Articles avec #bd... tag

Publié le 4 Mai 2019

Zep , Bande dessinée, avis lecture, album

BD - Editions Rue de Sèvres - 92 pages -19 €

 

Parution en avril 2018

L'histoire :  Dans le cadre d'un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C'est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l'alerte d'un drame planétaire duquel seul Théodore et quelques survivants seront épargnés. Serait-ce une nouvelle chance pour l'espèce humaine ?

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Une BD qui nous dit que le pouvoir de la Nature est bien plus grand que celui de l'Homme

 

Mon humble avis : Dévoré cet album ! Bon, ok, je n'ai pas beaucoup de mérite. Celui-ci laisse une large place aux dessins et les bulles ne sont pas en surabondances et jamais interminable.

Il n'empêche, j'ai été captivée par cette histoire, qui tient un peu de l'anticipation, du thriller, du manifeste écologique, du conte et bien sûr, du divertissement. Il y a comme une ambiance "L'armée des 12 singes" ici, puisque qu'au fil des pages, nous aboutissons dans une ère post apocalyptique... 

Dans cet album, Zep s'approche de l'écologie et l'intelligence végétale, et des dégâts à grande échelle provoqués par l'humain... L'humain qui se croit roi sur terre, alors qu'il n'est qu'un hôte de passage.

Il y a des millions d'années, les dinosaures auraient disparus, non à cause de d'une météorite ou autre, mais par choix de dame nature qui trouvait que ces dernier n'apportaient rien à l'équilibre planétaire. Que va-t-il advenir de l'homme, qui non seulement n'apporte rien, mais qui participe activement au déséquilibre, voire même à la destruction. L'homme pense pouvoir réguler la nature ? Si les rôles s'inversaient... Que la nature décidait elle-même de réguler l'humain ? D'ailleurs, c'est ce qui ce passe tout de même lors des catastrophes climatiques actuelles...

J'ai particulièrement aimé le fait que, les animaux sentant que les hommes ne seraient plus très longtemps un danger pour eux, changent de comportement. 

Des dessins agréables, des pages monochromes mais de couleurs à chaque fois différentes, un récit très fluide et captivant, un album à lire et à offrir à ceux qui doutent, qui ont encore besoin d'une bonne dose de sensibilisation envers Dame Nature ou tout simplement à ceux qui veulent passer un bon moment de divertissement. Si c'est ce dernier qui est recherché, je pense que personne ne pourra rester de marbre face au message de cet album...

 

L'avis de Noukette

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 20 Avril 2019

BD - Album graphique - Corée - manhwa

BD -  Editions Ca et Là - 167 pages - 18 €

 

Parution en Septembre 2018

L'histoire :  Tout sépare Hong-yeon et Gongju, deux jeunes femmes coréennes : leur caractère, leur rapport aux hommes, leur milieu familial... Gongju, plutôt réservée, originaire de la ville de Daegu, dans le sud du pays, veut à tout prix travailler dans le secteur de la presse. Hong-yeon, dessinatrice à Séoul, est insouciante et extravertie. Et pourtant, les deux femmes sont amies et se confient régulièrement l'une à l'autre, dans les moments heureux comme lors des périodes difficiles, pour se soulager du poids que leurs familles respectives font peser sur elles ou quand des choix de vie doivent être faits. A travers les histoires délicatement intriquées de Hong-yeon et Congju, Song Aram chronique cette amitié mouvementée entre deux femmes qui se débrouillent tant bien que mal dans une société qui leur est souvent hostile.

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Une BD qui Coréenne qui nous emmène dans le quotidien Coréen

 

Mon humble avis : Deux femmes est un Manhwa, terme qui désigne la bande-dessinée en Corée. Et c'est en cherchant ce que signifiait Manhwa par rapport à Manga et autres termes et genres que je ne maîtrise pas, que j'ai appris que la Corée du Sud est actuellement l'un des premiers pays producteur de bande-dessinées au monde. Pour tout savoir (ou presque) que les Manhwa, et bien Wikipédia vous dit tout !

