Articles avec #netflix et vod tag

Publié le 1 Mars 2021

Titre français : Intimidation

Série Netflix 2020 - 8 épisodes (terminés)

Avec Richard Armitage, Siobhan Finneran, Jennifer Saunders, Hanna John-Kamen

Adam Price mène une vie idyllique. Il a un bon travail, il a deux fils merveilleux et son mariage semble sans faille. Mais son bonheur va voler en éclats lorsque "The Stranger" dévoile un secret choquant au sujet de la femme d'Adam.

Mon humble avis : Pour l'adaptation de ce thriller d'Harlan Coben, ce sont les britanniques qui s'y sont collés, sous la houlette d'Harlan himself, qui s'amuse en même temps à faire figurant sur une scène... Pas sûr qu'il soit très doué pour ça, mais là n'est pas l'essentiel. Le titre original est "the stranger". J'ai adoré cette mini série décidemment très addictive, je l'ai même visionnée plus vite que prévu dans mon agenda !

L'interprétation des comédiens est impeccable. J'ai particulièrement apprécié le personnage de Johanna (et son interprète), loin des super flics que l'on a l'habitude de voir... mais très efficace tout de même. Le rôle d'Adam Rice est joué par un acteur qui a participé à la saga "Le seigneur des anneaux"

Il n'y a pas que la famille Brice qui soit victime de cette fille mystérieuse qui dévoile des secrets intimes et qui négocie son silence. Qu'est-ce qui relie donc toutes ses victimes ? Et comment sont elles choisies par "The Stranger" ? L'intrigue est franchement bien fichue et haletante, la pression monte d'épisode en épisode, au fur et à mesure que le mystère s'intensifie. Evidemment, en tant que spectateur, on a des données supplémentaires par rapport aux victimes, mais cela n'explique pas grand chose. Le dénouement ne manque pas de surprises, même si, après coup, on se dit : "oui mais pourquoi comment " ?! A voir vraiment ! C'est fort !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Drame australo-américain de Glendyn Ivin

Avec Naomi Watts, Andrew Lincoln, Jacky Weaver

Penguin Bloom raconte l’histoire vraie de Sam Bloom, une mère dont le monde est bouleversé après qu'un accident quasi-mortel l'a rendue incapable de marcher. Sam retrouvera goût à la vie grâce à une pie tombée du nid et recueillie par son fils.

 

Mon humble avis : Lors d'une mauvaise chute durant un voyage en Thaïlande, Sam se brise la colonne vertébrale. Cette femme qui croquait la vie à pleines dents se retrouve hémiplégique, et en fauteuil roulant. Sam n'accepte pas cette nouvelle forme de vie, qui impacte également toute la vie de famille. C'est une pie recueillie qui va redonner le goût de vivre, et surtout, qui va resserrer les liens familiaux. Une foie le goût de la vie retrouver, grâce à son mari, Sam va retrouver un objectif et un bien être via la pratique du kayak. Un très beau film sur une résurrection, sur la résilience... et le courage. De très belles images de l'Australie et des comédiens parfaits !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film Indien & Américain de Ramin Bahrani

Sur Netflix depuis le 22/01/2021

Avec Priyanka Chopras Jonas, Adarsh Gourav et Rajkumar Rao

 

Balram Halwai raconte avec humour noir son ascension fulgurante de villageois sans-le-sou à entrepreneur prospère dans l'Inde moderne. Rusé et ambitieux, notre jeune héros parvient à devenir le chauffeur d'Ashok et de Pinky, qui viennent de rentrer d'Amérique. La société l'ayant formé à une unique fonction - celle de servir – Balram se rend indispensable aux yeux de ses riches maîtres. Mais après une nuit de trahison, il comprend jusqu'où ils sont prêts à aller pour le piéger et se protéger. Alors qu'il est sur le point de tout perdre, Balram se rebelle contre un système truqué et inégalitaire pour devenir un maître d'un nouveau genre.

Mon humble avis ; Un très bon film qui propose une immersion complète dans la société indienne, depuis sa population la plus pauvre et intègre jusqu'aux richissimes et malhonnêtes... le tout, soit disant dans la plus grande démocratie ou tout ne semble être que pot de vin... Un tigre blanc permet de comprendre la mentalité indienne, notamment dans les rapports "Maitres" et "serviteur"... il est vraiment question de servitude, d'esclavage moderne, impactée en plus par le système des classes... La seul solution pour Balram, c'est de sortir de la cage à poule. Et en Inde, pour s'en sortir, il faut soit tuer, soit entrer en politique. Bien interprété, très évocateur, quelques mini longueurs... un certain malaise et évidemment, le sentiment de révolte du téléspectateur bien installé dans son canap' !... le tout, bien loin des paillettes de Bollywood ! Adaptation du roman éponyme d'Aravind Adiga.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Titre français : La sagesse de la pieuvre

Documentaire Netflix de 2020

Une amitié inattendue se noue entre un réalisateur et une pieuvre vivant dans une forêt de kelp sud-africaine et qui partage avec lui les mystères de son monde.

Mon humble avis : Un gros coup de coeur pour ce documentaire qui m'a fascinée !

Je ne connaissais rien ou presque à propos des pieuvres et j'ai découvert ici un animal passionnant, intelligent, et doté de compétences et capacités extraordinaires, notamment, le mimétisme. Tous les jours, pendant un an, le réalisateur plongeur va plonger (uniquement en apnée) au même endroit, là où il a rencontré un poulpe. Il va être ainsi témoin de toute sa vie et une réelle relation va se nouer entre eux, dans le respect total de l'espèce animale et sans intervention humaine dans la vie de la pieuvre. Les paysages sous-marins sont magnifiques, et la vie qui s'y déroule n'est ni édulcorée, ni dramatisée. C'est le cycle de la nature, de l'alimentation.  Je vous conseille chaleureusement ce superbe reportage, et si un jour vous croisez une pieuvre, vous la regarderez certainement autrement ! Cet animal tentaculaire pourrait bien vous vous encercler le coeur !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Film Netflix 2020 de Ben Wheatley

Avec Lily James, Armie Hammer, Kristin Scott Thomas

 

En Angleterre, une jeune mariée s'installe dans le domaine familial de son époux, où elle est poursuivie par l'ombre obsédante de la première femme défunte de son mari.

