Articles avec #cinema francais tag

Publié le 2 Décembre 2012

Synopsis : Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

 

 

Comédie ave Romain Duris, Deborah François, Bérénice Bejo, Nicolas Bedos, Miou Miou...

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Retour dans les salles obscures après 10 jours au soleil parfaitement réussi : un coup de coeur, tout de suite ! Chouette ! Quel film ! Un film qui fait du bien, que l'on regarde avec le sourire du début à la fin, un film enchanteur et euphorisant ! Populaire possède aussi un charme désuet qui n'est pas sans me rappeler le film "Les émotifs anonymes", tant dans les décors, que les rapports entre les personnages.

Populaire nous ramène à une époque, 1959, où pour les jeunes femmes, le rêve ultime était de devenir secrétaire.... Ensuite, il y a eu celui d'être hôtesse de l'air. Maintenant, les jeunes femmes n'ont plus de rêves collectifs puisqu'à priori et à quelques exceptions près, tout métier leur est accessible.

Le scénario est aussi audacieux que léger. Audacieux, car faire une film sur des concours de vitesse de dactylographie dans les années 50 n'est sans doute pas une idée qui viendrait à chacun au lever du lit. Léger, car l'histoire et la réalisation mettent en avant fraîcheur, humour et simplicité. Même si l'on peut éventuellement deviner où ce film nous mènera, notre plaisir n'en n'est pas diminuer, au contraire ! Et l'on en vient à être très stressée et excité lors des épreuves de vitesse, redoutant l'inévitable, comptant le nombre de page enfilées dans le rouleau par les concurrentes...

L'alchimie entre les deux acteurs principaux, Romain Duris et Deborah Francois, fonctionne à merveille. Lui dure au coeur tendre, elle fragile et maladroite dont le caractère s'affirme au fil du film. Dire que Déborah François a été choisie parmi 150 comédiennes auditionnées ! Mon petit doigt me dit qu'elle n'aura plus beaucoup d'audition à passer, mais que les propositions de scénario arriveront tous seuls dans sa boite aux lettres ! C'est en effet tout le mal que je lui souhaite !

Au delà de cet aspect de légèreté, le film s'attache à traiter le sujetdes conditions de femmes dans les années 50, mais surtout, celui du sport de compétition, du mental, de l'entraînement, et du rapport entre coach et sportif. Comment, j'entends que vous doutez que la vitesse dactylographique soit un sport ? Alors, allez voir ce film, et en courant, cela vous redonnera déjà quelques notions de base sur le sport, l'effort et l'endurance !

Lorsque le générique de fin est apparu, je me suis demandée....Et si, en 2012, on organisait encore ce genre de concours, qui gagnerait : une jeune secrétaire, vêtue d'un tailleur et coiffeur ou un geek, pâle de n'avoir vu le soleil depuis 3 mois mais ayant les doigts collés sur son clavier de PC depuis sa tendre enfance ???

Populaire, un comédie romantique délicieuse et rafraichissante, où l'on rit de bon coeur. Lors de ma séance, la salle s'est lancée à quelques applaudissements !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Novembre 2012

Synopsis :

 

Michaël, Nabil et Sylvain, trois trentenaires de Nanterre, débarquent à New York par surprise à l'occasion de l’anniversaire de Samia, leur amie d'enfance. C'est Gabrielle, elle aussi une amie de toujours qui a tout organisé. Les deux copines ont quitté leur cité depuis deux ans pour tenter leurs chances aux États-Unis. Samia est l'assistante personnelle d'une célèbre comédienne avec qui elle partage un sublime appartement. Gabrielle, quant à elle, travaille dans une maison de retraite où elle a lié une relation tendre avec Mme Hazan, une Française placée ici par ses enfants.
Transposés à New York, les liens étroits tissés depuis toujours prennent un relief particulier, au rythme des péripéties de leur séjour, du quotidien new-yorkais des deux amies et de la découverte de la ville culte...

