Articles avec #bd... tag

Publié le 6 Février 2019

BD - Editions Delacourt - 64 pages - 15.50 €

Parution en septembre 2018

 

L'histoire :  Deux ans que Poussière et les habitants de la planète Alta combattent les Cyclopes. Deux ans que les Augures ramènent ces derniers à la vie après chaque bataille. Quand l équilibre d un écosystème repose sur une force qui le menace, quelle solution reste-t-il à l humanité ?

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°2

 

Mon humble avis : Malgré un pitch bien tentant, mauvaise pioche pour moi ! Non pas que cet album soit de mauvaise qualité ou autre, non non. C'est juste que ce n'est pas ma came et que même sous prétexte de curiosité culturelle, il y a des genres qui ne sont pas fait pour me plaire. Dont celui-ci. Un peu SF, avec des créatures étranges et des personnages principaux qui le sont tout autant. Poussière aura une suite, ce qui peut-être pourra rendre ce tome plus limpide mais bon, je n'ai pas accroché et n'irai pas plus loin.

Pourtant, les dessins sont agréables, vifs, colorés. Pourtant, j'ai tout de même saisi la symbolique principale et la puissance de l'imaginaire de l'auteur de cette BD... qui est évidemment très proche des préoccupations écologiques terriennes actuelles.  Nous sommes nos propres destructeurs. Geoffroy Monde pointe aussi du doigt l'art des Etats à détourner l'attention des concitoyens avec des rumeurs... ou de la paranoïa sociale avec la théorie du complot. Il est aussi question de hiérarchie sociale dans un monde pas loin du post apocalyptique.

Les fans des BD SF se régaleront certainement du premier tome et des suivants de cette série Poussière, mais pour ma part, je n'ai pas accroché, ayant même eu du mal à repérer les personnages secondaires et leurs rôles. Bref, je ne suis pas faite pour ce genre de BD, ma curiosité ira donc vers d'autres horizons !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 17 Janvier 2019

BD - Editions Casterman - 127 pages - 22.50 €

Parution en mars 2014

L'histoire :  Djibouti : un éperon de sable et de roc chauffé à blanc, coincé entre le Moyen-Orient et l'Afrique. Cette dernière terre d'aventures vit de trafics, de contrebandes depuis la nuit des temps. Elle a conduit Arthur Rimbaud à sa perte. Elle a servi d'écrin aux récits éternels d'Henry de Monfreid. La magie de ces derniers inspire la vie de Fred, un aventurier des temps modernes, mi-contrebandier mi-mercenaire, opérant aux confins de la Somalie. Un homme hors du temps que va croiser Tom, un paumé en quête d'une existence. Que va-t-il trouver dans ces eaux troubles ? Ce récit de Joël Alessandra est inspiré de faits réels.

Tentation : Couv' et titre

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Un tel exotisme tant dans le titre que sur le dessin de couverture ne pouvait que m'attirer vers cet album... que j'ai bien fait de pioché dans les bacs de BD one shot de la bib'.

Qui a dit que de nos jours l'aventure n'existait plus ? Que les temps de Conrad, Kessel, Rimbaud, Henry de Monfreid étaient révolus ? Ce bel album, inspiré de faits réel sprouve bien le contraire...

Nous suivons Tom, prof d'arts graphiques et veufs depuis peu... Pour oublier, recommencer, il se fait muter à Djibouti... Cette Afrique pas comme les autres, sans girafes ni rhinocéros et si près de la péninsule arabique que l'on y est presque. La corne de l'Afrique, terre de cailloux, de chaleurs, de passages tant humains que commerciaux, terre stratégique, terre de guerre.

C'est là que Tom, sur cette terre qui lui est étrangère, devient l'étranger. Prof dans un lycée français, il s'essaye au bénévolat local et va apprendre les rudiments du dessin dans un orphelinat reculé.... Cette expérience le traumatisera... Puis il rencontre Fred et sa collection de romans de de Monfreid... Et Fred, qui est bien plus qu'un marin à touristes et dauphins, va lui montrer que l'aventure existe encore comme dans le temps... Ce sont juste les moyens et le calibre de armes qui ont changé. Car Fred est un peu mercenaire, un peu trafiquant sous le bateau !

