Résultat pour “Papa ou maman”

Publié le 20 Juillet 2013

 Iphone-015.JPG Roman - Editions Flammarion - 285 pages - 4.90  €

 

 

 

Parution d'origine en 2002, réédition en avril 2013

 

 

L'histoire : Icare, c'est pour l'état civil. Tout le monde l'appelle Courgette, sa mère en premier. Il a 9 ans et depuis longtemps, il veut tuer le ciel pour qu'il ne pleuve plus des malheurs. Dans le tiroir de sa mère, il trouve un révolver. Vite, dehors ! Il pointe l'arme vers le ciel, mais c'est l'accident. Sa mère est arrivée et s'écroule devant lui. Sans le vouloir ni le savoir, Courgette a tué sa maman. Alors, il va aller grandir aux Fontaines, un foyer. Il y fera connaissance d'autres pensionnaires, des éducateurs.... Pour le meilleur ou pour le pire ?

 

 

 

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

 

 Mon humble avis : Au début, j'ai été toute colère. Parce que. Dans cette édition, y'a un monsieur avant qui présente le livre et qui dit plein de blabla. Et ben dans le blabla, y raconte en partie la fin du livre. C'est trop nul, je voulais pas la savoir avant moi, je voulais la découvrir ou la deviner toute seule ! Je dis ça pour vous prévenir. Le début lisez le à la fin, parce qu'il est quand même vachement intéressant.

Ca n'empêche, j'ai adoré et dévoré cette histoire. J'aimerais vraiment être amie avec La Courgette. Au début, il est mallheureux, mais on sait qu'il est intelligent et rêveur. C'est normal, c'est pas trop génial chez lui. Moi aussi j'aime bien rêver. Et Courgette, il est trop chouette pour faire briller ce qui est sombre. Il a toujours la patate, il est courageux et c'est un vrai ami avec les autres, même si des fois y fait quand même des bêtises d'enfants.

Le monsieur qui a écrit ce livre et ben il est doué. Parce qu'il écrit comme un enfant de 9 ans et on devine même pas que c'est un vieux de plus de 40 ans. Bon des fois, ça m'a énervé qu'il écrive toujours : la tante à Camille, le dossier à Courgette. Parce que c'est pas français du tout, même si y'a plein de gens qui le disent !

Avec son livre, l'écrivain se moque pas du monde. Comme diraient les grands, "il maîtrise son sujet". D'ailleurs, c'est expliqué au début. Il a fait vachement de recherches, il est retourné à l'école en primaire, trop drôle, je sais même pas si y'avait une table à sa taille ! Il a rencontré des juges pour enfants, des zéducateurs, des directrices de foyer. C'est comme ça qu'il a pu construire plein de personnages avec des défauts et des qualités et toujours très zémouvant. C'est tous des enfants qui ont des problèmes avec leurs parents, ou alors c'est les parents qui ont des problèmes et des fois, ils sont carrément mort. Et quand on est mort, c'est pour toujours. Et ça, ça m'a émue car au début, Courgette, il a du mal à le comprendre. Et puis j'ai bien aimé vivre avec ces zenfants et tous les gens qui les entourent. J'ai eu plein de sensations dans mon coeur et j'ai ressenti du gros amour. Je donnerais bien mon paquet de bonbecks pour que Rosy me prenne dans ces bras et me cagole. Rosy, c'est l'éduc. Elle a pas d'enfant, mais avec tous ceux du foyer, elle est maman puissance 15 !

En tout cas, le livre y montre bien que ces foyers, quand on y est pas, on pense que c'est l'enfer. Et ben en fait, ça dépend. Y'a des mômes qui y sont très contents et qui redécouvrent la vie en vrai, et d'autres qui voudraient que partir de là. C'est pas tout noir et c'est pas tout blanc. Alors du coup, c'est intéressant vous trouvez pas ?

Ce qui est cool, c'est que même si le sujet est triste, et ben le livre il l'est pas du tout en fait. Ca c'est grâce à Courgette, il a la positive attitude ! N'empêche que j'ai quand même était bien chamboulée par son histoire à Courgette, et puis par celle des autres aussi. Et je me suis dit, heureusement que le romancier n'a pas écrit l'autobiographie d'un oignon, parce que dans la gorge j'aurais toujours eu un ballon. Et puis j'aurais pleurer comme une madeleine ! Mais avec Courgette, la vie rime avec le mot fête !