 

 

Avec Leila Bekhti, Géraldine Nakache, Manu Payet, Marthe Villalonga

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile2.jpg

 

 

Mon humble avis : Ô déception. Une bande annonce qui vous laisse croire à un comédie douce et légère alors que ce film en est presque le contraire. Je n'ai pas ri une fois, ai trouvé le film long et décousu. Je n'avais pas lu le synopsis, aussi, il m'a fallu pas mal de temps pour comprendre enfin ce que faisait Samia dans ce splendid à New York.

Certes, ce film offre de très belles vues sur New York, un casting réussis et des personnages attachants. Il y a finalement beaucoup plus d'errance que d'histoire réelle. Dialogues et situations auraient pu être plus incisifs, plus marquant. Après la séance, il ne me reste aucune remarque ou aucune scène qui pourrait rester culte au moins quelques jours. L'amitié vantée par le film est trop souvent mise à mal, cela devient lassant et le sujet du film : la désillusion qui fait suite au rêve américain n'est pas assez exploité. Plutôt qu'une histoire, c'est une succession de saynettes à saveur très inégale qui se déroule devant nous, qui ne nous laissent ni le temps de rire, ni de nous attendrir.

Bref, pour moi, ce n'est qu'un film de plus. Et plat qui plus est.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 29 Octobre 2012

Synopsis :  

Vincent et Antoine, deux fans des années 80, dirigent une petite société de spectacle qui fait tourner des sosies dans toute la France. Entre déboires sentimentaux et caprices de leurs pseudo vedettes, l’affaire finit par péricliter. A laveille du dépôt de bilan, ils retrouvent un carton de vieux 45 tours : Jeanne Mas, Jean-Luc Lahaye, Lio, Desireless, Peter & Sloane, François Feldman, Début de soirée, Images, Cookie Dingler, Sabrina, Gilbert Montagné... tous les tubes des années 80 ! Immédiatement, l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les vraies Stars des années 80 ? Les deux producteurs partent alors en quête de ces vedettes oubliées, et montent une tournée de concerts qui débutera dans la galère avant de cartonner en province et

triompher… au Stade de France !

 

 

Avec Richard Anconina, Patrick Timsit, Désireless, Lio, Jean Luc Lahaye...

 

 

 

    

 

-toile4.jpg

 

 

 

 

Mon humble avis :  Que du bonheur, et aussi de  zeste d'émotion bienvenu !

Un conseil, pour voir ce film, placez vous au dernier rang ou sur les côtés de la salle, comme cela, si l'envie vous prend de vous lever, de chanter et de taper dans les mains, vous ne dérangerez personne.

Déjà, avec les deux copines autour de moi, on a chanté tout le temps ou presque. Et le générique vous invite à un karaoké, et là, c'est une bonne partie de la salle qui ne s'est pas gênée pour chanter et frapper des mains.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré ce film qui donne envie de chanter, fait la part belle à l'humour et à l'auto-dérision de pas mal de chanteur (bravo Jean Luc Lahaye, Sabrina, Lio, et même le producteur Valéry Zetun...) et à l'émotion, notamment quand Jeanne Mas pense que le public l'a oubliée et qu'elle monte sur scène avec un trac pas croyable. De même, le regard de petit garçon devant son rêve qui se réalise (à savoir Anconina devant Sabrina qui danse devant lui puis, plus tard, qui jaillit de l'eau avec un T.Shirt mouillé) fait passé de l'émotion à l'hilarité. On rit beaucoup, et l'on sent vraiment la joie et la bonne humeur qui ont du régner lors du tournage. Tous ces chanteurs (qui joue leur propre rôle) qui se sont croisés sur des plateaux télé il y a plus de 20 ans et qui ont eu manifestement beaucoup de plaisir à se retrouver sur le tournage.... Quelle nostalgie stimulante; mine de rien. Une époque où tout le monde connaissait les chansons par coeur, les chante encore 30 ans après. Je ne dis pas que ces chansons étaient délirantes de qualité, mais elles avaient au moins l'avantage de "réunir" tout le monde dans l'esprit de fête, de marquer des époques, des étés... Maintenant, plus personne n'achète de disque, chacun y va de ses petites (même si souvent excellentes trouvailles sur internet), mais il n'y a plus de tubes, plus aucune chanson des années 2010 sera scandée dans des salles de concert pleines à craquer dans 20 ans, et c'est dommage.