J'attendais un peu plus de ce roman graphique, qui reste cependant très intéressant et agréable à lire. Disons que j'espérais une plongée plus profonde dans la société et les cultures Coréennes... Mais en fait, celles-ci ne sont peut-être pas si éloignées les unes des autres d'où cette sensation de légère déception...

Bien sûr, il est question dans ces pages du poids des us et coutumes Coréennes, surtout au niveau familial... La pression du mariage, l'obéissance de la bru auprès de la belle-mère, le relatif machisme etc.

Pour le reste, il me semble que les thèmes soient en fait assez universels... Deux jeunes femmes qui ont des rêves et qui tentent de se faire une place dans une société peu conciliante et broyeuse d'âme et de corps... La difficulté de se loger à Séoul, les petits boulots, les stages non rémunérés qui durent des mois avec une embauche potentielle en guise de carotte (l'esclavage des temps modernes), le rêve et les déceptions des capitales, le harcèlement sexuel et/ou au travail et "la femme" qui est bien trop sentimentale pour bien travailler...

Bref, il semble que quelque-soit la longitude, les préoccupations de la jeunesse qui arrive sur le marché de l'emploi  se ressemblent.

Il n'empêche que ces deux femmes bien différentes, et qui vont changer au fil de ces années plutôt amères (finie l'insouciance, bonjour le mariage, le mari, l'enfant), sont attachantes et cette période de leurs vies n'est pas dénuée d'intérêt.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 4 Avril 2019

BD - Editions Dargaud - 88 pages - 21.90 €

Parution en septembre 2018

 

L'histoire :  L'Israël dessinée dans les médias, trop souvent réduite au conflit israélo-palestinien qui exacerbe le monde entier ne correspond pas toujours à l'Israël de Michel Kichka dont il connaît le peuple, Falafel sauce piquante est le récit autobiographique romancé de son rapport à ce pays. Quarante et une années de vie adulte à Jérusalem racontées à travers ses rencontres, ses souvenirs, les événements politiques, une vie dans une Terre de conflits, mais aussi Terre de miracles.

Tentation : Pitch et couv

Fournisseur : Bib N°1

Mon humble avis : Encore (un encore qui ne signifie point une quelconque lassitude hein !) une très bonne BD, dans la veine des Guy Delisle et autres confrères de bulles !

Une autobiographie d'un jeune belge juif d'origine polonaise... qui fait très jeune son alyah en terre promise. Récit sur 40 ans... Donc une période bien plus longue que celle que les albums graphiques offrent habituellement, qui permet vraiment d'approfondir le sujet et de suivre l'Histoire du pays, Histoire toujours un peu compliquée à comprendre lorsqu'il s'agit du Moyen Orient et donc d'Israël entre autre. Michel Kichka nous offre donc 40 ans de vie personnelle et de citoyen d'Israël de l'intérieur, le tout avec toujours deux cultures : celle de naissance et celle d'adoption, le tout avec une certaine neutralité et un appel à la paix. L'art, le dessin, la BD étant une arme pacifique pour prôner la paix, le vivre ensemble et lutter contre les guerres et leurs dégâts... dans une région en conflit quasi permanent.

Avant son installation en Israël, Michel Kichka connaissait déjà Israël, suite à plusieurs séjours estivaux là-bas, notamment dans des kibboutz où il rejoignait sa soeur ayant déjà fait son aliah. Aussi, se pense-t-il prêt pour traverser la Méditerranée. Mais sur place, c'est tout de même le choc des cultures, l'apprentissage de l'hébreu, des us et coutumes, ce qui donne bien sûr lieu à de savoureuses situations très comiques et pour nous lecteurs, l'occasion d'appréhender un peu mieux ce qu'est la vie en Israël... Une mentalité assez zen mais le stress d'une guerre toujours imminente... et qui arrive. Lorsque c'est le cas, notre auteur a bien vieilli puisque ce sont ses fils qui partent au front.

