DES VIES D'OISEAUX, de Véronique OVALDE

Publié le 4 Décembre 2011

Roman - Editions de l'Olivier - 236 pages - 19 €

 

 

Parution en août 2011

 

 

RENTREE LITTERAIRE SEPT 2011

 

 

L'histoire : Quelque part en Amérique Latine. Le lieutenant Taïbo est appelé en urgence. Les richissimes Izzara ont été cambriolés en leur absence, mais rien n'a été volé. D'autres plaintes similaire arrivent sur le bureau du policier. Taïbo rencontre ainsi Vida Izzara qui lui apprend que sa fille, Paloma, a quitté la maison depuis un an. Pourquoi, comment, où vit elle ? A eux deux, Taïbo et Vida finiront pas trouver la réponse...

 

 

 

Tentation : Conférence de l'auteur et des propos qui m'allaient droit au coeur.

Fournisseur : Ma CB après la conférence !

 

 

 

 

 

 

 

étoile2.5

 

 

Mon humble avis : Je n'avais encore lu aucun livre de Véronique Ovaldé mais connaissais la réputation de l'auteure. Aussi, ai-je gardé ce livre pour clore "ma rentrée littéraire", comme si je me réservais le meilleur pour la fin. Véronique Ovaldé est reconnue pour créer un univers et une ambiance bien à elle dans ses romans. Je m'attendais donc à un voyage en terre inconnue, les yeux ébahis de tant de découvertes. J'étais très excitée au début de cette lecture.

Oui, j'ai trouvé un décors particulier (genre far west) et une atmosphère unique, très aérienne... mais ceux ci m'ont parus froids et peu accueillants, proches du no man's land où l'on ne rêve pas de s'installer. Je n'ai pas fait mon nid dans ce livre, et y ai eu une lecture d'oiseau, qui se repose sur quelques branches avant de repartir. Oui, il y a de beaux passages et des phrases mémorables. Oui, certains symbôles sont très forts, notamment celui de cette maison dont aucune fenêtre ne s'ouvre et où l'on vit constamment sous air CONDITIONNE...  Mais l'intérêt profond de l'histoire ne m'a pas sauté aux yeux dans son développement, et le "comment du pourquoi" Paloma est partie m'a semblé assez banal finalement, à moins qu'il ne soit juste pas assez approfondi. Lors de la conférence, Véronique Ovaldé m'avait alléchée en disant : "J'aime raconter des grandes histoires sur la liberté et l'émancipation". Se défaire des liens familiaux pour éprouver sa liberté d'exister... oui, mais avec plus de profondeur alors, plus de détails...J'avoue, je suis restée sur ma faim concernant ces deux thèmes.

Enfin, l'écriture m'a parfois heurtée, j'ai du reprendre certaines phrases afin d'être sûre de les saisir, comme si les temps et la conjugaison usités ne coulaient pas naturellement en moi.

Je m'attendais à du merveilleux, j'ai eu une lecture pas déplaisante, un point de départ original mais l'ensemble ne m'a pas atteinte en plein coeur. A rester dans le style aérien, j'ai eu l'impression de survoler l'histoire en fait. J'espérais plus de profondeur. L'univers de Véronique Ovaldé ne me convient peut-être pas. En tout cas, la quintessence de ce roman m'a échappée.  Nous saurons cela bientôt, puisque j'ai dans ma PAL "Ce que je sais de Véra Candida", dont tout le monde ne tarit pas d'éloges.... The rencontre littéraire est donc reportée à plus tard. A suivre donc !

 

 

L'avis de Théoma; Clara; Irrégulière; Lecturissime

 

 

                                                                                14/14, 2% atteint, j'arrête là  !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
D




quel duel !


Affaire à suivre
Répondre
D

J'ai beaucoup aimé plus encore que Ce que je sais de Vera Candida. Son écriture m'envoute voilà ...


