UN ALLER SIMPLE, de Didier VAN CAUWELAERT

Publié le 6 Octobre 2021

Roman, Didier van Cauwelaert, Un aller simple, Prix Goncourt 1994, avis, critique, chronique, blog

Roman - Editions Livre de poche - 120 pages - 6.40 €

Parution en 1994

L'histoire... Celle d'Aziz... Un bébé français "trouvé et sauvé" par des Tziganes... Maintenant, il a 19 ans et sa spécialité, c'est les autoradios dans les quartiers nord de Marseille. Sans papier d'identité, il s'est acheté un faux passeport... Marocain car c'est moins cher... Sauf que quelque temps plus tard, il est arrêté par la police... Et pour l'Exemple, il doit être reconduit à la Frontière du Maroc, pays où il n'a jamais mis les pieds. Pour cela, et toujours pour montrer le meilleur de la France dans la politique migratoire, l'Etat lui adjoint un "attaché humanitaire". Jean Pierre est donc chargé d'accompagner Aziz dans son lieu de vie d'origine, de le réinsérer dans ses racines, de lui trouver en emploi etc... Commence alors pour Aziz et Jean-Pierre un voyage pas comme les autres, où l'accompagnateur se retrouve accompagné, et l'aidant se retrouve l'aider.

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Mais quel roman ! Fabuleux et merveilleux, voici les termes qui lui conviennent le mieux ! Et dire que ce titre dormait dans ma PAL depuis 13 ans, sans doute parce qu'étant donné le sujet, je craignais une histoire dramatique...  Et dire que ce n'est qu'en 2021 que je lis cet ô combien mérité Prix Goncourt 1994...

Il y aurait tant à dire sur ce roman, notamment sur le portrait dressé de notre société, de nos banlieues insécurisées, de la politique migratoire de la France dans la première partie. Mais là n'est pas l'essentiel, même s'il est important de préciser que celui-ci est dressé avec humour, délicatesse et une impertinence très pertinente !

Passons directement au voyage d'Aziz et de Jean-Pierre... Jean Pierre demande à Aziz de lui montrer son village d'origine sur la carte du Maroc. Au hasard, Aziz pointe le doigt sur un coin reculé du Haut Atlas...  et il complète par une description méticuleuse de ce lieu qu'il n'a jamais foulé. Pour cela, il s'inspire d'une légende qu'il a lu dans le seul cadeau qu'il ait reçu dans la vie : un Atlas des Légendes offert par son professeur de 6ème, juste avant qu'il ne quitte l'école. Aziz a tellement lu cet atlas que celui-ci est devenu son pays, et ses légendes, ses racines.

Jean Pierre est émerveillé par le récit d'Aziz et prend tout au pied de la lettre, il y croit dur comme fer ! Mieux encore, il veut absolument sauver cette vallée perdue et secrète mais en danger d'après Aziz... L'insipide Jean-Pierre retrouve ainsi goût à la vie ! Et Aziz le voit... Il voit comment cette vallée imaginaire devient primordiale dans la renaissance de son nouvel et improbable ami. Aussi, Aziz va déployer toute son énergie pour amener Jean-Pierre (toujours persuadé de tenir son rôle d'attaché humanitaire), dans cette vallée imaginaire.

C'est avec beaucoup d'émotions, mais surtout le sourire aux lèvres que l'on suit nos deux protagonistes dans cet étrange voyage initiatique, parsemé d'embuches, de malentendus et de situations cocasses, voire ubuesques. Avec humour et tendresse, Didier van Cauwelaert nous propose de redonner vie à une morne vie, une vie qui s'est déviée de son objectif et de ses valeurs, bref une vie morose que l'on n'a pas voulue... Pour cela, il suffit d'une bonne dose d'imagination et d'imaginaire, d'amitié, de rêve et d'une improbable rencontre ! Et enfin, chaque être peut construire et écrire sa propre légende.

Bref, j'ai adoré ce très court roman qui a tout d'un grand. Drôle et bouleversant à la fois, simple et très subtile aussi, qui garde son lot de surprises jusqu'à la toute dernière page. Ce qui pourrait paraître pour une farce devient une véritable fable sous la plume de l'auteur. Comme si de rien n'était, Didier van Cauwelaert nous ferre avec cet étonnant duo de personnages (qui deviendra trio), et nous emmène dans une très très belle histoire, qui nous dit tant sur la vie, les autres si on sait les regarder. Un livre riche d'humanité et qui fait temps de bien ! A lire, si ce n'est pas déjà fait !

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
L
C'est un très très beau roman !
Répondre
A
J'ai bien aimé aussi ce roman, lu il y a longtemps. Je le conseille même à mes élèves ;-)
Répondre
E
je l'ai lu à sa sortie et beaucoup aimé également.
Par contre, le film m'a laissée sur ma faim, malgré la qualité des acteurs, trop éloigné du roman
Répondre
P
C'est le premier livre de Van Cau que j'ai lu il y a très longtemps et je n'ai pas trop aimé. Comme quoi les gouts et les couleurs...
Répondre
V
je n'aime pas toujours tout de cet auteur et je croyais avoir lu ce titre mais non... allez, tu donnes envie, je le reconnais :)
Répondre
L
Un beau billet sur un livre que j'ai donc envie de lire.
Répondre