MY NETFLIX, des films : REBECCA, L'ENFANT QUI DOMPTA LE VENT, LE PHARE AUX ORQUES, 6 UNDERGROUND

Publié le 15 Février 2021

Film Netflix 2020 de Ben Wheatley

Avec Lily James, Armie Hammer, Kristin Scott Thomas

 

En Angleterre, une jeune mariée s'installe dans le domaine familial de son époux, où elle est poursuivie par l'ombre obsédante de la première femme défunte de son mari.

Mon humble avis : J'ai beaucoup aimé cette nouvelle adaptation du roman de Daphné du Maurier : Rebecca. J'ai écouté la version audio de ce livre il y a quelques années, aussi, le film m'a permis de me rafraichir la mémoire sur l'issue finale de l'histoire. Il m'a semblé que l'atmosphère est très fidèle à celle du bouquin, ou en tout cas au souvenir que j'en avais. La tension monte, le suspense s'installe, et Kristin Scott Thomas est impeccable dans le rôle de l'inquiétante Madame Danvers. Le malaise est visible de partout ! L'esthétique du film est également bien réussi. Hitchcock avait proposé sa version... que je n'ai pas vue. Je ne peux donc point comparer. Mais avec ce film Netflix et l'atmosphère du Maurier, j'ai vraiment passé un bien agréable moment.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le garçon qui dompta le vent, cinéma, film, netflix, malawi, avis, critique, chronique

Film Britanique de Chiwetel Ejiofor - 2019

Avec Chiwetel Ejiofor, Maxwell Simba, Aïssa Maïga

Contre toute attente, un jeune Malawite de 13 ans invente un système ingénieux pour sauver sa famille et son village de la famine. 

Mon humble avis : Film magnifique, prégnant, bouleversant... Mais qui ne joue pas sur la corde sensible. Il est question de famine au Malawi, mais les images insoutenables nous sont épargnées. Le garçon qui dompta le vent est inspiré de l'histoire vraie de William Kamkwamba et de son livre best seller. 

Chiwetel Ejiofor, réalisateur et acteur, a déjà été vu dans de grands films, hollywoodiens ou autres, tel 12 years of slave. On connait Aïssa Maïga en France notamment via le film "Il a déjà tes yeux. Quand au jeune garçon Maxell Simba, c'est un acteur Kenyan. De très beaux décors naturels.... Qui nous font prendre de plein fouet la violence des éléments naturels sur les récoltes... Ce qui mènent ensuite aux famines. Une année, ce sont les inondations que subissent la famille et le village de William, accentuées par l'abatage des arbres, l'année d'après c'est la sécheresse. Le tout, avec un climat international tendu (2001 et les attentats de New York qui ont des répercussions financières jusqu'au fin fond de l'Afrique) et un gouvernement pas si démocratique que ça et corrompu... On sait par le synopsis que l'histoire finit bien, néanmoins, on trépigne, on enrage, on s'impatiente... Car personne n'aide ni ne croix en William qui a pourtant bien la solution contre le problème du manque d'eau. Il est viré de l'école car ses parents n'ont pas les moyens de payer etc... Tant de temps perdu... Et autant de décès qui auraient pu être évités. Un film qui prouvent une fois de plus l'importance viscérale de l'accès l'éducation et l'instruction de tous... Car c'est dans l'instruction que l'on trouve les solutions pour contourner les désastres...

Des scènes qui font réfléchir... Des scènes qui ressemblent à ce qui se passent en France le premier jour des soldes... Ici, c'est pour une télé soldées, la-bas, c'est pour 15 kilos de céréales. Ou lorsqu'un confinement est annoncé, que les files s'allongent devant les hypermarchés... Parce que nous avons peur de manqué. Là-bas, c'est l'estomac vide depuis plusieurs jours qu'ils espèrent quelques kilos de céréales. A voir, un film qui remet la valeur des choses et des êtres à sa place.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film espagnol de Gerardo Olivares (2016)

Avec Maribel Verdu, Joachim Furriel, Joachim Rapalini

Une mère emmène son fils autiste jusqu'en Patagonie dans l'espoir qu'un ranger et un groupe d'orques sauvages pourront l'aider à établir une connexion émotionnelle. 

