L'ATTRAPE-COEURS, de J.D SALINGER

Publié le 19 Mars 2011

Roman - Livre de poche - 256 pages -  5 €

 

 

Première parution du roman en 1951.

 

 

L'histoire : Holden Caulfield, 16 ans, est pour la énième fois renvoyé du collège de Pencey. Les vacances de Noël sont dans 3 jours. Alors, pour ne pas rentrer plus tôt chez lui et affronter l'ire parentale, il erre pendant 3 jours dans sa ville, New York. C'est cette brève odyssée qui est racontée ici.

 

 

 

Tentation : Mon inscription au challenge de Théoma + une conférence sur Salinger à laquelle j'ai assisté récemment et enfin, une grande envie de relire de livre culte.

 

Fournisseur : mes étagères.

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui ça intéresse... 

 

Présentation du livre :L'attrape-coeurs est un phénomène littéraire. Paru en 1951 aux USA, c'est un des livres les plus lus au XXème siècle. Il s'en est vendu plus de 60 millions d'exemplaires et il s'en vendrait encore près de 250 000 par an. C'est un classique enseigné dans les écoles américaines et canadiennes, même s'il est parfois controversé pour ses sujets et son style. La notion d'antihéro débute avec ce livre outre atlantique et choque le public. L'attrape coeur comporterait certains éléments autobiographiques.... L'échec scolaire, l'évocation de l'armée et de la 2ème Guerre Mondiale, l'évocation d'entrer dans un monastère. C'est un roman qu'il faut ancrer dans son époque : la fin des années 40, l'après guerre. Dans la question récurrente d'Holden " où vont les canards du lac de Central Parc quand le lac est gelé" ?... Il faudrait y voir une métaphore de la guerre et du retour des soldats...

 

Présentation de l'auteur :Né en 1919, Jérôme David Salinger est entouré d'un véritable mystère qu'il a plus ou moins entretenu toute sa vie durant en refusant toute apparition publique, toute interview ou nouvelle publication pendant plus de 40 ans. Il a vécu reclus dans un monastère. Il est décédé il y a un an, le 27 janvier 2010.  L’un des thèmes majeurs de Salinger est l'adolescence avec ses perturbations et son désenchantement devant la perte irrémédiable de l'innocence de l'enfance. Entre 1942 et 1945, Salinger est dans l'armée et il sera l'un des premiers à pénétrer dans les camps de concentration. Il en sera très affectée et en 1945, il est hospitalisé pour soigné un syndrome de Stress Post Traumatique.

Salinger n'a rien publié depuis 1963.

 

 

 

-toile2.jpg

 

Mon humble avis : (relecture) Je me souviens parfaitement, quand j'ai achevé ce livre en décembre 1990, j'étais bouleversée. Ce livre, c'était moi !!! Il y a 20 ans, j'avais dit à mes parents " il y a des livres qui vous transforment à vie, qui ne vous laissent pas intacte.". J'avais 18 ans....

Aujourd'hui, je suis bien plus nuancée et bien moins enthousiaste... Faut il relire ce livre ? Y a-t-il un âge idéal pour l'apprécier à sa juste valeur ? De l'avis de la conférencière écoutée il y a quelques semaines, oui, ce livre peut-être lu et relu, à n'importe quel âge, on y trouve toujours quelque de nouveau et de différent.

J'ai donc suivi à nouveau Holden, désabusé et paumé, dans son errance New Yorkais. J'ai assisté à sa solitude, sa révolte, son ivresse, son ennui, son instabilité, son humeur changeante, sa déprime en fait. Toute la vie d'Holden aboutit ici, et son avenir dépend de ses quelques jours.

Ce récit à la première personne nous dresse donc les activités du jeune homme dans l'ordre chronologique. Il ressort de tout cela la terrible douleur de l'adolescence, la perte de l'innocence, la peur et la difficulté du passage à l'âge adulte.

 J'avais oublié que "l'action" débute réellement au bout de premier tiers de l'oeuvre. Je me suis bien moins sentie concernée par le personnage, qui ne m'a touchée que dans les derniers chapitres. Sinon,  j' avoue que je n'ai pas été captivée par cette lecture, parfois ennuyeuse, même si je reconnais qu'il y a deci- delà quelques passages sarcastiques ou "initiatiques" qui remontent le niveaux d'un très moyen. Je me suis distraite en cherchant les indices autobiographiques et les éléments expliqués par ma conférencière,qui conseille vivement de lire ce livre dans sa version originale, en Anglais.... En effet...

Car c'est là je dirais que le bâts blesse le plus. Le style qui pour l'époque était peut-être révolutionnaire, mais qui pour 2011, est lourd et vraiment démodé. Familier, parlé, hâché, parfois vulgaire. Beaucoup d'argot, un vocabulaire plus que limité et très répétitif. D'ailleurs, le narrateur est souvent aussi répétitif dans le contenu de ses propos que dans les mots qu'il utilise. Bref, un style lassant et des propos souvent vides...