Mon humble avis : J'ai beaucoup aimé cette nouvelle adaptation du roman de Daphné du Maurier : Rebecca. J'ai écouté la version audio de ce livre il y a quelques années, aussi, le film m'a permis de me rafraichir la mémoire sur l'issue finale de l'histoire. Il m'a semblé que l'atmosphère est très fidèle à celle du bouquin, ou en tout cas au souvenir que j'en avais. La tension monte, le suspense s'installe, et Kristin Scott Thomas est impeccable dans le rôle de l'inquiétante Madame Danvers. Le malaise est visible de partout ! L'esthétique du film est également bien réussi. Hitchcock avait proposé sa version... que je n'ai pas vue. Je ne peux donc point comparer. Mais avec ce film Netflix et l'atmosphère du Maurier, j'ai vraiment passé un bien agréable moment.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le garçon qui dompta le vent, cinéma, film, netflix, malawi, avis, critique, chronique

Film Britanique de Chiwetel Ejiofor - 2019

Avec Chiwetel Ejiofor, Maxwell Simba, Aïssa Maïga

Contre toute attente, un jeune Malawite de 13 ans invente un système ingénieux pour sauver sa famille et son village de la famine. 

Mon humble avis : Film magnifique, prégnant, bouleversant... Mais qui ne joue pas sur la corde sensible. Il est question de famine au Malawi, mais les images insoutenables nous sont épargnées. Le garçon qui dompta le vent est inspiré de l'histoire vraie de William Kamkwamba et de son livre best seller. 

Chiwetel Ejiofor, réalisateur et acteur, a déjà été vu dans de grands films, hollywoodiens ou autres, tel 12 years of slave. On connait Aïssa Maïga en France notamment via le film "Il a déjà tes yeux. Quand au jeune garçon Maxell Simba, c'est un acteur Kenyan. De très beaux décors naturels.... Qui nous font prendre de plein fouet la violence des éléments naturels sur les récoltes... Ce qui mènent ensuite aux famines. Une année, ce sont les inondations que subissent la famille et le village de William, accentuées par l'abatage des arbres, l'année d'après c'est la sécheresse. Le tout, avec un climat international tendu (2001 et les attentats de New York qui ont des répercussions financières jusqu'au fin fond de l'Afrique) et un gouvernement pas si démocratique que ça et corrompu... On sait par le synopsis que l'histoire finit bien, néanmoins, on trépigne, on enrage, on s'impatiente... Car personne n'aide ni ne croix en William qui a pourtant bien la solution contre le problème du manque d'eau. Il est viré de l'école car ses parents n'ont pas les moyens de payer etc... Tant de temps perdu... Et autant de décès qui auraient pu être évités. Un film qui prouvent une fois de plus l'importance viscérale de l'accès l'éducation et l'instruction de tous... Car c'est dans l'instruction que l'on trouve les solutions pour contourner les désastres...

Des scènes qui font réfléchir... Des scènes qui ressemblent à ce qui se passent en France le premier jour des soldes... Ici, c'est pour une télé soldées, la-bas, c'est pour 15 kilos de céréales. Ou lorsqu'un confinement est annoncé, que les files s'allongent devant les hypermarchés... Parce que nous avons peur de manqué. Là-bas, c'est l'estomac vide depuis plusieurs jours qu'ils espèrent quelques kilos de céréales. A voir, un film qui remet la valeur des choses et des êtres à sa place.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film espagnol de Gerardo Olivares (2016)

Avec Maribel Verdu, Joachim Furriel, Joachim Rapalini

Une mère emmène son fils autiste jusqu'en Patagonie dans l'espoir qu'un ranger et un groupe d'orques sauvages pourront l'aider à établir une connexion émotionnelle. 

Mon humble avis : Un film à l'esthétique parfaite. Superbes images de la Patagonie, paysages somptueux et pittoresques, l'océan, les étendues infinies, le calme (certes, le film ne se déroule pas en pleine tempête), le silence bienfaiteur, on y resterait bien plus longtemps. Les photos animalière avec les orques sont aussi de toute beauté et et filmées avec grâce. Vraiment, on en prend plein les yeux.

Le scénario est inspiré d'une histoire vécue (le roman existe). Il ne réserve pas beaucoup de surprise mais il est agréable, bienveillant, les émotions sont vraies, les comédiens à la bonne place... Et Joachim Furriel déploie un charme indéniable !!!

Le phare aux orques a le mérite d'évoquer la difficile question de l'autisme profond et non oral avec justesse... même si je doute un peu de la fin... A t-elle vraiment été vécue comme telle ? Mais bon, nous sommes au cinéma... Et en même temps, la réalité dépasse souvent la fiction. Ce film délivre un magnifique message de protection de la nature, du mystère animalier, du bien fait de la proximité des animaux lorsqu'il y a un mal être. Il montre aussi comment faire un bout de chemin pour parvenir à l'entrée du monde de l'autre, et y être mieux accueilli... Entre l'Homme et l'animal et vis et versa... Mais aussi entre l'adulte et l'enfant autiste. Un très beau film,  apaisant, à mon sens réussi !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film Netflix 2019 - 2h07

Action / Policier de Michael Bay

Avec Ryan Reynolds, Mélanie Laurent, Manuel Garcia-Rulfo

Ce qu’il y a de mieux avec la mort ... c’est la liberté. La liberté de lutter contre l'injustice et le mal qui rôdent dans notre monde, sans que rien ni quiconque ne vous arrête.
Six individus, issus des quatre coins du monde, tous, les meilleurs dans leur domaine, ont été choisis non seulement pour leurs compétences, mais aussi pour leur désir unique d’effacer leur passé afin de changer l'avenir.  La bande est réunie par un leader énigmatique, dont le seul objectif est de s'assurer que tous tomberont dans l’oubli mais que leurs actions, pour sûr, leur survivront.

