LES SOUVENIRS, de David FOENKINOS

Publié le 16 Novembre 2011

Roman - Editions Gallimard - 266 pages - 18.50 €

 

 

 Parution en Août 2011

 

RENTREE LITTERAIRE SEPT 2011

 

 

 

L'histoire : Celle du narrateur, un jeune écrivain en manque d'inspiration, de déclic. Il espère qu'un travail de veilleur de nuit dans un hôtel sera propice à l'exercice de son art.  

Mais comme nous tous, le narrateur a aussi une famille, qui va prendre de plus en plus d'importance dans sa vie, au fil des aléas de la vie. Son grand père décède. Sa grand mère est placée en maison de retraite contre son gré... Quelque temps après, la grand mère fugue de cette maison de retraite... Son petit fils part à sa recherche et trouve pas mal de réponse à ces propres questionnements.

 

 

 

Tentation : La délicatesse, la conférence de l'auteur, la réputation, la blogo, la curiosité etc; etc

Fournisseur : La bib

 

 

 

-toile4.jpg 

 

Mon humble avis : Les souvenirs est une autofiction. L'auteur se met en scène et prend pour point de départ des évènements vécus (ici, la mort de son grand père...). De là, il crée un roman où il est difficile de départager la part romanesque de celle de l'autobiographie.
Quoiqu'il en soit, "Les souvenirs" est un livre très agréable à lire, distrayant, touchant, drôle, émouvant et pourtant plutôt triste. Mais il en ressort comme une atmosphère de légèreté, sans doute grâce aux effets de plumes de David Foenkinos. J'ai l'impression que celui ci n'a pas son pareil pour dire le grave avec humour discret, avec un ton justement décalé, voire des phrases qui semblent complètement incongrues sur des sujets absurdes au premier abord. En fait, pour moi, David Foenkinos maîtrise parfaitement l'art de rendre le pertinent impertinent et l'impertinent pertinent. De même, chez lui, l'absurde parait presque logique et le logique absurde. Le banal devient exceptionnel et le courant devient rare.  Comme il y a un humour Anglais, je crois qu'il existe un humour Foenkinos, celui d'un adulte qui s'interroge encore de façon presque enfantine. Et j'avoue que c'est un délice à lire.

Les thèmes abordés dans ce roman sont si nombreux qu'il est impossible de les citer tous. Mais forcément, il y a en assez pour parler à tout le monde ! La page blanche de l'écrivain, l'envahissante famille, le devoir, l'amour, l'envie, la transmission, le célibat, la paternité, la recherche de l'amour, les tournants de la vie (comme la maladie, ou la retraite).

Bien sûr, les passages qui m'ont le plus touchées sont ceux évoquant le célibat, la recherche de l'amour, l'écriture. Et puis, il y a ce qui m'a bouleversée et qui est allé fouiller dans mes propres souvenirs, pour le meilleur, comme pour le pire. Car le grand sujet du livre, c'est "le passage à l'étape suivante". Et pour certains, c'est la retraite, la vieillesse et la mort. Alors, durant la première partie du roman, j'ai beaucoup, beaucoup repensé à mes grand parents. A mes grand-mères surtout (mes grand pères sont décédés alors que j'étais encore en primaire, donc mes souvenirs sont flous). Mais mes grand mères, je les ai bien connues et elles ont toutes les deux vécus en maison de retraite. L'une est morte "subitement", donc sans vraiment vieillir à mes yeux et l'autre a agonisé la pire vieillesse possible dans une maison hautement médicalisée. Quand je leur rendais visite, je trouvais souvent l'une d'elle allongée sur son lit qui me disait "j'attends la mort". L'autre est restée vaillante presque jusqu'au bout et j'ai l'impression qu'elle était heureuse (comme on peut l'être) en maison de retraite. Mais tout cela, je ne le sais pas car je n'ai jamais posé la question. Je n'ai jamais su avoir avec mes grand mères la relation que le narrateur a avec la sienne. Je n'ai jamais su montrer d'affection, ni de tendresse, au contraire de ma soeur qui savait être très tactile, très caressante auprès de ma grand mère inerte, que je ne pouvais même pas toucher. Alors oui, ce livre a éveillé des souvenirs, bons parfois, mais douloureux aussi car je n'ai jamais su être à la hauteur devant ces moments là.

Mais comme la deuxième partie du roman est plus romanesque, plus épique, que les rebondissements et les petits événements des uns et des autres feraient presque penser à l'univers d'Alexandre Jardin, je suis sortie de ce roman sereine, comme bercée par une sorte d'allégresse.

En fait "Les souvenirs" est un roman profond, faussement léger et trompeusement grave. Mais c'est une lecture agréable à 100% . A y'est, j'a trouvé mon ressenti exacte : J'ai l'impression que Foekinos parvient à dédramatiser le drame sans le sousestimer. C'est fort !

