TRAINE PAS TROP SOUS LA PLUIE, de Richard BOHRINGER

Publié le 7 Novembre 2010

Roman (??) - Editions Flammarion - 170 pages - 15 €

 

 

 

Parution Septembre 2010

 

Rentrée littéraire 2010

 

 

Résumé : L'auteur est hospitalisé, hépatite C. Le corps et l'esprit malmenés, il décide d'ouvrir les portes de son imaginaire. Il rencontre un mystérieux Grand Singe, remonte le cours de sa mémoire, revoit son enfance, sa mère, ses voyages en Afrique, le souvenir chaleureux des amis disparus comme le peintre et cinéaste Charles Matton ou Philippe Léotard...

 

 

 

Tentateur ! L'auteur lui même, un passage TV et Gilles Paris

Fournisseur : Gilles Paris et Flammarion, merci pour l'envoi

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

 

Mon humble avis :  Bohringber, c'est une voix, un coeur grand comme ça, une gueule, (souvent grande), et un style : écorché vif, en colère et plein d'émotions. Bohringer est un cabossé de la vie et il écrit pour ses compagnons de la cabosse. Et pour ça, il pioche dans sa caboche des mots, des phrases, des souvenirs, des images. C'est curieux, en lisant ce livre, je me suis dit : je suis sûre que Bohringer est un bon photographe, qu'il sait capter l'essentiel d'un tout et l'immense de l'infiniment petit et tout remettre à la dimension du coeur, de l'esprit et de l'émotionnel de son lecteur. Il n'y a que Bohringer pour transformer un lit d'hôpital en voilier ! La marée, c'est la fièvre. Elle monte, elle descend. Y'a des courants aussi, le moral qui est bon ou pas. Et bien sûr, pour gonfler la voile, il faut du vent. Le vent, c'est l'envie et les autres, l'infirmière, le docteur. Et Richard Bohringer nous embarque sur son bateau. On part pour un voyage dans les souvenirs, dans les joies, les ratés, les fiertés, les peines, la douleur, la souffrance, l'urgence d'écrire, les adieux, l'imaginaire. On rencontre des gens aussi : sa mère, sa grand mère, son compagnon de chambré Petit Louis, et tous les potes qui ne sont plus là... On va en Colombie et l'on revient au Portugal, mais l'Afrique n'est jamais loin. On se rappelle, on regrette, on espère. On ne cache rien, ni l'alcool ni la came et leurs brûlures. On maudit les pilules qui volent la vie. On constate ce que l'on est et ce que l'on n'est pas devenu, ce que l'on sait écrire et ce que l'on ne sait pas. Et puis, l'ombre du Grand Singe plane toujours....  On est toujours en bateau. On suit la plume et l'âme qui la guide. On monte très haut au pays des rêves, on descend très bas dans la souffrance innommable, parce que c'est ainsi. Parfois, on lâche aussi, parce que la fièvre de l'auteur est trop forte et que cette phrase, et bien, elle nous échappe. Peut-être pas écrite pour nous, mais pour l'autre, qui délire plus, et qui la saisira.

 L'écriture est d'une force incroyable. Autant de sensibilité, cela ébranle. L'émotion est portée par une poésie très soignée, une maîtrise de la métaphore et l'instant d'après par quelques mots ou situations crus. Bohringer, son détour, sa promenade, c'est la poésie. Le reste, c'est direct. Ca  plaît ou ça déplaît. Moi, ça m'a beaucoup plus, je n'ai pas lâché mon crayon pour faire mes croix dans la marge. Faut dire, je suis sur le même bateau que l'auteur depuis un petit moment. Ces pensées, ce vécu, ça me connaît et c'est bien de savoir que l'on est pas seul. Je ne saurais pas les écrire, mais les mots, à fleur de peau, de Bohringer, je les ai lu, je les ai écouté, je les ai laissé entrer. J'avoue, j'ai un terrain prédisposé et j'ai toujours aimé le bonhomme. A vous de voir. Y'avait Gainsbourg et Gainsbarre, Renaud et Mister Renard... Il y a Richard et Bohringer. Un style unique, que l'on ne retrouve chez personne.

 

"Je devrais haïr l'écriture qui m'a rendu quêteur, inventeur de nouvelle vie."

 

"Nous sommes des failles petites ou grandes. Toutes et tous ! C'est le courage qui fait la différence. Il ne faut pas lui couper les ailes ! Je vous le dis à vous aussi cher lecteur, lectrice. Rien n'est facile un jour ou l'autre pour personne. Et des milliers de pages ne suffiraient pas à décrire le tourment. La terre tremble et engloutit par centaines de milliers d'humains. Il faut alors pousser des fleurs sur sa merde . Entr'ouvrir la fenêtre.... Y'en a marre de ce mauvais temps ! Faut me remettre de la peinture aux ailes."

 

 

L'avis d'Yv et de Catherine

 

 

 

  Et demain, si tout va bien, à 17h, j'ai un Rendez vous téléphonique avec Monsieur Bohringer !!! Croisez les doigts pour moi, envoyez moi vous bonnes ondes, faites moi un massage pour me destresser....