Mon humble avis : Si on regarde ce film (ce que j'ai fait pour mon réveillon solitaire du 31/12) au premier degré, on soupire devant ce surplus de clichés, de même pas mal ni égratigné, d'irréalisme au possible. Si on le regarde au 2ème ou 3ème degré, ça passe mieux. D'ailleurs durant le premier quart d'heure, on se demande si le but du film n'est pas de dresser une caricature humoristique de ce genre de ciné d'action. Tout y est bien stéréotypé et calibré... jusqu'au personnages. On se demande bien ce que Mélanie Laurent est allée faire la dedans... Mais bon, elle est jolie et a de beaux yeux bleus.

Le côté spectaculaire et effets spéciaux du films sont bien orchestré et mis en scène, au millimètre près. Bien sûr, il y a des moments de suspens intense, le tout, dans une violence que l'on ne montrera pas aux plus jeunes, même si, vu par un adulte, c'est plutôt drôle : les dents volent, les têtes se coupent etc. On regardera ce film, genre agence touriste 2020, pour se distraire et on regrettera le côté parfois alambiqué du scénario qui relève du "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Car dans le fond, le scénario est d'une simplicité nette, mais dans la forme, des tas de flash-back ont été ajoutés pour faire genre "scénario  très construit. Néanmoins 6 undernground dénonce tout de même quelques faits géopolitiques, tels que la mise en place de dictateurs par les occidentaux, ou encore,  les crimes de guerre contre l'humanité négligés quand il y a des enjeux économiques.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 1 Février 2021

Queen Sono, Netflix, Série, Afrique du Sud, avis, chronique, critique

Série Netflix 2020 - 6 épisodes (terminée)

Avec Pearl Thusi, Vuyo Dabula, Loyiso Madiga

Une agent-secret ultra entraînée a pour mission de protéger la vie des citoyens africains depuis l'Afrique du Sud. Alors qu'elle s'apprête à se lancer dans sa mission la plus dangereuse de sa jeune carrière, sa vie personnelle va venir la rattraper...

Mon humble avis : Première série originale Netflix africaine. Et franchement, visuellement, Queen Sono n'a rien à envier à ses grandes soeurs hollywodiennes !

Une série que l'on regarde pour se divertir +++, avec castagnes et cascades en veux tu en voilà. Un fil rouge rejoint chaque épisode... En effet, Queen Sono doit affronter sa vie perso... à savoir que celui qui a assassiné sa mère, militante anti apartheid, 25 ans plus tôt, va être libéré de prison. Ce fil rouge est facile à suivre. Pour ce qui est de l'intrigue de chaque épisode, c'est parfois alambiqué... Comme c'est souvent le cas pour tout ce qui touche à l'espionnage. Mais Queen Sono est une série intéressante, qui sort de notre ordinaire de petits occidentaux. Voir un casting quasiment "black" à 100% fait du bien. Bon, on n'est pas dans une série Islandaise, mais les patronymes n'en sont pas pour autant plus simples à retenir. Les intrigues se basent sur les maux du continent africain à savoir le trafic d'armes, le trafic de pierres précieuses, la xénophobie, les luttes raciales et ethniques, les guerres civiles, la pauvreté et l'ingérence des occidentaux et blancs en tous genres (puisqu'il faut aussi compter sur les russes). Une super héroïne black, ça change, même si elle n'a, comme les autres, jamais mal !!!

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Unorthodox, série, netflix, avis, chroniqiue, critique, juifs ultra orthodoxes

Série Netflix d'Anna Winger - Allemagne - 2020

4 épisodes (terminés)

Avec Shira Haas, Amit Rahav, Jeff Wilbusch

Une jeune femme de confession juive ultra-orthodoxe quitte New York pour vivre sa vie de femme libre à Berlin. Bientôt, son passé la rattrape.

Mon humble avis : Une série bouleversante... Et qui fait froid dans le dos... Qui donne envie de ruer dans les brancards de l'ultra-orthodoxie. Religion que je ne connaissais que très peu... Je me fiche de la confession des uns et des autres, mais je ne supporte pas quand celle-ci attente à la liberté et aux droits individuels. Et là, je n'ai presque vu que ça. Tolérance ou pas, pour moi, cela relève du fanatisme, aussi dangereux que dans d'autres religions. Cette jeune fille, mariée à 18 ans à un homme trouvé par le rabbin, cette jeune fille qui ne connait que son milieu transi de traditions ancestrales, et dont chaque faits et gestes sont observés, et même disséqués quasiment en place publique. Les différences ne sont pas acceptées...Et comment peut-on vivre autant hors du monde actuel en plein New York, être aussi naïf, aussi peut cultivé et instruit sitôt que l'on sort de la sphère religieuse...???

Bon, je me calme pour vous dire que cette série et à voir absolument. Shira Haas, qui joue le rôle d'Esty, est d'un charisme époustouflant. On craint vraiment pour elle, nous qui connaissons des rêves intimes. Unorthodoxe est le récit d'un bel envol, de l'émancipation d'une femme prisonnière de ses origines religieuses, un bel hommage à ces femmes qui osent défier l'ordre établi. Magistral, et inspiré d'une histoire vraie (existe aussi en livre).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Série Netflix - France - 2020

Avec Omar Sy, Ludivine Sagnier, Nicole Garcia et Clotilde Hesmé

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Aujourd’hui, Assane va s'inspirer de son héros, Arsène Lupin - Gentleman Cambrioleur, pour le venger…

Mon humble avis : Le célèbre gentleman cambrioleur a trouvé en Omar Sy une excellente relève pour "dépoussiérer" son art. Dans ma jeunesse, j'adorais une série sur le fameux Lupin, série, qui avait des décors rétros etc... Ici, nous sommes bien implanté dans le XXIème siècle, et notre "copycat" de Lupin, bien connecté, utilise à bon escient les nouvelles technologie.  Cette nouvelle série, qui fait actuellement la gloire de Netflix, est franchement sympa, distrayante, drôle et émouvante aussi. Très bien filmée et mise en scène. Le seul Hic... C'est que Netflix a coupé la première saison en deux... 5 épisodes maintenant, et 5 autres cet été. Entre les deux, un énorme cliffhanger ! Donc un conseil, attendez les beaux jours pour avaler la série d'un trait en vous régalant de cet excellent casting !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 14 Janvier 2021

Documentaire Netflix , Devenir, Becoming, Michele Obama

Documentaire 2020 / Titre Français : Devenir

Avec Michele et Barak Obama

Réalisé lors de la tournée du livre de l’ancienne Première Dame Michelle Obama, ce documentaire intimiste raconte sa vie, ses rêves et ce qui la lie aux autres.