Cet album est très intéressant dans le fait qu'il rappelle les débuts de la guerre civile en Somalie et dans la région... Et c'est cette guerre qui a vu et a fait accroître de façon exponentielle la présence bien connue de pirates dans cette région maritime qu'est le golfe d'Aden. Avec, une fois de plus, des puissances étrangères pas si étrangères que cela dans l'émergence des pirates somalis. Tout est simplement mais parfaitement expliqué... jusque dans les conséquences financières, écologiques (eh oui) de la présence de ses pirates sur armés et pour lesquels une vie n'a pas plus de sens qu'il y a un siècle. Sabordage, pillage, enlèvement d'équipage, tout ce "business" est devenu aussi lucratif que dangereux... Aussi l'on apprend par exemple qu'une compagnie d'assurance refusera d'assurer un transport maritime si l'armateur ne fait pas appel à une "compagnie privée" de protection, à savoir des mercenaires comme Fred.

De l'exotisme, un peu d'Histoire, de littérature, de l'aventure, de l'actualité, des personnages attachants, le tout dans des couleurs chatoyantes pour le présent et plus "sépia" pour le passé ! Les dessins sont agréables, parfois parsemés de photos, de croquis (qui donnent un aspect carnet de voyage)et les bulles ne sont pas trop bavardes. Bref, un album qui vaut bien un moment d'errance entre deux romans ! La fin m'a un peu laissée sur ma faim... Mais m'a ouvert un autre appétit, celui de découvrir les écrits d'Henri de Monfreid et les autres albums de Joël Alessandra !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Décembre 2018

BD - Editions Futuropolis -96 pages - 21 €

 

Parution en octobre 2017

L'histoire :  Au loin, au large de l’île de Sein, Ar-Men émerge des flots. Il est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme "l’Enfer des enfers". 
Germain en est l’un des gardiens. Il y a trouvé sa place exacte, emportant avec lui sa solitude et ses blessures. La porte du phare cède sous les coups de butoir de la mer en furie, et l’eau vient griffer le crépi de l’escalier. Sous le crépi, médusé, Germain découvre des mots, des phrases, une histoire. Un trésor. Le récit de Moïzez. 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Ne boudons pas notre plaisir... Cet album est juste magnifique. Déjà l'objet, on ose à peine y toucher de peur de l'abîmer et l'on tourne les pages avec délicatesse et un émerveillement sans cesse renouvelé... Car oui, chaque page nous laisse ébahis par tant de beauté et de maîtrise dans les traits, les couleurs... Certaines des planches relèvent franchement de l'art pictural marine et l'on se verrait bien avec certains dessins, encadrés chez soi, comme des toiles de maître. Les paysages, la région et son âpreté, la mer et sa violence aussi brutale que fascinante et spectaculaire, tout est magistralement rendu dans cette BD, de type aquarelle... Voilà pour ce qui est du visuel...

Pour l'histoire maintenant... Et bien il y a en fait 3 histoires en une. Celle que Germain raconte le soir à sa fille et qui est empreinte de légendes, dont celle de la ville d'Ys.  Celle de Germain et de son collègue, gardiens du phare d'Ar-Men, au fil des tempêtes, des réparations, des marées et des relèves. 

Et puis il y a les fantômes de chacun... du passé, du présent, qui hantent le lieu.

Enfin, il y a l'histoire que Germain découvre derrière la peinture des murs du phare, celle de Moïzez... Qui en 1867 fut l'un des premiers jeunes hommes à accepter de se lancer dans la construction du phare le plus exposé et le plus difficile d'accès au monde... Cette construction, nous la suivons ainsi durant les quatorze années qu'elle dura, et cela est vraiment très intéressant, surtout que lorsqu'on voit se phare dans la vraie vie, on ne peut que se demander "mais comment ont-ils fait, à l'époque". Cette partie historique de l'album est donc très enrichissante au niveau culturel. On  apprend d'ailleurs qu'en échange de leur participation à la construction du phare, l'île de Sein obtint la fabrication d'une digue qui la protégerait désormais des plus grandes inondations.