 

Voilà, c'est mon avis à moi, Géraldine, de quand j'étais en CM1. Alors du coup, pour une fois, et ben les fautes d'ortho, elles sont pardonnées. Peut-être même qu'elles sont fait exprès, mais ça, vous pouvez pas le savoir ! Na !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Septembre 2020

Fabcaro, BD, Pause, avis, Chronique, blog, humour, inspiration

BD - Editions La cafetière - 64 pages - 13 €

Parution en avril 2017

L'histoire : Comment refaire aussi bien que Zaï Zaï Zaï Zaï sans refaire pareil ! Le poids du succès pèse sur Fabcaro qui souffre du perte d'inspiration. Mais que les lecteurs se rassurent : Les auteurs de BD ont de bonnes assurances qui peuvent fournir une inspiration intérimaire ! Evidemment, on part dans un délire à la Fabcaro !

 

 

 

Tentation : Le nom de l'auteur

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Pause est un album composé de multiples saynètes, pas forcément reliées, mais qui tourne autour du sujet de l'inspiration créatrice et de son manque. Le tout forme bien sûr un excellent divertissement hilarant. L'humour et surtout l'autodérision de Fabcaro sont bien mis en scène, même s'ils ne sont plus à prouver et déjà connus. Fabcaro est sorti lessivé du succès de Zaï Zaï Zaï Zaï et une grande attente pèse sur ses épaules... Son précédent succès fut tel que les éditeurs seraient prêts à publier n'importe quoi pourvu que ce soit signé "Fabcaro" ! Mais il est flagada et en mal d'inspiration... Il veut se mettre en pause... Mais on suppose que Fabcaro ne s'arrête jamais puisque de cette soi-disant Pause est né cet album pèle mêle, pour le grand plaisir des lecteurs avides de sport zygomatique !

Fabcaro se dessine donc dans cette période de flottement... Dans sa vie quotidienne d'hypocondriaque, d'auteur, de signataire de dédicace en salons, de fils (ah, les coups de fils de la Maman, excellent), de père de famille, son angoisse du bandeau "Par l'auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï" qui le poursuit partout. Bref, les franches rigolades se multiplient, même si quelques unes font moins mouche.

C'est une oeuvre "d'entre deux" qui ne révolutionne ni le monde, ni la bibliographie de Fabcaro, mais qui est parfaite comme lecture d'entre deux livres plus conséquents. On ne se prend pas la tête, on s'arrête, on se détend dans ces planches burlesques sur les absurdités de la vie vu par l'auteur, puis on repart vers d'autres horizons ! On a fait une pause ! Ca fait toujours du bien !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 28 Février 2011

 

BD - Editions Dupuis - 46 pages

 

 

L'histoire : Surtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Textes : Philippe Tome

Dessins : Bruno Gazzotti

Couleurs : Stéphane De Becker 

 

 

Mon humble avis : Un tome pour rien, où l'on apprend rien de plus sur le mystère Soda et sa main gantée. Habituellement, je lis les Soda d'une traite. Vous me direz, que ce ne sont que des BD de 47 pages, nous sommes donc loin de l'exploit Himalayen. Oui, et bien cette fois ci, je l'ai ouvert et fermé à quatre reprises. Autant dire que je n'ai jamais été embarquée par cet opus. Ce Soda manque cruellement de pétillant et même de bulles. In en résulte un ensemble brouillon que l'on peine à suivre, des dessins pas toujours très clairs et surtout, rien de drôle dans cet épisode alors que les précédents avaient franchement provoqué mon hilarité... Même si une partie du dénouement relève un peu le niveau, il ne vous fait pas oublier votre ennui éprouvé au fil de ces pages. Peut-être qu'un break s'impose dans ma lecture de cette série. Si vous en êtes au tome 3, n'hésitez pas à faire l'impasse sur ce 4ème !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Septembre 2010

BD - Editions Dupuis - 46 pages - 10.40 €

 

 

 

Résumé : Surtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

 

 

Textes : Philippe Tome

Dessins ; Luc Warnant

Couleurs : Stéphane De Becker

 

 

 

 

 

Mon humble avis : 2ème épisode, tout aussi hilarant que le premier, voire plus, car maintenant, j'ai mes marques. Je me suis encore une fois surprise à rire réellement et non à "juste sourire", même  si le graphisme ne me séduit toujours pas.

