LE PAQUET, de Philippe CLAUDEL

Publié le 15 Novembre 2010

Théâtre - Editions Stock - 87 pages - 10 €

 

    

Résumé : Un homme seul tire un énorme paquet auquel il semble tenir plus que tout. Que renferme-t-il donc ? Le corps de sa femme qu’il aurait assassinée ? Les seuls biens qui lui restent ? Ses souvenirs, ses rêves, ses joies ? Les débris d’une vie ? Nos lâchetés, nos abandons, nos laideurs ? Tous nos maux et nos mots impuissants ?Lorsque le monde s’effondre, la question n’est pas de savoir ce que l’on sauve, mais ce dont on ne peut se débarrasser...

 

   

Tentateur : La bibliothèque, pourquoi pas ?!

Fournisseur : La même bib'

 

 

  

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Whaou... J'en ai encore la gorge nouée, je suis sans voix. Heureusement, il me reste les mots, et c'est ce qui nous réunit ici.

C'est une pièce de théâtre, mise en scène également par l'auteur au Petit Théâtre de Paris en janvier dernier. Un monologue et un seul personnage joué par Gérard Jugnot.... Et je vous jure que j'ai vu Jugnot, je l'ai entendu m'interpeller, m'apostropher dans ma chambre, dans une salle d'attente, dans mon salon pendant que je lisais. En fait, il me poursuivait ou me suppliait de le poursuivre, comme s'il était ma conscience, où la conscience de chacun de nous.

Un homme entre sur scène. Il est seul et traîne péniblement un lourd paquet. Au début, il paraît inquiétant. Ne serait-ce pas le corps de sa femme qu'il porterait là ? Puis il se présente, explique, raconte, divague. Il regarde sa vie qui se noie dans le monde et le monde qui noie sa vie. On ne sait plus si devant nous se tient un PDG d'une multinationale ou un pauvre type inintéressant. Vous me direz que le premier statut n'empêche pas le deuxième. Cet homme ne sait plus qui il est, broyé par un système. Est il Monsieur Toulemonde ou un peu de tout ce monde ? A moins qu'il ne soit personne. Et ce paquet : un corps ou juste le poids de la vie ?

A travers cette pièce, Philippe Claudel porte un regard réaliste, aigu, acerbe, cynique, touchant et drôle sur notre société et ses multiples travers. Il s'interroge sur le sens que chacun donne à sa vie. Et surtout, il laisse s'exprimer celui qui n'est rien parmi le tout mais qui est Un hors de tout cela, celui qui n'a pas sa place.

C'est extrêmement bien écrit, bouleversant. Magistral ! Comme c'est curieux, à la fin de la lecture, j'ai eu la furieuse envie d'écouter mon CD empoussiéré de Starmania...

Et dire que je j'ai emprunté à la bib.... Grrrr, je vais devoir le rendre.... je sens que je vais guetter une sortie poche pour l'acheter et le garder comme un trésor... A ce train là, mon inscription à la bib' risque de ne pas rester très économique...

 

Je ne résiste pas à vous noter certains passages, que vous puissiez y goûter aussi et savourer...

 

Extrait drôle :

"Nous sommes vraiment un très petit pays, dirigé par un très petit homme. Nous méritons d'être ce que nous sommes devenus. C'est à dire rien. Rien du tout. Un peuple fatigué et arrogant. Oublieux. Sans reconnaissance. Notre monde s'est effondré. Notre culture est calcinée.....Nous sommes passés, en l'espace de cinquante ans à peine, du mètre quatre-vingt-treize du Général de Gaulle aux ridicules 1670 millimètre de l'actuel résident du Faubourg Saint-Honoré. J'exige une minute de silence."

 

Extrait cynique :

"C'est agréable les imbéciles... ils sont toujours heureux. Ce sont des leçons de bonheur. Ils nous appaisent. En leur compagnie, on n'est pas obligé de penser, ni de réfléchir.... On devrait toujours avoir un imbécile avec soi. Il devrait être remboursé par la Sécurité Sociale..... L'imbécile donne de l'espoir. C'est sa mission sur terre. C'est d'ailleurs pour cela que dans bien des pays progressistes et démocrates, nous en élisons un à la tête de l'Etat."

 

Extrait touchant :

" Je n'ai plus rien. Je n'ai plus que mes mots et encore, souvent, je n'ai pas les bons. Je prends ceux qui traînent. Ce ne sont pas les miens. Ce sont ceux des autres. Ceux que je trouve à droite à gauche, dans les cafés, sur les murs, sur les tables, à la radio....... J'emprunte. Je n'ai pas de parole. Rien ne m'appartient..... Rien n'a été pensé par moi, créé par moi. Je suis tellement perméable.... C'est dur de n'avoir que sa vie quand elle est vide de tout, mais coupante comme un éclat de verre."