A la fin de cet album, se trouve un DVD, que je ne suis pas parvenue à lire... Sans doute a-t-il été rayé au fil des emprunts de la bibliothèque. En tout cas, un album à lire, à acheter, à offrir...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 18 Décembre 2018

BD - Editions Glénat - 120 pages - 20.00 €

 

Parution en mars 2017

L'histoire :  Été 1905. En tournée dans toute l'Europe, le cirque de Buffalo Bill s'arrête A Valenciennes. Un événement considérable pour la population locale et l'occasion pour Gervais, un gamin qui travaille au fond de la mine, d'élargir son horizon. De sa rencontre poignante avec des Sioux du cirque va naître une terrible erreur judiciaire quand ses amis indiens sont accusés d'un meurtre sauvage...

 

Tentation : Le titre puis le pitch

Fournisseur : Bib N°1

Mon humble avis : Déjà, le titre m'a attirée... Un mélange de gueules noires et de peaux rouges... Puis dans le pitch, le nom de Valenciennes, le Nord, ma région natale et de sang... Même si je suis de Lille et non du valenciennois...

Mon seul mini bémol sur ce magnifique album est qu'il est parfois difficile de distinguer un visage d'un autre. Mais quand bien même, cela n'empêche absolument pas d'apprécier ce bijou.

Les planches sont très belles, dessins et couleurs de type aquarelle.

Il règne dans cette histoire une atmosphère qui mêle western et ambiance Germinal.

Certes, cette BD est bien distrayante mais son contexte historique, social et géopolitique tient une place majeure. Aussi, cette lecture est surtout très intéressante et instructive, avec un scénario soigné, documenté, qui tient en haleine. Nous sommes en 1905, dans les villes minières du Nord... Il y a les corons, la fosse, les syndicats, les coups de grisous, les descentes quotidienne et les gamins qui quitte l'école pour devenir galibot et ramener 3 francs 6 sous à la maison, le tout, la peur au ventre. La vie dans les corons et l'époque sont très bien représentées. Et outre atlantique, les indiens sont dépossédés de leur terres, après des batailles très connues, comme celle de Little big Horn. Les noms de Sitting Bull et de Custer apparaissent dans les pages. Les indiens sont considérés comme des sauvages et montrés comme bête de cirque... Notamment dans celui d'un Buffalo Bill vieillissant qui fait le tour de la France (fait historique avéré) Cette BD vous montrera que la relation entre les indiens et Buffalo Bill est pourtant empreinte de respect.

Quoiqu'il en soit, pour Gervais, le gamin héros de cet album, sa rencontre avec les Sioux changera sa vie à jamais et ce, de bien belle façon.

Cerise sur le gâteau pour moi... on peut dire que la moitié des dialogues et bulles sont en ch'ti ! Mais pas d'inquiétude, cela reste très compréhensible à quiconque ne serait pas un enfant du pays ! C'est vraiment un superbe album, tant dans le contenant que dans le contenu !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 8 Décembre 2018

BD - Editions Le Lombard - 102 pages - 16.45 €

Parution en mars 2017


L'histoire :  David est représentant commercial et vient de recevoir une proposition de promotion. Après une semaine passée loin de sa famille, il prend la route pour rentrer pour le week-end. Le temps est pluvieux et David ne se sent pas très bien. Alors qu'il s'arrête pour reprendre ses esprits, Emma, une auto-stoppeuse à l'allure marginale s'engouffre dans sa voiture. Il n'avait pas vraiment prévu ça mais, bonne âme, il accepte de faire un bout de chemin avec cette passagère aux convictions et au mode de vie opposés aux siens. Le temps d'un trajet tendu et semé d'embûches, David entrevoit la possibilité d'une autre manière de vivre et oscille entre deux extrêmes.

 

Tentation : Le picth

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Une BD simple, sur une histoire simple, sur des gens simples... et qui semble avoir tout bon quand on y pense.