Mon humble avis : Un documentaire sur l'une des plus grandes dames du monde, Michele Obama... Nous la suivons lors de sa tournée de promotion, de plus de 30 dates de par les Etats-Unis, de son autobiographie "Devenir" (Becoming). Des extraits filmés de cette tournée gigantesque, des interviewes, des coulisses, des rencontres avec les jeunes dans des maisons de quartiers, des témoignages et souvenir de ses 4 années en qualité de First Lady, et tout le chemin parcouru pour y parvenir... et y demeurer... tout en restant soi-même. Michele Obama vient d'un milieu populaire, toute sa vie elle s'est battue pour se faire acceptée, quelles que soient ses origines et sa couleur de peau. Il est évidemment beaucoup question de racisme, et également du bashing qu'a subi Michele Obama par la presse américaine. Mais c'est avant tout le portrait d'une grande dame, élégante, naturelle, battante, déterminée, qui va de l'avant et qui se donne pour mission de maintenir l'espoir pour le peuple américain, les femmes, et les personnes de couleurs. Un documentaire instructif, deux Amériques qui n'en font qu'une vues de l'intérieur : l'Amérique modeste et de couleur... et les coulisses du pouvoir, qui ne sont pas sans pression et décisions difficiles à prendre, le tout, sous les feux des projecteurs !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Documentaire, Mission Blue, Netflix, Sylvia Earle, océan, protection de l'environnement, protection de l'océan.

Documentaire Netflix 2014

Avec Mission Blue, la célèbre océanographe Sylvia Earle nous livre un plaidoyer saisissant sur la nécessité de sauver nos océans...

 

Mon humble avis : Un documentaire très instructif où se côtoient et se superposent le merveilleux et la laideur. Le merveilleux : la richesse insondable et la beauté multicolore des océans... La laideur, l'empreinte de l'homme que l'on retrouve partout, et jusqu'aux plus profondes profondeurs : déchets, plastiques, marée noire, surpêche,  conséquences de l'usage des énergies fossiles et des pesticides. Même si ce sont dans des champs très éloignés des côtes. "Par le fleuve, tout revient à l'océan".  Photos, reportages subaquatiques et chiffres à l'appuis. Un documentaire déprimant mais avec des lueurs d'espoirs. Des solutions existent pour sauver les océans, qui sont aussi nos poumons et la base de l'éco système dont nous dépendons et que nous lessivons lamentablement. Les scientifiques y croient, ont peu encore changer les choses dans le bon sens, si tout le monde s'y met. De mon côté, je m'y mets en fonction de mes possibilités en participant régulièrement à des nettoyages de la nature et des côtes, quand je peux.

Je ne connaissais pas du tout Sylvia Earle. Ce documentaire nous offre un beau portrait d'une femme passionnée et déterminée. C'est l'une des plus grandes océanographes du monde, mais aussi biologiste marine, exploratrice, auteur et conférencière. Elle travaille a la découverte du monde marin depuis toujours. Née en 1935, c'est un sacré petit bout de femme qui plongeait encore à 80 ans (date du reportage). Avec elle, nous traversons aussi plus d'une moitié de siècle de découvertes, d'évolutions du matériel de plongées et de progrès scientifiques. Et vu son petit âge, inutile de préciser que Sylvia Earle a constaté au fil des années la détérioration catastrophiques du monde marin. Elle est donc un témoin essentiel, une Cousteau au féminin ! Un documentaire à voir ! Percutant !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Documentaire Netflix 2019-2020 (USA/Mexique)

37 minutes

Titre complet : Birders, les gardiens de la migration

Mon humble avis :  Voici un excellent documentaire Netflix tourné autour du Rio Grande de part et d'autre de la frontière, tant au Texas qu'au Mexique. Dès hommes et des femmes des deux pays, passionnés ou professionnels (tout autant passionnés) sont les gardiens des zones préservées de ses régions, protègent les oiseaux et surveillent le déroulement des migrations via le comptage d'individu etc.

A savoir que, de par sa position entre le Canada et l'Amérique du Sud, le Texas est sur la route migratoire et est donc l'état américain le plus riche en faune ornithologique. De très belles images de natures et de volatiles diverses, des personnes qui dispensent commentaires et informations intéressantes. Un reportage reposant, où règne le respect de la nature. Mais bien sûr, là où il y a nature sauvage, il y a de l'ombre... En effet, à proximité du fameux mur construit par Trump, il y a déforestation... Hors la nature est un tout... Sans flore, pas de faune, sans faune, pas de flore. Si les oiseaux n'ont plus d'habitats dans ce lieu de migration, ils seront perdus et complètement désorientés...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Documentaire de National Geographic 2017

1h30 -  de Brett Morgen

Avec Jane Goodall et Hugo van Lawick

Mon humble avis : Un formidable documentaire sur la célèbre primatologue, éthologue et anthropologue anglaise Jane Goodall.  Ses premiers pas en Tanzanie à l'approche des chimpanzés sauvages, dans le parc national de Gombe Stream. C'est grâce à ses observations et son étude que l'on a su à l'époque (début des années 60), que les chimpanzés utilisaient des outils, notamment pour manger. Elle a aussi pu constater chez les chimpanzés la joie, la jalousie, la tristesse, le deuil, la dépression... Bref, toutes une palette d'émotions jusqu'alors, l'Homme pensait en être le seul dépositaire. Son travail a donc considérablement fait évoluer la connaissance des chimpanzés et a conduit a modifié les définitions homme/animal. Elle a constaté que le chimpanzé partage aussi avec l'homme l'instinct guerrier et destructeur, mais aussi des variantes culturelles en fonction de leur situation géographique.