Bref, on suit toute cette vie intéressante et chaleureuse, grave mais choisie jusqu'à aborder la célébrité mondiale de l'auteur en tant que Bédétiste et surtout, dessinateur de presse, qui parcourt salons et conférences de par la planète avec des messages de tolérance et des espoirs de paix, notamment via l'association "Cartooning for peace" avec Plantu.

Le tout est servi par des dessins très agréables, colorés. Bref, une BD qui instruit avec plaisir, mais qui mérite tout de même une certaine concentration pour bien saisir et replacer le contexte géopolitique qui veille dans notre mémoire abreuvée d'images et d'articles médiatiques qui font que "j'y pense et puis j'oublie"...

A lire évidemment, pour ceux qui ont la curiosité de l'ailleurs et de l'autrement !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 28 Mars 2019

BD, bande dessinée, autobiographie, Bipolarité, cyclothymie
Goupil ou Face, BD de Lou Lubie

BD - Warum Editions - 164 pages - 15 €

 

Parution en octobre 2016

Le sujet :  Lou est une jeune fille bien sous tout rapport. Jeune, jolie, elle conçoit des jeux vidéos, a un amoureux, des amis, une famille aimante… Bref, tout pour ne pas sombrer dans la déprime la plus noire.Sauf que voilà, de temps en temps, entre des périodes d’intense activité, sans raison, elle tombe dans le pot au noir, et un animal insatiable la dévore… un petit renard ! Soit son tempérament cyclothymique, sous la forme d’un petit renard capricieux.Car Lou est cyclothymique et, avec elle, le lecteur va découvrir le monde haut en contraste des maladies bipolaires.Hyper documenté, cartoonesque et ludique, ce roman graphique emmènera le lecteur découvrir ce qui se passe quand on a la tête envahie par ce petit renard hyperactif et boulimique, sur les traces autobiographiques de la jeune illustratrice. GOUPIL OU FACE permet de découvrir une pathologie sans sombrer dans le pathos.

 

Tentation : Le billet de Gambadou

Fournisseur : Ma CB

 

Une bande dessinée qui vous fera vraiment comprendre les maladies bipolaires.

Mon  humble avis : La quatrième de couv' dit déjà beaucoup sur cet album et le dit très bien.

Je suis directement concernée et bien placée pour apprécier et "vendre" Goupil ou Face... En tout cas, le conseiller vivement, voire l'imposer. En effet, après une longue errance psycho-médicale, j'ai été diagnostiquée Bipolaire de Type 2 à forte tendance cyclothymique lors de l'hiver 2013... Soit à 41 ans. Sur le coup, un soulagement... Car curieusement, je me suis dit "je ne suis pas folle" il y a vraiment un truc qui déconne chez moi, un truc qui me dépasse et contre lequel je ne peux rien. Mais très vite aussi, l'angoisse...Car je n'y peux rien et ça ne se guérit pas. Mais tout de même des mots sont mis sur mes mal-être, un diagnostic est fait, un handicap reconnu... La (les) bipolarité(s) sont inclues parmi les 10 maladies les plus handicapantes par l'O.M.S.

Ce truc qui me dépasse, j'ai vite mis une image dessus... Un alien... Qui sort sans prévenir, avec des super-pouvoirs, pour le pire (dans les périodes down) comme pour le meilleur (dans les périodes up).

La difficulté supplémentaire dans mon propre cas, c'est que les symptômes de cette maladie se cumulent avec les séquelles neuropsychologiques de mon AVC qui date de janvier 2008... (La fatigue, la lenteur, les troubles de la mémoire, de la concentration et aussi et surtout, ce foutu manque du mot).

Donc mon alien... Et bien Lou considère le sien comme un renard... réputé pour être futé et fourbe. Le renard, c'est bien plus "glamour" esthétiquement, graphiquement, et dans les bonnes périodes, ce fameux renard peut être une bonne compagnie, attachante. Dans les up, son renard est roux. Dans les down, il devient noir et prend des allures très agressives.