Ma lecture de Ralentir tombe à pic en cette période de mobilisation et de révolte des gilets jaunes... Que ce soit au niveau sociétal ou environnemental, personne ne peut nier ni pressentir que nous sommes à un tournant... Qu'un changement s'annonce.

Deux personnages principaux dans cette histoire... Emma, l'autostoppeuse, qui va par choix de CDD en CDD pour garder sa liberté... même si cette liberté se transforme en pauvreté pécuniaire... Et David, le commercial qui vient d'obtenir une promotion, qui mise beaucoup sur son travail et son avenir professionnel... au dépend évidemment de sa vie de famille...

Et puis, il y a ce petit hameau breton où nos deux personnages s'arrête et finiront par passer la nuit, après une soirée conviviale autour d'une table, invités par ces bretons qui vivent encore d'une façon différente... Avec ce dont ils ont réellement besoin, et rien de plus... Mais entourés, entraidés, solidaires et heureux.

Cette BD aux dessins agréables expose ainsi en quelques pages trois façons de vivre, en dénonçant évidemment la surconsommation, le trop connecté, et le nouvel esclavage qu'est le travail dans certaines conditions.  Elle permet une réflexion certes pas forcément nouvelles, mais qui est nécessaire à notre époque, sur ce que l'on veut pour aujourd'hui et demain... Et la différence entre vouloir et avoir besoin... Trois façons de vivre sont donc exposées... Et notre David va effectivement en tirer une certaine leçon et couper la poire en trois !

Et cette fameuse soirée conviviale passée entre inconnus à cause d'intempérie, et bien je vous jure qu'elle est délectable... Et pourrait bien représenter à elle seule ce qui manque aujourd'hui.

Bref, pour les auteurs, la solution aux maux actuels n'est pas forcément de s'arrêter, surtout pas d'accélérer, mais juste de ralentir... Et de cesser cette "course à tout". Chapeau, le message passe bien et la lecture est très agréable.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Novembre 2018

BD - Editions des Bulles dans l'océan - 104 pages - 20 €

Parution en mai 2017

L'histoire :  Les années 70 sur l'île de La Réunion. Une mère courage élève seule ses onze enfants. Loti est la petite dernière. De petits bonheurs en épreuves de la vie, la petite créole des hauts évoque ses souvenirs d'enfance de 3 à 13 ans. Une vie rude et intense du temps lontan. Une décennie parsemée de goûts et d'odeurs, de la découverte de l'école, de pièces rapportées, de terribles " blousons noirs ", de débrouille, de conflits, de manipulations, d'animaux agressifs, de la disparition d'êtres chers, de déménagements et d'exil. 10 ans d'émotion.

 

Tentation : Le pitch (La Réunion)

Fournisseur : Bib 1

 

Mon humble avis : Direction l'hémisphère Sud, la Réunion... Avec cette chronique d'une enfance créole, dans un milieu très modeste... Après le décès du père. Léone, la mère élève seule ces 11 enfants.

C'est un récit autobiographique qui débute au début des années 70... Loli a alors 3 ans et à la dernière page, elle en a 13. L'enfant observe donc son entourage avec de plus en plus de finesse.

Les dessins sont agréables, et la couleur sépia leur donne un aspect suranné, propice à l'évocation de souvenirs d'enfance. Mais en même temps, un album en couleur aurait sans doute mieux rendu honneur à la luxuriante île bourbon. Mais c'est un détail, l'objectif de l'auteure étant respecté par ses choix.

L'ambiance y est très créole et cet aspect fut pour moi un régal. D'ailleurs, lorsque l'auteure sort de la narration et entre dans les dialogues, ceux-ci sont pour la plupart en créole (toujours compréhensibles, je précise). Il y a les cases, les rougails, les meutes de chien errants, la végétation généreuse, les champs de cannes, le volcan, le cyclone.

Comme j'ai eu la chance de visiter la Réunion il y a quelques années, j'ai vivement apprécié de retrouver des lieux qui me sont connus. Et mon esprit m'a remmenée là-bas !

