LA FEMME EN VERT, d'Arnaldur INDRIDASON

Publié le 25 Janvier 2011

Polar - Editions Points (Métailié) - 348 pages - 7 €

 

 

L'histoire : Tout commence par la découverte sur un chantier d’un squelette vieux de soixante ans par le commissaire et son équipe. De qui s’agit-il ? Pourquoi l’avoir enterré là ? Au même moment, Erlendur apprend que sa fille est plongée dans le coma à l’hôpital. Pour la soulager, sur les conseils du médecin, il lui raconte son enfance de petit paysan et la quête de vérité qui l’anime… Entre les événements du passé et ceux du présent, comment nouer les fils d’une enquête bien mystérieuse ?

  

Tentateur : La blogo et réputation de l'auteur

Fournisseur : Les étagères d'Yza, merci pour le prêt !

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Et bien.... Si je m'attendais à un sujet aussi dur, je pense que j'aurais lu ce livre à un autre moment. Mais ce qui est fait est fait . J'aurais pu refermer le livre ? Non, certainement pas, car lorsque Indridason vous prend dans ces filets, vous n'en sortez plus. Et "La femme en vert" confirme grandement la réputation de l'auteur. Et pourtant, c'est un livre sans grands effets, sans actions, sans coups de feu. Pas de psychopathe ni de Sérial Killer. Juste un squelette dont on ne sait même pas s'il résulte d'un meurtre ou des aléas de la vie en Islande. Et pourtant, Indridason nous emmène dans les plus bas fonds de l'âme humaine qu'il m'ait été donné de cotoyer par la lecture me semble -t-il. Car il s'agit ici d'une violence particulière et banalisée et même pas réprimée à une époque. Une violence dont on dit qu'elle fait une victime par jour en France. Une violence qui pourrait s'abattre sur votre voisine, votre soeur, votre amie ou vous même, sans que personne n'en sache rien ou n'y prête attention, ou  n'ose bouger. La violence conjugale. A l'extrême. Celle qui bat le corps et assassine l'âme. Nous assistons à cela. L'auteur nous fait pénétrer au coeur de ce modeste foyer islandais. Et là, à plusieurs reprises, on retient notre souffle. On rentre la tête dans les épaules, on aimerait que notre regard fuit ces scènes insupportables de violence physique et psychologique...

Deux narrations parallèles dans ce livre... L'histoire d'une femme, appelée "elle" ou "la mère" ou "leur mère" et de ses enfants face à la brutalité de l'homme. On réalise ensuite que cette histoire ne date pas d'hier et qu'elle pourrait avoir un lien avec ce squelette découvert et daté des environs de la 2ème guerre mondiale.

Et à côté, nous avons Erlendur et son équipe qui mène une enquête qui devient presque secondaire dans ce livre. Tant nous importe plus le sort de l'autre famille et celui d'Eva Lind, fille de notre inspecteur, plongée dans le coma suite à... à quoi, une overdose ? Une fausse couche ? Et là, l'auteur nous passionne dans ces difficiles rapports humains qu'il décrit ici avec brio et pudeur en même temps. On en sait un peu plus sur Erlendur, homme brisé et solitaire qui a fui

sa famille. Je suis fatiguée des flics désabusés et alcooliques, qui sont devenus comme tels à cause d'un métier prenant et des atrocités qu'ils côtoient. Erlendur n'est pas de ceux là. Sa blessure vient de bien plus loin et le rend différent à mes yeux, très touchant, fragile. J'ai envie de le connaître mieux. De le suivre dans sa relation paternelle plus que tendue et difficile.

Bien sûr, les deux époques et les deux récits vont se rejoindre, ce n'est pas un secret de polichinelle. Quand, comment ? Quelques fausses pistes et pas mal de suspens plus tard... Ce n'est comme on l'imagine. Et c'est là que l'on ne peut que s'incliner devant un tel talent d'écriture. Plus qu'un polar : un roman très noir, ou prime les émotions et la révolte de chacun, le tout, dans une atmosphère glaciale, celle de l'Islande d'Indridason. Et grâce à de tel livre, on apprend qu'il n'y a pas que des volcans en Islande.