 

 

L'avis de Midola

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
P


J'ai lu 2-3 Claudel qui m'ont bien plu. J'ai eu celui-ci  en mains, j'ai hésité puis je l'ai reposé. Je vois que j'ai eu tort. Je vais retourner à la librairie!



Répondre
G


@ Philippe : Ah oui, retourne y, j'attends ton avis avec impatience. J'ai tellement aimé cette pièce bouleversante !



L


J'ai eu la chance d'assister hier à l'Interprétation magistrale de ce texte percutant par Gérard Jugnot. Je m'en vais de ce pas commander le livre !!! ton billet est excellent, je te mets en lien
du billet que je publie demain. 



Répondre
G


@ Lucie  : Merci. Veinarde, j'espère vraiment que cette pièce viendra dans ma ville. Si oui, j'y cours !



A


Ouh la ouh la il me le faut! Je me souviens quand tu m'en avais parlé sur mon blog, je vais vite voir si je peux le trouver dans ma bib' à moi!!



Répondre
G


@ AGFE : Ah oui, c'est vraiment à LIRE absolument !!!



R


Moi non plus, je n'ai pas été tres entouthiasmé par cet auteur apres la lecture du rapport de Brodeck.


Quand a lire du theatre , ca me tente pas trop



Répondre
G


@ Readpocket : C'est du théâtre, mais avec un seul personnage et du monologue. On ne jongle pas entre 36 personnages, ce n'est donc pas une lecture épuisante mais facile, qui se lit presque comme
un roman.



M


Satanée bibliothèque J'ai beaucoup aimé cette pièce même si connaître le nom de l'acteur qui l'a interprêtée m'a un
peu gêné.



Répondre
G


@ Midola : C'est clair (pour la satanée bib !!!) . Quant à connaître le nom de l'acteur, cela ne m'a pas dérangé du tout, au contraire. Cela m'a permis de faire voler mon âme jusqu'au théâtre, et
d'y être !!!!



G


moi qui aime le théatre, je note tout de suite



Répondre
G


@ Gambadou : Oui, note et de mon côté, je passerai ton bonjour à l'auteur, comme convenu !!!



S


Bon, je vais le lire, alors ! J'avais déjà repéré le livre chez Midola.



Répondre
G


@ Sylire : et bien moi, je l'ai emprunté à la bibliothèque où travaille midola. Decidément, quelle influence cette midola !!!



M


Les quelques titres de Claudel que j'ai lus m'ont beaucoup plu. J'aime son côté très humain. J'essaierai de lire Le paquet, même si ça fait très longtemps que je n'ai pas lu de pièces de
théâtre...


 



Répondre
G


@ Marie : C'est une pièce de théâtre dans sa présentation (avec de léger descriptif d'action comme "il fait 3 pas en avant!!!", mais attention, il s'agit d'un monologue. Il n'y a pas d'échanges
entre différents personnage. Cela se lit donc "d'une traite", un peu comme une déclaration !



M


J'aime beaucoup cet auteur et ce livre me tente énormément !!!


Merci pour ces extraits magnifiques . Philippe Claudel a un style superbe .



Répondre
G


@ Mary : J'étais en froid avec l'auteur, je ne le suis plus désormais !!! D'ailleurs, je vais assister à sa conférence rennaise la semaine prochaine !



S


J'ai été déçu par "la fille de Monsieur Linh", j'ai beaucoup aimé "Le rapport de Brodeck". Ce sont les deux seuls Claudel que j'ai lu mais ton billet me donne très envie de découvrir cette pièce
de théâtre.



Répondre
G


@ Saxaoul ; J'avais détesté le rapport de brodeck. "Le paquet" était donc un 2nd essai avec l'auteur. Positif ! Alors je lirais peut-être la fille de Monsieur Linh !



*


J'ai adoré aussi cette lecture, en même temps c'est Philippe Claudel ! :)



Répondre
G


@ Fleur : justement, il me fallait me réconcilier avec l'auteur avec qui j'étais "en guerre" à cause de ce fameux rapport de brodeck !



C


Intéressant ... dis-donc!



Répondre
G


@ Clara : Euh... depuis quand tu mets 2 comm sur le même billet !!!! ????



C


Je n'ai jamis lu ses pièce de théatre mais après ton billet, j'ai bien envie!



Répondre
G


@ Clara : j'ai pioché ce livre pour le nom de l'auteur, histoire d'essayer de me réconcilier avec lui, puisque j'ai détesté le rapport de Brodeck... et puis, surprise, je me suis retrouvée à lire
une pièce de théâtre... Très agréable surprise en tout cas; Vraiment.