Articles avec #thrillers polars etrangers tag

Publié le 11 Août 2020

Toute la vérité, thriller, karen cleveland, espionnage, russie, CIA, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Pocket - 394 pages - 7.95 €

Parution d'origine chez Robert Laffont en 2018

L'histoire : Vivian est mariée à Matt depuis 10 ans. Ensemble ils ont 4 enfants et vivent dans un quartier bourgeois de Washington. Le couple parfait... Vivian est analyste contre espionnage à la CIA section Russie. Un jour, dans une série de photos d'agents dormants, elle trouve celle de Matt ! Qui est l'homme avec qui elle partage tout depuis 10 ans et qu'elle pensait si bien connaître ? Et surtout comment sauver sa famille tout en restant loyale envers son pays ?

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Ma CB déconfinée !

 

 

Mon humble avis : Dans la catégorie "Page Turner", j'attribue sans hésiter la note de 10/10 à ce thriller... Lu absolument sous tension, voire même pression artérielle, en apnée une page sur deux, et le palpitant qui palpite tant qu'il semblait résonner dans ma chambre !

Toute la vérité est un thriller psychologique d'espionnage... Enfin, maintenant, on dit "renseignement ou "contre-renseignement". Mais n'ayez aucune crainte, il est très facile à suivre, sans prise de tête, puisqu'il n'y a pas ici trente-six ramifications en présence. Juste les américains et les russes, en territoire US. Pas non plus de scènes sanguinolentes ou de tortures. On va donc dire que c'est soft et pourtant, le lecteur est sous-tension non-stop !

Comme Vivian, l'héroïne et la narratrice qui découvre que son parfait mari est un espion dormant à la solde des Russes. D'ailleurs, celui-ci ne nie pas lorsque Vivian lui fait part de cette découverte. Pour Vivian, dix ans de vie commune s'effondrent... Et régulièrement, au fil des chapitres, elle relit son passé pour comprendre où le mensonge a commencé et pour déceler des traces de celui-ci. Jusqu'où la manipulation s'est-elle immiscée dans son couple et sa vie ? Pourtant, Matt maintient qu'il l'aime, qu'il n'a pas pu faire autrement, qu'il était piégé...

Et pour sauver sa famille, Vivian va se retrouver piégée à son tour... Oui, Vivian est une américaine pure souche et on le sait : famille et patrie sont le socle de la vie. Donc comment sauver sa famille sans trahir sa patrie... Voilà le périlleux et surtout dangereux exercice que Vivian doit surmonter, malgré les menaces qui s'approchent et se multiplient. Et cette question qui ne la quitte jamais : Menteur ? Sincère ? Sincère et menteur à la fois ? En qui faire confiance ? Bref, l'expression tomber dans un nid d'espion prend tout son sens ! Karen Cleveland sait maintenir son lecteur dans ce nid par des révélations inattendues jusqu'à la fin, la toute fin même qui fait froid dans le dos !

Un thriller parfait pour la plage ou sous la couette en hiver !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 3 Août 2020

Thriller, roman, Radgoll, enquête, Daniel Cole, avis, chronique, lecture, blog

Thriller - Editions Audiolib - 12h24 d'écoute - 21.05 €

Parution d'origine chez Robert Laffont en 2017

L'histoire : Un cadavre... mais 6 victimes... La police Londonienne découvre un corps cousu composé de membres et parties de corps de 6 personnes... Très vite, la presse nomme ce corps "Ragdoll". Pour la Metropolitan Police de Londres et l'inspecteur "Wolf", le temps presse... Il faut retrouver les propriétaires des membres de Ragdoll, et surtout, protéger 10 personnes dont le tueurs à dresser la liste... 10 personnes qui mourrons à des dates et heures précises... En fin de liste, l'inspecteur "Wolf" lui-même.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Que les lecteurs au coeur sensibles se rassurent : même si le crime principal de cette affaire est peu ragoûtant, et que les meurtres se multiplient dans cette histoire, Daniel Cole ne prend pas un malin plaisir dans des descriptions glauques interminables. Non, celles-ci sont réduites au minimum pour avoir tout de même un minimum d'effet.