Ce portait d'une grande femme est tout bonnement passionnant à regarder. L'étude sur les chimpanzés sauvages de Tanzanie est la plus longue jamais menée sur une espèce sauvage en milieu naturel... puisqu'elle se poursuit toujours depuis bientôt 60 ans.

Au cours de ce film, nous suivons donc Jane Goodall dans la forêt tanzanienne mais aussi dans le parc du Serengeti, où elle a accompagné son mari, photographe animalier. Donc évidemment, de superbes photos de la savane bien peuplée !

Ce documentaire a été possible car des archives que tout le monde croyait perdues ont été retrouvées en 2014. Jane Goodall parcourt sans arrêt le monde pour témoigner, instruire, informer et obtenir la protection de ses espèces menacées. Sa renommée est internationale. Il y a un an et demi, en Afrique du Sud, j'ai eu la chance de visiter le refuge Jane Goodall Institute.

Un documentaire incontournable !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 31 Décembre 2020

Série, Netflix, Self Made, Octavia Spencer, Madam C.J Walker

Série Netflix 2020 - 4 épisodes (terminé)

Avec Octavia Spencer, Carmen Ejogo, Tiffany Haddish, Blair Underwood

L'incroyable histoire vraie de Madam C.J. Walker, première Afro-Américaine à être devenue millionnaire par ses propres moyens. 

Mon humble avis : J'ai bien apprécié ce biopic, franchement intéressant et divinement interprété. C'est d'ailleurs son interprète principale, Octavia Spencer (inoubliable notamment dans les films "Les figures de l'ombre" et "La couleur des sentiments"), qui a motivé mon visionnage. Je ne m'attendais pas à trouver tant de comédiens que j'apprécie dans des séries Netflix. Bonne surprise.

Self Made retrace l'ascension fulgurante de Sarah, qui deviendra Madam C.J Walker... Partie de rien, mais née libre (oui, nous sommes au tout début des années 1900, et cette précision est importante), elle deviendra la première femme afro-américaine milliardaire.... Elle sera même la voisine de Rockefeller. Le tout, grâce à la fabrication et la vente de produit capillaires pour cheveux afro. C'est le portrait d'une femme déterminée, intransigeante, exigeante, novatrice, rusée, courageuse, intelligente et généreuse qui est dressée ici. Mais Sarah est surtout implacable avec son entourage, et de ce fait, ne m'est pas paru toujours sympathique. Enfin, je ne sais pas.

Quoiqu'il en soit, cette série est aussi divertissante qu'instructive. L'époque est très bien retranscrite, tant par les décors que les costumes... Mais aussi par les préoccupations d'alors. En effet, derrière l'ascension de Mme C.J Walker, c'est surtout de la condition des afro américains en 1900 et quelque dont il est question, et, particulièrement, celle des femmes de couleur. Et oui, Sarah était une sacrée féministe ! A voir !

 

 

Ava, film, Netflix, Jessica Chastain, action, Colin Farrel

Ava, film Netflix

Avec Jessica Chastain, John Malkovitch, Colin Farrell et Geena Davis

Une tueuse d'élite assaillie par le doute doit lutter pour sa propre survie et celle de sa famille après l'échec d'une dangereuse mission.

Mon humble avis : L'atout majeur de ce film est sa distribution. Effectivement, ça fait plaisir de revoir des acteurs qui se font rares sur grand-écran, comme John Malkovitch, Collin Farrell ou encore Geena Davis. Le rôle majeur échoue à Jessica Chastain, qui se révèle bien efficace même si pas vraiment crédible en tueuse à gage. Le scénario n'apporte rien de bien nouveau à ce genre de films d'actions et reste dans les stéréotypes. Mais je les apprécie à leur juste valeur, n'en n'attends pas monts et merveille, juste un bon moment de divertissement. Mission remplie. "Le sujet est clos" !

 

 

Série, Netflix, dans les bois, Harlan Coben, thriller

Série Netlfix 2020  - 6 épisodes

Avec Grzegorz Damiecki, Agnieszka Grochowska, Hubert Milkowski

Un procureur de Varsovie reprend espoir lorsqu'un corps en lien avec la disparition de sa sœur 25 ans plus tôt est retrouvé.

Mon humble avis : Dans les bois est l'adaptation en série du roman éponyme d'Harlan Coben paru il y a une bonne dizaine d'années... Et que j'ai lu et chroniqué ICI ! Evidemment, je ne me souvenais plus de rien.

L'histoire est plus complexe que le synopsis l'annonce... Puisque lors d'un camp de vacances 25 ans plus tôt, ce sont deux adolescents sauvagement assassinés et deux autres disparus qui ont traumatisé et déchiré plusieurs familles.

Ce sont les polonais qui se sont collés à cette adaptation... Et cela se sent. Le rythme est lent, les décors sombres et austères, les personnages peu charismatiques, mise à part le procureur à qui l'on trouve un charme au fil des épisodes.  De ce fait, ces derniers ne marquent pas la rétine et l'on a du mal à les distinguer les uns des autres. Surtout qu'il y a beaucoup de flash-back à l'époque de ce fameux camp d'été, et là aussi, deux ados se ressemblent beaucoup. C'est perturbant. Les polonais donnent une version assez alambiquée de l'histoire... J'ignore si cela figure dans la version Coben, mais ici, l'enquête de fond se mêle à une enquête contemporaine et nous emmêle un peu les pinceaux. Même si le rythme s'accélère sur les deux derniers épisodes, je n'ai pas ressenti le même "thrill" que lors de mes lectures des romans de Coben où je tournais les pages avec frénésie. Cependant, force est de constater que l'intrigue de Coben tient franchement la route et ne manque ni de surprises ni de suspense. 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 17 Décembre 2020

film de Noël Netflix , un safari pour Noël, avis

Film de 2019 d'Ernie Barbarash

Avec Rob Lowe et Kristin Davis

Quand son mari la quitte, une élégante New-Yorkaise décide d'entreprendre seule un safari pour donner un nouveau sens à sa vie.

