L'ETRANGER, d'Albert CAMUS

Publié le 17 Août 2013

http://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.r87.cf1.rackcdn.com/attachments/large/9/7/7/001314977.jpg Roman - Editions Gallimard - 3h30 d'écoute - 20 €

 

 

Parution en livre audio en 2008 (original en 1942)   

 

Lu par Michael Londasle

 

 

L'histoire : "Aujourd'hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. Ainsi commence la narration de Meursault, ce français qui vit à Alger. Les évènements glissent sur lui, rien n'a d'importance. Ce qui va le rendre étranger à sa propre vit, et l'étranger d'un monde qu'il lui est tout autant étranger.

 

   

tentation : Pourquoi pas ? "Culturons" nous !

Fournisseur : La bib

 

 

 

 

 

 

étoile2.5

 

Mon humble avis : Alors, je ne suis pas une pro des classiques, et encore moins une pro des chroniques de classiques. Quitte à m'attirer les foudres des puristes, je me lance juste avec.... ce que je suis !

Camus...Un auteur pour moi ? Pas sûr. Il y a 20 ans, alors que je comptais sur ma culture littéraire scolaire, j'avais lâchement abandonné "La peste" à quelques dizaines de page de la fin...

Vingt ans plus tard, sans plus aucune culture scolaire mais juste ma curiosité et mon plaisir (ou non) de lecture... Je suis arrivée au bout de ce livre par ce que je l'ai lu en marchant, puis au soleil. Mais ai-je pris plaisir : non. D'ailleurs, à la mi temps, un petit tour sur Wikipédia m'a permis d'apprécier plus la deuxième partie, qui est de toute façon plus intéressante, un peu plus "animée"...

Et pourtant, je constate que ce roman, considéré comme majeur dans l'oeuvre de l'écrivain, atteint on ne peut plus son but, et donc, dans ce cas, est parfaitement réussi. C'est juste qu'il m'a ennuyé tout comme la lecture soporifique qu'en fait Michael Lombasle en usant une tonalité neutre nécessaire à l'oeuvre : la monotonie, l'indifférence, la distance.

L'étranger prend place dans une tétralogie nommée par Camus "Cycle de l'absurde". Et effectivement, on semble évoluer dans l'absurde dans cette histoire. Oh pas l'absurde louffoque non, loin de là. L'absurde où l'on sent que quelque chose ne tourne pas rond, dès les premiers instants.

Le personnage semble sincère mais naïf. On pourrait le croire simplet, mais on réalise qu'en fait, il ne l'est pas. Il est juste indifférent à tout : A la mort, à l'amour, à l'amitié, à la vie qu'il mène, à la violence de ses voisins. Rien ne lui parait étrange et tout lui est égal : "tu voudrais m'épouser ?" - " Si tu veux, ça m'est égal". Alors que l'on pourrait sentir la touffeur des rues et des plages d'Alger en plein été, c'est un roman où il fait froid glacial.

Wiki dit que la narration à la première personne du singulier incite le lecteur à s'identifier au personnage. Comment m'identifier à un tel personnage, qui n'éprouve rien, ni colère, ni révolte, ni compassion, ni amour ? Impossible pour moi. Je n'ai développé aucune empathie pour ce Meursault, même si les derniers moments m'ont tout de même amenée à le plaindre d'être tombé dans un procès aussi absurde, où l'on lui reproche plus sa façon d'être, étrangère, que son crime. Un procès où le jury juge et condamne plus ce que nous sommes que ce que nous faisons, plus ce que nous refusons que ce que nous acceptons, ce que nous n'éprouvons pas que ce que nous éprouvons... Bref le résultat de l'absurde normalité. 

L'écriture et la langue sont très belles. Il n'y a de hasard et de fatalité que dans la vie de l'anti-héros, pas dans les mots qu'il énonce.