Cet album décrit à la perfection la vie, les ultra souffrances, les hyper joies d'une bipolaire (cyclothymique certes, mais les 3 types de bipolarité ont des racines et un tronc communs, ce sont les branches qui diffèrent. Depuis les premières manifestations de la bête jusqu'au diagnostic et même après, dans le quotidien, malgré un traitement qui étête les hauts et la bas pour les rendre moins tranchants et fulgurants. Il explique très bien le regard que l'on a de soi, le combat pour faire admettre aux autres le diagnostiques (ben enfin, c'est pas possible, t'es mignonne, t'es intelligente, t'as tout pour être heureuse) et ne pas le faire oublier (un type 2 ou une cyclothymique en up sont justes des personnes qui semblent déborder d'énergie, de joie de vivre).... Mais ça ne dure pas, les angoisses sont toujours là, parfois pour des petits rien, et souvent pour la peur de la rechute dans le down. Il démontre la différence entre les bipo et les autres... qui ne cessent de dire "allez, remue toi... Ou tu sais, on est tous un peu bipolaires... moi aussi ça m'arrive de m'énerver...." Les phrases qui donnent aux bipo des envies meurtrières.

Bref, cet album est un outil INDISPENSABLE pour comprendre les maladies bipolaires de façon "ludique et distrayante", en tout cas, de manière ultra simple, sans les langages inaccessibles de certains livres indigestes sur la matière, avec des images (dessins) aussi marquantes que parlantes. D'autant que Lou Lubie, dans la construction de son ouvrage, a été épaulée par une psychologue clinicienne. C'est donc très documenté (mais présenté) de façon amusante, prudent, et juste médicalement parlant. L'auteur ne prétend pas diagnostiquer les bipolaires à elle toute seule... Cet album peut aider, mais en aucun cas remplacer à avis médical avisé (qui est certes long et difficile à trouver)

Vous êtes bipolaire, lisez ce livre... Moi même, il m'a aidé à comprendre certains aspects de mon comportement et de ma pathologie... Et puis, il est si bon de se sentir compris... si simplement. Si simplement qui si vous ne parvenez pas à vous faire comprendre par votre entourage, cet ouvrage vous sera d'une grande aide... rien qu'en le posant dans les mains qui vous sont proches. Si celles-ci acceptent évidemment de se pencher un peu sur la question.

Si vous connaissez ou côtoyez une personne bipolaire, que vous avez du mal à la suivre, à réagir, à entourer, à soutenir ou à saisir la complexité de sa maladie, ruez-vous dans une librairie et achetez ce livre. En une bonne heure de lecture, il lèvera le voile sur ce qui est pour vous soit inconnu, soit incompréhensible, soit irréel et pure imagination du bipo. Bref, Lou Lubie peut ramener un peut se sérénité, via la compréhension,  dans les foyers.

Goupil ou face est pour moi un ouvrage d'utilité publique, au même titre qu'une autre BD : Journal d'une bipolaire

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 20 Mars 2019

BD, Bande dessinée, Islande, Angoulême
La saga de Grimr

BD - Editions Delcourt - 232 pages - 25.50 €

 

Parution en septembre 2018

L'histoire :  1783. LIslande, accablée par la misère, doit encore subir le joug du Danemark. Et le sort de Grimr, devenu orphelin, est plus cruel encore dans ce pays où l'homme se définit d'abord par son lignage. Doté dune force impressionnante, il se sait capable de rivaliser avec les plus fameux héros de saga même s'il n'est le fils de personne. Il ne lui manque que l'opportunité de prouver sa valeur

Tentation : Pitch

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Une bande dessinée qui vous emmène en terre d'Islande

Mon humble avis : Cet album a reçu le prix du meilleur album au festival d'Angoulême 2018... C'est peu dire...  Et même si La Saga de Grimr n'est pas à proprement parlé un coup de coeur pour moi, je suis assez d'accord avec ce couronnement.