Dès le début, nous sommes prévenus, ce crime est en rapport avec d'autres commis il y a des années et sur lesquels Wolf et son équipe avait enquêté en pur perte... puisque le procès avait reconnu le "Tueur crématiste" de 27 victimes non coupable... Cette histoire avait plongé Wolf près de la folie et conduit à son internement...

Quatre ans plus tard, Wolf a réintégré son poste lorsqu'arrive Ragdoll (poupée de chiffon en français, et race de chats aussi !)... La police découvre très vite que l'une des parties du corps appartient au Tueur Crématiste. Qui sont les autres, et quel lien avec la liste des  10 futures cibles du psychopathe ?

Une enquête qui tient en haleine, avec différentes ramifications, de vraies et de fausses pistes, les vraies étant plutôt méprisées par la police tant elles semblent incroyables, inconcevables. Heureusement, il y a Edmunds , un bleu qui vient de la brigade financière après une formation en "profilage". Il va remuer un peu une équipe embouée dans ses certitudes.

Dommage cependant que les indices comptant réellement dans l'enquête soient si peu développés et expliqués aux lecteurs pour que ceux-ci aient le temps de s'installer dans leur esprit et de gagner en clarté... Car cela rendrait peut-être la fin un peu moins grandiloquente et abracadabrantesque... Donc un peu décevante même si très surprenante.

Dans ce roman, Daniel Cole s'attache à dénoncer les usages et débordements de la presse lors d'affaires policières de cette ampleur... Les médias répondent-ils à l'attente du public ou créent-ils cette attente, cette fascination pour le morbide ? Quoiqu'il en soit, les meurtres deviennent des produits marketing...

Quant aux personnages policiers, ils ont des comportements qui paraissent assez improbables. Mais bon, nous sommes dans un roman, donc pourquoi pas, on tourne les pages pour se distraire et parce que l'on est pris par cette histoire.

Je déconseille la version audio... Certains personnages sont interprétés avec des voix insupportables et/ou caricaturales.

Bref, un thriller imparfait mais qui fait tout de même bien le job !

PS : Pour les volontaires, je viens d'apprendre qu'il y a une suite sous les titres de "l'appât"et de "Les loups".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 8 Juin 2020

Littérature, polar, Ecosse, Edimbourg, Le club des philosophes amateurs, avis, chronique, blog; éthique appliquée

Polar - Editions 10/18 - 285 pages - 7.80 €

Parution d'origine aux Editions des deux terres en 2005.

L'histoire : A Edimbourg, Isabel Dalhousie est responsable de la revue "Ethique Appliquée" et dirige le club des philosophe amateurs. Un soir, alors qu'elle assiste à un concert de musique classique, un jeune homme tombe, devant elle, depuis le balcon supérieur, et s'écrase mortellement sur les fauteuils rouges en dessous. Isabel est persuadée qu'il ne s'agit pas d'un accident et se lance dans une enquête, plus ou moins dirigée par l'éthique appliquée.

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Ah ! Les mystères de la littérature et de sa soeur sans laquelle elle n'existerait que peu : l'édition.

Ce roman est publié dans la collection "Grands détectives".... Sauf que d'enquête, il n'est que très peu question : quelque réflexions et déductions, une ou deux rencontres avec les possibles protagonistes d'un potentiel crime, rien de plus... Et une fin toujours sous le sceau de l'éthique appliquée : où commence la culpabilité, au sens moral et au sens légal ? Et surtout, le châtiment est-il toujours nécessaire ? (En résumé hein !!)

Quant au Club des Philosophes amateurs, avec qui l'on s'attend à passer de bonnes soirées, ou éventuellement des tea times en philosophant à bâtons rompus, et bien il n'est que mentionné, donc on ne le rencontre jamais... Au point que l'on pourrait douter de son existence.