 

Du même auteur sur ce blog : La cité des Jarres

 

 

L'avis de Keisha

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0
Commenter cet article
L


ça y est!! je suis en train de lire "La cité des jarres"!! :D



Répondre
G


@ Lasardine : Et bien, bienvenue dans l'univers Indridason. Bonne lecture. Et je suis sûre que tu liras très bientôt la femme en vert.



T


Un des meilleurs de la série !



Répondre
G


@ Theoma : Je compte bien la poursuivre. J'aime bien cette atmosphère et ce flic.



I


Je l'ai lu il y a 2 semaines. Je suis un peu en retard dans mes billets (comme d'hab' !!!).


C'est vraiment très prenant et très différent d'autres polars.



Répondre
G


@ Isa : Idem chez moi. Mes billets sont écrits en général au fur et à mesure... Mais j'ai souvent des billets d'avance... par exemple, la femme en vert, je l'ai lu en octobre... et je le publie
en janvier...



L


il me tarde de découvrir cet auteur!!



Répondre
G


@ Lasardine : Oui dépêche toi avant qu'il écrive encore plus et que tu aies encore plus de retard de lecture !!!



R


Ca fait froid dans le dos ton résumé... Je le note , ca me plait bien



Répondre
G


@ Reapocket : Ce récit est effectivement glaçant, tellement réaliste hélas, mais nécessaire. On réalise vraiment ce qu'est la violence conjugale au quotidien.



S


Je l'avais littéralement adoré !



Répondre
G


@ Stéphie : Oui, vraiment un très bon livre sur la violence conjugale. Le fait que ce soit un polar permet sans doute d'attirer d'autres lecteurs réticents à lire sur ce sujet.



A


Un sujet pas facile, c'est sûr, mais un roman très social, comme l'auteur sait en écrire.



Répondre
G


@ Alex les mots : Oui, mais l'impression d'être à l'intérieur de ce social, et non à l'extérieur, est très forte.



M


Aaaahhh ! J'aime cet auteur ! Il faut absolument que je lise ce titre ! D'ailleurs, je crois que ce polar "traîne" dans la pal de mon compagnon...  ;-)


 



Répondre
G


@ Marie : Et bien bonne lecture de ce polar hors du commun, plus chronologie sociale que polar d'ailleurs !



V


oui, j'ai vu ça après coup, Géraldine, désolée



Répondre
G


@ Violette : Pani pwoblem, ça m'a fait rire car keisha venait globalement de me poser la même question !!!



J


J'ai La cité des jarres dans ma PAL ... le pauvre y est depuis un bon moment et pourtant, c'est une série qui a de bons échos et qui me tente bien !!!



Répondre
G


@ Joelle : Il suffit de se lancer. Aller hop, la cité des jarres sera ta prochaine lecture !!!



K


Atgh! ben non, on dirait...



Répondre
A


j'aime bien cet auteur j'ai prevu de lire d'autres livres de lui.



Répondre
G


@ Alinéa : Oui, il fait aussi parti des auteurs que je lirais régulièrement, à mon rythme pendant un bon bout de temps je pense. Ce qui est terrible, c'est que je dis ça pour de plus en plus
d'auteurs, on finit par ne plus savoir où donner de la tête !!!



V


je ne sais pas si j'ai loupé l'info : c'est ton premier Indridason? Je suis en train de le découvrir, moi, et je trouve qu'Erlendur regroupe quand même pas mal de clichés du flic de polar (pas
tous, mais bcp). Mais j'accroche aussi !



Répondre
G


@ Violette : Non, c'est mon 2ème. Puisqu'il est noté en bas de billet "du même auteur sur ce blog" avec le lien vers "la cité des jarres" !!!



C


Merci de me rappeler de le remettre sur le dessus de ma PAL !!!



Répondre
M


Et dire qu'il traine dans la PAL depuis des années ...



Répondre
G


@ Manu : Il est temps de le mettre sur le dessus de la PAL ! Car vraiment, Indridason c'est du solide.



