Résultat pour “Papa ou maman”

Publié le 17 Avril 2009

Résumé : (Nouvelles) Fatigué, déprimé ou un peu morose ?
Pourquoi ne pas ouvrir ce petit recueil de textes ? En quelques pages, vous retrouverez sourire et joie de vivre ! Découvrez le bonheur selon Alain, Gide, Le Clézio, Pirandello ou Voltaire... et chassez vos idées noires !
Mieux qu'une cure de vitamines, lisez 1, 2, 3... bonheur !








                                                


Mon humble avis : Ce livre vous invite comme à une dégustation de pots de confiture Bonne Maman mignatures. Vous êtes autorisés à y tremper un doigt dans chaque  et à le sucer, découvrant toujours  une nouvelle saveur : framboises, mûres, fraises, groseilles, abricots, marrmelade d'oranges.


Sauf qu'ici, c'est de nouvelles dont il s'git,  d'extraits ou d'écrits philosophiques à sujet unique : le bonheur ; sa quête, l'idée que nous nous en faisons et  des moments simples que certains ignorent ou dédaignent mais qui pourtant se nomment bonheur.  Des textes courts qui se suivent naturellement. Parfois, comme s'il y avait un grain ou un pépin de fruit coincé entre vos  dents, la lecture se fait moins facile.  Le grain peut -être un peu de vieux français, le pépin, une réelle leçon de philosophie à laquelle notre palais n'est plus habitué.

Dans ce recueil, nous nous délectons tour à tour d'un conte d'Andersen  ou d'Oscar Wilde, de la poésie de Victor Hugo, de l'esprit voyageur dde Voltaire et de Maupassant, de l'Evangile selon St Matthieu, de la philo d'Alain ou de Mme de Chatelet. Et c'est ainsi que je  fis mes premiers pas dans l'univers de Tolstoï et de Le Clézio. Que du bonheur et beaucoup de petites croix dans les  marges pour retrouver les magnifiques citations sur la  plus universelle des quêtes :  le bonheur !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Août 2010

Bande Dessinée parue en 1987.

 

Texte : Philippe Tome

Dessins : Luc Warnant

Couleurs : Stephane De Becker

 

 

Le sujet de la série : Ne dites pas à la maman de Soda que son fils est flic dans la police de New York, elle croit qu'il mène une petite vie rangée de pasteur... D'ailleurs, ne rentre-t-il pas sagement tous les soirs en tenue dans leur petit appartement  ? S'il n'enterre pas les morts, il lui "arrive d'en fabriquer"!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je dédie ce billet à ma copine AGFE, à qui je promettais depuis une éternité de me mettre à la BD !

 

 

Mon humble avis :  Ma toute première BD, prise, au hasard, à la bibliothèque. Bon, j'avoue, pas tout à fait au hasard tout de même : magnétisée par la couverture, je fus convaincue par la quatrième.

Ici Soda est chargé de retrouver Larcey, une jeune et pulpeuse fugitive, qui saurait pas mal de choses sur un trafic d'organes. Course poursuite, quelques morts et pas mal de dégâts ponctuent cette aventure.

Mes premiers pas furent difficiles. Au début, pas de texte, des images criardes dont le sens ne m'était pas si limpide. Comme quoi, lire en regardant juste des imagines n'est pas si évident que cela !

Et puis, je  me suis habituée, et prise au jeu et à l'intrigue, j'ai dévoré cette BD. Désormais attachée à ce personnage peut conventionnel, je suis prête à le suivre dans d'autres aventures entraînantes.

Le plus : les dialogues percutants et l'humour présent de bulles en bulles. Je me suis presque surprise à rire !

Le moins : Le graphisme que j'ai trouvé agressif pour les yeux, pas très agréable à regarder, voire à déchiffrer.

Total : une lecture bien agréable et distrayante. Première incartade dans le monde de la BD réussie. A suivre donc !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 11 Novembre 2014

Synopsis : Une année de la vie d'une famille de grizzlys en Alaska, et leur interaction avec la faune voisine : loups, saumons, orques... Dans des paysages grandioses, on découvre la vie trépidante de ces animaux emblématiques, pour répondre à la question suivante : Comment le grizzly peut-il être, dans notre inconscient collectif, à la fois un animal féroce et le symbole de l'animal rassurant pour tous les enfants du monde ?