Mon humble avis : Très américain dans les premières minutes qui se déroulent à New York et dans les premières heures de Kate en Zambie. Et oui, la dame part en safari en portant une jolie jupe blanche... qui évidemment, garde sa couleur virginale. Mais très vite, ce safari individuel de luxe prend une autre tournure... Avec la rencontre d'un éléphanteau orphelin à côté du corps sans vie, privé de défenses, de sa mère. Kate participe au sauvetage de jeune éléphant et va ainsi passer plusieurs semaines, jusqu'après Noël, dans un orphelinat pour éléphanteaux, loin du confort pour lequel elle avait dépensé une fortune. Sa vie va s'en trouver changer bien entendu. Nous fêtons ici Noël en petit comité avec les bénévoles du centre, un Noël à l'Africaine, avec les moyens du bord. L'esprit de Noël est ici mis en avant par la protection animale contre les braconniers, notamment des espèces en voie de disparitions, chiffres à l'appuis juste avant le générique final. L'histoire est  sympa, avec une potentielle romance. Le bonus XXL de ce safari pour Noël sont les photos de paysages magnifiques, des images animalières exceptionnelles. Ce film est un bel hommage à ceux qui voue leur vie aux animaux en danger et qui vivent ainsi des histoires très émouvantes. Ce qui ont des rêves et/ou des souvenirs d'Afrique se régaleront avec ce film.

 

 

Film de Noël Netflix : un Noël tombé du ciel, avis

Film de 2020 de Martin Wood

Titre Français : Un Noël Tombé du ciel

Avec Alexander Ludwig et Kat Graham

Envoyée juste avant Noël sous les tropiques pour préparer la fermeture d'une base aérienne, une assistante parlementaire succombe au charme d'un capitaine au grand coeur.

Mon humble avis : Un autre film... bien américain... qui débute sous un Washington enneigé avec des personnages qui courent les boutiques pour Noël. Mais très vite, nous nous retrouvons en Micronésie, sur une île tropicale du Pacifique. Les paysages verdoyants faits de palmiers, de petites routes sinueuses, de longues plages de sable blanc une mer turquoise font du bien ! Bonus, une plongée en tubas à la rencontre des poissons multicolores ! Souvenir, souvenir pour moi. L'histoire est en fait inspirée d'une situation et de faits réels qui perdurent comme une tradition depuis plus de 70 ans dans l'armée Américaine. Le personnel de la base militaire profite de son temps libre pour collecter argent et biens, afin, chaque année de pouvoir larguer par avion des énormes colis sur les plages des îles très isolées, pauvres et mal desservies. Ainsi, dans ces colis, se trouvent aussi bien des objets de première nécessité, de l'alimentation et des cadeaux de Noël... tombés du ciel... Mais une sénatrice vient mettre son oeil là-dedans, soupçonnant que cette action coûte au contribuable américain et ne rapporte rien à l'Etat... De plus, l'arrivée d'un dangereux typhon menace le largage annuel... Mais sur place, personne n'a dit son dernier mot... Sur fond de romance, évidemment. Agréable et finalement, intéressant (sans trop espérer non plus, il s'agit juste de mettre en scène l'esprit de Noël !)

 

Film de Noël Netflix la princesse de chicago , avis, critique, chronique

Titre français : La princesse de Chicago

Comédie /Romance de Mike Rohl / 2018 

Avec Vanessa Hudgens, Sam Palladio et Suann Braun

Que se passe-t-il quand une pâtissière de Chicago rencontre une future princesse qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau ? Elles décident d'échanger leurs rôles !

Mon humble avis : Encore un film bien américain qui débute cette fois-ci à Chicago sous la neige. Mais sous la neige, on y reste tout au long du film, même si l'on s'envole très vite pour un royaume imaginaire en Europe dans des paysages montagneux. Les images sont superbes : paysages enneigés, petits villages et marchés de Noël, déco XXL de Noël, sapins majestueux etc... Et puis une histoire de prince et de princesse... Avec un château, de splendides tenues vestimentaires pour ces dames et même des robes de bal ! Il y a de l'humour, des quiproquos, du burlesque et des bons sentiments, c'est un bon film de Noël, frais, divertissant, qui ne fait pas de mal et apporte sa dose de rêve, même si c'est parfois un peu gnangnan. Honnêtement, je n'ai jamais regardé spontanément de film de Noël de ma vie, et j'ai passé un bon moment qui m'a emmené loin de l'air vicié qui sévit en France ces temps-ci. Bien sûr, il y a l'aspect esprit de Noël, avec la future princesse qui montre à la famille royale comment s'occuper des plus démunis en s'investissant autrement que financièrement. Il y a un côté Lady Di dans cette princesse des coeurs ! Mention spéciale pour la lumineuse actrice Vanessa Hudgens, qui déploie une belle énergie pour incarner les rôles des deux sosies. Une histoire sympa, pour toute la famille, et un film à l'esthétisme réussi... Qui a une suite... avec le film suivant : 

 

Film Netflix : la princesse de chicago, dans la peau d'une reine

Film de Mike Rohl / 2020

Quand Margaret s'apprête à monter sur le trône, mais traverse une mauvaise passe avec Kevin, Stacy lui vient en aide avant qu'un nouveau sosie ne compromette leur plan.