Jérémie Moreau nous offre un voyage autant temporel que géographique. L'Islande en 1783. "Maudite Islande", "Sublime Islande", telles sont les paroles d'un des protagonistes et cette histoire et notamment ses graphismes et dessins le prouvent magistralement. C'est avec grand talent que l'auteur représente l'atmosphère, la majestuosité, la rudesse des paysages de cette île à l'époque très isolée. Des paysages fascinants autant qu'inquiétants, qui rendent la vie difficile... et qui se modifient sans prévenir, tant cette île a le feu au ventre, ce feu évacué lors des irruptions volcaniques. C'est une terre qui tremble, une terre violente, comme certains dessins...  Par contre, le graphisme des personnages m'a moins convaincu.

Nous suivons le destin de Grimr, qui perd ses parents lors d'une éruption volcanique. Il est si jeune alors que pour lui, son père s'appelle juste "Papa". Plus de nom de famille... Il devient donc le fils de personne... ce qui est dramatique en Islande. Sans arbre généalogique et sans terre, vous n'êtes rien. Mais le feu de la terre, Grimr le porte en lui et possède une force herculéenne qui lui donne un rapport très particulier à cette terre. A lui seul, il pourrait représenter cette terre nordique. Un vieil homme un peu arnaqueur sur les bords le prend sous son aile et devient son maître jusqu'à ce que... tout bascule et le triste destin de Grimr le rejoint... Même si celui-ci continue à lutter pour devenir ce qu'il doit devenir et savoir qui il est, et se faire une bonne réputation. Car là-bas, la réputation est tout ce qui compte, puisqu'elle est la seule chose qui vous survit.

Un écrivain poète en peine de d'inspiration croisera aussi la route de Grimr et lui fera don de ses terres... Ainsi, avec des racines terriennes Grimr pourrait devenir le héros de la Saga qu'il rêve d'écrire, l'Islande étant terre de sagas. Ce poète surgit toujours dans cette histoire de façon assez inexpliquée et je l'ai regretté. 

Beaucoup de mystères dans cet album (pas toujours élucidés, dommage je trouve) qui fait appel aux légendes de l'île et, via des dialogues réduits au minimum, va droit à l'essentiel : ce qu'il restera de chacun de nous, de ce que nous avons fait de nous.

Une chouette découverte donc, mais il m'a manqué un petit quelque chose pour que mon enthousiasme se transforme éruption volcanique !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 16 Mars 2019

BD, Bande dessinée, Etats-Unis, seconde Guerre Mondiale
Michigan, route d'une world bride

BD - Editions Dargaud - 148 pages - 19.99 €

Parution en avril 2017

 

L'histoire :  Lorsque Julien débarque dans le Michigan pour y rencontrer la famille américaine de sa femme, il découvre l'Amérique du Midwest marquée par la crise des subprimes et des cousins pas ordinaires. Mais surtout, il rencontre Odette, la grand-tante française au caractère bien trempé. Cette parisienne qui, à la fin de la seconde guerre mondiale, s'est mariée avec un soldat américain. Comme elle, 200 000 européennes ont quitté leur famille et leur pays par amour pour un GI. 200 000 femmes qu'on appelle des « War Brides ».

 

 Mon humble avis : L'auteur se prénomme Julien... tout comme le personnage principale. Cette histoire a donc tout du vécu !

Michigan.... est un album très agréable et intéressant à lire. Des dessins simples mais pas trop non plus, attrayants et tout à fait adaptés au sujet. Des dessins qui différencient les deux époques auxquelles cette BD se réfèrent et fait se relayer par le biais de flash-back dans le passé... Celui des années 1944-1945... La guerre, puis la fin de la guerre. Les mariages entre les G.I et les françaises dont ils sont tombés amoureux ces dernières années... Et ces femmes, les USA leur ont donné une appellation officielle : les war brides. Cette appellation leur donne droit à l'immigration et à la nationalité américaine directement (après néanmoins une ribambelle de tests et de leçons de culture générale, de langue et de cuisine (ah oui, on ne pénètre pas en territoire US sans savoir cuisiner les fameux cookies !). Sur le lot de ces war brides, certaines divorceront et/ou reviendront en Europe. Mais pour Odette non ! 