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Billet en presque totale contradiction avec mon billet précédent où j'annonçais cesser les chroniques de film, à quelques exceptions près, par goût de dilettantisme ;) !!!

Mais comme Grizzly est bien plus un documentaire animalier qu'un film, je ne me contredis pas trop. Seule différence avec le docu animalier pur, Grizzly se voit au ciné, sur grand écran, pour nous embarquer totalement dans une odyssée exceptionnelle : celle d'une maman ours et ses deux oursons depuis la fin de l'hibernation, jusqu'au retour en hivernation, donc un an !

Ce documentaire est fabuleux et magnifique ! Déjà, la splendeur des paysages d'Alaska, montagne ou plage, est époustoufflante.

Quand aux images des oursons en pleine croissance, en jeux, en éducation, ou bravant tous les dangers, c'est juste grandiose. Très souvent touchant et mimi comme tout, c'est aussi très drôle, les oursons étant de fameux comédiens à leur insu ! Bien sûr, la musique se fait menaçante quand le danger rôde autour des petits (entre ours dominant et loup affamé). Mais nous sommes tout de même chez Disney nature, donc la violence de la nature, même si elle est parfois présente puisqu'il ne faut pas l'ignorer non plus, n'est jamais fatale ici, et tout est bien qui finit bien. Aussi, les adultes ressortent de la salle avec un bon sourire aux lèvres, et les enfants, avec un regard ébahi ! Aucun traumatisme ni cauchemar en vue !

Le plus drôle dans cela, c'est le mimétisme sidérant de ressemblance entre les positions et les réactions des ours avec les nôtres, zhumains bipèdes ! Vous y repenserez lors que vous verrez les scènes post déjeuner saumon à volonté, quand les ours repus s'appuient contre un arbre pour une sieste digestive au soleil, j'en passe et des meilleurs, notamment la scène où la maman ours traverse une rivière avec ses deux petits sur le dos !

Même si la nature n'est pas toujours tendre, elle ne répond qu'au réflexe de survie et à aucune notion de gain, d'enrichissement à tout prix ! Elle est magnifique, alors protégeons et respectons la, même à notre petit niveau individuel !

Et franchement, quand je vois à quel point le travail des cinéastes animaliers est fantastique, je suis ravie que la science progresse, car grâce aux caméras ultra modernes and co, nous pouvons maintenant nous approcher au plus près des animaux, dans leur milieu naturel, sans qu'aucun sévice ne soit subi par aucun de ces mêmes animaux ! A voir, absolument !

 

PS : Petit conseil d'amie, restez surtout pour le générique de fin, certains secrets de tournage y sont révélés !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 20 Avril 2011

BD - Editions Gallimard - 105 pages  - 17 €

 

 

 

Parution en novembre 2010

 

 

L'histoire :  A Yopougon, comme à Paris, les histoires se dénouent, les vérités éclatent et chacun va devoir faire face à son destin. A commencer par Aya, qui a toujours un compte à régler avec son prof de biologie, le harceleur. Mais toutes les vérités sont-elles bonnes à dire et les histoires toutes réglées ?

 

Où la vie dans un quartier populaire d'Abidjan dans les année 80 autour de la belle Aya.

 

 

Textes : Maguerite Abouet

Dessins : Clément Oubrerie

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Enfin la suite de ce feuilleton à la sauce africaine et pimentée d'humour, de joie et de bonne humeur ! Snif snif, car ce tome semble sonner le glas de cette série, à moins que nous signions tous une pétitition pro Aya

A l'heure où les nouvelles d'Abidjan sont alarmantes dans les médias, quel plaisir de se replonger dans les histoires croisées, petites et grandes des habitants de Yopougon. Même si on frôle parfois le drame, le comique de la situation et les multiples ressources des personnages prennent toujours le dessus.

Les sujets traités sont néanmoins sérieux (l'homosexualité, le harcèlement, l'abus de pouvoir, la manipulation, l'éducation, l'adultère, la difficulté d'obtenir des papiers pour les sans papiers en france.... ) Mais ils sont là pour démontrer la valeur de l'amitié, du courage, du travail, de la confiance, de l'amour, de l'union qui fait la force...