Mon humble avis  :  Même comédiens... et plus ou moins la même recette... , jolis décors de Noël, comédie romantique, châteaux et superbes costumes qui font rêver. Mais la situation se complique, avec l'apparition de Sofia la cousine de Margaret, qui est bien décidée à s'emparer du trône et qui, avec quelques transformations, devient également le sosie de Margaret et Stacy. Sofia, c'est un peu un mélange des vilaines soeurs de Cendrillon et de Cruella, version 2020... Les péripéties ne manquent pas, une course contre la montre s'installe pour que ce soit la bonne princesse qui soit couronnée ! Vanessa Hudgens et son joli minois interprète donc ces trois femmes ! C'est sympa et vraiment, je me suis attachée à ces personnages, même si, évidemment, c'est bien gentil et naïf... Mais ça fait du bien !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 9 Décembre 2020

Série, Netflix, Le jeu de la dame, échecs, avis, critique

Série Netflix /1 saison / 7 épisodes / Nouveauté

Avec Anya Taylor-Joy, Chloe Pirrie, Marielle Heller

 

L'histoire : En pleine Guerre froide, le parcours de huit à vingt-deux ans d'une jeune orpheline prodige des échecs, Beth Harmon. Tout en luttant contre une addiction, elle va tout mettre en place pour devenir la plus grande joueuse d’échecs du monde.

Mon humble avis : J'ai surfé sur la vague du tapage médiatique autour de cette toute nouvelle série... Sans aucun regret. Un énorme coup de coeur pour le Jeu de la dame ! D'ailleurs, cette série est déjà devenue historique sur Netflix, battant tous les records de visionnage de la chaîne moins d'un mois après sa sortie... Plus de 45 millions de foyers dans le monde auraient déjà succombé au charme addictif de cette série.

Celle-ci nous replonge à la fin des années 50 et durant la décennie qui suit. La reconstitution est excellement bien rendue, exceptée pour les 2 ou 3 décors extérieurs (à Moscou et à Mexico), qui font vraiment carton-pâte ! A part cela, l'esthétisme est parfait et n'est pas innocent dans ce succès... Il est présent jusque dans toutes les tenues vestimentaires de l'héroïne, dont la garde-robe fait pâlir d'envie (inspirée des grands couturiers comme Courrèges, Cardin et autres). L'histoire est intéressante et captivante, même si, comme moi, on n'y connaît rien aux échecs... on se prend au jeu. D'ailleurs, effet secondaire de cette série, la vente de jeux d'échecs explose à travers le monde. Nous découvrons donc ce milieu très masculin et macho ou Beth va faire un parcours fulgurant et terrasser au fur et à mesure tous ses adversaires, jusqu'aux plus forts, le tout en luttant contre ses addictions : les pilules vertes (que l'on donnait à l'époque aux enfants dans les orphelinats pour les calmer) et l'alcool.

La grande surprise et révélation de cette série est bien entendu son interprète principale : Anya Taylor-Joy, très peu connue jusqu'à maintenant, mais qui désormais, n'a plus de soucis de carrière à se faire. Nul doute qu'elle sera sollicitée par tout le monde et qu'on la reverra bientôt... et partout. Cette comédienne rend son personnage réellement hypnotique. Dans ma mémoire à l'instant T, je dirais, dans des genres bien différents, que Beth est aussi charismatique que Lisbeth Salander dans Millénium ou qu'Amélie Poulain... je disais bien dans un genre différent ! Une série incontournable ! Devant l'engouement général, la question d'une deuxième saison se pose. Les comédiens ne seraient pas contre, mais la production ne semble pas y penser... Puisque dans la dernière scène, Beth est laissée au bon endroit, au bon moment, en bonne compagnie.

 

Film Netflix, The old Guard, Charlize Theron, avis, critique

Film Netflix de Gina Prince-Bythewood / 2020

Avec Charlize Theron, Kiki Layne, Matthias Schoenaerts

 

Une petite bande soudée de mercenaires immortels, dirigée par la redoutable Andy, se bat depuis des siècles pour protéger les humains. Mais tandis que le groupe est engagé pour une mission des plus périlleuses, ses pouvoirs hors du commun sont soudain révélés au grand jour. C'est alors qu'Andy et Nile, tout dernier soldat à avoir rejoint l'équipe, doivent tout mettre en œuvre pour neutraliser leurs ennemis. Car ces derniers ne reculeront devant rien pour détourner les pouvoirs des immortels à leur profit.

Mon humble avis : Un film d'action et science-fiction qui ravira les fans inconditionnels ou occasionnels du genre... mais aussi ceux de Charlize Theron en mode guerrière ! On trouve aussi dans ce film l'excellent Matthias Schoenaerts, vu dans le bouleversant film Nevada.

Attention, ce film est interdit aux moins de 16 ans... Oui, c'est assez violent, ça dégomme à tout va... mais cela donne lieu aussi à de chouettes scènes de close combats bien chorégraphiées. Avec cette bande de mercenaire, il y a un petit côté "X.Men", ce qui n'est pas pour me déplaire... Nos héros sont un peu des Wolverine... mais sans les griffes. Ce film est diablement efficace, pas une minute d'ennui, et le scénario est bien ficelé. C'est un film à gros budget, qui était censé être un "One shot". Mais vu son énorme succès sur Netflix, on commence à parler "trilogie". Ca tombe bien, "The old Guard" est inspiré d'un "comics", ce qui offre moult possibilités de suites, de spin off, voire de préquelles. Ca me ferait bien plaisir ! Côté réflexion... le film donne à s'interroger sur les particularités des êtres... Ce qui semble être un don peut-être reçu comme un fardeau. Et la valeur du don ne tient que dans ce que l'on en fait ! Bon, ce n'est pas du bien lourd, mais là n'est pas l'objectif du film qui est avant tout la distraction et l'action et pour cela, c'est une vraie réussite. Et puis chez ces mercenaires immortels, vous avez intérêt à être gentil car sinon, la punition dure un siècle !!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 1 Décembre 2020

Confinements, fermeture des cinémas et surtout programmes télévisions plus que déplorables de ces derniers mois ont eu raison de ma réticence à m'abonner à Netflix. Je "résistais" sans difficulté jusqu'alors aux sirènes Netflix, ayant bien assez dans ma vie pour me distraire, notamment via la lecture. Mais je lis déjà beaucoup en journée, j'apprécie aussi de passer des soirées entières le nez dans un livre... mais pas tous les soirs. Et quand votre programme télé 2 semaines ne vous annonce qu'une soirée sympa sur la prochaine quinzaine... et bien là.... Les barrières s'effondrent ! Me voici donc abonnée à Netflix et ravie pour l'instant. L'avantage est qu'il n'y a pas d'engagement minimum, je peux interrompre mon abonnement quand je le souhaite... Ce que je ferai si je sens que je deviens trop "accro", ce qui est assez courant avec cette chaîne. Mais pour l'instant, tout va bien, je maîtrise tout à fait mon usage qui reste tout à fait modéré !