Bises
Répondre
G


@ Didi : Bon et bien moi, j'espère préférer Ce que je sais de Vera Candida ! A suivre ! Ce duel est palpitant !



E

J'aime beaucoup cet auteur. Je compte bien lire celui-là!
Répondre
G


Edelwe : Et bien moi, je compte lire ce que je sais de vera candida, qui bénéficie vraiment d'une bonne réputation. Car Véronique Ovaldé semble tellement sympatique en tant que femme, que j'ai
aussi bien envie de l'aimer en tant qu'auteur.



K

Il y a trop de livres à lire qui m'enthousiasment, donc je passe quand je n'accroche pas (à mon âge , je sais que le temps presse! ^_^)
Répondre
P

Je ne connais pas l'auteure mais, apparemment, je ne dois pas m'attarder à ce livre-ci. Ouf! Un en moins!


Passe une bonne semaine.
Répondre
G


@ Philippe : En même temps, ce n'est que mon petit avis sur une auteure réputée, une femme charmante et passionnante à écouter. Mais la rencontre livresque ne s'est pas faite !



V

je suis assez d'accord avec toi, j'ai peut-être un chouilla plus aimé mais c'est loin d'être un coup de coeur. Il y a de beaux moments, sans plus.
Répondre
G


@ Violette : Finalement, je trouve plus d'avis similaires au mien que d'avis enthousiastes sans réserve !



D

Je ne lis pas ton billet je suis en lecture de ce livre !


Bises


 
Répondre
G


@ Didi : Et bien bonne lecture... Je j'encourage à venir voir qui m'a fêté ma fête aujourd'hui !!!



A

Je n'avais pas accroché avec son premier roman. J'étais resté en dehors de l'écriture.
Répondre
G


@ Alex : Pareil, mais je retenterai avec ce que je sais sur vera candida !



S

Lecture prévue. Comme toi je n'ai jamais lu Ovaldé. J'espère que je serai plus enthousiaste que toi !
Répondre
G


@ Sylire : J'attends donc ton avis avisé !



L

j'ai aimé, mais ce ne fut pas un coup de coeur...
Répondre
G


@ L'irrégulière : Finalement, ce livre est loin de faire l'unanimité enthousiaste !



M

Une romancière que je veux découvrir mais je crois comprendre de plusieurs avis que ce titre n'est pas l'idéal.
Répondre
G


@ Manu : A priori, the best of the best est ce que je sais de véra candida.... Je te dirais ça bientôt !



M

Il arrive parfois qu'on n'accroche pas avec un auteur, un style... On lit mais sans passion, avec détachement, il n'y a pas de vraie rencontre ... 
Répondre
G


@ Mary : Et oui, cela arrive. je suis déçue car j'ai trouvé l'auteure terriblement sympatique, drôle et passionnante lors de son passage à Rennes. Mais je ne désespère pas. Ce n'est pas un livre
qui va me donner un avis définitif sur un auteur !!!!



K

Tiens, on peut poursuivre la dicussion entamée chez moi, car justement j'ai lu 50 pages de ce roman et ai abandonné...


Le positif : l'atmosphère de l'ile, complètement latino américiane même si on ne le précise pas, l'écriture, et le personnage de Taibo.


Le bob bof : l'histoire qui ne m'a pas suffisammant accrochée, bien mou tout ça.Les personanges peu attractifs en fait.


Voilà, mais pour 50 pages seulement, alors je ne peux conclure quand même.Je rtiens l'écriture, ce qui pour moi est un point essentiel!


Voilà voilà, j'ai écrit mon commentaire/billet sur ce roman.
Répondre
G


@ keisha : Ah, c'est celui ci le fameux roman de la rentrée que tu as abandonné...


Par contre, pour poursuivre la fameuse conversation.... je finis toujours les livres dont je parle pour avoir un point de vue globale sur eux. Les quelques bouquins abandonnés sont passés sous
silence.... parce que si ça se trouve, si je les avais terminés, je les aurais adorés !