Articles avec #le coin ornitho tag

Publié le 16 Décembre 2023

Bergeronnette grise toute juvénile, dans la Baie du Mont Saint Michel

Bonjour, 

Aujourd'hui, je vous parle de la Bergeronnette grise (du nom scientifique latin Motacilla Alba).

Une espèce assez courante, et qui peut être proche de l'homme (sur les plages, les parking etc). Une espèce qu'on reconnaît de loin : elle marche avec de brusque hochement de tête et balance sa queue fortement.

Par contre, il reste difficile, à qui n'est pas vraiment initié, de distinguer les mâles des femelles. Autre difficulté dans ma région, la possible présence de la sous espèce de Yarrel, qui vit dans les îles britanniques. Celle -ci aura, chez le mâle le dos noir et les flancs vraiment gris foncé, et chez la femelle, le dos gris foncé. Bref, c'est vraiment une question de nuances subtiles, d'autant moins évidente à percevoir quand tout va très vite, ou que l'angle de la photo ne montre pas tout ! Autres difficultés aussi, les différence entre les plumages nuptiaux et internuptiaux. Bref, au delà de la première indentification, ce n'est pas une espèce facile à approfondir :Aussi, sur les photos suivantes, je ne vais pas le risquer à sexer les individus, je ne suis pas assez experte.

 

La Bergeronnette grise est un passereau qui se rencontre un peu partout dans divers milieux (campagnes, bords de mer, villes et villages, cultures irriguées ou même des zones assez désertiques. Ce sont des milieux ouverts, secs ou humides Mais on la trouvera encore plus souvent près de l'eau. Il lui faut un accès au sol facile, car c'est là qu'elle passe le plus clair de son temps.

En période de reproduction, il lui faudra un environnement qui lui offre des sites pour sa nidification semi-cavernicole. En effet, son nid est une coupe d'herbes sèches, garnie de poils et de plumes, installée dans une cavité (mur - rocher). Sa nidification s'étale d'avril à juillet, avec quelques variantes suivant les latitudes. Dans les zones tempérées, les couples peuvent mener deux nichées, voire trois.

Le mâle commence par choisir son territoire, par chanter du haut d'un perchoir pour séduire une femelle. C'est la femelle qui choisira, peut-être parmi plusieurs mâles. Au bout de quelques jours de vie commune, viennent les accouplements. Mâle et femelle construisent le nid ensemble, mais il semble que ce soit Madame qui fasse la plus grande part du boulot.

La femelle pond 5 ou 6 oeufs, couvés pendant une quinzaine de jour, surtout par la femelle. Les jeunes restent couvés par la mère les 5 premiers jours, et sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid au bout de 15 jours, ils sont donc nidicoles. Le couple se partage la fratrie qui reste à charge 15 jours supplémentaires, durant lesquels la femelle peut entamer une deuxième nichée.

Un juvénile

La Bergeronnette grise est insectivore et se nourrit de toutes sortes d'invertébrés. Tout en marchant, elle reperd ses proies au sol et s'en saisit. Elle peut le faire aussi à la surface de l'eau. Parfois, elle court et vole vers ses proies. Elle peut aussi capturer des insectes en plein vol, et pratique parfois le vol stationnaire.

Bergeronnette grise immature, en mue post juvénile.

 

Pas très farouche avec l'humain, c'est un oiseau très sociables en dehors de la période de reproduction. On peut la voir en groupe dans les prés et prairies. C'est une migratrice partielle, ce qui signifie ici que ce sont les individus du nord qui vont migrer, pour aller hiverner au Moyen Orient et au Nord Est de l'Afrique. Les Bergeronnettes grises de nos régions françaises sont sédentaires.

Certaines Bergeronnettes adoptent un territoire de nourrissage hivernal, si la ressource vient à manquer.

Le vol de la Bergeronnette grise ressemble à celui de ses cousines : onduleux, une alternance des battements rapides des ailes en montée, et le replis des ailes en descentes. Ses ailes sont relativement courtes, et empêchent donc de longues migrations. C'est une espèce qui peut aussi bien se reproduire au niveau de la mer, qu'à 5 000 m d'altitude dans l'Himalaya.

La Bergeronnette grise et ses sous-espèces est visible quasiment dans le monde entier, excepté en Amérique du Sud, à quelques exceptions près. Elle est commune là où elle vit, s'est bien adaptée à l'Homme et de ce fait, n'est pas considérée comme une espèce menacée.