Juste avant cet abonnement, alors que je voulais me faire un samedi cinéma... J'ai loué en VOD : 

Cinéma , film Filles de joie, Noémie Lvovsky, avis
 
Synopsis : Axelle, Dominique et Conso partagent un secret. Elles mènent une double vie. Elles se retrouvent tous les matins sur le parking de la cité pour prendre la route et aller travailler de l’autre côté de la frontière. Là, elles deviennent Athéna, Circé et Héra dans une maison close. Filles de joie, héroïnes du quotidien, chacune se bat pour sa famille, pour garder sa dignité. Mais quand la vie de l’une est en danger, elles s’unissent pour faire face à l’adversité.
 
Mon humble avis : Mauvais choix pour mon premier samedi de reconfinement. Oh, je n'ai rien de grave à reprocher à la réalisation ni aux jeux des actrices. C'est juste que ce film est très sombre, triste et vraiment déprimant, qui montre la pauvreté sociale dans toutes ses épouvantables conséquences humaines dans le Nord près de la frontière Belge. On aurait presque l'impression que cela touche à la caricature, ce qui est dommage. Pas un rayon de soleil dans cette histoire. Du glauque et que du glauque. Cependant, ce film est pour l'instant un lice pour représenter la Belgique aux prochains Oscars....
 
 
 
 

Ma série du mois : 

Mindhunter, série, netflix, avis, critique

Série de 2017 dirigée par David Fincher - 2 saisons - 10 épisodes/saison - terminée - Pour les + de 16 ans.

Avec Jonathan Groff, Holt McCallany et Anna Torv

Synopsis : Comment anticiper la folie quand on ignore comment fonctionnent les fous ? Deux agents du FBI imaginent une enquête aux méthodes révolutionnaires et se lancent dans une véritable odyssée pour obtenir des réponses.

Mon humble avis : Excellente série initiée par David Fincher himself... Ce que l'on ressent ne serait-ce que dans les coloris souvent verts/jaunes des images. Pas de grands effets ni effets spéciaux dans Mindhunter qui est une série sobre, sombre. Série policière mais pas de courses poursuites ni actions. Par contre, une excellente reconstitution de l'époque.

En fait, nous assistons à la genèse de ce qui deviendra la technique de profilage. Fin des années 70 début des années 80, une nouvelle unité est créée au FBI, celles des sciences comportementales... Pas officielle au début alors le local est aux sous-sols. Nous suivons deux agents (Holden et Bill) à travers les Etats-Unis. Ils interrogent, en milieu carcéral, les hommes emprisonnés pour crimes multiples et violents... Ceci, pour comprendre leur fonctionnement et dans l'espoir de pouvoir prévenir ce genre de comportement. Ces criminels, l'équipe les appellera d'abord tueurs en séquences, puis tueurs en série. Elle créera la classification (organisé/désorganisé) puis déterminera la terminologie que nous connaissons maintenant. Mais, bien sûr, il faudra aussi que cette méthode d'enquête soit reconnue et acceptée par les hommes de pouvoir (juges, maires, chefs de police etc) et ça, bref, que la théorie soit acceptée et reconnue dans la pratique, ce n'est pas une mince affaire ! 

Mindhunter s'appuie sur des faits réels... Effectivement, les tueurs qu'Holden et Bill interrogent ont existé (Charles Manson, Le fils de Sam...). La deuxième saison nous emmène vraiment dans la pratique, via une horrible affaire de plusieurs dizaines d'enfants assassinés à Atlanta. Visuellement, rien d'insupportable, à part quelques polaroïds sur lesquels travaillent la police... mais que nous ne faisons qu'apercevoir.

La première saison laisse entrevoir la vie privée d'Holden, quand la deuxième saison laissera une plus grande place à la vie familiale de Bill... Ce qui n'est pas sans intérêt... En effet, ces deux flics sont capables d'aller fouiller dans les esprits des pires criminels pour comprendre et expliquer leurs comportements, mais ils sont incapables d'interpréter et de saisir le comportement de leurs proches.

 

Mon documentaire du mois : 

Netflix, la danse des oiseaux, documentaire animalier

Narration par Gérard Darmon

 

Mon humble avis : 55 merveilleuses minutes au coeur de forêts tropicales, pour petits (7ans) et grands. Ce documentaire nous donne à observer les techniques de drague de 5 ou 6 espèces d'oiseaux magnifiques, aux plumages colorés, en Nouvelle Guinée et au Panama. Que de beautés visuelles ! J'ai été admirative devant la persévérance de ces mâles à construire plusieurs jours, voire plusieurs années durant, des berceaux pour accueillir une femelle le temps d'un coït. J'ai été étonnée de constater la capacité de mimétisme d'une espèce... Un oiseau est en effet capable d'imiter le bruit d'un cochon, l'aboiement d'un chien, le bruit d'enfants qui jouent... le tout soit pour faire fuir un intrus, soit pour séduire une damoiselle ! Et que dire de toutes ces danses nuptiales, si gracieuses, de véritables ballets au chorégraphies très élaborées. Bref, 55 minutes hypnotisée par mon écran de télé... j'étais tantôt attendrie, tantôt ébahie, et tantôt amusée. Bref, j'étais bien ! A voir absolument... En plus pas de violence, un véritable havre de paix et de beauté que ce documentaire.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0