Aucun personnage des tomes précedents n'est oublié ici et chacun a droit aux rebondissements et au coup de théâtre qu'il mérite.

Grégoire a d'abord ce qu'il mérite et... finalement, un sacré surprise l'attend.

L'inénarable Moussa en surprend plus d'un, jusqu'en plus haut lieu

Innocent se serait bien trouvé lui même à Paris

Gervais va-t-il choisir entre sa mère et sa chérie ?

Albert aimerait tant tout avouer et ne pas épouser Isidorine

Aya va-t-elle devoir épouser Albert ?

Se vengera-t-elle de son méchant prof de bio

Adjoua et Bintou ne sont jamais loin et ont leur avis sur tout!!!!

Je ne cite pas tout de monde... Je mets tout mon espoir sur Didier pour que la série se poursuive car c'est de son côté qu'il reste une porte ouverte !!!

Comme d'habitude, ce qui m'a le plus réjouie dans ma lecture, c'est la richesse des dialogues toujours aussi succulents et les expressions, devises et maximes, proverbes de là-bas  ! Quand sagesse et philosophie se mèlent à une bonne dose d'exotisme et d'humour  elles actionnent sacrément les zygomatiques !

Une fois de plus, que du bonheur. Lisez cette série, vous vous garantirez de belles heures ensoleillées !

 

 

"Aya, ce ne sont pas tous les fous qui se baladent nus"

"Certains actes sont dictés par la nécessité".... "Ce n'est pas pour ça qu'il faut utiliser les mauvais moyens"

"Éteins un peu ta colère"... "Je n'aurai pas assez d'eau Simone"

"La richesse ne fait pas le bonheur".... "A t'entendre, tu m'as épousé que pour le bonheur".

"J'espère que je ne vais pas rester longtemps dans mon célibétariat "!

"hé, train là va vite dêh ! Il est pressé pourquoi, même ?"

"Maman, il faut donner des conseils à celui qui est disposé à les entendre".

"Ma fille, avant de prendre un homme, il faut d'abord étudier sa mère"

"Maman, l'eau qui est versée là, on ne peut plus la ramasser, dêh !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 20 Mars 2019

BD, Bande dessinée, Islande, Angoulême
La saga de Grimr

BD - Editions Delcourt - 232 pages - 25.50 €

 

Parution en septembre 2018

L'histoire :  1783. LIslande, accablée par la misère, doit encore subir le joug du Danemark. Et le sort de Grimr, devenu orphelin, est plus cruel encore dans ce pays où l'homme se définit d'abord par son lignage. Doté dune force impressionnante, il se sait capable de rivaliser avec les plus fameux héros de saga même s'il n'est le fils de personne. Il ne lui manque que l'opportunité de prouver sa valeur

Tentation : Pitch

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Une bande dessinée qui vous emmène en terre d'Islande

Mon humble avis : Cet album a reçu le prix du meilleur album au festival d'Angoulême 2018... C'est peu dire...  Et même si La Saga de Grimr n'est pas à proprement parlé un coup de coeur pour moi, je suis assez d'accord avec ce couronnement.

Jérémie Moreau nous offre un voyage autant temporel que géographique. L'Islande en 1783. "Maudite Islande", "Sublime Islande", telles sont les paroles d'un des protagonistes et cette histoire et notamment ses graphismes et dessins le prouvent magistralement. C'est avec grand talent que l'auteur représente l'atmosphère, la majestuosité, la rudesse des paysages de cette île à l'époque très isolée. Des paysages fascinants autant qu'inquiétants, qui rendent la vie difficile... et qui se modifient sans prévenir, tant cette île a le feu au ventre, ce feu évacué lors des irruptions volcaniques. C'est une terre qui tremble, une terre violente, comme certains dessins...  Par contre, le graphisme des personnages m'a moins convaincu.