 

Le texte de ce billet est inspiré de mon guide Ornitho Belin, du site internet oiseaux.net et un peu de moi. Toutes les photos sont miennes et interdites d'usage ou de reproduction sans mon accord. Elles ont été prises durant ces 3 dernières années, en Bretagne et en Touraine. 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 28 Octobre 2023

 

Bonjour,

Aujourd'hui, je vous présente un Canard qui s'observe de façon assez courante et facilement, évidemment, comme toujours, si l'on est dans le bon endroit, son biotope, donc sur les côtes : le Tadorne de Belon. Il est l'une des 174 espèces d'Anatidés de par le monde.

Le Tadorne de Belon est le plus grand canard de surface de France. Canard de surface signifie qu'il ne plonge pas pour trouver sa nourriture, contrairement à d'autres. Son envergure varie entre 110 et 135 cm, sa longueur de 58 à 67 cm et son poids de 0.5 à 1.4 kg.

C'est un canard grégaire, qui peut vivre aux cotés d'autres espèces, comme les Bernaches cravant, les Canards colvert....

Il vit là où il se nourrit : les littoraux de la Manche, de l'Atlantique et de la Méditerranées, surtout sur les zones plates, sablonneuses ou vaseuses, comme les estuaires. L'hiver, il fréquente les vasières et les marais salants. Il est rare de l'observer à l'intérieur des terres. Il se nourrit de mollusques, de crustacés, d'insectes aquatiques et de divers végétaux. Ceci, en tamisant avec son bec dans des eaux peu profondes. Il trouve parfois de la nourriture dans les champs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mâle et la femelle sont identiques à une différence près : le mâle possède une tubercule bien prononcée à la base de son bec, ce que la femelle n'a pas. A gauche, nous avons donc un mâle en plumage nuptiale (tout pimpant), et à gauche, une femelle avec le plumage internuptial (terne). C'est une espèce aux moeurs diurnes et nocturnes.

Il fait son nid dans diverses cavités : ancien terrier de renard ou de lièvre, trou dans un arbres ou un bâtiment, une cavité sertie sur un talus, et parfois, à même le sol dans la végétation herbeuse. Le nid est garni de duvet.

C'est entre avril et juin que la femelle pond 8 à 10 oeufs qu'elle va couver environ 30 jours. Les petits sont nidifuges (ils naissent "prêts à l'emploi" et quittent donc le nid tout de suite, même s'ils restent près des parents. Ils se regroupent souvent en crèches de plusieurs dizaines d'individus surveillés par quelques adultes. Ils s'envolent au bout de  45 - 50 jours.

 

 

Cette espèce a une particularité celle d'avoir une migration de mue post nuptiale. Celle-ci se déroule courant juillet. Cette migration regroupe des nicheurs et des adultes non reproducteurs, qui se regroupent par dizaines de milliers sur des bancs de sable. Une fois la mue terminée, chacun regagne son pays d'origine.

En France, le Tadorne de Belon est nicheur, migrateur et hivernant. 

Le texte de ce billet est un peu de moi, et inspiré de mon guide ornitho Belin et du site oiseaux.net.

Les photos sont miennes et non libres de droit. Elles ont été prises en Ille et Vilaine, en Baie de Somme et en Baie d'Hillion, dans le 22.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 7 Septembre 2023

Bonjour, 

Aujourd'hui, je vous présente l'Alouette des champs... Que l'on entend souvent avant de la voir, quand on connaît son chant. Un chant mélodieux et complexe, qui peut durer plusieurs minutes (et inclure des imitations d'autres espèces), qu'elle émet en vol en montant très haut puis en restant sur place. Il faut donc plutôt regarder en l'air au dessus des prairies pour la voir ! Le chant émis au sol est moins complexe. Quand elle émet son joli chant en vol, ensuite l'Alouette des champs se laisse tomber à la fin comme un pierre au sol.

L'Alouette des champs est un passereau qui pèse entre 45 et 50 gr, mesure entre 18 et 19 cm de long. Son envergure varie entre 30 et 36 cm. Le mâle est un peu plus grand. Son plumage est neutre, très souvent en couleur camouflage par rapport aux terrains où elle se déplace.