On suit donc la rencontre d'Odette et de John, la réticence des parents d'Odette à ce mariage puis à ce départ qui s'annonce. Enfin, pour Odette, c'est la grande traversée qui dure 10 jours, en compagnie d'autres War Brides européennes. Son arrivée aux USA amène son lot de surprises...

Tout comme celle de Julien qui rencontre la famille US de sa femme lors de vacances à l'époque actuelle. Même si cette famille est donc franco-américaine, Julien est ébahi devant les différences culturelles... Le port et la possession d'armes à feu, les jeux des enfants, la précarité de la classe moyenne, les distractions, tout lui semble si différent. Cette BD m'a d'ailleurs appris que lors de la crise des subprimes, des américains endettés préféraient brûler leur maison (et toucher ainsi l'assurance), plutôt que de se la voir retirée par l'Etat et la banque.

Bref, un album vraiment sympa et qui montre que, malgré les différences culturelles, nous avons tous un point commun : le lien de la famille et le plaisir des moments partagés !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 28 Février 2019

BD - Editions Dupuis - 99 pages - 20.99 €

 

Parution en octobre 2018

L'histoire :  La petite Alice n'a que faire des imprécations religieuses des membres de sa famille, de leurs ambitions sociales et de leur quotidien triste à mourir. Ses frères sont des bêtas et ses parents, aveugles à ce qu'elle souhaite par-dessus tout : vivre dans la vallée aux Loups. Depuis l'enfance, elle est bercée par les contes de son grand-père et les légendes autour de la déesse Cybèle, qui s'éprit un jour d'un humble berger... Une histoire à l'issue tragique qui scellera le destin de la fillette : là où la forêt côtoie les rêves, là où la magie rassemble les êtres, Alice sera reine. Loin des règlements domestiques, dans le chalet de son aïeul, la jeune fille grandira au coeur d'une nature sauvage et enchanteresse, parmi les animaux et les créatures sylvestres. Jusqu'à rencontrer à son tour un garçon égaré dans les bois, un garçon sans nom piégé depuis mille ans dans un corps qui ne vieillit pas. Aurait-il été victime d'un sortilège ? À moins que son existence ne soit elle aussi liée au chêne majestueux qui trône au milieu de la vallée ?

 

Tentation : Couv, dessins

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Qu'il fait bon lire "Le chalet bleu". D'ailleurs, cela donne même envie d'y habiter (avec quelques livres et mes chats)... Pleine nature, avec l'essentiel.

Les dessins de cette album sont magnifiques, vraiment. Qu'ils soient animaliers, humains ou représentant la nature dans toutes ses dimensions, c'est extraordinaire. On entend le silence, le froissement des feuilles des arbres, le piaillement d'un oiseau. Cet album exalte tous nos sens, les met en éveil, tout en nous apportant un repos corporel et une ouverture de l'âme bienvenus.

Cet album est comme un conte... D'ailleurs, l'héroïne se prénomme Alice... On est dans un Alice au pays des merveilles.... Avec des légendes, des esprits, de la magie... mais que dans la nature... qui requiert une certaine pureté pour vous accepter. Le cycle de la vie, l'Amour, mais pas seulement humain, la liberté de penser, de vivre, le temps qui passe, les saisons et les joies de chaque âge traversé, le bonheur qui est si près quand on le croit loin... même s'il est important de faire le voyage au loin pour s'en rendre compte.

Cet album est une véritable ode à la nature si bien illustrée et à l'imaginaire ! A lire évidemment.

Pour ma part, je ne connaissais pas du tout Jean-Claude Servais, qui si j'en crois ma petite recherche web, est un auteur de BD assez prolifique... Donc du plaisir à venir c'est sûr, car je n'ai qu'une envie, me plonger dans un autre de ces albums.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 6 Février 2019

BD - Editions Delacourt - 64 pages - 15.50 €

Parution en septembre 2018

 

L'histoire :  Deux ans que Poussière et les habitants de la planète Alta combattent les Cyclopes. Deux ans que les Augures ramènent ces derniers à la vie après chaque bataille. Quand l équilibre d un écosystème repose sur une force qui le menace, quelle solution reste-t-il à l humanité ?