Nous suivons le destin de Grimr, qui perd ses parents lors d'une éruption volcanique. Il est si jeune alors que pour lui, son père s'appelle juste "Papa". Plus de nom de famille... Il devient donc le fils de personne... ce qui est dramatique en Islande. Sans arbre généalogique et sans terre, vous n'êtes rien. Mais le feu de la terre, Grimr le porte en lui et possède une force herculéenne qui lui donne un rapport très particulier à cette terre. A lui seul, il pourrait représenter cette terre nordique. Un vieil homme un peu arnaqueur sur les bords le prend sous son aile et devient son maître jusqu'à ce que... tout bascule et le triste destin de Grimr le rejoint... Même si celui-ci continue à lutter pour devenir ce qu'il doit devenir et savoir qui il est, et se faire une bonne réputation. Car là-bas, la réputation est tout ce qui compte, puisqu'elle est la seule chose qui vous survit.

Un écrivain poète en peine de d'inspiration croisera aussi la route de Grimr et lui fera don de ses terres... Ainsi, avec des racines terriennes Grimr pourrait devenir le héros de la Saga qu'il rêve d'écrire, l'Islande étant terre de sagas. Ce poète surgit toujours dans cette histoire de façon assez inexpliquée et je l'ai regretté. 

Beaucoup de mystères dans cet album (pas toujours élucidés, dommage je trouve) qui fait appel aux légendes de l'île et, via des dialogues réduits au minimum, va droit à l'essentiel : ce qu'il restera de chacun de nous, de ce que nous avons fait de nous.

Une chouette découverte donc, mais il m'a manqué un petit quelque chose pour que mon enthousiasme se transforme éruption volcanique !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 25 Décembre 2011

 

 

L'année dernière, ma liste au Père Noël était trop spirituelle, trop idéaliste, trop symbolique... Je subodore que Papa Noël n'ait pas bien compris, et je j'ai rien eu de ce que j'avais espéré cette année. Du coup, cette fois-ci, ma commande était purement "matérialiste" et miracle, j'ai tout eu ! Et pourtant, mes souhaits étaient hétéroclytes et on du demandé par mal de temps.... Bon, j'avoue pour faire simple, c'est moi qui achète et qui donne après à ceux qui m'offrent ! C'est un fonctionnement familial qui fait plutôt bien ses preuves...

 

 

 

 

 

Le coffret intégrale de 5 films X.MEn

 

 

 

 

Une nouvelle version de mon jeu adoré, qui promet de belles soirées et des fous rires entre amis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                           Une explication de textes par un dialogue entre Agnès Michaux et Nicola Sirkis, 30 ans de chansons d'Indochine, incontournable pour moi, fan du groupe depuis...

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme cette année fut pour moi celle de la découverte du MP3..... Le MP3 que je me suis achetée au printemps est archi plein et comme il est devenu mon seul outil d'écoute... Il faut compléter... Donc je suis l'évolution et me voici au MP4.... Si je reçois un jour cet article commandé sur Groupon fin septembre.

 

 

Idem, commandé sur Groupon fin octobre.... Groupon, c'est bien on paie tout moins cher.... Mais ils ne fournissent pas la pillule de la patience.

Mais comme mon ordi m'a lâchée l'hiver dernier (en annonçant tout de même, donc pas de perte fâcheuse), là, j'investis pour protéger mes photos....

 

 

 

 

 

                              Là, on est dans une tradition qui dure depuis plus de 25 ans....

 

 

Une carte KDO Fnac, qui se transformera en un concert ou un spectacle, bref, une soirée qui me fera plaisir qu'habituellement, je n'ai pas les moyens de m'offrir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bon, dans tout cela, y'a bien un cadeau ou deux que je me fais à moi même !

 

 

 

 Et the last but not the least.... Un bureau secretaire, appelé Jonas chez son fabricant... Qui devrait m'aider à être ordonnée et m'offrir un réel espace de travail chez moi autre que mon canapé....

Bref, je vous présente en avant première Jonas, qui va voir naître mes nombreux best sellers à venir !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, un petit caisson assorti, pour les paperasses. Vous savez, avec des dossiers suspendus qui s'appellent EDF, Loyer, Voiture, Imp.. J'arrête, c'est Noël, donc on évite les sujets qui fâchent.

 

 

 

 

 

 

 

J'espère en tout cas que vous avez était aussi gâté que l'époque actuelle le permet et que vous avez été entourés, que vous avez passer de bons moments en famille ou entre amis.  Pour moi, c'était l'année en famille, avec plein d'enfants, cela prend forcément une autre saveur ! Et si personne ne vous a encore souhaité un Joyeux Noël, et bien je vous le souhaite de tout coeur !