La philosophie n'est présente ici qu'à travers quelques réflexions d'éthique appliquée. Ce sont celles d'Isabel, qui émanent au fil de ses lectures d'articles supposés étayer sa revue ou encore au moindre plus ou moins petit incident quotidien qu'elle rencontre. Rien de grandiose donc, et ces incartades philosophiques prennent place lors de petites digressions. Oui, petites, qui donne donc au lecteur envieux de remuer un peu ses neurones de le faire, mais qui ne permet pas au "philosophe" plus chevronné d'éventuellement s'éclater et de discuter autant avec Isabel qu'avec lui-même très longtemps.

Le titre du roman et la collection de l'éditeur sont donc très trompeurs et pour cela, sa lecture se fait décevante et sans grand intérêt.

Et pourtant, et c'est là que les mystères de la littérature surgissent de nouveau, ma lecture n'en fut pas pour autant désagréable. Peut-être est-ce le charme British, que dis-je scottish qui a agi ? Je ne saurai dire... laissons une part de mystère !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 29 Mai 2020

L'affaire cendrillon, polar, thriller, hollywood, Mary Higgins Clark, avis, blog, chronique, livre audio

Thriller -  Editions Audiolib - 9h11 d'écoute - 22.90 €

Parution d'origine chez Albin Michel en 2015

L'histoire : Laurie Mauran, productrice d'une émission de télévision que revient sur des meurtres jamais élucidés, se penche sur l'Affaire Cendrillon...

Ce cold case remonte à 20 ans. Suzanne, une belle étudiante est retrouvée morte à Hollywood alors qu'elle aurait du se trouver à un casting pour un premier rôle.

Laurie et ses collègues reprennent donc l'enquête à zéro, en s'appuyant sur l'entourage de l'époque de Suzanne. Ce qui va évidemment réveiller certaines personnes qu'il vaut mieux laisser dormir...

Tentation : Le sujet

Fournisseur : Bib et donc ma PAL audio.

 

Mon humble avis : Depuis toujours, je préfère lire des auteurs vivants que morts. Et depuis des années, je les empile dans ma PAL. Sauf que les écrivains sont comme tout le monde, ils décèdent aussi... J'ai donc de plus en plus de livres orphelins dans mes PAL papier et audio... Voilà pourquoi j'en ai sorti ce thriller, écrit mains de Mary Higgins Clark 'décédée récemment) et d'Alafair Burke. Ce titre ne doit être que le 3ème que je lis de la reine du crime américain. Donc je ne suis pas grande connaisseuse de cette grande dame de la littérature à suspense.

Mon audiolecture fut très agréable et franchement réussie. Les décors sont bien plantés, les personnages variés et bien campés, le style agréable malgré quelques passages ou dialogues que j'ai perçus comme étant un peu "nunuches". Disons que ce roman est très classique dans le genre et par rapport à d'autres thrillers qui jouent horriblement (dans tous les sens) avec vos nerfs, celui-ci m'a paru comme un peu désuet, mais d'une désuétude agréable, reposante

Il n'empêche, cette intrigue est diablement efficace, rondement menée et construite avec maestria, jusqu'en ses moindres recoins. C'est vraiment une histoire à tiroirs et régulièrement, la suspicion du lecteur change de cible parmi les protagonistes de l'affaire, et ceci, quasiment dès le début. D'autant que l'écrivaine ne tarde pas à ajouter quelque nouveau cadavre dans l'équation.

Si quelqu'un découvre ou a découvert le nom du tueur avant la fin, et bien qu'il me le dise !