Il y a l'école ou la petite Lola est souvent moquée car un de ses yeux porte un défaut. Il y la mère, qui travaille dur. La fratrie qui s'éparpille un peu au fil des mariages des aînés... mais toujours solidaire... Que ce soit dans les petits bonheurs ou les grandes épreuves de la vie. Et puis il y a les autres... les voisins, les tantes et les cancans  (les ladi lafé).

Bref, un album bien agréable, qui se lit tranquillement, qui nous dépayse en nous emmenant  ailleurs où la misère n'est pas forcément moins pénible au soleil. Le récit se clos sur départ pour la métropole... C'est un peu abrupt, et j'espère que l'auteure aura la bonne idée de créer un album sur son arrivée en terre Bretonne et son adaptation. Car oui, on s'attache à cette petite Loli et on a bien envie de la suivre encore dans sa vie.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 15 Novembre 2018

BD - Editions Emmanuel Proust - 48 pages - 13.61 €/livre

 

Parution du 1er livre den 2011.

 

L'histoire :  Le déclenchement de la première guerre mondiale en Europe ne change rien aux habitudes festives de Tahiti où débarque Simon Combaud, venu pour élucider un crime perpétré à Paris quinze ans plus tôt... Or, alors que deux croiseurs allemands menacent l'île paradisiaque, on. découvre plusieurs meurtres de vahinés. A partir d'un fait historique méconnu (l'attaque de Tahiti par des navires allemands) et sur fond de colonisation et de guerre, les auteurs réalisent un récit policier autant intense qui surprenant.

 

Tentation : Titre évidemment

Fournisseur : Bib N°1

 

Mon humble avis : Papeete, Tahiti... Impossible de passer à côté de ces albums, acquis par la bib suite à mes suggestions !

Il me semblait que je ne pourrais qu'être super emballée par ce voyage en image et histoire en Polynésie Française. Au fil de ma lecture des 2 tomes, mon enthousiasme s'est quelque peu délité...

Car ces albums jouent sur 2 genres qu'il est peut-être dommage de mélanger ici, puisque de ce fait, aucun ne m'a paru vraiment abouti, chacun faisant un peu d'ombre à l'autre en fait. Les genres "historique" et "polar"

L'aspect polar enquête est l'aspect le moins intéressant de ces BD, parce que je

pense juste prétexte à élargir le lectorat potentiel. Il n'est développé qu'en filigrane, ne captive pas, et même si elle finit par s'élucider, il manque au final pas mal d'explications et surtout un mobile. Donc bref, ce n'est pas cet aspect-là qui motivera votre lecture.

L'aspect historique, même s'il aurait pu être plus creusé sans l'invasion du polar, est intéressant. Car il répond à une question que sans doute peu d'entre vous se sont posée, en tout cas pas moi : que s'est-il passé à Tahiti pendant la Grande Guerre de 14 ?

A l'époque, Tahiti et les îles alentours étaient encore terres d'aventure, de peintres et d'écrivains. Gauguin et Pierre Loti y avaient laissé des traces. Le peintre de l'époque était Octave Morillot, qui n'a peint que la Polynésie et rien d'autre. L'atmosphère tant langoureuse, festive que colonialiste est parfaitement décrite dans ces albums aux couleurs vives et aux dessins agréables, dessins qui amènent l'exotisme recherché. A l'époque, Tahiti avait globalement été désarmée, la France la considérant comme trop éloignée et isolée pour être en danger. Mais les Allemands sont venus et ont bombardé. Sur Tahiti, le militaire Maxime Destremeau se confronte avec le civile gouverneur Fawtier... Mais avec les moyens du bord, Destremeau organise la défense de Papeete. Je n'en dis pas plus, même si l'Histoire est censée être connue, vous la méconnaissez sans doute, donc autant que vous la découvriez dans ces albums.