N'oublions pas qu'il s'agit d'une histoire vraie, de deux hommes à qui la vie n'épargnait pas grand chose et qui ont eu cette idée, réunir des anciennes stars des années 80 et de partir en tournée. Entre les difficultés financières, les salles presques vides et les égo déplacées, rien n'a été facile. Mais l'énergie de chacun a fini par payer, cela fait des années que stars 80 tournent dans toutes les villes de Frances à guichet fermé et avec une ambiance de folie (j'y fus d'ailleurs à Rennes il y a 3 ou 4 ans, génialissime !).

Bref, un film excellent, qui rebooste les batteries, qui met de bonne humeur, qui bénéficie d'une B.O stimulante, qui revient sur l'aventure d'un projet auquel seul deux personnes ont cru.... Et tu danses, et du chantes jusqu'au bout de la nuit ! Le film aurait pu durer une heure de plus, cela nous aurait bien plus ! A voir, voire même à revoir ! Une telle énergie positive fait du bien en ces temps et humeurs maussades. Une telle comédie ne se refuse pas !!!

 

 

   

 

 

   

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 27 Octobre 2012

Synopsis :

 

Pour contourner la malédiction qui anéantit tous les premiers mariages de sa famille, Isabelle a une stratégie pour épouser l'homme qu'elle aime : trouver un pigeon, le séduire, l’épouser et divorcer.
Un plan parfait si la cible n’était l'infernal Jean-Yves Berthier, rédacteur pour un guide touristique, qu'elle va suivre du Kilimandjaro à Moscou.
Un périple nuptial pour le meilleur et surtout pour le pire.

 

 

Avec Dany Boon, Diane Kruger, Alice Pol, Robert Plagnol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis :Allez, hop ! 4 étoiles ! Mon avis est il objectif ? Sans doute ni plus ni moins que d'habitude. Mais la présence de mon cher compatriote dans le film faisait de moi un public conquis d'avance. Qui dit conquis d'avance peut aussi signifier plus facilement décevable. Et bien non !

Cette comédie romantique remplit haut la main la contrat annoncé par la bande annonce, le pitch et l'affiche. Nous divertir, faire rire ! Oh oui, la salle a rit à gorge déployée !

Les ingrédients de la comédie sont bien là, à juste dose et la recette est savoureuse. On imagine plus ou moins la fin, mais pas un instant l'idée des multiples rebondissements ne nous est venue !

Que dire des superbes paysages qui jalonnent ce film et qui, pour le prix d'un ticket de cinéma, vous emmène aussi au bout du monde, en décors naturel : La réserve du Masaï Mara au Kenya, Moscou en Russie.

La mise en scène est originale. En effet, cette histoire est contée par Corinne, (la soeur d'ISabelle / Diane Kruger) par le biais des flash back. Lors d'un mémorable réveillon de Noël, avec une amie fraîchement divorcée et pleinement larmoyante, un beau père, une mère et un 2ème mari.... Bref, un repas de famille qui fait rêver.... Et bien oui, Corinne nous amuse et nous fait rêver en racontant les (mes)aventures de sa soeur à la rencontre urgente d'un premier mari.

Au milieu de tout cela, on ne compte pas les scènes hilarantes qui ne manquent pas d'arguments pour devenir culte.

Les ch'ti verront un court instant un clin d'oeil au sketch l'chiffonné d'l K.Way. Et Dany Boon s'illustrant dans une polka Russe, c'est délicieux. D'ailleurs, lors de l'avant première à laquelle j'ai assisté, j'ai demandé à Dany Boon s'il lui restait quelques pas en mémoire, celui ci nous a donc gratifié d'une démonstration en live de ces talents de danseur ! Excellent !

 

Photo : C'était tout à l'heure, au Gaumont, avec mo cht'i préféré ! Bon photo un peu floue, mais ce n'est pas moi qui l'ai prise !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 23 Octobre 2012

 Synopsis :  

50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d'envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne.
La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains…
Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c'est loin d'être gagné.
Quand Jolitorax arrive pour demander de l'aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu...

