EDITION DIGITALE CHERCHE LECTEURS.

Publié le 19 Octobre 2009

Par Toutatis ! ... La lecture numérique s'affirme enfin. Ils sont fous ces gaulois ?!
Il paraîtrait que le livre en support papier est amené à disparaître. Quel cauchemard ! Mais qu'en est il exactement ? Il y a quelques mois, en lisant "Le point", je suis tombée sur un article aussi intéressant qu'actuel. En voici les extraits les plus significatifs :


"On voulait y croire. La révolution du papier semblait inéluctable. Et pourtant, depuis le baptême du premier livre électronique-le Cytale, d'Erik Orsenna-au début de ce siècle, le petit monde de l'édition évolue nonchalamment. Cette ardoise en couleur, connectée au Web, pourtant promise à un grand avenir selon l'académicien, a bel et bien sombré avec la bulle Internet. Peut-être pour mieux renaître de ses cendres sept ans plus tard. En tout cas, au Salon du livre 2009, on a pu découvrir pléthore de liseuses numériques. La technologie a fait des progrès avec l'utilisation généralisée de l'encre électronique (e-Ink), donnant à l'écran l'apparence de la feuille imprimée sans la moindre consommation d'énergie.

Mais c'est du côté des grandes maisons d'édition que les mentalités ont finalement évolué. Empêtrées dans leurs modèles économiques d'antan, elles refusaient de basculer dans l'ère numérique. En cause, la crainte d'une baisse de leurs royalties (10 à 15 % du prix facial d'un livre) et la perte de leur commission de distributeur en librairies (8 à 15 %). Résultat, on ne pouvait jusqu'à présent télécharger que des livres gratuits et tombés dans le domaine public (publiés avant 1923).

Mais la pression conjuguée des « nouveaux entrants », géants de l'Internet (Amazon, Google) et de l'électronique (Sony, Apple), va changer la donne. Hachette propose des nouveautés littéraires en téléchargement sur le site de la Fnac. Gallimard numérise son fonds à grand train (30 000 ouvrages/an). En novembre, la prestigieuse maison s'associera à La Martinière/Seuil pour déployer une plate-forme de distribution de milliers de livres récents. Enfin, cet automne sera marqué par l'arrivée sur le Vieux Continent du tant attendu Kindle, la liseuse numérique d'Amazon.


Horizon prometteur

En France, les revenus tirés de livres numériques restent encore faibles-30 à 40 millions d'euros, soit 1 % du chiffre d'affaires des éditeurs de livres. Aux Etats-Unis, la seule vente de livres téléchargeables atteint 45 millions de dollars. Imitant le modèle de distribution d'Apple avec son iPod, Amazon bouscule le pré carré de l'édition. Le Kindle 2, qui « devrait trouver un demi-million d'acquéreurs cette année », selon Imran Khan, analyste chez JP Morgan,permet d'accéder à des ouvrages vendus à un prix unique, 9,99 dollars. Soit 20 % de moins que l'équivalent papier.



En France, la baisse n'est que de 10 % « par rapport à la version classique, et non à celle de poche », rappelle Guillaume Lejeune, responsable des ventes chez Bookeen. En cause, la TVA à 19,6 % sur ce type de produit, contre 5,5 % pour les ouvrages classiques. Et c'est là que le bât blesse. Selon une récente étude réalisée par Harris Interactive/Fnac, les trois quarts des sondés estiment que le prix des livres numériques devrait être en moyenne 40 % moins élevé que celui des livres classiques. On en est très loin, même si la situation est amenée à changer.


Les ministres des Finances de l'Union européenne ont en effet accepté d'ajouter le livre audio dans la liste des produits qui bénéficieraient d'une taxe à taux réduit. Alors, pourquoi pas le livre électronique ? Le plus apporté par Amazon à ses e-lecteurs, c'est avant tout un catalogue riche de 240 000 titres, de blogs, d'articles de presse ( New York Times, Time Magazine ). Sony vient de lui emboîter le pas en concluant un accord avec Google pour porter sa bibliothèque numérique à 600 000 ouvrages pour son e-Reader PRS-505. Le japonais, qui n'a écoulé pour le moment que 400 000 unités dans le monde, espère ainsi rattraper son retard. Les utilisateurs attendent un catalogue plus étoffé « en nouveautés récentes et concomitantes avec les sorties papier ».


