LE LISEUR DU 6H27, de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Publié le 15 Avril 2021

Livre, roman, le liseur du 6h27, Jean-Paul Didierlaurent, avis, critique, chronique

Roman - Editions Folio - 193 pages - 7.50 €

Parution Folio 2015, Au Diable Vauvert 2014

L'histoire : Du lundi au vendredi, dans le R.E.R de 6h27 qui le mène à son travail, Guylain lit des textes à voix haute. Il tire ces textes d'une pochette où ils sont glissé entre deux buvards... Ces textes ne font qu'une page ou deux et n'ont aucun lien les uns avec les autres... Sauf, leur provenance... Ces lectures publiques ravissent les passagers et vont amener Guylain à de belles rencontres.

Tentation : La blogo

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Lors de sa sortie, ce roman a vraiment fait un tabac jusqu'à envahir la blogosphère. Ensuite, on m'en a donné un exemplaire qui a attendu quelque temps dans ma PAL... Et je pense que j'aurais peut-être dû l'y laisser.

J'attendais beaucoup plus de cette histoire, que j'ai finalement lu un peu comme un poisson rouge dans un bocal, en tournant en rond, même si, au début, je tournais les pages aussi vite que le R.E.R changeait de stations. A mes yeux, le sujet, génial à la base, n'est pas assez exploité (nous ne rencontrerons en fait que deux auditrices du liseur), l'amour des livres de Guylain est à peine évoqué, on passe en fait assez peu de temps dans ce R.E.R de 6h27. J'ai eu l'impression que l'auteur se refuser à approfondir les sujets abordés et via des phrases où les adjectifs se multiplient et ou sonne une certaine redondance, il m'a semblé que Jean-Paul Didierlaurent voulait étirer l'instant au maximum.

Certes, la fin est sympa (mignonette), certes, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Yvon, ce gardien qui dans sa guérite, ne s'exprime qu'en alexandrins, certes, le roman est distrayant mais me reste une sensation de vacuité et de longueurs... Notamment, lorsque "la chose", cette machine sur laquelle travaille Guylain est décrite, puis lorsque Guylain lit les écrits de Julie, qui ne nous épargnent aucun détail de ce qui se passent dans des toilettes publiques... Cela m'a semblé longuet et pas de très bon goût.

Bref, une idée et des trouvailles, aussi bonnes soient elles et c'est ici le cas, ne suffit pas à faire un bon roman, ou en tout cas un roman qui me plaise et me séduise.

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
A
J'avais beaucoup aimé son côté absurde mais je suis d'accord avec toi il a quelques défauts et on a l'impression que des choses intéressantes sont délaissées.
Répondre
S
Je te rejoins tout à fait !
Je n'ai pas accroché non plus.
Répondre
V
j'en ai tout oublié ! Rigolo mais un peu planplan, me semble-t-il, pas ma tasse de thé, quoi !
Répondre
A
Je me souviens aussi de "l'effet blogo". Bon, je te fais entièrement confiance sur ce coup-là, pas la peine de s'exciter ;-)
Répondre
A
Je me souviens tellement de la déferlante blogo. Forcément je l'avais noté mais sans urgence quand même. J'ai bien fait je crois.:)
Répondre
K
J'avais trouvé ce roman sympathique me semble-t-il...
Répondre
P
J'ai tellement vu la couverture de ce livre que je ne sais plus si je l'ai lu ou pas !
Répondre
E
je ne l'ai toujours pas lu, je voulais laisser retomber l'emballement à l'époque et je l'ai oublié...
Répondre
K
J'en ai plutôt un bon souvenir, distrayant.
Répondre