Mon humble avis : Un film à l'esthétique parfaite. Superbes images de la Patagonie, paysages somptueux et pittoresques, l'océan, les étendues infinies, le calme (certes, le film ne se déroule pas en pleine tempête), le silence bienfaiteur, on y resterait bien plus longtemps. Les photos animalière avec les orques sont aussi de toute beauté et et filmées avec grâce. Vraiment, on en prend plein les yeux.

Le scénario est inspiré d'une histoire vécue (le roman existe). Il ne réserve pas beaucoup de surprise mais il est agréable, bienveillant, les émotions sont vraies, les comédiens à la bonne place... Et Joachim Furriel déploie un charme indéniable !!!

Le phare aux orques a le mérite d'évoquer la difficile question de l'autisme profond et non oral avec justesse... même si je doute un peu de la fin... A t-elle vraiment été vécue comme telle ? Mais bon, nous sommes au cinéma... Et en même temps, la réalité dépasse souvent la fiction. Ce film délivre un magnifique message de protection de la nature, du mystère animalier, du bien fait de la proximité des animaux lorsqu'il y a un mal être. Il montre aussi comment faire un bout de chemin pour parvenir à l'entrée du monde de l'autre, et y être mieux accueilli... Entre l'Homme et l'animal et vis et versa... Mais aussi entre l'adulte et l'enfant autiste. Un très beau film,  apaisant, à mon sens réussi !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film Netflix 2019 - 2h07

Action / Policier de Michael Bay

Avec Ryan Reynolds, Mélanie Laurent, Manuel Garcia-Rulfo

Ce qu’il y a de mieux avec la mort ... c’est la liberté. La liberté de lutter contre l'injustice et le mal qui rôdent dans notre monde, sans que rien ni quiconque ne vous arrête.
Six individus, issus des quatre coins du monde, tous, les meilleurs dans leur domaine, ont été choisis non seulement pour leurs compétences, mais aussi pour leur désir unique d’effacer leur passé afin de changer l'avenir.  La bande est réunie par un leader énigmatique, dont le seul objectif est de s'assurer que tous tomberont dans l’oubli mais que leurs actions, pour sûr, leur survivront.

Mon humble avis : Si on regarde ce film (ce que j'ai fait pour mon réveillon solitaire du 31/12) au premier degré, on soupire devant ce surplus de clichés, de même pas mal ni égratigné, d'irréalisme au possible. Si on le regarde au 2ème ou 3ème degré, ça passe mieux. D'ailleurs durant le premier quart d'heure, on se demande si le but du film n'est pas de dresser une caricature humoristique de ce genre de ciné d'action. Tout y est bien stéréotypé et calibré... jusqu'au personnages. On se demande bien ce que Mélanie Laurent est allée faire la dedans... Mais bon, elle est jolie et a de beaux yeux bleus.

Le côté spectaculaire et effets spéciaux du films sont bien orchestré et mis en scène, au millimètre près. Bien sûr, il y a des moments de suspens intense, le tout, dans une violence que l'on ne montrera pas aux plus jeunes, même si, vu par un adulte, c'est plutôt drôle : les dents volent, les têtes se coupent etc. On regardera ce film, genre agence touriste 2020, pour se distraire et on regrettera le côté parfois alambiqué du scénario qui relève du "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Car dans le fond, le scénario est d'une simplicité nette, mais dans la forme, des tas de flash-back ont été ajoutés pour faire genre "scénario  très construit. Néanmoins 6 undernground dénonce tout de même quelques faits géopolitiques, tels que la mise en place de dictateurs par les occidentaux, ou encore,  les crimes de guerre contre l'humanité négligés quand il y a des enjeux économiques.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0
Commenter cet article

Didi 18/02/2021 18:06

Merci Géraldine pour tes chroniques des films vu sur Netflix car j'y suis abonnée et souvent on se perds un peu dans la jungle des différentes propositions.
Je retiens les trois premiers de ton billet.
Quant à moi hier j'ai regardé "La mission" avec Tom Hanks et j'ai bien apprécié.
Bisous

Luocine 16/02/2021 20:22

Je vois que parfois tu quittes,les livres pour Netflix

Géraldine 16/02/2021 21:35

Comme je suis privée de ciné et que les programmes TV "classiques" sont souvent désolant, effectivement, je m'offre des petites récréations visuelles, en choisissant ce qui me plait, et quand je le veux :)

A_girl_from_earth 16/02/2021 18:00

Sympa tes découvertes sur Netflix ! Je note Rebecca dont j'avais adoré le livre. Pas vu la version hitchcockienne non plus.