Téléphones et streaming

Tous les constructeurs annoncent la sortie imminente de leur propre liseuse : du coréen Samsung (tablette Papyrus) au néerlandais Polymer Vision (lecteur de poche Readius), en passant par l'allemand Endless Ideas (Bebook) ou encore le français SFR. Même les téléphones s'y mettent. Cyberlibris propose pour l'iPhone sa bibliothèque de livres avec formule d'abonnement mensuel dès 3 euros/mois. SFR mais aussi Choyooz ont démontré que la BD pouvait également s'accommoder de petits écrans. Ce dernier propose d'ailleurs un catalogue de mangas adapté au format d'autres téléphones. Pour Bertrand Morisset, commissaire du Salon du livre, si les recettes du livre numérisé sont encore réduites, à moyen terme 20 à 30 % des livres se dématérialiseront sur des supports mobiles." (Le point, le 9/04/09)

                                                              
                                                                                                                        

                                   

La froideur de l'acier ou la chaleur du papier ? Faut il forcément suivre son époque ? Faut il savoir évoluer ? Pour vous, quel avenir pour le livre ?... Faites votre choix , prononcez vous par un commentaire !
                                                 

                                                                    

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0
Commenter cet article
S


le livre électronique ne m'intéresse pas du tout. je trouve cela fatiguant pour la vue et je trouve que les options proposées actuellement en France sont hyper chères.
En outre je préfère de loin tenir un vrai livre entre mes mains, tourner les pages, etc ....
Je réserve l'électronique pour internet, en général je lis les infos, ou je fais des recherches sur des sites comme wikipédia ... et évidemment les blogs. Mais 200 ou 300 pages en électronique,
cela ne me tente pas du tout.
J'ai un peu peur qu'on nous l'impose de force en remplaçant petit à eptit dans les rayons les livres par des e-book et j'espère bien que ce ne sera pas le cas.
E, plus je pense que lire doit rester accessible à tous et ce n'est certainement pas le cas du livre électronique vu les prix.



Répondre
G

@ Soie : Effectivement, lire un pavé de 600 pages en électronique, il y a de quoi se bousiller les yeux.... Comme si on n'avait pas assez d'occasion d'être devant des écrans...


T

C'est exactement l'adresse que j'utilise mais tous les mails me reviennent en retour. Pourrais-tu essayer de m'envoyer un mail à nouveau theomablog@gmail.com ?


Répondre
T

ps : @ Géraldine, j'essaie de répondre à ton mail concernant les photos, impossible, il me revient chaque fois en retour. Fais-moi signe ;-)


Répondre
G

@ Théoma : Alors mon adresse mail est geraldinebusson@neuf.fr


T

Je ne pense pas pouvoir lire sur un écran pendant des heures. Dans le livre, j'aime aussi l'objet, l'odeur, le bruit. Je comprends l'utilité d'un e-book pour qqn qui voyage bcp ou pour une question
de prix. Si un jour, on peut louer les livres par e-book que l'on ne souhaite pas acheter (moyen pour moi d'avoir les livres que je souhaite emprunter à la bibli sans attendre qu'ils soient
disponibles), pourquoi pas mais d'ici là... je serais arrière-grand-mère si la vie me le permet et du coup je n'arriverais plus à lire sur un écran...


Répondre
G

@ Theoma : On ne sait jamais. Les choses évoluent si vite ! Regarde tout ce qui a changer depuis le début de notre courte vie !!!


C


Je sais qu'on ne doit jamais dire jamais, mais jamais je ne lirai un livre électronique !



Répondre
G

@ Calypso : Je ne suis pas prête à cela non plus !


M

Aucun souci à se faire, le livre ne disparaîtra pas ! Les ventes diminueront très certainement, mais on aura encore assez de tentations pour vider notre compte en banque ! Pour moi, livre
electronique et livre papier cohabiteront. J'avoue que certains soirs, lorsque j'ai du mal à tenir mon énorme pavet alors que je installée au chaud sous la couette, je rêve de ce petit livre
electronique, bien plus léger et facile à tenir ;-)


Répondre
K

Argh! je veux mon livre, celui qui sent bon!! Mais bon, pour un endroit sans livres (brrr!) cela pourrait être utile...