Un bon moment de lecture doté d'un excellent suspense, à ne pas bouder donc, surtout en cette période estivale approchante et propice aux lectures plus légères !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 19 Mai 2020

Thriller, Allemagne, Littérature Allemande, Le chasseur de regards, Sebastian Fitzek, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Livre de Poche - 456 pages - 6.50 €

Parution d'origine aux Editions de l'Archipel en 2014

L'histoire :  Alexander Zorbach, reporter dans un grand quotidien berlinois, a déjoué les plans du tristement célèbre Voleur de regards, un psychopathe ayant assassiné plusieurs enfants avant de leur prélever l’œil gauche. Mais ce dernier s’est évaporé dans la nature. Avec une nouvelle proie : Julian, le propre fils de Zorbach... Dans le même temps, l’un des meilleurs ophtalmologues du monde est soupçonné d’avoir pour le plaisir découpé les paupières de plusieurs femmes. Qui sont ces monstres ? Pourquoi une telle fascination morbide ? Zorbach, s’il veut retrouver son fils, va devoir se muer en chasseur...

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Depuis mes lectures des excellents Thérapie et Ne les crois pas, je gardais le souvenir d'un Sebastian Fitzek maestro du thriller (allemand). Aussi, je frétillais d'avance de plaisir en piochant récemment "Le chasseur de regards" dans ma PAL !

Hélas j'ai vite "défrétaillé"... même si j'ai vraiment frissonné d'horreur, de trouille et de dégoût. Les serial killers qui sévissent  dans ce roman sont vraiment tarés jusqu'à l'Iris et plus qu'inquiétants ! Le fond de cette très sombre histoire est bien pensé, le suspense nous accroche à chaque page, espérant que chaque "très mauvaise situation" se termine au plus vite et dans le bon sens. Donc oui, Sebastien Fitzek a tout de même quelques arguments, rebondissement, faux-semblants pour tenir son lecteur en haleine avec ce titre. Oui mais...

En prologue, l'auteur prévient le lecteur que cet opus est la suite "Du Voleur de regards", mais que chaque titre peuvent être lus indépendamment (je confirme). Cependant, en commençant par le deuxième titre, l'intérêt du premier s'en trouvera naturellement diminué. Pas grave pour moi. Ce chasseur de regard ne me donne ni l'envie de lire le voleur de regard, ni le regret de ne pas en avoir pris connaissance.

En fait, cette lecture m'a parue parfois laborieuse, et donc pas du tout fluide. Nombre de fois il m'a fallu relire certaines phrases pour être sûre de les avoir saisies. En fait, le style m'a semblé mauvais (peut-être est-ce dû à la traduction ?) et le choix narratif assez scabreux, bref maladroit et de ce fait, pas si plaisant que ça : Alternance de chapitres où s'exprime Zorbach à la première personne du singulier et d'autres où c'est l'auteur qui raconte à la troisième personne. Les dialogues sont très caricaturaux et parfois improbables vues les situations vécues (donc agaçants), les ruminations des personnages alors qu'ils subissent un enfer semblent souvent hors de propos, et la psychologie développée ici ne va pas plus haut qu'un zinc de comptoir. A plusieurs reprises, je me suis dit "comme par hasard".

Quant à la fin... Et bien elle a deux visages. L'une très attendue et l'autre, très surprenante dans le bon sens du terme. Donc pas si mal. Dommage que deux personnages soient oubliés de cette fin... comme s'il manquait des pièces au puzzle.

Une lecture en demi-teinte pour moi que ce Chasseur de regards un peu brouillon. Mais, en fonction des super souvenirs que j'avais des romans de Fitzek, je dois dire que je suis globalement déçue.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 1 Mai 2020

Littérature, Polar, thriller, Atlantis, Atlantide, mythe de l'Atlandide, David Gibbins, roman

Thriller - Editions Pocket - 532 pages -  8.40 €

 

Parution en 2007

L'histoire : Après de surprenantes découvertes archéologiques au large de la Grèce et dans des tombes Egyptiennes, une équipe de scientifiques et d'archéologues partent à la recherche d'un site qui pourrait bien être la fameuse cité engloutie de l'Atlandide... Mais attention, en mer Noire, il faut aussi compter avec de nombreux dangers et d'autres prétendants aux trésors, prétendants violents et prêts à tout pour s'enrichir personnellement, et non pour enrichir l'Histoire. C'est donc une aventure aux origines de la civilisation qui attend nos comparses, si toutefois ils surmontent tous les obstacles et usent de tous leurs connaissances réunies.