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°2

 

Mon humble avis : Malgré un pitch bien tentant, mauvaise pioche pour moi ! Non pas que cet album soit de mauvaise qualité ou autre, non non. C'est juste que ce n'est pas ma came et que même sous prétexte de curiosité culturelle, il y a des genres qui ne sont pas fait pour me plaire. Dont celui-ci. Un peu SF, avec des créatures étranges et des personnages principaux qui le sont tout autant. Poussière aura une suite, ce qui peut-être pourra rendre ce tome plus limpide mais bon, je n'ai pas accroché et n'irai pas plus loin.

Pourtant, les dessins sont agréables, vifs, colorés. Pourtant, j'ai tout de même saisi la symbolique principale et la puissance de l'imaginaire de l'auteur de cette BD... qui est évidemment très proche des préoccupations écologiques terriennes actuelles.  Nous sommes nos propres destructeurs. Geoffroy Monde pointe aussi du doigt l'art des Etats à détourner l'attention des concitoyens avec des rumeurs... ou de la paranoïa sociale avec la théorie du complot. Il est aussi question de hiérarchie sociale dans un monde pas loin du post apocalyptique.

Les fans des BD SF se régaleront certainement du premier tome et des suivants de cette série Poussière, mais pour ma part, je n'ai pas accroché, ayant même eu du mal à repérer les personnages secondaires et leurs rôles. Bref, je ne suis pas faite pour ce genre de BD, ma curiosité ira donc vers d'autres horizons !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 17 Janvier 2019

BD - Editions Casterman - 127 pages - 22.50 €

Parution en mars 2014

L'histoire :  Djibouti : un éperon de sable et de roc chauffé à blanc, coincé entre le Moyen-Orient et l'Afrique. Cette dernière terre d'aventures vit de trafics, de contrebandes depuis la nuit des temps. Elle a conduit Arthur Rimbaud à sa perte. Elle a servi d'écrin aux récits éternels d'Henry de Monfreid. La magie de ces derniers inspire la vie de Fred, un aventurier des temps modernes, mi-contrebandier mi-mercenaire, opérant aux confins de la Somalie. Un homme hors du temps que va croiser Tom, un paumé en quête d'une existence. Que va-t-il trouver dans ces eaux troubles ? Ce récit de Joël Alessandra est inspiré de faits réels.

Tentation : Couv' et titre

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Un tel exotisme tant dans le titre que sur le dessin de couverture ne pouvait que m'attirer vers cet album... que j'ai bien fait de pioché dans les bacs de BD one shot de la bib'.

Qui a dit que de nos jours l'aventure n'existait plus ? Que les temps de Conrad, Kessel, Rimbaud, Henry de Monfreid étaient révolus ? Ce bel album, inspiré de faits réel sprouve bien le contraire...

Nous suivons Tom, prof d'arts graphiques et veufs depuis peu... Pour oublier, recommencer, il se fait muter à Djibouti... Cette Afrique pas comme les autres, sans girafes ni rhinocéros et si près de la péninsule arabique que l'on y est presque. La corne de l'Afrique, terre de cailloux, de chaleurs, de passages tant humains que commerciaux, terre stratégique, terre de guerre.

C'est là que Tom, sur cette terre qui lui est étrangère, devient l'étranger. Prof dans un lycée français, il s'essaye au bénévolat local et va apprendre les rudiments du dessin dans un orphelinat reculé.... Cette expérience le traumatisera... Puis il rencontre Fred et sa collection de romans de de Monfreid... Et Fred, qui est bien plus qu'un marin à touristes et dauphins, va lui montrer que l'aventure existe encore comme dans le temps... Ce sont juste les moyens et le calibre de armes qui ont changé. Car Fred est un peu mercenaire, un peu trafiquant sous le bateau !