 

 

 

L'Alouette des champs a besoin de voir loin ! Aussi, elle ne fréquente que des milieux très ouverts : pelouses naturelles, prairies et zones cultivées, pâturages d'altitude, landes, bordures de marais, steppes. Elle évitera les forêts et ses marges, de même que le bocage trop riche en haies. Le pied pour elle, se sont les aéroports !

 

 

 

En dehors de l'époque de reproduction, c'est une espèce grégaire. C'est en groupe qu'elle effectue sa migration diurne.                                                  

 

L'Alouette des champs cherche sa nourriture au sol en marchant tranquillement à petits pas, elle ne sautille pas. Elle est essentiellement granivore (graines sauvages ou cultivées). En période de reproduction, elle mangera aussi des invertébrés et des insectes, dont ont besoin les petits pour leur croissance.

 

 

La période de reproduction s'étend de mars à l'été. Le mâle chanteur exécute ses vols territoriaux. Le nid est fait au sol, le lieu est choisi par le femelle.  Le mâle et la femelle creusent une cavité à l'abri d'une touffe, et la remplissent d'herbes sèches,  des fibres végétales, des poils, du crin. La femelle pond 3 à 5 oeufs qu'elle couve seule pendant 12 jours, pendant que Monsieur défend le territoire. Le nourrissage des petits est effectués par les deux parents. Les petits quittent le nid à 10 jours mais restent aux alentours, et ne sont volants qu'à l'âge de 3 semaines. L'Alouette des champs fait au moins une ponte supplémentaire chaque saison.

Etant donné que le nid de l'Alouette des champs est au sol, à nous promeneurs / randonneurs d'être vigilants quand nous fréquentons sont milieux naturel en période de reproduction. Rester sur les chemins et faire attention où l'on pose les pieds.

 

 

 

 

 

 

L'Alouette des champs est nicheuse, migratrice et hivernante selon les régions du monde. Elle est présente en Amérique du Nord, sur tout le continent eurasiatique et au Maghreb. C'est une espèce commune, non menacée pour l'instant, mais dont les effectifs sont en constante baisse... En cause principale, l'agriculture moderne et intensive, les pesticides etc... Dans certains départements Français, c'est une espèce toujours chassable aux filets et en cage (quotas annuels)

 

 

 

Les textes de ce billet sont inspirés du site oiseaux.net et de mon guide ornitho Belin.

Toutes les photos sont miennes et interdites d'usage, de reproduction etc sans mon accord. Elles ont toutes été prises dans les Côtes d'Armor et en Ille et Vilaine.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 7 Juin 2023

Bonjour !

On va essayer de reprendre le petit rendez-vous ornitho mensuel, que j'ai un peu négligé ces derniers temps. Aujourd'hui, je vous présente la Mésange bleue, petit passereau très courant, que tout le monde ou presque peut voir en France très facilement.

 

Elle tire son non de sa calotte bleue, de ses ailes et de sa queue. Son dos tire sur le verdâtre. jaunâtre. Le bleu de la calotte de la femelle est plus terne, mais il faut je pense être très avisé pour distinguer les deux sexes.

 

La Mésange bleue est une espèce essentiellement européenne. Elle est forestière, son biotop optimum est la forêt de feuillus, mais elle peut aussi fréquenter les forêts mixtes. On la trouve aussi dans les campagnes riches en haies et buissons, dans les parcs et les jardins. En hiver, elle fréquente beaucoup les mangeoires. Elle côtoie les Mésanges charbonnières et nonnette. 

 

Suivant les régions, la Mésange bleue  est nicheuse, migratrice et hivernante. En Bretagne par exemple, elle est sédentaire. Mais les individus les plus nordiques sont probablement migrateurs.

Son poids varie entre  9 et 12 gr , sa longueur est de 12 cm et son envergure de 18 cm. Petite, la Mésange bleue est très agile et acrobate, grâce à ses doigts griffus. Elle peut se suspendre un peu partout, même sur des fines brindilles, à la recherche de nourriture.

C'est une espèce grégaire en hiver.

 

 

En saison de reproduction, la Mésange bleue forme un couple très territorial, qui peut se montrer agressif envers les intrus de même taille.

Elle se reproduit d'avril à juillet. C'est un nicheur cavernicole... le nid est construit dans un trou d'arbre ou de mur, ou dans un nichoir. Ou toute cavité pouvant contenir son nid (tuyau, poteau creux etc)

Le nid est fait de mousses, d'herbe sèche et de matériaux soyeux, sa coupe est garnie de poils d'animaux. La femelle pond entre 9 et 15 oeufs qui sont couvés par la femelle deux semaines, pendant que le mâle s'occupe du ravitaillement.

