JEANNE BENAMEUR INTERVIENT ICI, EN EXCLU !

Publié le 15 Avril 2010

Jeanne Benameur, une auteur que l'on ne présente presque plus sur la blogosphère, tant sont nombreuses les blogueuses qui ont lu quelques uns de ses livres et qui ont été séduites, touchées, voire bouleversées par cette lecture.

 

Cet hiver, j'ai chroniqué ici LES MAINS LIBRES et l'année dernière, LES DEMEUREES

 

Rencontrée au Salon du livre de Paris 2009, la romancière m'avait confiée son adresse mail. A mes questions "habituelles", la romancière m'a demandé de pouvoir répondre par un texte. J'ai l'immense bonheur et la fierté de vous le présenter ici. Bonne lecture !

 

 

 

 Chère Géraldine, bonjour et merci de votre patience. J’ai relu vos questions et donc je me permets cette lettre en réponse. Vous y trouverez la réflexion que vos questions ont engendrée plus que des réponses. Dans le fond un questionnaire n’est-il pas toujours fait pour mener à un questionnement ?

           

            Depuis l’enfance ma façon de ressentir les choses du monde est intense, je crois. Si intense qu’il me faut donner forme à ce que je ressens. Nous avons tous nos façons de « donner forme ». Nous pouvons parler à des amis, choisir une musique, aller courir …tant de façons différentes de vivre nos émotions.

 

            Pour moi, lorsque l’émotion est intense et durable, je sais que c’est l’écriture qui est là. Cela donnera un texte.  Je n’en sais pas plus. J’avance en ignorance sur la route et j’aime ça.  Quelque chose en moi de fort, de profond est à l’œuvre. Un remuement dont j’ignore l’issue. Je me laisse éprouver ce qui demande à voir le jour. C’est une aventure. L’histoire comme on dit n’arrive qu’après. L’histoire, c’est une sorte de maison que je construis pour loger l’émotion. 

 

            Je travaille à cerner ce qu’il faut d’ombre et de lumière pour chacun des « personnages ». Ce que je vois des personnages, c’est une densité au monde. Par exemple pour La Varienne et Luce, je « voyais » la silhouette massive, lourde et à côté une petite silhouette légère, presque dansante, dans l’espace de l’unique pièce qu’elles habitent toutes les deux. Pour Madame Lure, c’est le gris, le dru, qui m’est venu, une femme petite, à la taille qui ne se marque pas, une femme comme on en croise dans les supermarchés, qu’on oublie ensuite. Mais voilà, elle insiste. Je ne l’oublie pas. Je la suis et j’entre avec elle chez elle et je la vois, habitée d’un imaginaire formidable, dans ses voyages que nul ne peut soupçonner.

 

            J’aime les êtres humains. Profondément. J’aime en chacun d’eux la part de rêve  et de force extraordinaire qui ne demande qu’à porter la vie plus loin. Je suis convaincue que notre imaginaire est une force considérable, trop peu employée. Une force de changement. Remisée trop souvent au rang des choses qui ne servent qu’à divertir, au profit de ce qu’on appelle « réalité »qui prend tout le poids du sérieux. Or, pour moi, l’imaginaire est une puissance très sérieuse qui permet d’agir sur la réalité, en profondeur.

            L’enfance le sait.

            Mon attachement à l’enfance est sans doute lié à cela.

            Il y a en chacun de nous la part d’enfance qui est là, vivante. Je ne m’en départis pas. Et cela ne m’empêche pas d’être aujourd’hui la femme que je suis. Simplement je refuse le découpage arbitraire en tranche d’âge. Ecrire pour la jeunesse ou pour l’âge adulte, c’est écrire de toute façon. Nous sommes tout à la fois l’enfant et le vieillard parce que nous sommes humain et que notre pensée est nourrie aussi d’imaginaire.

 

            Alors oui en écrivant j’espère bien être un jardinier invisible. J’espère cultiver un jardin où d’autres, quel que soit leur âge, trouveront de quoi nourrir leurs rêves et qu’ils pourront ensuite retourner à leur vie, enrichis de sensations, d’impressions, de réflexions. C’est une espérance quand on écrit. La seule ; celle du partage. Peut-être parfois juste parvenir à nommer quelque chose que les autres éprouvent aussi et qu’ils sont heureux et plus forts d’avoir trouvé, nommé, dans un texte.

 

            Voilà Géraldine, ce que je peux vous dire aujourd’hui.

           

            Si vous avez été sensible aux Demeurées et aux Mains libres, peut-être trouverez-vous aussi une lecture qui vous va avec « Laver les ombres » paru chez Actes Sud en 2008

 

            En janvier prochain paraîtra un nouveau roman “ Les insurrections singulières” chez Actes Sud et je travaille en ce moment à un texte pour adolescent (et plus grand) “Pas assez pour faire une femme”...pour Thierry Magnier.