Car malgré mes bémols (tiens, j'en rajoute un : difficile par moment de différencier et de mémoriser les personnages), un voyage en Polynésie Française au début du siècle précédent ne peut être qu'enrichissant. D'ailleurs, en fin des deux albums, des post faces très détaillées sur certains des personnages réels de cette histoire et d'autres explications et précisions historiques.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 9 Novembre 2018

 BD - Editions l'Agrume - 125 pages - 20 €

 

Parution en mars 2014

 

Le sujet :  Dans le land de Saxe-Anhalt, connu sous le nom du « Pays des lève-tôt », Paula Bulling part à la rencontre d'une population peu visible, car isolée, celle des immigrés sans-papiers. Des hommes et des femmes en attente d'autorisations pour pouvoir mener une vie ordinaire (un permis de séjour, un permis de circulation.) et qui évoluent entre centres de rétention et foyers d'accueil, risquant chaque jour l'expulsion. L'artiste se met en scène pour enquêter sur leurs terribles conditions de vie.

 

 

Tentation : Le sujet

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Bon, rencontre complètement ratée avec cet album... je n'ai pas apprécié les dessins, très fouillis et pas assez aboutis pour bien comprendre les situations et reconnaître les personnages.

De ce fait, les sujets ne sont qu'effleurés hélas. Pas moyen de s'attacher à quelqu'un dans cet album, tant l'aspect témoignage est très court. Pourtant, l'auteure s'interroge sur comment briser la chaîne du schéma de ce genre de témoignage, où "celui qui n'est pas blanc est décrit mais il ne prend pas la parole"... la solution : "Ecouter, laisser parler les autres"... Et pourtant, je n'ai pas eu la sensation que Paula Bulling applique cette solution dans cet album où elle reste très présente.

Bien sûr, on devine les conditions de vies difficiles des sans-papiers, (expulsion possible, saturation de centres de rétention, racisme primaire allemand etc...), mais plus parce qu'on le sait déjà et non par la clarté des dessins. Rien de plus ici que ce que nous montre un petit extrait "bande annonce" d'un petit reportage télé. Bref, cette BD ne m'a rien appris de ce que je ne savais pas et n'a pas provoqué en moi d'émotion particulière...

Heureusement, les bulles sont peu nombreuses et peu bavardes, donc l'ensemble est très vite lu, ce qui ne donne pas l'occasion de songer à interrompre la lecture... Vous l'aurez compris, je déconseille...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 31 Octobre 2018

BD - 2024 Editions - 68 pages - 15 €

 

Parution en octobre 2017

 

Le sujet :  Tous les dimanches, Tom Gauld illumine de son talent le cahier littéraire du prestigieux journal britannique The Guardian.  voici enfin une nouvelle sélection de ces strips dominicaux ! L'occasion de croiser un James Bond féministe, de recevoir un texto de Dracula et surtout, d'apprendre le sens de la vie de la bouche même de Franz Kafka - en même temps que la recette du cake au citron... 

 

Tentation : Le billet de Lectures sans frontières

 

 

Mon humble avis : Pas évident d'évoquer un tel album, qui fait figure d'OVNI dans mes habitudes livresques... Car pas d'histoire en fait ! Bon, prévenir d'abord... Si c'est le nom de Kafka qui vous motive à acheter cet album, méfiez-vous ! De Kafka, il n'est question que sur une demi-page.

D'ailleurs, je vous encourage plus à acheter cet objet plutôt qu'à l'emprunter... En effet, En Cuisine avec Kafka est une compilation de planches différentes, mais presque aussi toutes jubilatoires les unes que les autres, qui passent d'un sujet à un autre... Avec tout de même quelques fils rouges... Les livres, l'éditions, la lecture, l'écologie, les vices et l'évolution de notre société et surtout, les travers de notre époque (comme la "pétionnite aiguë" haha ! et tellement vraie !). Et sur chaque planche, c'est un peu le "poids des mots, le choc des dessins". Alors, pour apprécier cette oeuvre à bon escient, mieux vaut pouvoir y revenir régulièrement... En plus, c'est parfois si réaliste et évident, si drôle, voire loufoque ou ubuesque, que ça garantit une sacrée banane. De mon côté j'ai lu cet album d'une traite en urgence (retard envers la bib)... De ce fait, ma lecture est devenue une consommation avide plutôt qu'une délectation, et c'est un peu dommage (pour moi évidemment !).

