IL A JAMAIS TUE PERSONNE MON PAPA, de Jean Louis FOURNIER

Publié le 24 Avril 2011

 Roman - Livre de poche - 150 pages - 3.00 €

 

 

 

L'histoire : Le père de Jean Louis Fournier était un médecin pas comme les autres. Atypique, vêtu comme un clochard, adoré de ses patients qu'il soignait souvent gratuitement... Mais sa résidence principale était le bistrot du coin et quand il rentrait à la maison, il était saoul et très méchant et criait beaucoup.

C'est le petit Jean Louis, qui se son regard et de ses mots d'enfants, dresse le portrait d'un père pas comme les autres qui est décédé "pour de vrai cet fois ci" lorsque l'auteur avait 15 ans.

 

 

 

 

 

Tentation : Curiosité et réputation de l'auteur

Fournisseur : ma PAL

 

 

 

    

 

  

-toile3.jpg

 

 Mon humble avis : C'est un livre très touchant qui aborde, par petites scènes d'une page ou deux, différents aspects de la vie familiale mouvementée des Fournier. Mouvementée car le père est un médecin alcoolique, irresponsable, méchant à la maison. Mais il n'est pas que ça. C'est un personnage haut en couleur. Il se croit drôle mais ne l'est que pour le lecteur et malgré son statut, sa famille est pauvre : il ne fait pas payer ses patients et dépense le peu qui reste au bistrot. 

Dans ces pages, beaucoup d'humour, de sarcasme et de cynisme. Et malgré des situations cocasses, incongrues ou drôles dans la plume de l'auteur, on hésite à rire. Car ne nous leurrons pas, le fond de l'air est tragique : il pue l'alcoolisme du père, d'un père. Le talent de Jean Louis Fournier est de conter cette époque de sa vie sans pathos et de ne pas porter de jugement. On sent la souffrance de l'enfant de ne pas être comme les autres, et d'avoir un père différent des autres aussi.

Par ce livre, l'auteur a le mérite d'attirer et de garder dans ses filets des lecteurs qui ne pêcheraient pas forcément d'eux même le difficile sujet de l'alcoolisme. Et le message passe, les images restent. Le but est atteint je pense, sans prosélytisme.

Dommage que le style enfantin, qui utilise parfois du vocabulaire adulte, m'ait un peu dérangée, notamment dans les répétitions et la formule "mon papa il a... papa, il allait".... Certes, c'est un peu dans le titre. Mais de temps en temps, un "mon père" aurait été bienvenue, ou un prénom ou un simple "il" non doublé de "mon papa".... Cela aurait, à mon humble avis, allégé le style et rendu parfaite cette lecture. Un bel hommage, particulier, à un homme aimé malgré tout.

 

"Je ne lui en veux pas. Maintenant que j'ai grandi, je sais que c'est difficile de vivre, et qu'il ne faut pas trop en vouloir à certains, plus fragiles, d'utiliser des "mauvais" moyens pour rendre supportable leur insupportable".

 

 

 

  objectif_pal_le_retour

 

 

Les avis de Clara, de Moka, de Lasardine, de Pimprenelle

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
L


pourtant, j'avais déjà l'impression d'être moi aussi avec "un train de retard" !!!!!!!!!!!!!!!



Répondre
G


@ Lystig : de mon côté, j'ai pour les nouveauté en moyenne 6 mois de retard par rapport à la blogo et pour le reste, je suis presque à la décénnie !!!



L


lu aussi...


 



Répondre
G


@ Lystig : Comme d'hab, j'ai souvent l'impression d'arriver après tout le monde !



I


Un livre très touchant. Mais pour moi son petit chef d'oeuvre c'est "Où on va papa ?"


Un livre à découvrir absolument



Répondre
G


@ Isa : Je vais d'abord lire "satané dieu" de fournier, que j'ai déjà dans ma PAL avant d'élargir encore ma connaissance de l'auteur par d'autres titres.



L


ha Fournier!!! je n'en ai pas lu 3 tonnes, mais pour l'instant, je ne m'en lasse pas!



Répondre
G


@ Lasardine : C'était une premiere pour moi, qui aura une suite puisque j'ai Satané Dieu dans ma PAL !



A


Voilà un livre que j'avais noté, puisoublié - encore un....



Répondre
G


@ Alex : Heureusement que les blogs sont là pour nous raffraichir notre mémoire bien encombrée !



Y


J'aime beaucoup Fournier, particulièrement ce livre. les répétitions peuvent gêner, certes, mais elles sont aussi là pour le style, le prisme du narrateur.



Répondre
G


@ Yv : Pour moi, c'était ne découverte. Maintenant, j'ai Satané Dieu à lire dans ma PAL !



L


J'avais trouvé très touchante cette manière d'aborder ce sujet difficile en utilisant un style enfantin. Mais je comprends que cela puisse sembler un peu lourd lorsque le procédé est trop souvent
utilisé.



Répondre
G


@ LN : La manière est effectivement touchante et va droit au coeur, atteint son but. Ce sont surtout des espèces de tics de langage qui m'ont lassée.



C


J'avais bien aimé le ton faussement naïf du narrateur pour évoquer cette relation père-fils, une façon de dire les choses sans vraiment se mouiller, sans juger ce père qui l'aimait...à sa façon.



Répondre
G


@ Cynthia : J'ai bien aimé le ton mais moins le style, trop répétitif pour m'être complètement agréable. Mais c'est une lecture que je ne regrette pas du tout, loin de là !



M


Je n'ai pas lu celui-ci mais les deux suivants:"Où on va papa?" et "Poète et paysan" et je dois dire que j'aime plutôt bien son style qui reste bien particulier. On le reconnaît tout de
suite. 



Répondre
G


@ Mango : J'ai encore Satané dieu dans ma Pal pour approfondir un peu ma connaissance de l'auteur. A suivre, cela fait plus de 2 ans que je l'ai !



C


C'est par ce roman que j'ai découvert cet auteur. J'ai remis la main dessus récemment en rangeant mes étagères, et compte bien le relire. Fournier a une patte bien particulière : de l'humour et
du cynisme tout au long des pages, effectivement. ; des sujets qui peuvent faire grincer des dents vu la façon dont il les traite. mais celu qui m'a sans doute le plus marqué, c'est sans nul
doute "Où on va Papa ?" qui a fait l'objet de'une importante polémique. Je te le conseille vivement.



Répondre
G


@ Cécile : Je n'ai jamais eu envie de lire "où on va papa". par contre, il me reste encore "satané dieu" dans ma PAL pour affiner mon idée de l'auteur.



A


Je pense aussi que ces manières de parler, enfantines, m'agaceraient un peu...



Répondre
G


@ Antigone : Oui, c'est le seul bémol que j'apporte à cette lecture. Et pourtant, d'autres livres sensés être narrés par des enfants m'avaient plus sans retenue (comme dis oui ninon par exemple)