                                  

 

                                   Bien amicalement

                                               Jeanne Benameur

 

 

 

 

 

                                                 merci

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Interviews exclusives !

Repost0
Commenter cet article
D


Je découvre cette lettre de l'auteur qui nous en dis beaucoup sur la femme et l'écrivain. Je pense que ses livres ma plairaient !


Merci encore pour cet interview par mail !



Répondre
G


@ Didi : De rien ! j'adore partager ces moments ou je me sens tellement privilégiée !



S


une auteur qui mérite d'être connue.... il faudra que je mette un de ces livres dans ma boite à livre ...


amicalement Silvi



Répondre
G


@ Silvi : Commence déjà par les demeurées, tu seras tout de suite conquise !



S


Très intéressant !!! Jeanne Benameur fait partie de mes auteurs préférés et je me précipiterai sur son dernier livre pour le découvrir. Je te conseille aussi "laver les ombres", c'est un de mes
coups de coeur de l'an passé.



Répondre
G


@ Sylire : Ce qui est clair, c'est que j'ai l'intention de lire tous ces livres adulte un peu à la fois.



L


Je note la sortie de son prochain livre ! J'adore la plume de cet auteur ! :)



Répondre
G


@ Leiloona : Elle a une plume particulièrement poétique et touchante.



M


Merci géraldine de nous avoir permis de lire cette lettre magnifique et merci à son auteure que j'ai très envie de découvrir.



Répondre
G


@ Mary ; Oui, je te conseille vraiment de lire cette auteur, je suis sûr qu'elle te plaira !



M


Quelle belle lettre ! Un texte humain, avec la même chaleur que Jeanne Benameur distille dans ses romans.


J'ai lu Les Demeurées, et puis aussi Présent ?


Je suis impatiente de lire ses autres titres.


Merci Géraldine !


 



Répondre
G


@ Marie : effectivement, je trouve que cette lettre retrace bien ses romans qui sont un véritable plaisir !



A


Tu pourrais presque publier un recueil d'interviews d'auteur façon Géraldine! Ça s'enrichit de plus en plus et c'est toujours aussi intéressant!



Répondre
G


@ AGFE : J'y pense, mais il faut encore étoffer tout ça... Quand j'en aurais un 60aine...



A


J'ai été profondément marquée par "Les demeurées" un roman court mais tellement fort! J'aimerais bien lire autre chose de cette auteur !



Répondre
G


@ aBeiLLe : Ah, les demeurées, la preuve absolu que l'on peut écrire un chef d'oeuvre sans faire un pavé !



S


Quelle jolie lettre ! J'ai hâte de découvrir ses nouveaux textes !!



Répondre
G


@ Stéphie : oui, c'est vraiment une ecrivain très douée, touchante et attachante.



L


 


Bonjour,


Votre blog est intéressant, je vous rend visite afin de vous montrer composition d'affiche faites uniquement avec des caractères typographique.


http://www.nicolaslizier.com/article-30769711.html


Qu'est-ce que vous en pensez ?


Bonne continuation dans vos projets.


Nicolas



Répondre
G


@ Lizier : J'ai été voir votre blog, votre travail est magnifique et impressionnant. Bonne continuation !



C


C'est très joli, merci pour cette lettre à toutes les deux.


J'ai beaucoup aimé "Présent ?".



Répondre
G


@ Canel : merci ! Présent pas encore lu, mais dans les projets !



S


Si tu veux, je peux te prêter "Lavez les ombres". Bonn week-end !



Répondre
G


@ Saxaoul : merci, mais avec le nombre de livre que je me suis encore acheté hier, soyons raisonnable... Et puis étant en poche, je pense que ce bouquin fera certainement partie de mon prochain
FNAC Raid, et que qu'il sera tellement bien que j'aurais envie de le garder.



O


voilà une auteur bien attachante ! Merci de me l'avoir fait découvrir, Géraldine.



Répondre
G


@ Olivier : des livres aussi magnifiques ne peuvent être écrits que par une auteur attachante !!!



M


Cette lettre est très intéressante et très juste! J'ai très envie soudain de me mettre à lire ces livres! 



Répondre
G


@ Mango : Si tu n'en as encore lu aucun, effectivement, il y a urgence à réparer ce manque !



R


Mince je ne connais pas du tout ses livres...je prends note:)



Répondre
G


@ Readpocket : Tu verras, ces livres sont vraiment mangnifiques. elle a une telle écriture !!!



K


Très belle "réponse"! Elle se livre gentiment.



Répondre
G


@ Keisha ; Oui, avec le talent et la finesse que l'on retrouve dans ses livres.



C


Quel beau texte !



Répondre
G


@ Clara : Merci pour elle. C'est à l'image de ses livres...



S


"Lavez les ombres" m'a profondément marquée... Mettre des mots sur des émotions, c'ets tout à fait ça.



Répondre
G


@ Saxaoul : Ce livre fait manifestement l'unanimité. Il faut que je me le procure. j'ai remarqué aussi "présent" sur la blogo.