Ici, le temps d'un trajet en voiture avec son collègue policier, Soda raconte pourquoi il est entré dans la police, pourquoi il fait le même cauchemard toutes les nuits. Tome donc surtout en flash back, où Soda devient écrivain à ses dépends, pendant qu'un dangereux criminel est recherché.

On en apprend donc beaucoup sur le passé de notre flic/pasteur préféré qui à l'époque possédait encore tous ses doigts.... Et oui, car habituellement, Soda porte un gant à la main gauche.... L'explication à ceci viendra certainement dans les tomes suivants.

Les dessins sont réalistes et nous mènent dans des endroits de New York où il ne vaut mieux pas traîner... L'ambience est sombre. Heureusement, les dialogues sont à nouveau très percutants, drôles à souhait pour certains. Impossible d'en écrire un exemple... Sans les images, l'effet n'est pas le même. Alors, si vous voulez vous en rendre compte, découvrez les aventures de Soda... 14 tomes me semble-t-il.... je n'ai pas fini, mais je compte bien n'en faire qu'une bouchée !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 20 Avril 2018

Film d'Eloïse Lang

Avec Miou-Miou, Camille Cottin et Camille Chamoux

 

Synopsis :  Rose et Alice sont deux sœurs très différentes. Rose est libre et rock n’roll. Alice est rangée et responsable. Elles ne sont d’accord sur rien, à part sur l’urgence de remonter le moral de Françoise, leur mère, fraîchement larguée par leur père pour une femme beaucoup plus jeune. La mission qu’elles se sont donnée est simple « sauver maman » et le cadre des opérations bien défini : un club de vacances sur l’Ile de la Réunion…

 

 

Mon humble avis : Quel film sympathique ! Une comédie douce-amère qui fait du bien, où tout est savamment dosé pour ne rien étouffer. De la délicatesse au milieu des plaisanteries, des émotions et des sentiments que l'on sent et ressent très fort. Et trois portraits de femmes, bien différentes malgré leurs liens familiaux, parfaitement brossés, approfondis et qui disent tant sur les femmes d'aujourd'hui... 

Le casting est excellent. Miou Miou est très touchante en mère sexagénaire, perdue d'abord, puis retrouvant peu à peu le chemin des plaisirs de la vie.

Camille Cottin déborde d'énergie juste, m'est avis qu'elle est sortie épuisée du tournage !

L'évolution de ces trois femmes au fil du film m'a touchée. En fait, elles sont toutes les trois larguées quelque part. L'une par son mari, les autres par rapport à la vie qu'elles mènent la tête dans le guidon sans trop réfléchir à leur besoin et leurs envies profondes. L'une est trop, l'autre pas assez. L'évolution de Miou Miou, je l'ai évoqué plus haut. Rose, tellement hyper active et centrée sur son projet qu'elle voit ne voit l'essentiel de ce qui lui manque qu'à la fin du film. Quant à la refoulée Alice, ancrée dans son rôle de mère de famille parfaite... Et bien elle va se défouler !

Evidemment, les dialogues sont épicés et aussi bien arrangés qu'un rhum arrangé.

Et puis, il y a le soleil, la mer, les palmiers, la verdure tropicale de la Réunion... Un petit coup de soleil dans une salle obscure, ça fait toujours du bien ! Ca donne l'impression d'être un peu parti en vacances. Alors, largués ou pas, n'hésitez pas à larguer les amarres  direction le cinéma !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Novembre 2014

Depuis quelque temps, ce n'est une nouvelle pour personne, les animaux ont pris une grande place dans ma vie... Une énorme même, puisqu'ils me font reléguer ce blog au second plan....

Et puis, avec mon i.phone sur moi, cela me permet d'immortaliser facilement ces rencontres, qu'elles se déroulent dans la rue, dans un coin de campagne, dans mon jardin (enfin, celui de ma môman ;), chez des amis, ou encore, chez les uns ou les autres ! Certains mêmes de ces poilus ont séjourné chez moi, mais j'y reviendrai en détail (normalement), plus tard !

 

 

A droite à gauche !

A droite à gauche !

Des chatons, trouvés dans la rue avec leur maman, abrités par une famille d'accueil puis adoptés !

Des chatons, trouvés dans la rue avec leur maman, abrités par une famille d'accueil puis adoptés !

Des chats abandonnés, recueillis puis adoptés !