Photos de 2 Mésanges bleues juvéniles.

 

Les petits sont nourris par les deux parents, leur premier vol a lieu au bout de 20 jours et l'émancipation totale ne se fait qu'à 4 semaines. Les mésanges bleues font souvent une deuxièmes couvées.

Tous les petits nés ne survivent pas... L'espèce a de nombreux prédateurs (pics, corneilles, pies, écureuils, rapaces, chats etc...)

A la belle saison, celle de la reproduction, la Mésange bleue est insectivore. C'est avec cela qu'elle nourrit ses petits (beaucoup de chenilles aussi), larves, araignées etc. D'où l'importance de ne pas proposer de nourrissage en mangeoire à cette période, pour que la mésange apporte les bons aliments nécessaires à la croissance de ses petits.

 

En saison internuptiale (automne hiver), la Mésange bleue devient granivore et frugivore, sans bouder pour autant les quelques insectes qu'elle peut encore trouver.

Au printemps, on voit les mésanges bleues par paires (couples). En été, on les voit en clans familiaux (un couple dominants, les jeunes de l'année, et des adultes "célibataires".

En hiver, elles sont en bandes nombreuses.

 

Petite anecdote : La femelle est capable de modifier le sex - ration de sa progéniture. Si elle s'accouple avec un mâle plus attirant qu'elle repère grâce aux rayons UV émis par sa calotte bleue, les oisillons sont à 70 % mâles, mais s’il est moins séduisant, ils sont à 70 % femelles.

La Mésange bleue peut vivre une dizaine d'année. Mais le taux de mortalité juvénile est important. A priori, taux de survie des juvéniles la première année : 38 % en Angleterre. Et en moyenne la durée de vie d'une mésange bleue est entre 1 et 3 ans.

Billet évidemment non exhaustif sur l'espèce, il y aurait tant à en dire.

Les textes sont inspirés de mon guide ornitho Belin, du site oiseaux.net, de Wikipédia et de moi !

Les photos sont miennes et interdites d'utilisation ou de reproduction sans mon accord. Elles ont été prises au court de ces deux dernières années, principalement près de chez moi (autour de Dinard), mais aussi en Touraine et dans le Limousin.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 12 Mars 2023

Bonjour !

On poursuit la découverte des quelques 130 espèces d'oiseaux que j'ai rencontrées, découvertes, photographiées lors de mon voyage au Kenya en avril 2022 déjà bientôt 1 an.

Les noms des espèces sont notés sur chaque montage.

Pour voir les espèces présentées dans les précédents billets, cliquez ICI

Je vous souhaite un bon dimanche ! Le mien sera pluvieux et studieux.  En effet, j'ai investi dans un nouvel appareil photo, qui devrait me permettre de bien plus belles photos à l'avenir, dans le piqué et surtout des oiseaux en vol, ce que mon appareil ne me permettait pas vraiment.

 

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
observables en France, mais espèces introduites.

observables en France, mais espèces introduites.

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 3/ ?

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho, #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 19 Février 2023

Bonjour !

On poursuit dans mes souvenirs ornithologiques de mon si riche voyage au Kenya en avril 2022, avec près de 130 espèces différentes observée en une semaine, un véritable festival de tailles, de couleurs, de chants différents !

Je vous laisse vous régaler, le nom de l'espèce est indiqué sur chaque photo montage. Et je vous dit à dans 15 jours, pour la suite  !

Bon dimanche !

Espèce visible en France

Espèce visible en France

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
Espèce visible en France

Espèce visible en France

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
Espèce visible en France

Espèce visible en France

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 2/?

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho, #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 30 Janvier 2023

Bonjour,

Aujourd'hui, je vous présente le Grèbe castagneux :)

Les Grèbes sont une famille d'oiseaux d'eau présents en France est représentée par plusieurs espèces, dont le Grèbe Castagneux, qui est le plus petit d'entre eux.

Il est vraiment minus et se positionne souvent en mode "bouée", et de ce fait, quand j'arrive près d'un étang, je soupçonne parfois la présence de bouée et une fois mon zoom déployé, je réalise ma méprise... Et quand je m'approche (raisonnablement) aussi !

 

Il ne mesure qu'entre 25 et 29 cm de long, et son envergure varie entre 40 et 45 cm, pour un poids entre 300 et 650 gramme.