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : Cela fait longtemps que je n'ai pas mérité une telle médaille du mérite... Celui de la persévérance pour finir un roman qui ne me plait pas, voire même dont la lecture m'abrutit... même si j'y trouvais tout de même un peu d'intérêt... enfoui sous des tonnes de sédiments et limon (oups, de détails)

La couverture Italienne de ce roman annonce un mélange du "Da Vinci Code" et d'Indiana Jones. Aussi je me suis dit, en plein confinement : chouette, une intrigue complexe et de l'aventure, voilà qui est parfait. Sauf que non...

David Gibbins est docteur en archéologie à Cambridge, donc il maîtrise évidemment très bien son sujet, sauf que j'ai comme l'impression qu'il oublie de se mettre un peu au niveau de son lecteur. En fait, l'action en elle-même occupe peu de pages dans ce roman. Le reste n'est que descriptions ultra précises (type mode d'emploi) et soporifiques de technologies et techniques diverses : sous-marines, archéologiques, nucléaires, militaires et armements (après une telle lecture, on connait de débit de balles de chaque arme sur terre, la vitesse de chaque hélicoptère, les spécificités des sous marins nucléaires russes, la flottabilité de certains navires, j'en passe et des meilleures, ou des pires...). De ce fait, il me semble que jamais de ma vie je n'ai sauté autant de paragraphes, voire de pages, pour parvenir en santé mentale correcte en fin de roman.

Et pourtant, ce thriller part d'une bonne et excitante idée  ( l'Atlandide, non mais, tout de même !) et pourrait permettre un enrichissement culturel et historique personnel. Mais là encore, trop de détails tuent l'intérêt. De plus, dans ce genre de roman ultra documenté mais qui reste tout de même de la fiction, j'en arrive souvent à ne plus savoir ce que je dois prendre pour vérité historique absolue ou pour imagination romanesque. "Atlantis" évoque tant de périodes historiques que personnellement, j'étais souvent perdue, malgré mon envie de me situer (on passe - dans le désordre et j'en oublie - par la période glaciaire, le néolithique, le néolithique supérieur, l'âge de bronze, la préhistoire, l'antiquité, l'époque minoenne, l'époque mycenienne, les différentes peuplades indo européennes, la Grèce continentale, la Crète, l'Egypte, Théra (santorin) etc.... On y trouve aussi Platon, Moïse , Noé... Sauf que perso, j'étais paumée sous la tonne de détails, sans savoir si ceux-ci étaient du lard ou du cochon.

Le style est assez pauvre (sauf dans le vocabulaire technique où il excelle) et les dialogues sont parfois navrants... Peut-être est-ce lié à la traduction. 

Après une petite recherche, il semble que David Gibbins soit un écrivain prolifique, dans des romans du même genre. Je vais m'arrêter là, je ne suis pas maso au point de replonger, même si j'ai sans doute appris quelques petites choses, combien de temps vont elles me rester en mémoire ?... Dommage, le sujet m'excitait vraiment. Peut-être que les passionnés d'archéologie, d'Histoire très ancienne et des technologies nécessaires à ces découvertes s'y retrouveront plus au point d'apprécier cette lecture, voire de se passionner pour ce roman qui s'approche plus de la thèse à haute teneur scientifique que du thriller divertissant. Peut-être. Mais de mon côté, j'ai frôlé l'ivresse de la profondeur de l'ennui presque mortel, au point de risquer le caisson de décompression !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 7 Avril 2020

thriller, Etats Unis, Echo Park, Michael Connelly, blog, avis, chronique

Polar - Editions Points - 429 pages - 10.70 €

Parution d'origine aux Editions du Seuil en 2007 

 

L'histoire : Depuis 13 ans, l'officier Harry Bosh ressort régulièrement le dossier du meurtre de Marie Gesto et reprend l'enquête. Il espère toujours retrouver l'assassin et le corps de la jeune femme.