 

Avec Gérard Depardieu, Edouard Baer, Fabrice Luchini, Catherine Deneuve

 

 

 

 

  -toile2.jpg

    

 

 

Mon humble avis :  Allez, je vais être sympa, je vais mettre deux étoiles, parce que les intentions sont bonnes, même si le résultat est sans doute très éloigné de ces mêmes intentions. La distraction est là, accompagnée de longueurs. Et puis longueurs rime avec lourdeurs. Les quelques trouvailles et l'énergie que mettent la plus part des acteurs ne suffisent pas à proposer un film digne Gosciny qui, comme le montre une photo circulant sur Facebook, doit se retourner dans sa tombe.

Finalement, je préférais l'espèce de fougue de l'Asterix incarné par Christian Clavier à la placidité pseudo intellectuelle de la version Edouard Baer. Là se situe peut-être ma plus grande déception car j'adore autant l'acteur que l'homme, mais là, la potion magique ne prend pas.

Et, le pire dans cela, c'est cette espèce de mélange entre modernité et Histoire. Quel mauvais goût ! Jusque dans les costumes où l'on retrouve des pantalons slim genre H&M (à part le fameux rayé d'Obelix, aucun costume de fait ancien, usé, pré-médiéval car en 50 avant JC on est encore très loin de moyen âge) et le générique de fin où Goudurix se retrouve sur scène ave une guitare électrique à la place d'une cytare... L'anachronisme est constant et me fut désagréable.

 Alors mes deux étoiles vont pour les quelques bons moments (notamment avec Valérie Lemercier) et la 3 D, qui cette fois ci, se révèle enfin efficace depuis la pub jusqu'à la toute dernière image du film.

Astérix et Obelix sont peut être au service de sa majesté, mais cet opus caricatural dessert plutôt l'univers de nos gaulois nationaux (redondant non ?).
Alors, moi je dis, arrêtez là les frais ou alors, rendez nous Chabat !!!! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 19 Octobre 2012

Synopsis : Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables.

 

 

Avec Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott-Thomas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Fans de Luchini réveillez vous ! Agacés par Luchini, retournezvous coucher ! Quoique non ! Pour Ozon, ozez braver vos récalcitrances envers l'acteur à la diction théâtrale (bien tempérée par Ozon), vous en serez bien récompensés ! Et puis franchement, Luchini (à qui je suis toute acquise) est loin d'être le seul argument incontournable du film. Dans la maison est pour moi un film magistral, maîtrisé de bout en bout par un grand maître de l'atmosphère, de la manipulation : Ozon.

Parlons tout d'abord du personnage principal (qui n'est pas Luchini). Le jeune Claude, écrivain en herbe sous la houlette de son professeur. Il est incarné par un jeune acteur très très talentueux. J'ignore combien d'adolescents ont passé le casting, mais le choix  judicieux s'est porté sur ce comédien de 21 ans, afin d'assurer la maturité du personnage. Ernst Umhauer est très troublant : visage de chérubin, et sourire machiavélique...  Ce jeune homme est vraiment la surprise du film, car, et ce n'est pas un reproche, le talent de Luchini et la grâce et la justesse de Kristin Scott Thomas ne sont plus à prouver.

Le sujet maintenant... Le sujet, c'est la manipulation des uns et des autres, le voyeurisme, l'interprétation des choses et événements suivant l'axe de vision, le mensonge, la réalité, le fantasme, la fâcheuse manie qu'à notre époque de rentrer chez les gens de différentes manières (la presse, pas la meilleure, les émissions de télé, pas les plus culturelles). Ozon entremêle  tout ces ingrédients pour un film intéressant, qui devient captivant et évolue même vers une forme de thriller tant la tension monte et l'atmosphère devient irrespirable, voire malsaine. Le drame est annoncé, mais comment se manifestera-t-il ?
Ce qui sera très jubilatoire pour tout amoureux de la littérature et de l'écriture, ce sera les leçons d'écriture que Luchini donne à son élève. Comment captiver un lecteur etc... Et littéraires ou pas, vous prendrez votre pied dans ce jeu dangereux où vous invite Ozon. Car oui, le spectateur devient presque acteur de ce film. En fonction de son point de vue, il décidera, deveniera ou tentera de deviner où notre Claude se trouve dans la réalité, dans l'invention, dans la création. Manipulation je vous dis, c'est le mettre mot de ce film. On peut-même ignorer qui manipule le plus dans cette histoire : l'élève ou le prof.