Ce livre est ce qu'il dit être, on retrouve dans ces pages ce que Camus en a l'époque. Il semble que j'en ai saisi l'essence principale... Sauf une. Camus a écrit ce livre avec l'objectif de distraire. Ce roman ne m'a pas distrait, il m'a plutôt ennuyé, malgré son intérêt littéraire, il ne m'a pas plu franchement. Mais aucun regret de lecture non plus, c'est le prix à payer parfois pour étoffer sa culture

 

 

 

free-road-trip-games-audio-book

                                                            Chez Val

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0
Commenter cet article
L

"Killing an Arabd"
Répondre
G


@ Lystig : merci, qq'1 m'avait donné le titre entre temps, je suis allée l'écouter en conséquence et avec les paroles. Effectivement, il fallait le savoir. Dommage qu'à l'époque les profs n'aient
pas fait le lien.... explication de texte de Cure via Camus ou vis et versa, cela m'aurait bien branché !



S

Je n'aime pas tous les classiques mais j'ai relu celui-ci il y a quelques années et beaucoup aimé. Je me souviens avoir aimé aussi "la peste", à l'école. Je suis sidérée aujourd'hui par ce que je
lisais à 13 ou 14 ans... Pas de chance pour toi !
Répondre
G


@ Sylire : Moi, je suis sidérée de ce qu'on fait lire trop jeune et depuis toujours, sans apprendre les jeunes à cheminer dans la littérature. Moi, on m'a braquée complètement à une époque.


Bon, avec du recul, possible que ce livre me marque pas mal en fait !



M

C'est "Killing an arab" ;-) Qui n'a rien de raciste mais fait référence à "L'étranger".
Répondre
G


@ Manu : Ah, merci, j'écouterai ce titre différemment maintenant. Dommage qu'à l'école, on ne cherche pas à nous intéresser plus à la litt "classique" en faisant des rapprochement avec des
chansons de notre époque and co...



V

J'ai moi aussi préféré La peste. Le challenge était en vacances ce mois-ci mais c'est super que tu participes même quand je fais pause. ;)
Répondre
G


@ Valérie : Bon, un coup pour rien  Euh non, je me suis cultivée ! Pour septembre, je prévois de la littérature
Japonnaise !



L

Pour moi, ce récit est un peu surrévalué et je ne comprends pas qu'autant de mes collègues le fassent étudier...
Répondre
G


@ L'irrégulière : De mon côté, en lisant ce type de livre, je me demande de quels livres actuels on parlera encore dans 50 ans et pour quelles raisons...



A

J'avais préféré "La peste".
Répondre
G


@ Alex : faudrait que je lui redonne une chance à ce livre.



A

J'ai un souvenir de lecture barbante aussi avec Camus, mais ça remonte à il y a plus de 20 ans (gaaasp !). Je ne pense pas que ça change si je le relisais aujourd'hui. Il y a des auteurs qui vous
correspondent ou non...
Répondre
G


@ AGFE : Moi, j'ai l'impression que ce qui me correspond vraiment, ce sont les auteurs vivants, actuels



D

il faut écouter la lecture intégrale de "l'étranger" par Camus directement, c'est beaucoup mieux
Répondre
G


@ Denis : Maintenant que je connais l'histoire qui ne m'a pas "éclétée", je ne pense pas renouveler l'expérience, qui que soit le lecteur !



K

Allez, j'avoue : jamais lu Camus...
Répondre
G


@ Keisha : Diable ! J'ignore si c'est grave et s'il te faut consulter d'urgence une médiathèque



A

Ce n'est pas évident de parler d'un tel livre que tant de gens ont apprécié, tu t'es bien débrouillé ! Mais je n'ai pas envie d'étoffer ma culture avec ce livre, un jour peut-être :)
Répondre
G


@ Arieste : Tu en as déjà pas mal et la culture a toute notre vie pour être étoffée !



M

J'y pensais aussi à la chanson de The Cure, vu que c'est mon groupe culte
Répondre
G


@ Manu : J'adorais cure aussi, mais là comme ça, je ne vois pas de quelle chanson il s'agit.... Quel titre STP ?!


 



M

Lu à l'école, il y a dons 20 ans. Ainsi que La peste. Il ne m'en reste rien
Répondre
G


@ Manu : je te rappelle dans 20 ans et te dirai ce qu'il m'en reste



L

et a inspiré une chanson de Cure !
Répondre
G


@ Lystig : Quelle chanson, je suis bien curieuse de le savoir !