 

 

 RL2011b

 

 

 

 

L'avis de Stéphie, Calypso, Sandrine

 

 

J'ai assisté, il y a quelques semaines, à une conférence/dédicace de David Foenkinos. Malheureusement, mes notes ne sont pas assez consistantes pour justifier un billet. Et puis l'animateur est très vite passé aux questions du public, qui se sont hélas pas mal transformées en monologue de certains et en témoignage sur les maisons de retraite, comme si c"était l'unique sujet du livre... Mais, j'ai tout de même tenter de prendre des photos avec mon téléphone portable antediliuvien et je crois que j'ai LA photo qui me permet de complèter ma collection "Effets de mains d'auteurs" !

 

 

DSC00791

  DSC00790-copie-1.JPG

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
C

Bonjour Géraldine, je ne passe pas assez souvent par ici... J'ai aussi été très touchée par le roman de David Foenkinos. Bonne semaine.
Répondre
G


@ Catherine : Et oui, la blogo est infinie et mouvante et le temps n'est pas extensible ! Quant aux souvenirs, plus j'y pense, plus j'ai aimé ce livre. je pense que je pourrais en faire un coup
de coeur !



V

Je n'ai pas aimé ce roman (j'avais pourtant adoré La délicatesse) mais la première partie, sur sa grand-mère m'a remuée car, comme toi, j'ai vécu les vistes en maison de vieillesse (je ne dirais
pas de retraite car celle de ma grand-mère était médicalisée).
Répondre
G


@ Valérie : Je trouve les deux romans assez différents; seul le style est semblables, mais pour moi, les souvenirs est plus intime, donc à mes yeux plus touchant.



S

J'ai vraiment aimé ! Il sait raconter des histoires ;)
Répondre
S

Je compte bien le lire... un jour !
Répondre
G


@Sylire : Pourvu que ce jour soit assez proche pour que ton projet ne tombe pas dans l'oubli, ce qui serait dommage pour un tel titre !



A


Gloups, je lis les com' ci-dessus et je vois que les avis sont mitigés pour La délicatesse quand même. Espérons que je serai du bon côté de la barrière, ça me tente plus que Les souvenirs déjà,
même si ton billet est bien alléchant.



Répondre
G


@ AGFE : Disons que dans la Délicatesse, j'ai été déconcerté par une espèce de légèreté à laquelle je ne m'attendais pas ! Une fois la "déconcertation " passée, on apprécie le livre comme un
excellent divertissement !


Pour moi, les souvenirs est plus profond, plus abouti.



A


La délicatesse m'a insupportée, si je puis m'exprimer ainsi et je n'ai aucune envie d'encore lire cet auteur... même si ton billet est très touchant.



Répondre
G


@ Anne : La délicatesse m'a prise au dépourvu car je ne m'attendais pas à cette espèce de légèreté. Une fois la surprise passée, j'ai apprécié comme j'apprécie un livre bien divertissant !



A


la délicatesse est dans ma PAL



Répondre
G


@ Anne Sophie : A lire très vite pour ensuite, courir te procurer "les souvenirs " !!



N

Celui là, je le lirai, c'est sûr ! J'aime beaucoup le style de cet auteur même si Le potentiel érotique de ma femme m'avait quelque peu déçue...


Répondre
G


@ Noukette : j'ai découvert son style avec la délicatesse, e ça m'avait prise au dépourvu. maintenant que je sais à quoi ressemble on style, je l'apprécie de plus en plus et ai adoré les
souvenirs.



V


Bien entendu ce n est pas la Tendresse mais " La délicatesse" que je voulais mentionner comme livre que j avais adoré.



Répondre
G


@ Vayhair : J'avais bien compris !



V


Merci pour cette belle critique aussi vais je acheter le livre car il me semble excellent comme " La tendresse" que j avais adoré



Répondre
G


@ Vayhair : Pour moi, il est encore meilleur ! Bonne lecture !



K


Tiens, il est justement sur le présentoir de la bibli. Encore une fois tu as le chic pour écrire des billets qui donnent envie et l'art de la formule qui fait mouche...



Répondre
G


@ Keisha : Merci ! En fait, ce sont les livres qui me touchent profondément, limite là où ça fait mal, où quand cela me rappelle des choses perso qui m'inspirent le plus.



Y


Très joli ton billet



Répondre
G


@ Yannick : Merci, il y a des fois où l'inspiration vient et des fois non. Des fois, j'entame un billet avec une angoisse : que vais -je dire sur ce livre... Le pire, c'est quand je laisse du
temps (parce que la vie est trop prenante) entre la fin de la lecture et la rédaction du billet !



C


La délicatesse m'ayant laissée indifférente, je passe!



Répondre
G


@ Clara : Mais ce livre étant à mes yeux bien plus brillant que la Délicatesse, tu devrais peut-être t'arrêter !