Dans un autre service de la police de L.A, un tueur en série juste arrêté avoue parmi plusieurs meutres, celui de Marie. Contre un marché avec les institutions, il se dit près à amener la police auprès des restes du corps.

Le soulagement de Bosh est de courte durée, car il se méfie de cet aveu, un peu trop beau pour être honnête. La suspicion de Bosh se révèle très vite de bon aloi et celui-ci n'est pas près d'aller au bout des surprises, ni de l'horreur (suggérée très ponctuellement mais pas décrite avec complaisance)

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Echo Park (quartier de Los Angeles), est un excellent polar, extrêmement bien ficelé, qui ne manque pas de rebondissements, de fausses / bonnes pistes... qui rende sa lecture addictive et exclusive... C'est un de ses romans qui rend le reste de votre vie secondaire, même si primordial dans la logique des choses... La lecture étant un hobby, elle devrait passer après le reste ! Mais non, pas avec une telle histoire. 

Je ne suis pas une adepte de Connelly, puisque ma dernière lecture de ce redoutable auteur de polars américain remonte à une vingtaine d'année. Mais sa réputation étant, en piochant un de ses opus dans une PAL, on est sûr de ne pas faire d'erreur.

Ici, nous accompagnons Harry Bosh, qui semble être un personnage récurrent de Connelly. J'imagine qu'avec Echo Park, nous croisons des personnages sans doute entrevus dans des tomes précédents ou suivants.

Bon, les descriptions précises de la ville de L.A, pour qui ne la connaît pas du tout et ne peut donc pas visualiser, sont parfois un peu de trop. De même, THE moment qui fait basculer l'histoire et donne un sacré coup d'accélération manque un peu d'originalité pour ce genre littéraire.

Il n'empêche, l'enquête est diligentée de façon captivante et vraiment intéressante pour le lecteur. Nous sommes dans une enquête où presque tous les protagonistes semblent être borderline par rapport à la loi, la légalité. Après, borderline pourquoi pas, si c'est pour que la justice gagne.... A chacun de voir quel chien il choisit de nourrir : le bon ou le mauvais chien que chacun porte en soi.  Le doute peut peser sur chacun d'entre eux, dans cet environnement policier de L.A où corruption et politique ne sont jamais très loin, et parfois très entremêlées. A Bosh de démêler tout cela, de se méfier des apparences, plus ou moins dans les règles de l'art, tantôt chasseur, tantôt proie, mais toujours fidèle à lui-même... Pour le plus grand plaisir des lecteurs.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 5 Février 2020

Mortelle protection, Robert Crais, thriller, polar, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Pocket - 436 pages - 7.90 €

Parution d'origine chez Belfond en 2008

 

L'histoire : L.A : Suite à un léger accident de voiture, la jeune Larkin Conner Barkley, fille d'un richissime homme d'affaires, se retrouve embringuée dans une histoire qui la dépasse et témoin dans une affaire fédérale et donc sous protection du FBI... Protection qui semble bien inefficace, vue le nombre de fois où Larkin échappe de peu à la mort. Son seul gage de survit désormais est d'accepter la protection et les méthodes de Joe Pike, ancien marine, policier du LAPD, et mercenaire, reconverti dans le privé. Si elle suit ses méthodes, peut-être restera-t-elle en vie alors que tout son entourage ne semble pas inspirer confiance. Le "trip" commence !

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Bien m'en a pris de piocher ce thriller dans ma PAL ! Dévoré très vite car dévorant lui-même !