Des chats abandonnés, recueillis puis adoptés !

Jacotte, ma "nièce", le chien de ma soeur !

Jacotte, ma "nièce", le chien de ma soeur !

Cawuet, le chat d'une amie, qui est venu en vacances 2 semaines chez moi pendant que sa maitresse se dorait la pilulle en Corse !

Cawuet, le chat d'une amie, qui est venu en vacances 2 semaines chez moi pendant que sa maitresse se dorait la pilulle en Corse !

Des chiens de races sur un salon "animal" puis deux autres croisés dans une rue de Lille !

Des chiens de races sur un salon "animal" puis deux autres croisés dans une rue de Lille !

A gauche, Muffin et Shadock, sauvés de la rue. A droite, Lilou et un illustre inconnu tout mimi !

A gauche, Muffin et Shadock, sauvés de la rue. A droite, Lilou et un illustre inconnu tout mimi !

Encore Jacotte, ma "nièce" !

Encore Jacotte, ma "nièce" !

Le petit blanc, c'est Biwan, récupérés dans la rue et adopté. Celle qui dort la tête en bas, c'est Jodila, qui a passé un mois et 1/2 chez moi en accueil. Les autres, ce sont Ozil et son frère Pirlo, chez moi !

Le petit blanc, c'est Biwan, récupérés dans la rue et adopté. Celle qui dort la tête en bas, c'est Jodila, qui a passé un mois et 1/2 chez moi en accueil. Les autres, ce sont Ozil et son frère Pirlo, chez moi !

Des 4 pattes, à droite à gauche !

Des 4 pattes, à droite à gauche !

En haut, Nukuu et Jodila, chatons recueillis. Nukuu fut recueillie à l'âge de 3 jours, donc biberonnée. En bas, Ozil et un illustre inconnu !

En haut, Nukuu et Jodila, chatons recueillis. Nukuu fut recueillie à l'âge de 3 jours, donc biberonnée. En bas, Ozil et un illustre inconnu !

En haut, un chaton Ragdoll sur un salon. En bas, Lilou, minette d'une amie !

En haut, un chaton Ragdoll sur un salon. En bas, Lilou, minette d'une amie !

Et pour finir, comme nous sommes sensés être sur un blog avant tout littéraire... Jodila, qui est restée un mois et demi chez moi !

Et pour finir, comme nous sommes sensés être sur un blog avant tout littéraire... Jodila, qui est restée un mois et demi chez moi !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0

Publié le 10 Juillet 2015

Gunman : Affiche

Film de Pierre Morel

Avec Sean Penn, Jasmine Trinca, Jarvier Barden

 

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

Ex-agent des forces spéciales, Jim Terrier est devenu tueur à gages. Jusqu’au jour où il décide de tourner la page et de se racheter une conscience en travaillant pour une association humanitaire en Afrique. Mais lorsque son ancien employeur tente de le faire tuer, Jim n’a d’autre choix que de reprendre les armes. Embarqué dans une course contre la montre qui le mène aux quatre coins de l’Europe, il sait qu’il n’a qu’un moyen de s’en sortir indemne : anéantir l’une des organisations les plus puissantes au monde… 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Film efficace XXL ! Pas une seconde d'ennui. Un mélange de film d'action plutôt musclé (sans forcément multiplier les explosions spectaculaires ) et de thriller.Sean Penn fait sacrément bien le boulot, c'est bien lui et ses beaux yeux bleus qui portent le film, même si l'atout charme de Jasmine Trinca est indéniable.

Pour ces points là, aucun reproche à faire, on a ce que l'on attend.

Maintenant, le scénario fluctue entre nébulosité (j'ai eu du mal à repérer qui était les personnages dont on parle mais que l'on apperçoit que quelques minutes en début de film" et profondeur pas assez creusée pour être vraiment creusée ! Bref, l'engagement géopolitique du film disparait un peu sous l'aspect combats à corps à corps, gros muscles, sales et belles gueules tout aussi immortelles malgré la quantité de coups reçus.