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 22 Janvier 2013

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/35/15/45/20258956.jpgSynopsis : Dans les eaux tropicales de la Grande Barrière de corail, un poisson-clown du nom de Marin mène une existence paisible avec son fils unique, Nemo. Redoutant l'océan et ses risques imprévisibles, il fait de son mieux pour protéger son fils. Comme tous les petits poissons de son âge, celui-ci rêve pourtant d'explorer les mystérieux récifs.
Lorsque Nemo disparaît, Marin devient malgré lui le héros d'une quête unique et palpitante. Le pauvre papa ignore que son rejeton à écailles a été emmené jusque dans l'aquarium d'un dentiste. Marin ne s'engagera pas seul dans l'aventure : la jolie Dory, un poisson-chirurgien bleu à la mémoire défaillante et au grand coeur, va se révéler d'une aide précieuse. Les deux poissons vont affronter d'innombrables dangers, mais l'optimisme de Dory va pousser Marin à surmonter toutes ses peurs.
 
 
Film d'animation, version 3D
 
 
 
 
 
 
-toile4.jpg
 
 Mon humble avis : Et non, je n'avais jamais vu Némo, c'était donc une première, et en plus, petit bonus, en version 3D. Bon comme d'habitude, la 3D est bien efficace en début de film. Puis sont effet tend à diminuer, voire à disparaître. Il n'empêche... Que le beauté des mondes sous marin est aussi saisissante ici que lorsque vous y plongez avec votre masque et une bouteille sur le dos. Vraiment, les paysages sous marins sont extrêmement bien rapportés, tout comme la calme agitation qu'amène la multitude de poissons différents en forme, en couleur Du beau monde représentés ici : le poisson chirurgien (Doris), les poissons papillons, une danseuse espagnoles, des hippocampes, des tortues, des raies, bien sûr, des requins effrayants mais pas si méchants que cela... Et puis surtout, ce fameux poisson clown incarnés par Némo et son père. Celui ci, sous l'eau, je n'ai encore jamais eu la chance de le voir ! Certes, on n'en trouve pas en Atlantique, mais en Océan Indien oui. Or aux Seychelles et la à la Réunion : nada !
Bon revenons en au film en lui même. Le scénario tient plus que la route, l'histoire est palpitante et je l'ai même trouvée parfois carrément stressante ! Je me suis demandé quel est le ressenti des enfants .... Mais comme me rassurait la copine qui m'accompagnait,  lorsque je lui disais : "mais c'est tragique !", elle me répondait : "t'inquiète pas trop, on est chez Disney". Bien sûr, l'objectif n'est pas de traumatiser tout le monde ! Ce film palpitant se veut résolument pédagogique, et on peut le dire : objectif atteint, et qui plus est sans lourdeurs. Mais que ce soit pour les rapports parents.enfants, éducation, confiance, obéissance, le message est judicieusement passé Quant à celui du respect des mondes sous marin qui sont fait pour vivre dans l'océan et non dans des aquariums, le message est clair !
Cerise sur le gateau, outre d'être trognon, ce film est aussi très drôle, avec des dialogues et répliques savoureuses, soignées jusqu'au bout des arrêtes !  A voir et à revoir... Il est si doux de s'émerveiller, et à tout âge !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 4 Mars 2016

Afficher l'image d'origineRoman - Editions J'ai Lu - 154 pages - 6 €

 

Parution en avril 2014

 

L'histoire : Un inventeur dépressif, avec un trou d'obus à la place du coeur, tombe amoureux d'une fille qui disparait quand on l'embrasse. Le plus petit baiser jamais recensé et hop, volatilisée ! Il va mener l'enquête pour la retrouver ! Mais pas seul ! Un vieux détective à la retraite et son perroquet enregistreur vont l'aider dans cette quête, qui lui réserve bien des surprises !

 

Tentation : Envie d'un roman bonbon !

Fournisseur : Ma PAL Silvana  (merci )!