Mortelle Protection est le genre de thriller qui devient le centre de votre vie sitôt que vous avez lu les premières pages. Ultra addictif et très agréable à lire. La tension vient du suspense, de l'action, du rythme qui ne faiblit jamais et des multiples rebondissent dans cette étrange histoire. En effet, ne se suffisant pas de son rôle de garde du corps, Joe Pike enquête avec l'aide de quelques amis et relations, afin de découvrir qui en veut réellement à la vie de Larkin et pourquoi. Tout le monde ou presque est de plus en plus louche dans cette histoire, et même le FBI dont les agents semblent, à tort ou à raison, un peu ripoux. Mais pourquoi ? Bref, Joe et Larkin ne peuvent plus se fier à personne ou presque.

Joe Pike est un homme sombre est super entraîné... Dans ces pages, il nous livre comme un manuel de survie en milieu urbain hostile ! Certes, les personnages semblent un peu caricaturaux parfois, même s'il leur arrive de temps en temps de tomber la carapace. Dans les descriptions de Larkin qui sont faites au début (et si l'on prend en compte l'époque de parution du roman), on ne peut que penser à Paris Hilton ! Mais se méfier des apparences !

Ce thriller est extrêmement bien ficelé et efficace, comme les américains savent le faire, et important à préciser sans scènes insupportablement gores ou autre. Certes, quelques cadavres s'accumulent, mais nettement, le plus souvent d'une balle dans la tête ! Donc nuit blanche potentielle car lecture captivante, mais non par cauchemar.

Bref, Mortelle Protection ressemble à ces films qui déménagent que j'affectionne parfois pour me distraire mais avec une bonne dose adrénaline, qui me clouent à mon fauteuil. De bons thrillers d'action, qui misent sur le rythme et les surprises et non sur l'angoisse grandissante du spectateur ou du lecteur comme le font certains thrillers plus psychologiques.

En fait, je regrette un peu de m'être éloignée du genre thriller ces dernières années, même si j'en ai bien empilé ! Je recommande donc Mortelle Protection, entre deux lectures plus "lourdes" !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 16 Janvier 2020

Thriller - Editions Lizzie - 9h56 d'écoute - 21 €

Parution d'origine chez Sonatine en octobre 2018

L'histoire : Callie et Tilda sont soeurs jumelles sans ressemblance. Londoniennes toutes les deux. Callie, libraire à temps partiel, vit depuis toujours dans l'ombre de Tilda, actrice qui commence à être réputée. Les deux soeurs sont proches, presque fusionnelles, jusqu'à ce que Tilda rencontre Félix, un riche banquier. Le comportement de Tilda se métamorphose alors que Félix pourrait paraître violent et dominant... Callie voit cela de l'extérieur, s'inquiète et se renseigne sur forums spécialisés dans la violence domestique... Quelques mois plus tard, Félix est retrouvé mort, à priori d'une crise cardiaque...

 

Tentation : Envie d'un bon thriller

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Voici un bon thriller british très psychologique, qui, sans être vraiment palpitant, reste très captivant. Pas de nuit blanche ni de suée, mais de l'observation, de l'attention, la recherche du détail... Pas non plus de grande originalité dans le postulat de base : deux soeurs jumelles... le sujet est bien exploité en littérature. La richesse de ce roman tient d'abord dans l'extraordinaire psychologie des personnages, vraiment travaillées, approfondie, maîtrisée et évidemment à sa construction et son dénouement !

Le suspense est toujours latent, même si l'on sait dès le premier chapitre que Félix va mourir. Cette mort limpide pour la police mais suspecte pour nous lecteurs advient presque aux deux tiers du roman, ce qui, quelque part, donne relance l'histoire. Cette mort tardive n'enlève rien à l'intérêt de l'oeuvre. Certes, j'y ai trouvé quelques petites longueurs - mais celles-ci sont peut-être nécessaires pour bien poser le caractère paradoxal des deux héroïnes - et à la fin, il m'a semblé qu'il me manquait deux ou trois petites explications finales, à moins que ce ne soit ma mémoire qui me fasse défaut.