Moi, j'ai mon idée sans doute très personnelle, qui ne spolie rien... Et si vous la partagez ou qu'elle ne vous parait pas complètement irrationnelle, faites le moi savoir  ! Et si tout était inventé pour aboutir à cette fin ???

Mais de toute façon, on est au cinéma, alors ! Ah oui, précision, on n'est pas dans n'importe quel cinéma, mais dans du grand cinéma !!!

Paris Match décrit ce film comme "littérorisant", et je suis tout à fait d'accord avec ce mot de poids !

 

    

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 11 Octobre 2012

 

Synopsis :Plaquée par son petit ami, Pauline se laisse entraîner par sa sœur dans un palace de la riviera italienne. Au lieu de savourer les joies du farniente, elle se persuade qu’un crime a été commis dans l’hôtel et s’improvise détective, embarquant dans ses investigations un séduisant maître-nageur…

 

 

Avec Sandrine Kiberlain, Audrey Lamy, Claudio Santamaria, Antoine Chappey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

-toile2.jpg

 

 Mon humble avis :Ce soir là, au cinéma, j'ai vu deux films à la suite : Les seigneurs que j'ai adoré et celui ci qui, du coup, m'est paru bien pâle en comparaison. Oui, presque terne et pourtant, les couleurs ne manquent pas, tant dans les tenues de Sandrine Kiberlain, que dans le ciel bien bleu, les palmiers bien verts et le rouge à lèvre très rouge... Certes, le film joue avec un aspect un peu désuet et rétro dans le scénario (la miss qui s'improvise détective mais qui est réellement gaffeuse). Il y a un côté Imogène Mc Carthery dans cette Pauline détective. Hélas, Pauline n'arrive pas à la cheville d'Imogene. Les situations sont vite répétitives, le personnage de Sandrine Kiberlain ne m'est pas paru plus sympathique que cela. Certes, la fin montre un aspect touchant que l'on n'imaginait pas chez certains personnages, et la dernière image nous laisse dans une situation inattendue. Mais cela ne suffit pas pour rendre cette Pauline détective incontournable, même si l'ensemble ne mérite pas non plus l'adjectif déplaisant. Divertissant, voilà qui convient.

Au fait, les filles, questions, quand vous prenez un bain seule (oui, je précise seule, car le fait d'être à deux pourrait justifier la chose) : vous appliquez vous une bonne couche de rouge à lèvres pour vous séduire vous mêmes ??? Voilà, c'est le genre de détails qui m'énervent , que je remarque et sur lesquels je bloque quand le film ne m'embarque pas et me laisse dans mon confortable fauteuil.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 7 Octobre 2012

Synopsis :  

Patrick Orbéra, la cinquantaine, est une ancienne gloire du football qui a totalement raté sa reconversion. Sans emploi, alcoolique et ruiné, il n’a même plus le droit de voir sa fille Laura. Contraint par un juge de retrouver un emploi stable, il n’a d’autre choix que de partir sur une petite île bretonne, pour entraîner l’équipe de foot locale. Si ils gagnent les 3 prochains matchs, ils réuniront assez d’argent pour sauver la conserverie de l’île, placée en redressement judiciaire, et qui emploie la moitié des habitants. Patrick Orbéra est immédiatement confronté à un obstacle majeur : transformer des pêcheurs en footballeurs quasi-professionnels. Il décide alors de faire appel à ses anciens coéquipiers pour l’aider à hisser le petit club breton parmi les grands…

  

Avec José Garcia, Omar Sy, Jean Pierre Marielle, Gad Elmaleh

 

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

Mon humble avis : Excellente surprise que ce film, surtout que j'y suis allée par pure curiosité, limites avec une bonne dose d'aprioris. J'espérais rire mais craignais le lourdingue.