 

 

 

 

 

Defis 2% de la rentrée littéraire : 12/14

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
L


Un très grand acteur, que j'aime beaucoup. Je pense que je vais lire ce livre :-D



Répondre
G


@ Latite : Et bien je t'invite à revenir sur mon blog, j'ai publié aujourd'hui l'interview exclusive que Bohringer m'a accordée lundi dernier !



A


Il semble se bonifier avec l'âge, car son premier ne m'avait pas emballé.



Répondre
G


@ Alex : Le fond de l'homme reste le même tout de même ! Interview publiée ce jour sur mon blog !



R


Tiens je n'aurais pas penser lire un livre de Bohringer pour ma part, a voir...


J'attends ton interview!



Répondre
G


@ Readpocket : Et bien si tu as l'occasion de lire ce livre, ne passe pas à côté ! Ca y'est l'interview est publiée !



E


J'aime beaucoup l'homme qu'il est, sa personnalité, sa voix, tout... mais je ne le connais pas encore en tant qu'auteur. Je compte bien remédier à cela. Bel avis.



Répondre
G


@ Ellcrys : Prépare toi à lire quelque chose que tu n'as jamais lu alors ! C'est un livre qui se lit avec les sentiments, pas avec la raison !



A


Ça donne envie dis donc, en tout cas j'ai l'impression que ça pourrait me parler. Nooon, une interview de Bohringer aussi? Tu m'épates sérieusement là!:)



Répondre
G


@ AGFE : Moi aussi je m'épate et j'ai l'art pour me mettre dans des situations de stress maxi. Mais bon, ça c'est bien passé hier. Je publierai ça d'ici la fin de la semaine !



D


j'avais lu un de ses livres il y a quelques années et j'avais adoré son style, ce livre semble le confirmer



Répondre
G


@ Denis : Oui, on retrouve bien le bonhomme dans ce livre, qui touche très profondémment ! A lire, surtout si on aime l'homme !



M


Bel article convaincant; Je croise les doigtes aussi pour demain!



Répondre
G


@ Mango : Merci ! Ca c'est globalement bien passé. J'aurais aimé me lâcher à juste apprécier le moment et  l'exception, mais le stress...



Y


Ouah que article ! On entend l'enthousiasme ! J'ai également beaucoup aimé ce livre, comme j'aime beaucoup l'auteur. Mais comment as-tu fait pour avoir un rendez-vous téléphonique ? Si déjà il
voyait mon billet, je serais ravi. Bonne chance et bonjour à lui.



Répondre
G


@ Yv : Merci ! Ca y'est, l'interview est en boite ! Je suis entrain de la recopier pour la publier d'ici la fin de ce week end. Comment j'ai fait ? J'ai demandé et reçu son livre par Gilles
paris, son attaché de presse. J'ai lu, écrit mon billet que j'ai envoyé à l'attaché... j'en ai profité pour demandé une interview, comme je l'avais déjà fait l'an dernier avec une autre auteur de
cet attaché de presse. Va voir sur le site gilles paris. Si tu es blogueur, il t'envoie facilement les livres de ton choix contre chronique dans un délais respecteux !



M


Je croise les doigts pour toi j'aime beaucoup cet homme généreux et sincère. Merci pour ton excellent article. J'attends la suite en live !!!



Répondre
G


@ Mary : A y'est, l'interview était hier. Elle s'est bien passée je pense, même si j'aurais pu être mieux si je n'étais pas aussi speedée par le stress !



M


J'aime beaucoup cet acteur et sa façon de parler. Eh bien, je croise les doigts pour toi !!!! Quelle chance :-)



Répondre
G


@ Manu : A y'est, c'est fait, ça c'est bien passé, même si je suis restée stressée tout du long ! Billet d'ici la fin de la semaine !



S


J'ai entendu Borhinger en parler récemment. Cela m'a ému... Je te lis, cela m'émeu encore plus... Bon, c'est fait, ce livre est dans ma LAL... Et très bientôt dans ma PAL. 



Répondre
G


@ Sofynet : Oh oui, lit ce livre, tu verras, il y a tant de phrases "à retenir" ! J'ai interviewé Bohringer par téléphone hier soir... Le billet sera publié d'ici la fin de la semaine.



C


Woahh ! dans la LAL direct



Répondre
G


@ Clara : et une interview du bonhomme sur mon blog d'ici la fin de la semaine. J'en suis à la mise en page !



C


Woahh, je pense que j'y trouverai des échos...dans la LAL !



Répondre
G


@ Clara : Oui, je pense bien. En attendant, tu devrais retourner voir mon billet, en bas, j'ai ajouté une "petite" info !



L


tu as succombé au charme...



Répondre
G


@ Lystig : Oui, ça fait longtemps ! Et hier, je l'ai interviewé par téléphone !!!! Le stress ! je publierai ça ce week end je pense !