Ce film veut dénoncer les abus, les trafics et les choses inavouables des multinationales qui font tout pour s'assurer l'exploitation (et ses bénéfices trafiqués eux aussi) des gisements de minerais précieux dans les pays du tiers monde, notamment en guerre, ou guerre civile. Car Gunman revient aussi sur les situations vécus par le personnel des missions humanitaires dans cet environnement. Mais c'est fait à la sauce américaine, ou hollywoodienne si vous préférez. Forcément, la toubib est mignonne. Forcément, celui qui fore les puits est un ancien mercennaire qui dégomme 4 personnes en quelques minutes. Et forcément, les visions des bidonvilles sont très "scènes bien organisées, presque idylliques". Avec le petit garçon qui joue avec son cerceau, la petite fille qui joue avec une poupée pouilleuse, la maman qui surveille le tout en lavant le linge, une chèvre et 3 poules pour occuper la scène.

Bref, un film très distrayant dans la forme, mais qui passe un peu à côté du fond voulu.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 29 Mars 2013

http://fr.web.img2.acsta.net/medias/nmedia/18/95/31/04/20425220.jpg Synopsis :  Quelque part dans les Ardennes, aujourd’hui…
C’est parce qu’ils adorent leur maman qui est en train de disparaitre, que les membres de cette famille décomposée décident de lui offrir le plus incroyable des cadeaux d'adieu: Dave, le chanteur, son idole, en personne !
Mais ce projet délirant est peut-être un peu trop ambitieux pour ces frères et soeurs qui croulent sous les non-dits et le silence depuis si longtemps.
Leur amour pour leur mère et la force des liens familiaux retrouvée va leur donner le courage et la folie nécessaire pour atteindre leur but. Au grand désespoir de Dave, leur victime d’un soir…
 
 
Avec Sylvie Testud, Dave, Patrick Timsit
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
-toile3.jpg   
Mon humble avis : Carte Pass, fait moi voir ce que je ne verrais pas si je ne t'avais pas.... Merci ! Et pas de regret, j'ai passé un bon moment. Une chanson pour ma mère m'a surprise en bien, je m'attendais à plus... à moins.... bref, je m'attendais à bof. Bon, je ne dis pas que c'est le film du siècle, mais c'est pavé de bonnes intentions, comme l'enfer, sauf nous sommes loin d'y être ! Ce film fait de ses faiblesses (idée de départ loufoque, petit souffle au coeur, et un appel aux bons sentiments) presque des atouts en lui donnant un aspect un peu désuet et... artisanal... Le tout appuyé par des décors antédiluviens (une superbe ferme "fortifiée) mais avec des tapisseries et des meubles des années 70, un chanteur jamais vraiment parti mais dont on a l'impression qu'il est en constant "revival". Une famille très éparpillée dans les genres, entre le boulet et le moine qui a fait voeux de silence... Tellement éparpillée la famille que les différences l'ont plutôt fait exploser mais que la mort prochaine de la mère rafistole, même si l'implosion n'est jamais loin.... tout comme le film qui pourrait partir en vrille mais qui évite le KO de justesse. Il y a de sacrées réparties dans les dialogues qui nous font rire de bon coeur autant que nombre de situations comico/tragiques. Pour moi, voir Sylvie Testud à l'écran est toujours un bonheur, que ce soit en rendez vous en Terre inconnue ou ici, en mère de famille de classe populaire qui a le coeur sur la main.
Et bien sûr, mention particulière à Dave qui joue parfaitement de l'autodérision avec bonhomie, sans en abuser et c'est pour cela que ce film est à voir et vous promet un moment agréable, assez inédit au cinéma : un homme qui joue son propre rôle en se moquant gentiment de lui même... Et vous en conviendrez en sortant de la salle,  ce film dénonce avant tout les préjugés, que ce soit sur les fans d'un chanteur "has been" ou sur une mère qui causait peu mais aimait beaucoup, à sa façon.
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 14 Février 2013