Et bien j'ai ri, de bon coeur et toute la salle avec moi. Lors du générique de fin, une partie de la salle s'est même aventurée à lancer quelques applaudissements. En même temps, nous sommes à Rennes, et le film se déroule sur l'île de Molène dans le Finistère...

Le dicton dit : "Qui voit Molène voit sa peine" et bien moi je dis, qui voit "Les Seigneurs rit de bon coeur !"

Certes, comme le veulent les rouages de la franche comédie, les personnages sont parfois caricaturaux (poussés dans leur extrêmes) et de-ci-delà, quelques clichés régionaux fleurissent. Mais, mais, ils servent bien l'histoire et le rythme.

Il se dégage de ce film une bonne humeur contagieuse, on sent vraiment que les acteurs se sont bien amusés à tourner ce film. Certaines réparties ou quelques monologues (notamment ceux d'un Gad complètement à l'ouest) sont hilarants.

Mais le film de s'en tient pas à la rigolade, et c'est aussi une de ses forces. Ils est question d'une île isolée, et d'une conserverie de sardines sous la menace des huissiers. Cette conserverie, c'est le poumon économique de l'île. Le maire, les habitants et cette nouvelle équipe de foot plutôt improbable vont tous s'unir pour sauver cette entreprise. Certains ont tout à perdre, d'autres, tout à retrouver, comme un objectif de vie, un honneur... Alors, entre les lignes, on décèle une émotion vraie et sincère.

Évidemment, ce film se moque des stars du foot blindées de fric mais dépourvues de valeur morales et débordant d'égo et de malheur... forcément...

Alors, on en vient à rêver... A rêver que le sport de haut niveau retrouverait ses valeurs.... Que les footballeurs coureraient après un ballon pour une bonne cause, une cause qui à priori ne serait pas la leur, mais pour laquelle ils auraient envie de se battre.

En tous cas, de mon côté, je n'avais pas autant vibré devant un match de foot depuis 1998 !!!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Octobre 2012

Synopsis :

 

Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l'Élysée. Malgré les jalousies des chefs de la cuisine centrale, Hortense s’impose avec son caractère bien trempé. L’authenticité de sa cuisine séduira rapidement le Président, mais dans les coulisses du pouvoir, les obstacles sont nombreux…

 

 

Avec Catherine Frot, Jean D'Ormesson, Hyppolite Girardot...

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

étoile3etdemi 

 

   

Mon humble avis : Encore un film où il manque un petit ingrédient que l'on ne saurait nommer pour qu'il soit parfait.. Mais outre ce petit ingrédient manquant, on peut jouer aussi au jeu de "chercher l'intrus"... L'intrus est dans l'erreur de casting.... Jean D'Ormesson... Que fait il là, mise à part réaliser un vieux rêve de jouer à l'acteur ?... Malgré tout le respect que j'ai pour cet homme, et bien j'ai vraiment déploré sa présence : il fait du D'Ormesson et joue plus le rôle d'un vieillard dépassé que d'un président en activité.... Vraiment dommage, la France ne manque pas d'acteurs possédant la carrure pour incarner un président...

Mais à part ces désagréments, le film est on ne peut plus savoureux dans tous les sens du terme, et drôle par moment aussi.  Bien entendu, Catherine Frot n'est pas innocente dans l'aspect gustatif de ce film. Elle est brillante, comme d'habitude. Aussi bien en femme forte en caractère qui se bat contre le protocole et s'amuse dans sa cuisine... Que dans la femme qui s'est retirée au bout du monde, sur une île de l'océan antarctique, dans un univers rude et masculin mais bien plus chaleureux qu'au 55 rue du Faubourg Saint Honoré. J'ai beaucoup aimé cette alternance entre le passé élyséen d'Hortense et son présent sur cette île où elle régale ces hommes isolés d'une cuisine extraordinaire, devenant presque un peu leur mère à tous.