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel entre le mâle et la femelle.

Il est moins piscivore que les autres grèbes, puisqu'il se nourrit aussi de mollusques, de crustacés, d'insectes, de larves et d'invertébrés aquatiques.

 

C'est un oiseau qui change d'apparence en fonction de la période de l'année. Ci-dessus, voici son plumage internuptial (hivernal). Sur la photo d'accueil de ce billet, vous avez son beau plumage nuptial (printemps/été/reproduction). Ce dernier est bien plus marqué et contrasté, avec une tâche jaune pâle aux commissures du bec.

Vous pouvez voir ici la différence de taille entre le Grèbe castagneux et la Foulque macroule.

Le Grèbe Castagneux apprécie les eaux calmes et dormantes. Aussi, on va souvent le trouver sur les étangs et lacs, dans les mares ou les fossés inondés. Mais il peut aussi évoluer sur les eaux côtières abrités. Ainsi, j'en observe aussi dans l'estuaire de la Rance où l'eau est salée. En période de reproduction, il va préféré les cours d'eau calme, dont la végétation des berges lui permet de camoufler son nid, qui sera flottant, fixé aux herbes et fait de végétaux.

 

Voici un juvénile :) La reproduction a lieu d'avril à juillet. La femelle pond 5 à 6 oeufs dont l'incubation est assuré par les 2 parents pendant une période de 21 à 27 jours. Il peut y avoir parfois une 2ème couvée. Les jeunes sont nidifuges, ils quittent de suite le nid et suivent leurs parents en "balade". Ils apprennent alors à plonger et à se nourrir Ils ne seront autonomes et volants que vers 1 mois et demi.

 

Depuis la berge d'un étang, les Grèbes castagneux sont assez faciles à observer. Par contre, ils sont vraiment durs durs à photographier car se sont des plongeurs invétérés.  Ils plongent sans cesse... Résultat : Beaucoup de photos avec que de l'eau et des restes de ronds, sans grèbe !!! Et après, il faut deviner dans quel coin ils vont ressortir. Il me semble avoir entendu quelque part qu'ils peuvent rester en apnée près de 30 secondes ! Ils volent très peu, ils sont tout le temps sur ou sous l'eau. D'ailleurs, je n'en n'ai jamais vu un voler !

 

Son aire de répartition comprend globalement l'Europe, l'Asie et l'Afrique (d'ailleurs, j'en ai vu au Kenya). Les individus d'Europe occidentale et d'Afrique du Nord sont sédentaires. Ceux d'Europe septentrionale descende et viennent grossir les rangs des sédentaires. Ils vivent alors en petit groupe, au milieu de divers canards, Foulques macroules, Gallinules poule d'eau etc.

En tout cas, c'est un oiseau que j'aime beaucoup, tout mimi, un petit bouchon ! Tellement petit que la 1ère fois que je l'ai vu, j'ai cru avoir affaire à un juvénile !

 

Les photos de ce billets sont miennes et interdites de reproduction. Elles ont été prises en Ille et Vilaine et en Indre et Loire.

Les textes de ce billet sont inspirés de moi, de mon guide ornitho Belin et du site oiseaux.net 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 22 Janvier 2023

Allez, c'est reparti pour quelques billets sur mon voyage au Kenya, mais cette fois-ci, uniquement avec les oiseaux photographiés là-bas ! Puisque c'est environ 130 espèces différentes que j'ai pu observer et garder dans la boîte en 7 jours ! Complètement inouï, un vrai festival ! Et l'avantage quand on s'intéresse aux oiseaux, c'est que ça multiplie les surprises et les whaou ! Car même quand il n'y a pas de mammifères pendant quelques temps, il y a toujours de petites choses qui virevoltent ! Aussi, je suis bien contente d'avoir attendu 50 ans pour réaliser ce voyage ! Car même 2 ans plus tôt, je n'étais pas "branchée" ornithologie,  et je serais alors passée à côté de sacrées merveilles !

Allez, je vous laisse en photo, le nom des espèces est inscrit sur chaque photo-montage !

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
ERRATUM : C'EST UN MARTIN-PÊCHEUR HUPPE !!!!

ERRATUM : C'EST UN MARTIN-PÊCHEUR HUPPE !!!!