Cet album est très intéressant dans le fait qu'il rappelle les débuts de la guerre civile en Somalie et dans la région... Et c'est cette guerre qui a vu et a fait accroître de façon exponentielle la présence bien connue de pirates dans cette région maritime qu'est le golfe d'Aden. Avec, une fois de plus, des puissances étrangères pas si étrangères que cela dans l'émergence des pirates somalis. Tout est simplement mais parfaitement expliqué... jusque dans les conséquences financières, écologiques (eh oui) de la présence de ses pirates sur armés et pour lesquels une vie n'a pas plus de sens qu'il y a un siècle. Sabordage, pillage, enlèvement d'équipage, tout ce "business" est devenu aussi lucratif que dangereux... Aussi l'on apprend par exemple qu'une compagnie d'assurance refusera d'assurer un transport maritime si l'armateur ne fait pas appel à une "compagnie privée" de protection, à savoir des mercenaires comme Fred.

De l'exotisme, un peu d'Histoire, de littérature, de l'aventure, de l'actualité, des personnages attachants, le tout dans des couleurs chatoyantes pour le présent et plus "sépia" pour le passé ! Les dessins sont agréables, parfois parsemés de photos, de croquis (qui donnent un aspect carnet de voyage)et les bulles ne sont pas trop bavardes. Bref, un album qui vaut bien un moment d'errance entre deux romans ! La fin m'a un peu laissée sur ma faim... Mais m'a ouvert un autre appétit, celui de découvrir les écrits d'Henri de Monfreid et les autres albums de Joël Alessandra !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Décembre 2018

BD - Editions Futuropolis -96 pages - 21 €

 

Parution en octobre 2017

L'histoire :  Au loin, au large de l’île de Sein, Ar-Men émerge des flots. Il est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme "l’Enfer des enfers". 
Germain en est l’un des gardiens. Il y a trouvé sa place exacte, emportant avec lui sa solitude et ses blessures. La porte du phare cède sous les coups de butoir de la mer en furie, et l’eau vient griffer le crépi de l’escalier. Sous le crépi, médusé, Germain découvre des mots, des phrases, une histoire. Un trésor. Le récit de Moïzez. 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Ne boudons pas notre plaisir... Cet album est juste magnifique. Déjà l'objet, on ose à peine y toucher de peur de l'abîmer et l'on tourne les pages avec délicatesse et un émerveillement sans cesse renouvelé... Car oui, chaque page nous laisse ébahis par tant de beauté et de maîtrise dans les traits, les couleurs... Certaines des planches relèvent franchement de l'art pictural marine et l'on se verrait bien avec certains dessins, encadrés chez soi, comme des toiles de maître. Les paysages, la région et son âpreté, la mer et sa violence aussi brutale que fascinante et spectaculaire, tout est magistralement rendu dans cette BD, de type aquarelle... Voilà pour ce qui est du visuel...

Pour l'histoire maintenant... Et bien il y a en fait 3 histoires en une. Celle que Germain raconte le soir à sa fille et qui est empreinte de légendes, dont celle de la ville d'Ys.  Celle de Germain et de son collègue, gardiens du phare d'Ar-Men, au fil des tempêtes, des réparations, des marées et des relèves. 

Et puis il y a les fantômes de chacun... du passé, du présent, qui hantent le lieu.

Enfin, il y a l'histoire que Germain découvre derrière la peinture des murs du phare, celle de Moïzez... Qui en 1867 fut l'un des premiers jeunes hommes à accepter de se lancer dans la construction du phare le plus exposé et le plus difficile d'accès au monde... Cette construction, nous la suivons ainsi durant les quatorze années qu'elle dura, et cela est vraiment très intéressant, surtout que lorsqu'on voit se phare dans la vraie vie, on ne peut que se demander "mais comment ont-ils fait, à l'époque". Cette partie historique de l'album est donc très enrichissante au niveau culturel. On  apprend d'ailleurs qu'en échange de leur participation à la construction du phare, l'île de Sein obtint la fabrication d'une digue qui la protégerait désormais des plus grandes inondations.

A la fin de cet album, se trouve un DVD, que je ne suis pas parvenue à lire... Sans doute a-t-il été rayé au fil des emprunts de la bibliothèque. En tout cas, un album à lire, à acheter, à offrir...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0