Répondre
M


J'aime tellement le contact des livres papier et en être entourée à la maison !
De plus, lire des textes trop importants sur écran me fatigue ! Je le vois avec la presse ! J'adore découvrir les news sur internet mais je lis les articles longs sur papier...
Le livre électronique peut devenir une option pour les voyages, du fait de sa légèreté... Mais pas plus pour moi !!!   :-)




Répondre
F

J'ai vu sa présentation à la télé et, même si je dois admettre qu'il est plus facilement transportable que plusieurs livres, je ne pourrais jamais me passer du vrai livre, de son toucher, de son
odeur...il pourrait tout juste, à la rigueur, remplacer le dictionnaire ou les encyclopédies...


Répondre
G

@ Florinette : On est tout à fait d'accord !


L

Ce serait invivable, de ne plus avoir l'objet papier : comment faire pour lire en diagonale avec une "liseuse"? Et comment travailler sur plusieurs livres en même temps? coller des
marque-pages pour s'y retrouver ? Ce qui manquerait le plus, c'est la vision d'ensemble sur le livre, sur les rayonnages aussi. Ce serait une privation cognitive conduisant à la
désorientation et à la folie...


Répondre
G

@ Laure Hinckel : Mais cette folie pourrait être le sujet d'un livre !


B

Pour l'instant je suis loin de vouloir ce genre de technologie. J'aime le livre papier, le sentir, tourner les pages. J'ai vu le Kindle sur Amazon mais vu le prix ça ne me tente pas et quand on
regarde en plus le tarif des livres numérisés ça ne donne pas non plus l'envie de se lancer. D'ailleurs, autre polémique sur ce genre de bouquin, j'avais vu sur un autre blog (mais je ne me
souviens plus lequel) que les livres qui avaient été téléchargés ont été purement et simplement supprimés sur les appareils passés un certain délai. Si c'est payer un peu moins cher mais que la
durée est limitée pour la conservation des ouvrages, ça ne vaut vraiment pas le coup.


Répondre
G

@ Belledenuit : J'ignorais ce détail de délais de conservation. merci pour l'info.


A

Je crois que je vais faire partie de la génération des sceptiques quand ça deviendra une réalité où le temps du livre-papier ne sera plus qu'un souvenir. Enfin je ne sais pas si je vivrais jusqu'à voir çà, tout évolue vite mais quand même...


Répondre
G

@ AGFE : Voui, quand on voit tout ce qui a été inventé pendant notre courte vie... On se dit que quand on sera vieille, on lira certainement des livres numériques avec écran grossissant
!!


T

c'est quoi le streaming ?
je préfère le papier moi ! ça reste et ça sent bon Na !


Répondre
G

@ Thaïs : T'inquiète, je suis aussi ringarde que toi dans le domaine !!!


B

Je rêve d'avoir un livre numérique ! Je suis amoureuse des livres papier, mais encore plus des livres tout court, et avec mon budget d'étudiante, je ne peux pas acheter tout ce que je lis. Manger
ou lire, il faut choisir

J'ai déjà lu des ebooks sur ordi, ce n'est pas le ebook qui me gêne mais le fait de le lire sur un grand écran d'ordi, assise à un bureau. Si l'écran était plus petit et facilement transportable,
je serais convaincue. Et c'est le cas avec les livres numériques ! Je pense que je vais essayer d'en offrir un à mon amoureux, pour pouvoir en profiter aussi !


Répondre
G

@ Bouh : Ton avis diverge de celui des autres et ne manque pas d'intérêt !


M

Je ne sais pas encore trop quoi en penser...


Répondre
G

@ Melaine : Moi, je sais : vivre le livre papier !!!


L

Je suis assez high-tech mais là, je suis sceptique.
Je n'ai jamais eu d'e-book entre les mains, seulement vu quelqu'un assis dans le train à côté de moi lire avec ça.
Pour les amoureux des livres, le contact papier est irremplaçable.
Mais pour la presse et les livres qu'on ne lit pas comme un roman, genre dictionnaires, encyclopédies, manuels divers, ... un e-book peut-être facile pour faciliter la recherche documentaire. Mais
rien de plus que le PC, remarquez.
Je suis contre !  ;)


Répondre
G

@ Liza : Bien d'accord avec toi !