Tiens, une idée me vient en tête... Bientôt, on va nous bassiner avec Noël... Et bien figurez-vous que cet album, aussi hilarant que bel objet, pourrait se révéler un judicieux cadeau pour les amoureux des livres, des BD et des bons mots un brin moqueurs... le tout en se distrayant. Vous y trouverez les obligations pour écrire un bon livre, les conseils avisés pour en écrire un mauvais etc.

Mais le meilleur moyen de vous convaincre, est peut-être de vous montrer quelques planches ! Après tout, une oeuvre n'est jamais mieux servie que par elle-même !

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Octobre 2018

BD - Editions Gallimard Jeunesse - 120 pages - 16.90 €/tome

 

Parution du premier tome en 2010

 

L'histoire :  Bienvenue est étudiante aux Beaux-Arts de Paris. Elle manque d'argent, enchaîne les petits boulots et vit en colocation avec Lola, sa cousine délurée. Entre les enfants qu'elle garde, le nouvel amant de sa mère, les peines de coeur de Lola, et la jeune fille suicidaire qui a décidé d'être son amie, Bienvenue a le sentiment de ne s'occuper que des autres et cherche un sens à sa vie...

 

 

Tentation : Ma "fanitude" de la série Aya de Yopougon de la même auteur

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Déjà, en entamant le tome 1, assurez-vous que vous pourrez vous procurer très vite, ou en même temps, les deux autres tomes. Je me suis faite avoir, n'ayant au début que les deux premiers tomes... Et le deuxième tome s'achève vraiment dans le vide, donc j'ai été frustrée jusqu'à ce que je puisse me procurer le troisième. Qui plus est, les 3 tomes forment vraiment un ensemble, qui permet d'approfondir les personnages, d'apprendre à les apprécier e fonction de leurs évolutions. (Voilà pour mon conseil avisé !)

Je dirais que quelque part, les aventures et mésaventure de Bienvenue font pensée à celle d'Aya, le personnage phare de la célèbre série de Marguerite Abouet. Bienvenue est une jeune fille débordée par les problèmes des autres, au point d'enfouir les siens et ainsi, de ne pas pourvoir les solutionner. Bienvenue est sollicitée par tout le monde, pour régler pacotilles ou grand désespoir, sans jamais se demander si Bienvenue va bien et si elle a les épaules assez fortes pour porter tout cela. En fait, Bienvenue est la version européenne/parisienne d'Aya l'africaine. Ces albums sont donc très agréables à lire, vivants... Mais évidemment, ils n'ont pas le charme ni l'exotisme des Aya de Yopougon... Point de palmier, ni de case, ni de boubous, ni de chemin en terre. Et évidemment, point de toutes ces expressions africaines qui rendaient les Aya très drôles.

Il n'empêche, l'histoire fonctionne bien et l'on s'attache de plus en plus au personnage, qu'ils soient secondaires ou principaux. Même si certains sont agaçants dans le premier tome, ils évoluent par la suite et révèlent le meilleur d'eux même sur la fin.

Bienvenue, c'est aussi la vie plus ou moins communautaire d'un palier d'un immeuble parisien, palier de chambres de bonne améliorée, habitées par des personnages plus ou moins haut en couleurs, en caractère et en problématique. Et finalement, tout le monde apprend à se connaitre, à ne plus se regarder le nombril, puis à s'entraider, de façon très touchante. Bien sûr, c'est Bienvenue qui est le lien et la colonne dorsale qui unit tout ce petit monde.

Et puis, la morale de l'histoire... Et bien pour Bienvenue, ce sera de réaliser que s'éloigner un peu des problèmes des autres est parfois salutaire... Cela leur permet de se retrouver face à leur propre responsabilité et décision, de ne pas compter sur une seule personne et ainsi, tout le monde se met à la tâche... Et alors seulement, Bienvenue trouvera enfin le temps et le calme pour réfléchir et faire la paix avec elle-même, pour enfin profiter de la vie ! Et être sa bonne samaritaine à elle, et non plus celle des autres !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0