HOME, de Toni MORRISON

Publié le 18 Novembre 2012

Roman - Christian Bourgeois Editeur - 153 pages - 17 €

     

Parution le 23 août 2012

 

Rentrée littéraire sept 2012

 

 

L'histoire : Lotus, village de Georgie que l'on ne veut que quitter... Ils seront 3 à s'engager pour la guerre de Corée. Seul Franck renvient. Mais dans quel état ? Il erre d'abord dans le nord américain, avant de recevoir une lettre : sa soeur va mourir. Comme quand ils étaient enfants, Franck a toujours protégé sa petite soeur. Un périple la mène jusqu'à Atlanta, puis jusqu'à Lotus, la maison finalement... et conduit le lecteur à travers l'Amérique Noire des années 50.

 

   

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Olivier et Priceminister dans le cadre du match de la rentrée littéraire. Merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

 

 

Mon humble avis :Je ne pourrai vous dire, comme les autres, que ce livre regroupe tous les thèmes chers à l'auteure, puisque je n'ai jamais rien lu de cette grande dame d'outre-atlantique.

Home n'est pas un roman qui se laisse pénétrer. D'ailleurs, les premières pages m'ont quelque peu désarçonnée : polyphonie (le personnage en italique) et l'auteure,  en police habituelle ainsi que quelques aller-retour chronologiques.

Et puis au fil tu temps j'ai réalisé que c'était le roman qui me pénétrait peu à peu, de partout, autant en douceur qu'en violence. En douceur, par ce que l'écriture est si belle, poétique, naturelle. Elle suggère l'horreur sans la citer vraiment, sans un mot impétueux qui déborderait de rage. Je pense que Toni Morrison laisse ainsi à la discrétion de chaque lecteur le choix et l'interprétation des images qu'il peut supporter, ou imaginer.

Home s'insinue d'abord par les pores de la peau, car il est douceur dans le style et émerveillement de talent littéraire. Il est alors caresse. Puis il s'attaque à votre coeur devant les injustices pourtant maintes fois décriées dans la littérature, mais toujours aussi intolérables : la ségrégation dans l'Amérique des années 50. Notre coeur sera souvent adoucis par l'empathie que l'on développe pour les deux personnages principaux : Fanck et sa soeur Cee... Pour ce qu'ils sont, ont été et seront toujours l'un pour l'autre.

Notre cerveau est aussi sollicité, pour revenir sur des événements historiques et leurs dégâts tant sur les champs de bataille que sur chaque être qui y a participé et qui devient un champ de bataille à lui tout seul, avec ses parties mortes, vaguement survivantes ou celles vaguement apaisées par un sentiment de déni. Morrison nous parle alors d'une guerre si peut évoquée qu'on l'oublierait presque, nous autres européens à priori peu concernée par celle ci : la guerre de Corée. Autant les arts américains maintiennent en vie le souvenir de la guerre du Vietnam dans l'espoir sans doute que l'on dise "plus jamais ça". Mais qui parle encore la guerre de Corée. Toni Morrison justement.

Ensuite, le livre arrive jusqu'à nos entrailles, pire même, nos viscères. Le pire de chacun de nous, le plus écoeurant. En général, il s'agit ici de comment les blancs traitaient les noirs à cette époque là, pire que comme des chiens. Et puis il y a ce que le meilleur homme est capable de faire, dans une situation extrême, pour se sauver de lui même non pas des autres, mais de lui même...

Et enfin, c'est tout le corps qui frémit et s'émeut devant ces deux êtres qui restent Hommes, malgré l'inhumain qu'ils ont vécu ou ont fait vivre. Car le meilleur d'eux mêmes, leur force, leur disent que quoiqu'il en soit, il faut vivre avec ce que l'on est, ce que l'on a vécu, ce que l'on a subi. Notre liberté : être debout, triste ou heureux, mais être un homme debout et chez soi, même si l'on a tout fait pour fuir car c'est finalement chez soi que l'on est le plus protégé de ce que l'on n'est pas.

Le message peut paraître simpliste, mais quand il est transmit avec autant de talent, de pudeur et de grâce que le fait Mme Morrison, on ne peut que s'incliner, ne pas en dire plus, ni trop, sauf que c'est un livre... à lire...