Alors peut-être que ce livre est un témoignage exceptionnel sur une époque, une ville et un style littéraire, mais je trouve qu'il n'a pas bien veilli, même si la rébellion et les angoisses des adolescents est toujours d'actualité, puisqu'atemporelle.

 

Autre hypothèse : le livre n'est pas plus vieux et "hors contexte" en 2011 qu'en 1990.... par rapport à sa publication en 1951... C'est peut-être juste moi qui me suis pris 20 ans dans la vue ???!!! C'est juste une hypothèse !!!

 

 

L'avis de Cynthia; de Chaplum; Esmeraldae; et de Karine :)

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article
J
j'aimerais savoir dans quel type de thème le mettriez vous ??
Répondre
J
amitié,mythologie ,animaux, ......
S

Je n'ai pas aimé! Pas accroché au style, à l'histoire, au personnage... Bref je suis assez déçu par ce roman "culte" aux Etats-unis.
Répondre
G


@ Severine : Et bien moi non plus, et pourtant, c'est un livre que j'avais adoré étant jeune !



A


Salut Géraldine, ce livre ne m'a pas emballé, je dois dire. Je l'ai chroniqué malgré tout et me suis permis d'ajouter un lien vers ton article. Dès lors, je t'invite (si tu le souhaites
évidemment) à passer sur mon blog découvrir cela et à me dire, le cas échéant, ce que tu en penses.


Bon après-midi et à bientôt, j'espère.


Cordialement,



Répondre
G


@ Antoni : je pense que ce livre touche lorsqu'on est encore dans une révolte adolescente. sinon, il y a de fortes chance pour que l'on passe à côté !



G


Salut à tous. J'ai 60ans cette année, j'ai lu l'attrape-coeurs (trad de Frederic Rossi, celle que je préfère, en poche couverture :vert, blanc, bleu, orange) à 18ans, en terminale années 68/69)
et ce fut pour moi un évènement aussi important que l'étranger de Camus, ou le voyage de Céline. J'ai longtemps cru que LE livre de chevet, celui à emporter sur l'ile déserte c'était du bidon,
qu'il en faudrait des caisses, mais au fil des ans, j'ai constaté que le seul livre que j'ai relu périodiquement, c'était celui-là. J'en avais acheté la version en anclais pour essayer de me
perfectionner (J'ai quand même pas trop progressé), j'ai acheté d'autres traduc, j'ai essayé de faire plaisir à plein de mes petits enfants, sans trop de succès je le reconnais, et dernièrement,
alors que tout allai mal pour moi, je me suis replongé trois jours avec Holden Cauldfiel et j'ai refait surface. Je vous assure, si ce bouquin vous plait, alors vous devenez quelqu'un d'autre, ça
vous grandit ces livres là,  le danger je pense, c'est l'effet: Il faut que tu lises ça et que tu aimes!, Non, prenez L'attrape "cool", suivez le petit sans appriori, vous allez vous poiler
et pleurer et rigoler, et après, avoir envie de le retrouver. Sans dec. Je relie rarement, sauf "La recherche " que je me suis fadée il y a peu, mais d'un trait (un an) et peu d'auteurs à part
Proust m'ont donné la sérénité  que m'a insufflé Salinger . Savoir que son bouquin est là, quand je veux, quand ça va pas ou quand ça va fort!


A part ça, j'ai convaincu très peu de gens à ce que je viens de vous dire, et j'ai été très étonné de tout le foin qu'a causé la mort de l'auteur, je pensais que l'on était très peu à aimer ça.


L'ATTRAPE -COEURS J D SALINGER


 



Répondre
G


@ Girard : Merci pour votre intéressant commentaire. L'attrape coeur a changé ma vie lors de ma première lecture il y a 20 ans... Mais pas cette fois ci. je tenterai de le relire dans 10 ans.


Quand à l'émoi au décès de l'auteur... Je pense sincèrement que beaucoup de ceux qui en ont parlé n'ont rien lu de lui mais qu'il en parlait car pour le côté "anti" médiatique de l'auteur...
bref, il y a un coté bobo à parler d'un mythe que l'on maitrise très peu en fait.



A


Ben flute alors, moi aussi je l'avais adoré à 20 ans. Du coup, je crois que je vais le garder comme ça en mémoire.



Répondre
G


@ Alex ; Oui, je pense qu'il vaut mieux le garde en mémoire, comme un livre qui t'a collé à la peau, qui t'a tellement compris, qui a tellement parlé en ton nom plutôt qu'un livre relu... de
loin...



T


Ton billet m'a donné envie de relire le bouquin. Il faut que je le trouve en anglais.



Répondre
G


@ Tioufout : Attention, relecture = autre regard = risque de déception



E


je partage ton hypothèse, il doit  y avoir un âge pour cette lecture!



Répondre
G


@ Esmeraldae ; Oui, je pense qu'il faut être à l'âge de la révolte et du rejet des modèles... pour s'identifier un minimum à ce personnage.