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Quand j'étais petite et ado, deux semaines par an à Noël, je fréquentais assidument "les trouvailles", une boutique souvenirs, cadeaux, presse, librairie, cartes postales et autre, dans le village du Grand Bornant en Haute Savoie. Même si je n'achetais pas forcément, rien ne m'échappait et tout me fascinait dans cette boutique au point que celle-ci reste marquée au fer dans la liste des souvenirs familiaux.

Et bien "Le plus petit baiser jamais recensé" a eu le même effet. Ou ouvrant ses pages, j'ai plongé dans une malle aux trésors sans fond où l'on se régale des mille et une trouvailles de l'auteur Mathias Malzieu. Ayant déjà lu "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi", je m'y attendais, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai pioché ce roman dans le puit sans fond de ma PAL. Il n'empêche, chaque page a provoqué en moi un émerveillement presque enfantin, tant l'inventivité et l'imagination de Mathias Malzieu sont fabuleuses, poétiques et oniriques à souhait !

Au fil des pages, on découvre des sparadramour, un appartelier, un vieux aux cheveux de nuage et de barbe à papa, la place de la Pastille, un asthme en ré mineur, de la neige tiède, de la télépathisserie, la recette du chocolat au nectar de baiser, un attelage de 5 écureuils de combat, des floconfettis, un escalier carillonnant, un attentat au pop-corn, j'en passe et des tous mignons tout plein.

Avec tous ces ingrédients, Mathias Malzieu nous raconte une belle histoire d'amour, une enquête d'amour par des en quête d'amour. Est-ce que deux électrocutés de l'amour vont accepter de baisser leur garde, leur pont-levis, leur armure contre l'amour blessure, d'oublier ou d'affronter leurs peurs et traumatismes précédents qui les ont conduit à renoncer à l'amour ?

Vous le saurez en lisant ce magnifique conte, qui se déguste comme une sucette, vous savez, ces sucettes qui réservent une surprise à l'intérieur ! Car oui, cette prodigieuse histoire s'adresse à l'enfant qui sommeille encore en chacun de nous, à l'adulte qui regrette l'enfance parce que les genoux écorchés sont plus faciles à soigner que les trous au coeur...

 

 

Quand je danse, c'est comme si je m'étais ton rire au micro-ondes. Il est prêt en quelques secondes. Je suis plus raide qu'un très vieux Pinocchio et tu es plus souple qu'une princesse en pâte à crêpe.

Sparadramour de Mathias Malzieu

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 18 Mars 2009

Comme je disais dans le billet précédent, sachant que je n'avais qu'une demie journée sur le salon, je m'étais préparée minutieusement en fonction de mes goûts, de ma curiosité et de certains objectifs. J'avais donc la liste, les heures et les lieux (ex, allée M46/K53), des auteurs présents en dédicace. Donc la première étape avant les dédicaces, fut l'achat des livres. Pour cela, j'avais établis une liste non exhaustive, par auteur des oeuvres parues en poche, pocket, folio,  point.... Il fallait aussi que la 4ème de couv' me plaise. Tout ça s'est préparé la veille, depuis internet, sur mon canapé.
Résultat des courses  :
12 ! C'est le nombre de livres que j'ai acheté au Salon du Livre, qui s'ajoutent donc à ma PAL et qui ressemble donc de plus en plus à cette petite émoticone !
Certains livres me permettront de découvrir totalement l'univers d'un auteur. Pour d'autres, ce sera un retour plaisant dans une oeuvre ou un approfondissement de celle ci et donc de l'univers de l'auteur. Voici donc les douze coupables de l'effondrement de ma PAL !!!

Les mains libres de Jeanne Benameur, dont j'ai lu et chroniqué "
Les demeurées"


Le Papillon des étoiles de Bernard Werber, dont j'ai lu et chroniqué "Les fourmis". J'ai envie d'approfondir et de ne pas rester sur un avis très mitigé de ma première lecture.




Ainsi soit elle de Benoîte Groult, dont on trouve la chronique de "La touche étoile"
ici


Dans les bois, d'Harlan Coben. J'ai lu 7 ou 8 de ses thrillers. "Ne le dis à personne" est chroniqué ici et l'auteur présenté la









Il n'a jamais tué personne, mon papa et Satané Dieu,
de Jean Louis Fournier.... dont je n'ai jamais rien lu.