 

Lu dans le cadre du challenge 1% Rentrée littéraire : 7/7

 

Lu aussi dans le cadre du Match de la Rentrée littéraire organisée par Price Minister

 

Rentrée Littérraire 2012

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article
D

Merd---oum heureusement que tu avais fait des sauvegardes alors :-) ici c'est l'imprimante qui a lâcher les produits informatiques n'ont pas une longue durée de vie... Bisous bon WE je dois
éteindre l'ordi ! @ bientôt
Répondre
M

Je dis ça dans le sens que c'est un livre que tu as lu dans le cadre des matches de la rentrée...
Répondre
G


@ Mélusine : Ah, je croyais que je gagnais une rencontre avec Tony Morrison !



D

Rho ben bon courage le retour doit être difficile car c'est bien l'hiver qui s'installe


Gros bisous
Répondre
G


@ Didi : Tu ne crois pas si bien dire car en plus, avant hier, mon PC est tombé en panne. Disque dur HS, le tout après plus d'un mois et demi sans connexion maison, ça fait beaucoup ! Mais bon,
PC réparé et pas de perte autre que financière.



D

Nous sommes nombreuses à avoir découvert cette auteur par l'intermédiaire de cette opération et nombreux conquis !


Bisous (et dire que tu es au soleil ... moi c'est réunion mais pas au soleil...)
Répondre
G


@ Didi : oui, mais rassure toi, la Réunion au soleil ne dure pas, d'ailleurs, là, c'est de ma médiathèque et les doigts gelés que je te réponds !



H

un de mes coups de coeur de la rentrée littéraire aussi !
Répondre
G


@ Hélène : De même pour moi, ce qui fait du bien car globalement, mes lectures de la rentrée n'ont pas été très marquantes !



M

C'a n'a pas été un coup de coeur pour moi mais c'est un très bon roman et je comprends ce que tu y as lu 
Répondre
G


@ Midola : J'ai adoré et j'étais franchement contente, moi qui me frotte si peu à la littérature américaine (hors polars ) !



C

Je l'ai noté pour le lire, ce sera mon premier Toni Morrison
Répondre
G


@ Catherine : j'ai l'impression qu'il est le premier Morrison pour pas mal de monde en cette rentrée littéraire !



M

Comme toi j'ai été transportée....et tu en parles tellement bien que j'espère que tu seras sélectionnée car tu donneras à d'autres envie de découvrir cette grande auteure....
Répondre
G


@ Mélusine : Heu... je ne suis pas au courant de tout... Pourquoi dis tu que tu espères que je serais sélectionnée... Sélectionnée pour quoi et à quoi ?



S

Il fait l'unanimité. Je vais le lire très bientôt.
Répondre
G


@ Sylire : Aucun doute, il te plaira !



P

Pour l'instant, je n'ai lu que des critiques positives à propos de ce livre. J'aurais dû le choisir dans le cadre du match chez Priceminister.


Je regrette un peu mes choix.


Bonne semaine.
Répondre
G


@ Philippe : de mon côté, j'ai fait une bonne pioche sur 2 !



C

Je l'ai réervé à la biblio
Répondre
G


@ Clara : Je suppose donc que, une fois que j'aurais répondu à mes comm et que je m'attaquerais à mon G.R, je trouverais un avis enthousiaste sur ton blog !



S

Comme toi, je ne connaissais pas l'auteur avant de lire ce livre. J'ai tellement aimé que j'ai envie de découvrir ses autres romans.
Répondre
G


@ Saxaoul : Pareil, une fois que ma PAL aura repris un aspect correcte, je retournerais vers cette auteure et remonterai son temps !



A

J'aimerais bien le lire aussi ! 
Répondre
G


@ Anne : C'est vraiment un livre à lire ! je suis d'"ailleurs surprises que les médias n'en n'aient pas plus parlé...



D

une auteure très importante qui ne nous laisse jamais indifférent
Répondre
G


@ Denis : J'ai l'impression que je passe beaucoup à côté d'auteurs très importants. heureusement, des manisfestation comme ce match priceminister permet de rattraper le tire !