http://lostartofkeepingsecrets.files.wordpress.com/2011/11/cerise-coeur.jpg Aujourd'hui, c'est la St Valentin... L'année dernière, j'avais écrit un billet mi drôle, mi sarcastique. Et bien cette année, sur ce sujet, j'ai perdu mon sens de l'humour.
Le cri du coeur en ce jour, au lieu d'être "je t'aime" devient... pfff, c'est juste un prétexte  commercial.... Peut-être mais... C'est aussi la fête de l'amour.... Et les amoureux de répondre, j'ai pas besoin d'un jour particulier pour dire à ma (mon) chéri(e) que je l'aime...
Et pourtant, chaque année, on célèbre la Toussaint, hors nul n'a besoin d'un jour précis pour penser à ses proches défunts... Et pourtant, les tombes fleurissent...
Chaque année, le 1er mai, on est ravi de fêter le travail en ne faisant rien, puisque le travail, c'est, pour les chanceux, au moins 5 jours par semaine.
Au printemps, on fête aussi les pères et les mères. Hors que l'on ait 8 ans ou 30, on n'a pas besoin non plus d'un jour précis pour dire "merci Maman, je t'aime". Et pourtant, ces fêtes font aussi le choux gras des commerces et personne ne remet cela en question.
Alors pourquoi bouder et dénigrer cette fête de l'Amour. Si vous êtes en couple, pensez au 30% de français qui vivent seuls, qui aimeraient qu'on leur offre une rose, une soirée au resto, un diner aux chandelles, un poème, une superbe déclaration d'amour, même si c'est la même que l'an dernier.
Si vous avez la chance d'aimer et d'être aimés en retour, célébrez l'Amour comme il se doit, comme une denrée rare. On fait des statistiques sur le nombre de français vivant sous le seuil de pauvreté financière, mais l'on n'en fait pas sur les français qui vivent sous le seuil de pauvreté de l'Amour. Parce que cela ne se voit pas... Et pourtant....Allez les amoureux, que la fête commence ! 
 
 
 
 
   
 
  
 
 
 
   
           

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0

Publié le 23 Avril 2020

Il y a déjà presque un mois, c'était mon 48ème anniversaire...

Et par mail, de la part de S'bine, une amie de toujours de ma Maman, j'ai reçu cette sonate en "Eur" majeure pour Géraldine. Bon, ce blog n'est pas destiné à me lancer des fleurs, mais je poste ici tout de même cette sonate en "eur". Pour ne pas la perdre (dans mon foutoir) et pouvoir toujours la retrouver... Et pour mettre son auteure en valeur ! (avec son aimable autorisation !)

S'bine me connaît bien et m'a toujours connue... Je ne marchais même pas encore à 4 pattes que S'bine me faisait des "oh qu'elle est mimi, guillerit guillerette" ! . Et quand j'ai commencé à la reconnaître, S'bine était encore toute jeune ! LOL, elle le sait, je lui ai dit, je la mets souvent en boîte S'bine.

Voilà donc cette sonate, le plus beau texte qu'on ne m'ait jamais écrit. Merci S'bine !

 

Pourtant levée de bien bonne heure
J'ai laissé mûrir en mon coeur
Mes sentiments en ton honneur .
Comme on cueille une à une les fleurs
Pour un bouquet de pois d'senteur
Je veux t'offrir toute la saveur
De mes bons vœux ,la douce chaleur
Pour une année toute de bonheur.
Tu es une personne de valeur
Riche de talents et pleine d'ardeur
Ouverte au monde .....bien en malheur !
Tes grandes souffrances ne sont pas leurres
Mais tu les affrontes sans peur.
 
Tu analyses pour les lecteurs
Avec finesse et grande rigueur
Livres et films de tous auteurs
C'est une fidèle et dure gageure
Un pur régal pour tes blogueurs
Que tu nous offres ,telle une faveur .

Bien animée est ta demeure
Par trois Chafants si cajoleurs
Qui causent parfois quelques frayeurs
Mais bien complices et si joueurs .
Pachas lovés en grands seigneurs
Sur ton doux lit d'un air rêveur
Sans oublier les jeunes farceurs
Cachés souvent en grande peur
Dans les fourrés ,sur les hauteurs
Que tu recherches en protecteur
Malgré les griffes ...mais sans rancoeur .

Ta soif d'exotisme et d'ailleurs
Te donne une âme d'explorateur
Loin de la foule en baroudeur .
Voyages lointains sous la chaleur
Pour découvrir du Créateur
Les mille beautés et les splendeurs .
Par ton talent révélateur
Tu nous partages le meilleur
De tes photos hautes en couleurs ,
Tes reportages de narrateur  .
Tu nous transportes admirateurs
Sur ton nuage de voyageur
En nous laissant tristes et songeurs
De vivre si loin de l' équateur .

À toi reviennent tous les honneurs
En ce grand jour toute la primeur
De nos pensées,souhaits d'ampleur
Pour de beaux jours très prometteurs .
Chère Géraldine ,en rimailleur
"Mon Chat "t'embrasse avec ferveur .

               Valenciennes. 25 Mars 2020 .      Sabine .

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0