Mais revenant au palais de l'Elysée : La découverte des couloirs, du protocole, des us et coutumes par Hortense est assez jubilatoire. Les égo des uns et des autres débordent, notamment dans une gué-guerre que mène la cuisine centrale à la cuisine privée, où Hortense veut juste appliquer son art, faire la meilleure cuisine qui soit pour le Président, avec des mets raffinés et d'origine du terroir, une cuisine personnalisée, savoureux mélange de la cuisine de nos grand-mères et du raffinement qu'impose le lieu. Et là, on se régale, rien qu'avec les noms des plats et menus qui sont une réelle invitation au voyage gustatif... Quand aux scènes et aux images de cuisine, de coulis, de gâteaux, de choux farcis au saumon, de boeuf en croûte... Elles sont magnifiquement filmées, terriblement frustrantes, ont l'avantage de ne pas faire grossir, mais invite tout de même à filer au resto aussitôt sorti de la salle de ciné !

Ce film est avant tout une ode à la bonne cuisine française, élevée ici au rang d'art, de passion, de créativité, d'amour de la perfection et de l'expression de la personnalité. Cet objectif du film est parfaitement rempli !

 

  

  

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 19 Septembre 2012

Synopsis :

 

Camille a seize ans lorsqu’elle rencontre Eric. Ils s’aiment passionnément et Camille donne naissance à une fille…
25 ans plus tard : Eric quitte Camille pour une femme plus jeune.
Le soir du 31 décembre, Camille se trouve soudain renvoyée dans son passé.
Elle a de nouveau seize ans. Elle retrouve ses parents, ses amies, son adolescence… et Eric.
Va-t-elle fuir et tenter de changer leur vie à tous deux ? Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connaît la fin de leur histoire ?

 

 

Avec : Noémie Lvovsky , Samir Guesmi, Judith Chemla, Yolande Moreau, Denis Podalydès...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  étoile3etdemi

 

Mon humble avis : Camille, 40 ans, un brin trop penchée la bouteille et en pleine période de divorce, fait un malaise au 12ème coup de minuit un 31 décembre.... Et ce réveille en 1985, alors qu'elle avait 16 ans.

Jj'ai parfois eu du mal a adhéré à la mise en scène  postulat de départ... Comment dire, j'ai été dérangée par l'aspect physique de l'actrice, qui même si elle quitte son visage de 40 ans usés d'abus, même si elle retrouve parfaitement les mimiques et la lumière de l'adolescence, n'en garde pas moins un visage et un corps d'aulte sans que grand monde ne s'en étonne... Alors ce n'est pas le sujet, mais cela m'a perturbée.

Pour le reste, c'est un film parfaitement interprêtée qui offre une plongée délicieuse est drôle dans les années 80, les années de mon adolescence... La reconstitution est parfaite, on en vient même a être étonné d'avoir eu, à l'époque, des looks aussi ridicules !!!

Par contre, dans les choses qui m'ont chatouillée aussi, une énooooooorme uchronie... Dans sa chambre d'ado où Camille redébarque en 1985 (l'année est bien précisée) est accorchée au mur une pochette de l'album Live to tell de Madonna sorti en mars 1986... Quitte à reconstituer, autant que cela le soit dans tout les détails...

Ce film nous dit avant tout qu'il faut bien profiter des gens et des choses avant qu'elles ne disparaissent et nous laissent des regrets et souvenirs qui s'effacent avec le temps, comme la voix de nos parents ou grands parents par exemple, qui nous quitte très vite et que l'on ne pourra jamais partager avec nos enfants.

Quant à la question principale du film... peut on, en connaissant notre avenir, le modifier par quelques actions afin d'éviter erreurs et souffrances... Il semble que non. Et puis toute modification conduirait à se priver des bonnes choses que l'on vit tout de même. Il semble que ce qui est (ou a été vécu)  doit l'être et que c'est cela qui nous construit.

Un film intéressant, intelligent, en équilibre maitrisé entre légèreté et sérieux. Et l'ensemble est touchant... A cela, l'actrice/ réalisatrice n'est pas étrangère... Elle incarne parfaitement ses personnages...

 

 

 

   

 

 

  

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0