Yasmina Khadra, "L'attentat" et "L'écrivain". Ce sera une
véritable découverte pour moi !







"Chronique du règne de Nicolas 1er", de Patrick Rambaud.
Un pur achat compulsif, juste par curiosité !


"A l'abri de rien" d'Olivier Adam. Beaucoup de bruit autour de cet auteur qui m'est inconnu, donc une très forte envie de le découvrir. En plus, il est Malouin, on habite le même département. 2ème raison donc, aider l'économie de ma région !


Bien sûr, ce n'est pas pour la littérature que j'ai acheté ce livre. Mais je pense que je partage nombre de choses avec Danièle Evenou, notamment hélas la Spasmophilie, et que son témoignage peut m'être utile... au moins à me sentir moins seule...


Et enfin, "Vous plaisantez monsieur Tanner" de Jean Paul Dubois. Très présent dans les émissions littéraires depuis la rentrée, l'auteur a bien entendu aiguisé ma curiosité... Sans compter les billets élogieux que j'ai trouvé sur certains blogs.


Voilà, 12 livres, dont 10 en format poche, raisonnable non ????
Si vous avez lu l'un d'entre eux, n'hésitez pas à me conforter dans mon choix par vos commentaires et ainsi, peut-être modifier la position de l'un ou de l'autre dans ma PAL !!!

Demain, nous verrons une galerie de portraits et le résultat de quelques rencontres. Et vendredi, je partagerais avec vous les dédicaces de chacun de ses livres !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 22 Avril 2009

Je sais, la folle époque de remise des prix littéraires est terminée depuis longtemps, en tout cas pour cette année. C'est donc justement le moment d'en parler calmement, afin de connaître leur histoire, leur but, leurs anecdotes, leurs lauréats. Il y a quelques temps, en décembre, j'avais écrit un billet sur le prix Goncourt. C'est aujourd'hui au prix Femina que je m'intéresse :


                                      

C'est sous la houlette de la Comtesse Anna de Noailles, que 22 collaboratrice du magazine "La vie heureuse", distribué par Hachette  que le prix  La vie heureuse fut crée en 1904. Comme le journal changea de nom, le prix suivit et devint prix fémina dans les années 20. Son jury, maintenant de 12 membres, est exclusivement féminin depuis ses débuts, même s'il récompense aussi bien des hommes que des femmes. A l'origine, c'était dans l'objectif de contrebalancer la misogynie du prix Goncourt qui ne récompensait que des auteurs masculins à l'époque, et de resserrer les liens entre les femmes de lettres.

Les deux Guerres Mondiales interrompent la remise de ce prix. Et depuis 1985, celui ci se décline aussi sous d'autres formes. Il existe en effet un prix Femina Etranger et un prix Femina Essai depuis 1999.

Le prix est chaque année remis le premier mercredi de Novembre à l'hôtel Crillon, quelque jours avant le prix Goncourt. Il célèbre la meilleure oeuvre française, qu'elle soit écrite en prose ou en vers. Même s'il n'est pas doté financièrement, il peut faire grimper les ventes d'une oeuvre récompensée jusqu'à 250 000 exemplaires !

Les douze membres actuelles sont : .
Paule Constant, Camille Laurens, Diane de Margerie Solange Fasquelle; Viviane Forrester; Claire Gallois; Benoîte Groult; Paula Jacques; Christine Jordis; Mona Ozouf; Danièle Sallenave; Chantal Thomas

Une petite anecdote : Madeleine Chaptal a été exclue du jury après qu'une de ses parutions dévoile "la cuisine" du jury. En signe de désaccord avec cette exclusion, Régines Desforges démissionna quelques temps plus tard.

Antoine de Saint-Exupéry, Françoise Mallet-Joris, Marguerite Yourcenar, Régis Debray, Alexandre Jardin ou encore Jean Paul Dubois ont reçu ce prix.

En 2008, ce fut Jean Louis Fournier qui remporta le prix Femina pour son dernier livre "Où on va Papa", livre dont on trouve de nombreuse chronique sur la blogosphère littéraire.

Par exemple chez
Karine, chez Sylire ou encore chez Ys, qui avait craqué pour ce roman bien avant les délibérations du prix, puisque son billet date du 30 août 2008 !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0