M


J'aime cet auteur et comme toi me suis attachée à ce personnage de flic fragile et solitaire. De bons polars à dévorer en tout cas !



Répondre
G


@ Mary : Oui, j'ai bien l'intention de lire les livres suivants, tout doucement, en suivant mon rythme.



A


J'ai adoré ce livre ; premier que j'ai lu de cet auteur. Actuellement, je lis "La voix" même si il est pas mal, je le trouve moins bien que "La femme en vert".



Répondre
G


@ Anne : Ce livre touche beaucoup plus qu'un polar, car le sujet pourrait vraiment être très proche de nous, de notre entourage. On n'est pas dans la simple enquête suite à un crime. C'est peut
être pour cela que c'est si intense.



A


Un auteur dans ma LAL depuis un moment, j'avais failli sauter le pas avec le défi "polar autour du monde", mais toujours pas lu... Ça va venir un jour!:)



Répondre
G


@ AGFE  : Je suis étonnée que "lecture sans frontière" ne soit pas encore allée en Islande !!!



L


LU !


mais pas chroniqué, tiens, tiens...



Répondre
G


@ Lystig : Tu sais ce qu'il te reste à faire !!!



D


J'avais beaucoup aimé et il me reste à découvrir d'autres livres et à connaître davantage Erlendur !


C'est ici sur mon blog :


http://imagimots.blogspot.com/2010/03/la-femme-en-vert-arnaldur-indridason.html


Bises


 



Répondre
G


@ Didi : Je compte bien aussi le suivre dans ses aventures.



V


J'ai repéré l'auteur depuis un moment mais ne m'y suis toujours pas mise. Il faut absolument que je commence !



Répondre
G


@ Vanou : Si tu penses en lire plusieurs, commence par la cité des jarres, histoire de prendre l'histoire du héro récurrent au début.



K


Ton premier? Alors tu tiens le meilleur! TB, cet erlendur...



Répondre
G


@ Keisha : Comment ça mon premier ??? T'es pas allée au bout de mon billet alors !!!!



M


J'avais moins aimé cet opus que "La cité des jarres", par contre je suis plognée dans "La voix", le suivant, et c'est très sympa !



Répondre
G


@ Miss Alfie : je pense que la femme en vert est vraiment à part, car la dimension policière du livre est vraiment secondaire.



A


J'ai lu les 3 premiers d'Indridason mais c'est celui-ci que j'ai lu en premier et c'est vraiment le plus réussi, le plus fort, le plus intense, sûrement à cause de son sujet. C'est bien plus
qu'un polar, je trouve !



Répondre
G


@ Angelica : Oui, je dirais : chronique d'une mort annoncée ! Et presque pas polar !



Z


Un auteur que je n'ai pas encore découvert mais tu me donnes très envie de réparer ça. J'en suis encore à mes premiers pas avec Mankell et je n'ai même pas encore lu Millénium, mais il y a
vraiment de belles lectures à faire chez les auteurs nordiques. Il faut que je regarde tout ça de plus près.



Répondre
G


@ Zarline : Oui, je pense qu'au niveau talent littéraire policier nordique, nous ne voyons pour l'instant que la partie émergée de l'iceberg !!!



S


Je n'avais pas aimé La cité des jarres mais beaucoup celui-ci ;-))



Répondre
G


@ Sandrine : Celui ci a une dimension humaine et dramatique beaucoup plus forte, et bien plus que policière.



E


Il faut absolument que je découvre l'auteur et de préférence par le premier "La cité de Jarre" histoire de commencer par le début (surtout pour le personnage principal) !



Répondre
G


@ Ellcrys : oui, mieux vaut prendre l'histoire d'erlendur à la racine, c'est toujours mieux pour suivre et s'attacher au personnage.



C


Je ne connais pas cet auteur , mais pourquoi pas essayer de le lire


Merci Geraldine , j'espère que ta santé est meilleure en ce début d'année


bises



Répondre
G


@ Canelle : Les auteurs du grand nord, on va de plus en plus en entendre parler. Ma santé... bof bof... Disons échec de mon sevrage de septembre...