En tous cas, cette histoire machiavélique est sacrément bien construite. Le doute est PERMANENT et change à chaque fois de cible, ou de victime. Callie est la narratrice, alors on est en droit de se demander si elle est objective et libre à elle d'éventuellement nous balader comme elle le veut. Donc méfiance, faut-il croire tout ce qu'elle dit ? Mystère. Régulièrement, Jane Robins lâche détails, informations ou anecdotes qui ne font que renforcer ou relancer notre incertitude.

Il faut tout de même dire que l'on se rend bien compte que chacune des soeurs est bien particulière (je ne spolierai pas !) et aucune ne semble être vraiment équilibrée. Manipulation ? Paranoïa ? Harcèlement ? Jalousie ? Obsession ? Vous le saurez en lisant ce livre... En vous méfiant des illusions. On peut avoir des illusions, se faire des illusions ou encore donner l'illusion de...  

Tentez de garder la tête claire pour découvrir qui, des deux soeurs, est la plus folle quelque part !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 27 Décembre 2019

Anatomie d'un scandale, littérature anglaise, thriller psychologique, Sarah Vaughan

Thriller - Editions Audiolib - 11h40 d'écoute - 20.60 €

Parution d'origine aux éditions Préludes en janvier 2019

L'histoire : James Withhouse, homme politique connu, député et meilleur ami du premier ministre, est accusé de viol. Kate, avocate (conseillère de la Reine), se voit confier la mission d'obtenir la condamnation de l'homme devant la cours. Kate y mettre tout son coeur, toute sa force, toute sa personne.

De l'autre côté, il y a Sophie, l'épouse de WhiteHouse avec qui elle forme ce si beau couple parfait, chouchous des médias etc... Va t-elle soutenir son mari ? Et si oui, jusqu'à quand ? Qu'est-ce qu'une épouse peut accepter de son mari sans se renier ? Et derrière cette accusation, y a-t-il d'autres secrets enfouis ?

Tentation : Pourquoi pas, envie d'un thriller psychologique !

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Quatrième de couv et description de l'oeuvre évoquent un bestseller international, un thriller psychologique et domestique sulfureux, ténébreux et puissant.

Mouais, après lecture (ou écoute) je dirai ce que ce "thriller" est un peu survendu. Certes, il est intéressant et agréable à écouter, mais on ne peut pas dire que l'adrénaline monte beaucoup. Par contre, le blabla prend pas mal de place, et qui dit blabla, dit longueurs et répétitions. En même temps, le blabla est difficilement contournable quand presque un tiers du roman se déroule dans une salle d'audience anglaise, dans un procès retentissant, qui fait couler beaucoup d'encre et ou deux avocates bataillent pour leur objectif : accuser ou innocenter. Et évidemment, le lecteur est pris dans l'histoire, puisqu'il veut "savoir".

Ce roman surfe sur l'époque #meetoo en se penchant avec justesse et profondeur sur la question, qui peut être délicate et très ténue, du consentement dans une relation sexuel. Oui, la marge qui peut faire basculer un acte sexuel en viol est très fine, comme le fil d'un rasoir. Autre sujet important que Sarah Vaughan développe dans cette histoire : la vérité, ce qu'on en fait, l'idée que l'on en a, comment on la transforme, sciemment ou inconsciemment.

Que dire d'autre, sinon que le récit nous emmène régulièrement dans le passé, en 1993 exactement, où certains des protagonistes de l'affaire étaient alors des étudiants d'Oxford, jeunesse dorée, née avec une cuillère en argent dans la bouche, et promise à un bel avenir. Et pour garantir cet avenir, il semble que tous les coups sont permis. Cette immersion Oxfordienne m'a intéressée, même si elle m'a souvent répugnée. A part cela, Sarah Vaughan nous plonge dans le coeur d'un couple, autant ordinaire qu'extraordinaire, puisque nous sommes dans les hautes sphères politiques, où la jeunesse d'Oxford a pris quelques rides mais beaucoup de pouvoirs. A-t-elle pour autant gagné en sagesse ?

Un roman intéressant mais pas aussi captivant et transcendant que l'on peut l'espérer d'une oeuvre estampillée thriller psychologique.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0