Espèce migratrice, visible en France au printemps  et en été

Espèce migratrice, visible en France au printemps et en été

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
Espèce migratrice, visible en France au printemps et en été

Espèce migratrice, visible en France au printemps et en été

UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
UN DIMANCHE AVEC LES OISEAUX DU KENYA 1/?
Espèce exotique introduite en France, donc visible dans l'Hexagone !

Espèce exotique introduite en France, donc visible dans l'Hexagone !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho, #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 2 Décembre 2022

Bonjour ! Aujourd'hui, focus sur un oiseau très commun, que l'on voit à peu près partout sans trop le regarder et qui est pourtant de toute beauté : la Mouette rieuse ! Il existe de nombreuses espèces de mouettes dans le monde, est même plusieurs qui sont visibles en France, d'où l'importance de spécifier "rieuse".

C'est un oiseaux très grégaire en dehors de la période de reproduction. Elle se nourrit et dort en groupe dans des dortoirs de plusieurs centaines, voire milliers d'individus, sur des plans d'eau à l'intérieur des terres ou en mer. En journée, les individus s'éparpille.

 

La Mouette rieuse fait partie de la famille des laridés. Adulte, elle mesure en moyenne 43 cm, pèse entre 225 et 350 gr, et son envergure oscille entre 94 et 110 cm. Son espérance de vie peut atteindre 30 ans (maximum connu). Mais l'espérance de vie moyenne des jeunes à l'envol est de 42 mois.

 

 

 

Ses cris sont des sons divers, aigus, grinçants, rauques. La Mouette rieuse est un oiseau très bruyant, qui peut donner lieu à de belles cacophonie dans les dortoirs ou lors des querelles !

 

 

 

 

Son régime alimentaire est très varié : poissons, invertébrés, vers, déchets, insectes, graines et végétaux. Ses proies peuvent être terrestres ou aquatiques. Occasionnellement, elle ne dédaigne pas les fruits. Elle est un opportuniste qui "nettoie" les villes et les plages, ou qui se nourrit dans les champs labourés. En effet, les groupes suivent la charrue et capturent des vers et d'autres invertébrés. Elle se nourrit aussi en marchant, en nageant, et en plongeant pour saisir des poissons en suivant des bateaux de pêche. Elle vole aussi au-dessus des flots et picore des insectes à la surface.

Son plumage varie en fonction de son âge et des périodes de l'année. Les 4 photos précédentes montrent une Mouette rieuse en plumage internuptial. En plumage nuptial, elle porte un capuchon couleur chocolat sur la tête, qu'elle perd au fur et à mesure à partir de juillet / août, et à une vitesse différente en fonction des individus.

Voici une Mouette juvénile, et en dessous, une Mouette rieuse adulte en plumage nuptial avec son juvénile. 

La Mouette rieuse se reproduit aux lisières des marais, des étangs et des lacs, et dans les clairières dans les régions de forêt boréale (et non sur les côtes).

 

 

 

Elle est monogame et fidèle au site du nid où elle revient chaque année, en grande colonie qui peut compter jusqu'à 1000 couples ! Elle niche dans un amas de tiges au sol camouflé dans la végétation aquatique. Ce sont jusqu'à 3 oeufs qui seront couvés 4 semaines. L'envol des jeunes se produit au bout d'un mois. La vie dans la nature est dure : Seuls 6 à 15 % des œufs pondus donnent des jeunes prêts à s'envoler. Ce faible taux est dû à l'importance de la mortalité au stade des œufs (pontes pillées, nids submergés, œufs stériles) et à celle des poussins entre l'éclosion et l'envol (malnutrition, maladies, prédateurs, accidents)

Ci-dessous, Mouettes rieuses en plumage nuptial, on voit bien le fameux capuchon couleur chocolat.

 

 

Ici, nous avons une Mouette rieuse en pleine mue post nuptiale, elle perd peu à peu son capuchon.

Et juste en dessous, la voilà en plumage internuptial d'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici à droite, nous avons une Mouette rieuse en mue post juvénile... Ce qui veut dire qu'elle perd progressivement son plumage de jeune... Le marron est remplacé par le gris au fur et à mesure. Le plumage adulte complet ne sera là que dans la 3ème année civile. Et le fameux capuchon n'apparait en général que sur les oiseaux d'au moins 2 ans.

 

La Mouette rieuse effectue un vol rapide et actif. Elle peut planer et glisser, et même capturer des insectes en vol.

