit passé au dessus de la tête, je rappelle ici que je n'écris que mes humbles avis !) Bref, beaucoup de questions qui m'ont laissé une impression mitigée. En conclusion : bon divertissement contournable !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0