A


Tu me fais hésiter à jamais le relire un jour car c'est un livre qui m'avait marquée dans mon adolescence (encore que des fois j'ai des doutes qu'il s'agisse bien de ce livre - le résumé, les impressions et divers avis ne concordant pas bien avec mes souvenirs).



Répondre
G


@ AGFE : ca m'a fait ça aussi jusqu'à ce que je le relise. J'avais tellement été fascinée par ma première lecture que je ne comprenais pas pourquoi je lisais tant d'avis mitigés sur la blogo ces
derniers temps.



T


pas mal d'avis mitigé, je vais le lire tout de même par curiosité.



Répondre
G


@ Théoma : tu l'as sélectionner pour ton challenge cours de coeur de la blogo ?



J


Je ne l'ai lu qu'une fois adulte (il y a quelques années) et je me suis ennuyée énormément. J'ai eu beau essayer de le replacer à son époque, ce n'est vraiment pas un livre qui m'a interpelée ou
remuée !



Répondre
G


@ Joelle : c'est assez ce que j'ai ressenti à cette lecture ci.



M


Le fait qu'il t'ait tant touché en 1990 prouve que c'est un livre générationnel. Je l'ai lu 2 fois aussi et je l'ai plus apprécié la 2e que la 1ère ... Comme quoi . Il faut dire que je n'ai jamais rien eu d'un révolté ...



Répondre
G


@ Marcozeblog : après, c'est peut-être juste la littérature et ses mystères. Notre façon d'apprécier un livre dépend souvent de notre état d'esprit au moment de la lecture non ?



S


je l'ai lu il y a bien longtemps, mais je ne m'en souviens plus vraiment.... Faudrait que je retente dans le cadre du challenge new york que je suis actuellement



Répondre
G


@ Silvi : Ca pourrait effectivement bien coller à ton challenge. Si tu n'en as pas gardé un trop bon souvenir, tu risques moins d'être déçue.



S


Lu comme toi il y a bien lontemps mais tu ne m'engage pas à le relire !



Répondre
G


@ Sylire : oui, je pense qu'il vaut mieux rester sur un bon souvenir, même si une conférencière spécialisée Salinge m'a dit que c'était un livre que l'on pouvait apprécier à tout âge mais pour
des raisons différentes...



M


Un livre que j'ai refermé en me disant que ce n'était pas si génial mais que j'apprécie davantage avec le recul.



Répondre
G


@ Manu : le recul ne m'a pas servi a apprécier ce livre et m'a de plus empêchée de m'identifier au personnage.



K


Je l'ai lu in y a une dizaine d'années et j'avais déjà trouvé que ça avait mal vieilli. J'avais aimé sans plus mais j'arrivais à comprendre l'engoûment qu'il avait suscité



Répondre
G


@ Kikine : Je pense que l'engoument de l'époque était peut -être justifié (nouveauté, originalité de l'oeuvre, contexte historique), puis il a été entretenu par le mystère autour de l'auteur.



L


tiens toi aussi, tu l'as relu !


mon exemplaire m'attend toujours...



Répondre
G


@ Lystig : Voui, le challenge de teoma était une bonne occasion de me motiver pour me faire une idée par rapport aux autres billets lus ces derniers temps !



D


Je ne peux entrer dans le débat puisque je n'ai pas lu ce livre à deux époques de ma vie.


Par contre je l'ai lu il y a environ 3 ans et j'ai bien aimé, je n'ai pas été dérangée par l'écriture je trouvais qu'elle colllait bien à l'époque.


Des passages sont très beaux !


Un bon souvenir de lecture.


 



Répondre
G


@ Didi : Peu être qu'en le relisant pour voir, j'étais justement à l'affut des mauvais arguments !!???



S


Encore un grand classique que je n'ai jamais lu...



Répondre
G


@ Saxaoul : Je pense que ce qui rend ce livre très classique, c'est le mythe et le mystère autour de l'auteur... Car pour le reste, j'avoue qu'après une relecture cela me dépasse un peu.



K


J'ai essayé de le lire, alors que j'étais largement adulte, le style m'a fachée, j'ai abandonné



Répondre
G


@ Keisha : Moui, je pense que si l'on se sent bien concernée par le sujet, on zappe un peu le style. En cas contraire, on le trouve très particulier...



N


Voilà, je me pose exactement les mêmes questions : relire ou pas ce livre que j'avais adoré à l'époque de l'adolescence ? Finalement, il faut peut-être mieux rester sur ses premières
impressions...



Répondre
G


@ Noukette :  oui, en même temps, en le relisant "plus tard" on a peut-être un regard plus objectif... En même temps, cette objectivité là est elle promordiale... Ma 1ère lecture était plus
émotionnelle...



S


il est dans ma PAL ..... je crois qu'il va encore attendre un peu, mais je le lirai..... un jour



Répondre
G


@ Sandrine : Si tu ne l'as pas encore lu, tu risques peut-être moins d'être déçue... je pense que j'y recherchais trop de souvenirs peut-être.