Comme dit plus haut, la Mouette rieuse est opportuniste.... Elle peut profiter d'une séance collective de pêche des Grands cormorans par exemple.

Ici des Mouettes rieuses avec quelques goélands argentés dans le lot !

Voilà, vous savez l'essentiel de la vie des Mouettes, très bel oiseau à regarder, et fascinant à suivre dans son vol !

Toutes les photos sont miennes et interdites d'usages et de reproduction. Elles ont été prises en Bretagne Nord et dans la Brenne (pour la période nuptiale) dans l'Indre.

Les textes sont inspirés de moi, de mon guide ornitho Belin, du site oiseaux.net et du dictionnaire en ligne Larousse.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 17 Octobre 2022

Bonjour !

Aujourd'hui, je vous présente un oiseau que l'on observe presque qu'en bord de mer et d'océan, comme son nom l'indique : le Pipit Maritime.

Oh ce n'est pas l'oiseau le plus spectaculaire, mais le voir surgir des rochers occupés uniquement pas de "gros" goéland, c'est toujours sympa !

 

En France, il existe 7 espèces de Pipit, que l'on peut observer plus ou moins couramment en fonction de sa région d'habitation. Par chez moi (Bretagne), ce sont les Pipits Farlouse et les Pipits maritime que j'observe assez facilement. Je ne vais pas décrire ici les critères (oh combien souvent prise de tête) pour les distinguer les uns des autres... Sachant que je n'en maitrise qu'un seul : la couleur des pattes ! Le Pipit maritime a des pattes sombres (rouge-brun), quand celles du Pipit farlouse sont couleur chair, et claires ! Le bec du Pipit maritime est assez long et sombre.

Son plumage est très mimétique avec le goémon, ce qui lui permet d'être discret !

 

 

 

 

En fonction de son lieu de vie, le Pipit maritime peut être sédentaire ou migrateur.

Il s'observe en effet depuis les côtes d'Afrique du Nord, jusqu'à l'extrême nord de la Scandinavie et Est de la Russie. La partie septentrionale de cette répartition n'accueille que des nicheurs. A partir de l'Aquitaine et plus au Sud, le Pipit Maritime ne sera présent qu'en période d'hivernage. En Normandie, Bretagne et en Vendée, il est présent toute l'année. En hiver, il est parfois présent près des lacs d'eau douce à l'intérieur des terres. Il vit aussi sur les îles

Je n'en n'ai pas de photo, mais l'un des particularité du Pipit Maritime (comme du farlouse), est le vol nuptial. Il monte, monte, monte dans le ciel (jusqu'à 30 mètres )et soudain, se laisse choir comme un parachute et pousse alors son cri qui ressemble à un "psiit".

Le Pipit maritime est le plus souvent solitaire et territorial, sauf en période nuptiale, ou il évolue en couple à la recherche de nourriture. Il est souvent résident de son habitat, dont il ne s'éloigne que très peu.

 

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel, ce qui signifie que mâles et femelles sont identiques.

Le Pipit maritime se nourrit d'insectes, de petits crustacés et de mollusques. Il vit exclusivement sur le littoral, sur les rochers et sur les laisses de varech des plages. Mais on peut aussi l'apercevoir dans la vase, l'herbe rase, ou les flaques des ports.

En hiver, il peut consommer jusqu'à 15 000 petits mollusques et larves par jour !

 

Il construit son nid au sol dans les cailloux ou dans la végétation côtière, dans les creux de rochers, ou encore, sous une touffe d'herbe d'une prairie côtière. D'où l'importance, dans ces zones et en période de nidification, de rester sur les sentiers balisés.  Son nid est fait de divers végétaux (herbes, algues...)

 

La ponte est généralement de 4 à 5 oeufs et la couvaison dure deux semaines. Les jeunes s'envolent 2 semaines plus tard.

Ce passereau qu'est le Pipit maritime pèse entre 21 et 30 gr. Son envergure va de 23 à 28 cm, et sa longueur est de 17 cm.

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir, photos d'un juvénile : on voit que c'est un juvénile notamment grâce aux commissures de son bec qui sont encore jaunes.

Les photos sont miennes et son interdites de reproduction ou d'usage sans mon accord. Elles ont toutes été prises en Ille et Vilaine et en Côtes d'Armor.

Les textes sont inspirés de mes observations, de mon guide ornitho Belin, des sites oiseaux.net et oiseaux-birds.com

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0